Présentation

Dans une perspective historique, il s’agit de questionner le rapport aux mémoires, plus largement les usages numériques du passé (Al-Mâdi en arabe), dans un contexte de renouvellement épistémologique lié à la démultiplication des usages numériques.

Ce carnet de recherche s’inscrit dans le cadre d’un doctorat d’histoire contemporaine soutenu en 2015 sur les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français. Il constitue un espace de réflexion sur les interactions entre web, histoire et mémoires. La relation qu’entretient la Nation française avec son passé est marquée par l’approche mémorielle et commémorative comme en témoigne l’importance politique accordée aux cérémonies du cinquantième anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie en 2012. Dans ce contexte, l’immigration post-coloniale, et particulièrement maghrébine, cristallise les oppositions autour des mémoires plurielles de la décolonisation. La démocratisation du web dans les années 1990 a offert un nouvel espace à la diffusion de discours sur les mémoires de l’immigration maghrébine. Cette mise en visibilité sur la toile est le fait d’acteurs militants qui perçoivent l’immigration comme un passé volontairement oublié qu’il convient de réhabiliter. Il s’agit ici de proposer une analyse historique de ces formes d’expressions mémorielles en ligne dédiées à l’immigration maghrébine. Cette étude requiert d’appréhender le web comme source historique en s’appuyant sur le dépôt légal du web institué en France en 2006 et géré par la Bibliothèque Nationale de France ainsi que l’Institut National de l’Audiovisuel. Le recours aux archives du web implique également une interrogation méthodologique et épistémologique sur la discipline historique. Plus largement, ce carnet est également un espace de questionnement sur le renouvellement des SHS du fait de l’intégration du web dans les pratiques de recherche. Ce carnet est ainsi dédié à l’étude du passé (al madi) en arabe, dans son expression historiographique, mémorielle et numérique.


This blog at presenting the scope of the first history PhD in France which primarily relies on French Web archives as sources about Memories of North African immigration on the web. Many sources for this study were accessed within Ina web legal deposit framework; they triggered questionings on the representations, within a sample of sites from Ina web archive, of North African immigration, as a historical process in the long term. In what way are these representations specific as compared to the one conveyed by traditional media? Considering the context of competing memories, what are different memories of Maghreb immigration online? This plurality of memorial approaches involves a thorough study of actors involved (individual, distributor, group, community, association, institution). Finally, the researcher must examine and elucidate the effect of the juxtaposition, superposition and co-existence of memories in a new virtual space. So, with regard to these plural memories, what is the role the web: a place of confrontation, of exchange, of consensus or of coexistence?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *