"La participation des publics, pratiques et conceptions" / Compte-rendu sélectif du colloque

cropped-header-site-coll-participation1

Le colloque sur la participation des publics  s’est déroulé le 28 et le 29 novembre à la MSH-Paris Nord. Je propose ici un compte-rendu, sciemment sélectif, à partir des interventions qui sont particulièrement entrées en résonnance avec mes recherches en cours sur l’analyse des revendications mémorielles sur le web (doctorat d’histoire contemporaine).

Ces deux journées furent l’occasion d’un questionnement pluridisciplinaire sur le renouvellement des modes de participations des publics sur le web. Ces pratiques ont ainsi été mises en relation avec celles des médias traditionnels mais aussi questionnées dans leur dimension interprétative (souvent perçue comme un tournant démocratique, la participation est aussi liée à une contrainte sociale). Comme l’a rappelé François Debruyne (Univ. Lille3, GERiiCO, MSH Paris-Nord) lors de la séance introductive, l’enjeu est d’insérer l’internet dans les industries culturelles et médiatiques tout en contextualisant historiquement les pratiques participatives, à l’image des travaux de Chrisophe Charle sur les intellectuelles du XIXème siècle [ou comment mieux mettre à l’aise la seule historienne de formation dans un univers dominé par la sociologie et les S.I.C…]. Dans cette perspective critique, Franck Rebillard (Univ. Sorbonne Nouvelle, CIM équipe MCPN) a rappelé que les évolutions produites en matière d’information avec l’internet demeuraient marginales au regard de la domination des médias professionnels par rapport aux médias amateurs. S’il y a bien selon lui des différences dans le contexte socio-technique, l’appellation « participative » est exagérée et s’inscrit dans les politiques communicationnelles de l’oligopole des industries de la communication. Les interventions qui se sont succédées ont ainsi mis en lumière les motivations qui poussaient les contributeurs à s’investir dans des pratiques participatives. Elles ont également questionnées les relations complexes qui se nouent entre les fans de série télévisées et les producteurs à travers les dispositifs transmédiatiques basés sur le principe de la narration augmentée (Mélanie Bourdaa, univ. Bordeaux 3, MICA).

Le lendemain, la conférence inaugurale de Valérie Baudoin (Télécom ParisTech) et de Dominique Pasquier (CNRS-Télécom ParisTech)  portant sur le jugement profane en ligne à partir d’un travail réalisé sur le site Allociné, a montré comment l’internet ouvrait des interventions à un plus grand nombre tout en renforçant le modèle de la critique dominant du fait du travail de socialisation. Concernant la place des amateurs dans la production de l’information, Aurélie Aubert (Université Paris 8, CEMI) a mis en perspective le mythe du « journalisme citoyen » à travers les enjeux de nomination des acteurs qui produisent l’information en optant pour l’appellation de « journalisme participatif » qui inclut, au-delà de la coopération, la dimension bénévole et l’engagement individuel et social de l’amateur. Une étude réalisée en collaboration avec Jérémie Nicey (Univ. Tours, EPJT et CIM équipe MCPN Paris 3) sur les pratiques participatives de l’agence photographique Citizenside a par ailleurs montré comment les enjeux de reconnaissance et les espoirs de professionnalisation constituaient des facteurs prégnants de motivation du côté des amateurs passionnés qui publient leurs photos sur ce site.  La conférence finale de Dominique Cardon a inséré la participation dans une redéfinition de l’espace public en rappelant que l’internet ne constitue pas un espace public comme les autres, dans la mesure où la visibilité y hiérarchise fortement les informations. Il a également précisé comment les dispositifs de prises de parole participent à un déplacement sociétal au nom de l’autonomisation du citoyen qui entend pouvoir  contribuer à définir l’intérêt général. A partir de l’exemple des blogs culinaires, il a ensuite présenté une modélisation des communautés de blogosphère polarisées par les bloggeuses les plus célèbres (pro-am), insérées dans le secteur marchand et les circuits professionnels.

Au-delà de la qualité de l’accueil et de la richesse des interventions qui se sont succédées, je retiendrai pour ma part, plusieurs axes de réflexion qui peuvent être mis en relation avec les problématiques liées à la constitution de corpus de sites web comme sources pour l’historien. D’un point de vue méthodologique, ces deux journées ont rappelé à la fois l’importance de l’analyse de la mise en réseau (hyperliens) et de la communauté comme échelle pertinente. Il est apparu également clairement que l’approche sémiotique de sources web nécessitaient également de prendre en compte les conditions de production et de réception hors-ligne, au-delà de l’écran.  Dans le même temps, l’étude de données massives ne peut se passer de la collaboration du chercheur avec des ingénieurs spécialisés, seuls capables de fournir des outils d’analyse quantitatifs. Enfin, la sociologie des publics et les sciences de l’information et de la communication proposent un appareil conceptuel permettant une mise à distance des « buzzword » qu’il est parfois difficile de rationnaliser. Il est ainsi nécessaire d’insérer la réflexion sur les données en ligne dans l’histoire des pratiques médiatiques en prenant notamment en compte les enjeux de visibilités quant à l’impact réel des revendications mémorielles sur la toile.

Photographie de l'intervention de Dominique Cardon, Louis Merzeau, le 29/11/2013

Lien vers le site du colloque : http://colloqueparticipation.wordpress.com/


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Une réflexion sur “ "La participation des publics, pratiques et conceptions" / Compte-rendu sélectif du colloque ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>