Archives de catégorie : Compte-rendus

Lectures – Manifestations scientifiques

See all tweets from the RESAW conference : web archives as scholary sources

resaw megan
Meghan Dougherty : « Are you human? Sorry »

Grâce au Pr. Jane Winters, les nombreux tweets  de la conférence, d’Aarhus (#resaw_eu) sur les archives du web comme sources, sont disponibles sur Storify :

View the story « Web archives as scholarly sources: issues, practices and perspectives » on Storify

[COMPTE-RENDU] – Séminaire « Mémoires des migrations et usages du numérique », 07/04/2014, MMSH

Mémoires des migrations et usages du numérique, 7 avril 2014, MMSH, Aix-en-Provence, séminaire dans le cadre de l’Atelier numérique de l’histoire et des mémoires des migrations en Méditerranée (GIS IPAPIC) [compte-rendu].

Ce séminaire, organisé par Sophie Gebeil, avait pour finalité de partager l’expertise scientifique développé par le laboratoire  Telemme et la MMSH concernant l’usage du numérique en SHS et les études migratoires. En introduisant le séminaire, Maryline Crivello, directrice de l’UMR Telemme, a inscrit les travaux actuels dans la dynamique de recherche portée par le laboratoire, depuis le début des années 2000, au sein du pôle Images-Sons de la MMSH. Ce cadre demeurant aujourd’hui encore un espace de réflexion privilégié sur le renouvellement épistémologique à l’œuvre en SHS du fait de la généralisation des usages du numérique.

La participation du laboratoire Telemme à l’Atelier numérique de l’histoire et des mémoires des migrations en Méditerranée s’inscrit également dans le cadre des recherches du groupe Telemme-Migrations. En effet, les enjeux numériques contemporains ne sauraient s’abstraire d’une réflexion historiographique sur l’émergence du champ des mémoires des migrations dont Stéphane Mourlane a rappelé les jalons. Dans un contexte d’émergence du devoir de mémoire dans les années 1980 devenu « guerre des mémoires » dans les années 1990, les historiens se sont d’abord opposés à cette injonction mémorielle avant d’en constituer un objet d’étude à l’image des travaux de Pierre Nora qui place la mémoire au centre de la démarche historique[1].  Un nouveau champ a progressivement émergé, celui de l’étude des métamorphoses des mémoires, facilité par l’accroissement de l’emprunte culturaliste dans l’historiographie[2]. S. Mourlane a ensuite expliqué comment les travaux sur l’immigration avaient été marqués par ces évolutions tout en sortant du cadre national et du paradigme de l’intégration au profit d’une approche transnationale. Dans un contexte de revendication de la prise en compte des mémoires migrantes dans le récit collectif national, les historiens se sont ainsi interrogés sur les conditions de l’émergence de ces revendications, considérant ainsi la mémoire comme un objet d’étude à historiciser. Stéphane Mourlane a ensuite présenté le cas des mémoires de l’immigration italienne, longtemps marquées par une « amnésie collective », jusqu’aux années 1970 qui ont vu émerger différentes formes d’expressions culturelles venant rappeler à la société française mais aussi aux descendants de l’immigration italienne, l’origine de leur présence en France. Ce moment de valorisation correspond à un contexte de stigmatisation de l’immigration maghrébine, qui commence alors à être perçue comme un « problème » et à laquelle est opposée l’exemple « réussie » de l’immigration italienne.

Les deux interventions suivantes ont portées sur les relations entre numérique et migrations, du point de vue des sources et de la recherche en SHS.  Sophie Gebeil a d’abord rappelé comment le champ des migrations avait été renouvelé par la prise en compte des TIC puis du numérique dans les travaux de recherche dès les années 1990 en s’inscrivant dans la une perspective transnationale (T. Mattelart[3]). La figure du « migrant connecté » (Dana Diminscu[4]), inséré dans une culture du lien en prise avec les nouvelles formes de communication, en fait un acteur des sociétés d’accueil et de départ, étant ainsi dans une situation de « double présence » en opposition avec le modèle de la « double absence » d’Abdelmalek Sayad[5]. A cette approche s’est ajoutée une réflexion sur les médias de minorité en ligne portée également par la sociologie des migrations (Isabelle Rigoni, 2012). Ces travaux ont mis en avant la segmentation des publics à laquelle est associée la fragmentation des contenus, en remettant en cause l’idée d’une rupture dans le paysage médiatique. Enfin, Sophie Gebeil a présenté son doctorat en cours sur les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français (1996-2013). Il s’agit, à partir du fonds inédit des archives du web français, d’étudier l’histoire de la valorisation des mémoires en ligne. Véronique Ginouvès a ensuite présenté les fonds de la phonothèque en lien avec les migrations[6]. La Phonothèque de la MMSH est née dans les années 1970 au moment où se développait l’histoire orale. Ces fonds sont abondés par les chercheurs qui peuvent y déposer leurs archives. Ils sont structurés sur une base de données qui donne accès en ligne, à différentes entrées se rapportant aux migrations : les risques environnementaux, la littérature orale liée au départ du pays d’origine, les lieux (le Panier à Marseille par exemple) mais aussi un fond important sur les récits de vie des Harkis. Les archives sonores sont également intégrées au catalogue Isidore[7] dans lequel la source orale est considérée comme un document au même titre que les textes. La Phonothèque est ainsi investie dans la mise en réseau des données et la normalisation des standards numériques. Cette mise en ligne des fonds implique une réflexion éthique et juridique sur les sources en SHS. Comme Sophie Gebeil, Véronique Ginouvès a également insisté sur la nécessité de conserver les réflexes scientifiques face aux outils numériques, ce qui impose d’en connaître le fonctionnement technique.

Les deux dernières interventions du séminaire ont permis d’articuler la réflexion sur les sources et les méthodes de la recherche avec la réalisation de deux projets interdisciplinaires liés aux migrations et au numérique. Jacques Sapiega (dir. SATIS, AMU) a ainsi présenté le projet Je me souviens… de la Méditerranée, qui rassemble des films courts (3min) réalisés par les étudiants de Master II Images et Sons (SATIS) à partir de témoins sollicités par des chercheurs de l’UMR Telemme dans le cadre de leurs travaux de recherche. Sur une idée de Maryline Crivello, il s’agissait, en lien avec les réflexions de l’IMERA qui visent à réintroduire l’art dans le savoir universitaire, d’expérimenter la relation aux témoins, au-delà du simple recours au témoignage. Pour l’historien impliqué dans le projet, l’enjeu était de parvenir à valoriser le témoin tout en s’impliquant en tant que chercheur. Ces films courts ont été mis en ligne sur le site www.medmem.eu qui a été présenté par Marie-Christine Hélias en clôture du séminaire. Le projet MedMem s’inscrit dans la continuité du partenariat ancien entre le laboratoire Telemme et l’INA-Méditerranée. Néanmoins, il s’agit d’un projet réalisé à l’échelle euro-méditerranéenne grâce à un soutien de l’Union Européenne de 2009 à 2012. Sur le modèle des fresques interactives de l’INA, le site permet d’accéder, via une recherche cartographique, chronologique ou thématique, à près de 4000h d’archives audiovisuelles éditorialisées. Ici le numérique a été sollicité à plusieurs niveaux : la numérisation des contenus analogiques en a permis la préservation, la mise en ligne des archives fait vivre le patrimoine en le rendant accessible au plus grand nombre, enfin l’éditorialisation du site internet permet de donner du sens aux contenus visionnés en les contextualisant.


[1] NORA Pierre, Les lieux de mémoire, Paris, éditions Quarto Gallimard, trois volumes, 1997, [1ère éd. 1984-1992]

[2] ORY Pascal, « Pour une histoire culturelle de la France contemporaine (1870-…). État de la question », Bulletin du Centre d’histoire de la France contemporaine, 1981, no 2, p. 5-32

[3] MATTELART Tristan, « Les diasporas à l’heure des technologies de l’information et de la communication : petit état des savoirs », TIC & Société, 2009.

[4] DIMINESCU Dana, « Le migrant connecté : pour un manifeste épistémologique », Migrations Société, Vol 17, n°102, 2005, p. 275-29.

[5] SAYAD Abdelmalek, La double absence, Les illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999.

[6] GINOUVES Véronique, Les carnets de la Phonothèque, http://phonotheque.hypotheses.org/, consulté le 08.07.2014

[7] Isidore, http://www.rechercheisidore.fr/, consulté le 01.07.2014

Les vidéos satiriques du net à l’assaut du traitement médiatique de « l’Arabe » (2005-2013)

humour video

Colloque

« Arabes », humour et écrans

26 mars 2014 | MSCI

Dans le cadre du programme ANR intitulé Ecrin « Ecrans et Inégalités. Les « Arabes » dans les médias français de 1962 à nos jours », le Laboratoire Communication et Politique a organisé en partenariat avec l’URMIS une journée autour du thème : Arabes, humour et écrans.

L’objet de ce colloque était de montrer, lors de plusieurs tables rondes, l’évolution de l’humour sur et par les « Arabes » depuis les années 70 jusqu’à nos jours.

La suite ici : http://www.lcp.cnrs.fr/spip.php?article82

 

 

« La participation des publics, pratiques et conceptions » / Compte-rendu sélectif du colloque

cropped-header-site-coll-participation1

Le colloque sur la participation des publics  s’est déroulé le 28 et le 29 novembre à la MSH-Paris Nord. Je propose ici un compte-rendu, sciemment sélectif, à partir des interventions qui sont particulièrement entrées en résonnance avec mes recherches en cours sur l’analyse des revendications mémorielles sur le web (doctorat d’histoire contemporaine).

Ces deux journées furent l’occasion d’un questionnement pluridisciplinaire sur le renouvellement des modes de participations des publics sur le web. Ces pratiques ont ainsi été mises en relation avec celles des médias traditionnels mais aussi questionnées dans leur dimension interprétative (souvent perçue comme un tournant démocratique, la participation est aussi liée à une contrainte sociale). Comme l’a rappelé François Debruyne (Univ. Lille3, GERiiCO, MSH Paris-Nord) lors de la séance introductive, l’enjeu est d’insérer l’internet dans les industries culturelles et médiatiques tout en contextualisant historiquement les pratiques participatives, à l’image des travaux de Chrisophe Charle sur les intellectuelles du XIXème siècle [ou comment mieux mettre à l’aise la seule historienne de formation dans un univers dominé par la sociologie et les S.I.C…]. Dans cette perspective critique, Franck Rebillard (Univ. Sorbonne Nouvelle, CIM équipe MCPN) a rappelé que les évolutions produites en matière d’information avec l’internet demeuraient marginales au regard de la domination des médias professionnels par rapport aux médias amateurs. S’il y a bien selon lui des différences dans le contexte socio-technique, l’appellation « participative » est exagérée et s’inscrit dans les politiques communicationnelles de l’oligopole des industries de la communication. Les interventions qui se sont succédées ont ainsi mis en lumière les motivations qui poussaient les contributeurs à s’investir dans des pratiques participatives. Elles ont également questionnées les relations complexes qui se nouent entre les fans de série télévisées et les producteurs à travers les dispositifs transmédiatiques basés sur le principe de la narration augmentée (Mélanie Bourdaa, univ. Bordeaux 3, MICA).

Le lendemain, la conférence inaugurale de Valérie Baudoin (Télécom ParisTech) et de Dominique Pasquier (CNRS-Télécom ParisTech)  portant sur le jugement profane en ligne à partir d’un travail réalisé sur le site Allociné, a montré comment l’internet ouvrait des interventions à un plus grand nombre tout en renforçant le modèle de la critique dominant du fait du travail de socialisation. Concernant la place des amateurs dans la production de l’information, Aurélie Aubert (Université Paris 8, CEMI) a mis en perspective le mythe du « journalisme citoyen » à travers les enjeux de nomination des acteurs qui produisent l’information en optant pour l’appellation de « journalisme participatif » qui inclut, au-delà de la coopération, la dimension bénévole et l’engagement individuel et social de l’amateur. Une étude réalisée en collaboration avec Jérémie Nicey (Univ. Tours, EPJT et CIM équipe MCPN Paris 3) sur les pratiques participatives de l’agence photographique Citizenside a par ailleurs montré comment les enjeux de reconnaissance et les espoirs de professionnalisation constituaient des facteurs prégnants de motivation du côté des amateurs passionnés qui publient leurs photos sur ce site.  La conférence finale de Dominique Cardon a inséré la participation dans une redéfinition de l’espace public en rappelant que l’internet ne constitue pas un espace public comme les autres, dans la mesure où la visibilité y hiérarchise fortement les informations. Il a également précisé comment les dispositifs de prises de parole participent à un déplacement sociétal au nom de l’autonomisation du citoyen qui entend pouvoir  contribuer à définir l’intérêt général. A partir de l’exemple des blogs culinaires, il a ensuite présenté une modélisation des communautés de blogosphère polarisées par les bloggeuses les plus célèbres (pro-am), insérées dans le secteur marchand et les circuits professionnels.

Au-delà de la qualité de l’accueil et de la richesse des interventions qui se sont succédées, je retiendrai pour ma part, plusieurs axes de réflexion qui peuvent être mis en relation avec les problématiques liées à la constitution de corpus de sites web comme sources pour l’historien. D’un point de vue méthodologique, ces deux journées ont rappelé à la fois l’importance de l’analyse de la mise en réseau (hyperliens) et de la communauté comme échelle pertinente. Il est apparu également clairement que l’approche sémiotique de sources web nécessitaient également de prendre en compte les conditions de production et de réception hors-ligne, au-delà de l’écran.  Dans le même temps, l’étude de données massives ne peut se passer de la collaboration du chercheur avec des ingénieurs spécialisés, seuls capables de fournir des outils d’analyse quantitatifs. Enfin, la sociologie des publics et les sciences de l’information et de la communication proposent un appareil conceptuel permettant une mise à distance des « buzzword » qu’il est parfois difficile de rationnaliser. Il est ainsi nécessaire d’insérer la réflexion sur les données en ligne dans l’histoire des pratiques médiatiques en prenant notamment en compte les enjeux de visibilités quant à l’impact réel des revendications mémorielles sur la toile.

Photographie de l’intervention de Dominique Cardon, Louis Merzeau, le 29/11/2013

Lien vers le site du colloque : http://colloqueparticipation.wordpress.com/