Archives par mot-clé : internet

Le numérique entre outil et culture, 1er-2 Décembre 2014, EHESS Paris

Le numérique entre outil et culture :

quels défis pour l’historiographie ?

Argumentaire

L‘Internet et le numérique ont profondément changé notre société. Depuis son arrivée, son développement au début des années 1990 et sa banalisation au tournant du siècle, on ne peut plus négliger l‘information et les ressources fournies par le Web. Le numérique marque cependant un pas supplémentaire : ainsi que le Manifeste des humanités numériques l‘observe : « Le tournant numérique pris par la société modifie et interroge les conditions de production et de diffusion du savoir. » (Manifeste, 2010).

Fiormonte rappelle que les humanités numériques concernent plusieurs disciplines : « non seulement les langues et les littératures, mais aussi la sociologie de la communication, les études anthropologiques et ethnographiques sur les nouveaux médias, l‘archivistique, la bibliothéconomie, le patrimoine culturel, et bien sûr, l‘informatique » (Fiormonte, 2013).
Dans cette nouvelle perspective disciplinaire, qu‘en est-il du savoir historique ? En dépit d‘un constat de premier degré sur l‘importance de ce phénomène, les travaux qui en histoire y sont consacrés demeurent encore discrets et prudents. La plupart d‘entre eux envisagent davantage le numérique comme un outil supplémentaire dans la boîte à outils de l‘historien que comme un phénomène culturel d‘ampleur qui pourrait englober et transformer en profondeur la pratique historiographique.

En 2002, réfléchissant sur une « mutation » en cours, Minuti observait deux moments de l‘internet : un premier donnant accès aux catalogues, bibliographies et répertoires ; et un deuxième placé dans un futur proche qui résolve le problème de l‘instabilité matérielle du document. Il constatait aussi les incertitudes ouvertes par la publication sur le réseau. Il mettait en valeur le fait que la recherche historique passait toujours par l’observation, par l’oeil nu ; l’acte d’observer et certains aspects du texte non reproduits par le numérique restent le domaine de la perception : « En l‘état actuel des choses, on ne peut donc pas affirmer que le réseau est capable de se substituer aux conditions de travail et aux outils classiques de la recherche historique ».

Neuf ans plus tard, inscrits cette fois dans « l‘ère numérique », Heimburger et Ruiz (2011), partagent un semblable constat. S‘il y a révolution numérique, celle-ci cependant ne « semble ne pas conduire à un changement des fondements épistémologiques qui président aux conditions de production de la vérité historique». Cette prudence affichée semble reposer sur le fait qu‘en dernier ressort la tâche de l‘historien réside dans l‘analyse. Mais l‘historien n‘apparaît-il pas alors trop protégé de ce que produisent l‘internet et le numérique : « une transformation de notre rapport au monde et une recomposition de nos représentations » (Arfaoui et Lafay, 2014).

A l‘inverse, des positions plus tranchées se font entendre. Ainsi celle de Noiret pour qui « le numérique force à reconsidérer surtout les concepts épistémologiques et théoriques utilisés par les historiens » (Noiret, Les historiens et l’informatique, 2011). Ou encore celle de Pons (2011), pour qui, avec le numérique, « il ne s‘agit pas exclusivement d‘une modification du support au moyen duquel nous emmagasinons l‘information, ainsi que des conséquences substantielles qui en découlent, mais aussi de la transformation de l‘information elle-même puisqu‘aujourd‘hui ce sont d‘ores et déjà des choses différentes que nous emmagasinons ».

Noiret, dans la perspective d‘une histoire 2.0 pose la question de l‘évolution de la recherche par rapport à la révolution technique qui représente le numérique. Tandis que d‘autres penseurs, ancrés dans les humanités numériques, soulignent l‘intérêt d‘étudier le langage informatique, matrice du numérique, depuis le point de vue de la culture qui le crée (Berry, 2012). Ces positions, au fond, convergent pour mettre en valeur l‘importance des rapports réciproques entre culture et outils numériques ainsi que sur leur influence dans la pratique quotidienne du chercheur.

Si l‘on adopte l‘optique de Doueihi, plus qu‘un instrument, distinct de l‘informatique par le projet, le numérique s‘avère une condition, une culture, si ce n‘est un nouvel humanisme. Ainsi considéré, le numérique ne représente-t-il pas un véritable défi pour l‘historiographie, au point de l‘amener à revoir certaines de ses notions, modifier certaines de ses pratiques et susciter de nouveaux problèmes ? Car rappelons là encore que, de par le passé, « les nouveaux objets ont donné lieu à de nouvelles méthodes et à des mises en question de valeurs associées à des documents ou à des pratiques culturelles » ( 2011)

Enfin, de même que Doueihi, des historiens de la culture et du livre dressent volontiers un parallèle entre la culture numérique et les Lumières (Chartier, Darnton). Il en va alors du numérique soit comme d‘un prolongement, soit comme d‘une actualisation de certaines virtualités soit comme d‘un rappel de l‘héritage ambivalent des Lumières. Dans une perspective critique, le numérique apparaît comme une mise en question des institutions du savoir (l‘université, le livre, l‘édition, l‘auteur). Roger Chartier (2013) remarque que le numérique se singularise par un détachement de l‘information d‘avec son support dès lors: « les données acquièrent en quelque sorte une existence autonome par rapport à l‘ensemble dans lequel elles coexistent ».

A lire ces travaux contemporains, on ne peut manquer d‘observer l‘instabilité sémantique qui marque leur objet : informatique, internet, numérique … Or bien que connexes, ces réalités ne sont pas moins distinctes et porteuses de conceptions épistémologiques différentes.

Le numérique pose à nouveaux frais la question de l‘écriture de l‘histoire : ce n‘est plus simplement le temps, bien que la temporalité soit particulièrement liée au numérique à travers la transformation des textes et de supports, mais c‘est aussi un primat de l‘espace où celui-ci apparaît comme recomposé et ne se limite plus aux archives, aux bibliothèques ou à d‘autres institutions. C‘est aussi une interrogation sur la manière dont concrètement un auteur transforme ses sources et ses documents en récit historique.

C‘est aussi, enfin, une remise en question de la notion traditionnelle d‘auteur elle-même, qui a l‘heure du contributif tend à s‘estomper comme figure singulière. Mihm (2008), évaluant l‘impact du crowdsourcing, déclarait « everyone‘s an historian now ».

Par extension, il se peut que ce soit moins la question « le quoi de l‘histoire », « quelle histoire » que la question « qui écrira l‘histoire ». Avec l‘auteur, ce sont tous les acteurs concernés dans la diffusion et la circulation de l‘information qui sont troublés car, bien que le numérique n‘implique pas la fin du support en papier il a bel et bien modifié la « logique de la publication » traditionnelle.

Programme

Lundi 1 décembre 2014

Salle Jean-Pierre Vernant

Matinée

9h-9h15 Accueil, Pablo AVILES FLORES et Aurore DUMONT

  • 9h15-9h45 Aurore DUMONT (EHESS – Fonds Ricœur), « Présentation générale »
  • 9h45-10h30 Maïeul ROUQUETTE (Université de Lausanne / Université Aix-Marseille), « Une introduction au vocabulaire de l’informatique »

Discussion

10h45-11h Pause

  • 11h-11h45 Milad DOUEIHI (Sorbonne) « Le Mannequin de l’histoire et la culture numérique »

Discussion

  • 12h-12h45 Florence CLAVAUD (Ecole des Chartes) : « entre l’historien et l’archiviste : de nouveaux modèles numériques pour la description des archives »

Discussion

Après-midi

  • 14h30-15h15 Nicole DUFOURNAUD (EHESS), « Analyse de données textuelles en histoire avec des outils et des méthodes informatiques. Etude numérique de sources des XVIe et XVIIe siècles »

Discussion

  • 15h30-16h15 Sophie GEBEIL (Université Aix-Marseille) « Le web français, une source pour l’historien. La fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine dans les années 2000 »

Discussion

16h30-16h45 Pause

  • 16h45-17h30 Serge NOIRET (European University Institute), « L’histoire publique numérique: histoire et mémoire à la portée de tous ? »

Discussion

Mardi 2 décembre

Matin

9h-9h15 Accueil

  • 9h15-9h30 Claire-Sibille de GRIMOÜARD (Service interministériel des Archives de France) : « Archivage numérique et pérennisation : enjeux et risques »

Discussion

  • 9h45-10h30 Hélène SEILER-JUILLERET (EHESS): « La place des ouvrages d’histoire dans le marché de l’édition numérique. Une étude de cas : les éditions du Seuil »

Discussion

10h45-11h Pause

  • 11h-11h45 Claire CLIVAZ (Université de Lausanne): «Quand histoire et littérature se retrouvent assignées à la culture digitale»

Discussion

Après-midi

  • 14h-14h45 Martine ROBERT (Université d’Aix-Marseille)  : « Le médium du jeu vidéo comme ressource pour la connaissance historique »

Discussion

  • 15h-15h45 Emilien RUIZ (Sc. Po) et Franziska HEIMBURGER (EHESS) : « Révolution numérique ou retour aux fondamentaux ? Les transformations du métier d’historien.ne »

Discussion

16h-16h15 Pause

16h15-17h Rolando MINUTI (Université de Florence) : « Les historiens et le web : une mutation permanente »

Discussion générale

Liste des intervenants

  • Pablo AVILES FLORES (EHESS – BnF) et Aurore DUMONT (EHESS – Fonds Ricœur)
  • Aurore DUMONT (EHESS – Fonds Ricœur), « Présentation générale »
  • Maïeul ROUQUETTE (Université de Lausanne / Université Aix-Marseille), « Une introduction au vocabulaire de l’informatique »
  • Milad DOUEIHI, (Sorbonne) « Le Mannequin de l’histoire et la culture numérique »
  • Florence CLAVAUD (Ecole des Chartes) : « entre l’historien et l’archiviste : de nouveaux modèles numériques pour la description des archives »
  • Nicole DUFOURNAUD (EHESS), « Analyse de données textuelles en histoire avec des outils et des méthodes informatiques. Etude numérique de sources des XVIe et XVIIe siècles ».
  • Sophie GEBEIL (Université Aix-Marseille) « Le web français, une source pour l’historien. La fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine dans les années 2000 »
  • Serge NOIRET (European University Institute), « L’histoire publique numérique: histoire et mémoire à la portée de tous ? »
  • Claire-Sibille de GRIMOÜARD  (Service interministériel des Archives de France) : « Archivage numérique et pérennisation : enjeux et risques »
  • Hélène SEILER-JUILLERET (EHESS): « La place des ouvrages d’histoire dans le marché de l’édition numérique. Une étude de cas : les éditions du Seuil »
  • Claire CLIVAZ (Université de Lausanne): «Quand histoire et littérature se retrouvent assignées à la culture digitale »
  • Martine ROBERT (Université d’Aix-Marseille)  : « Le médium du jeu vidéo comme ressource pour la connaissance historique »
  • Emilien RUIZ (Sc. Po) et Franziska HEIMBURGER (EHESS) : « Révolution numérique ou retour aux fondamentaux ? Les transformations du métier d’historien.ne »
  • Rolando MINUTI (Université de Florence) : « Les historiens et le web : une mutation permanente »

Source : « Le numérique entre outil et culture : quels défis pour l’historiographie ? », Journée d’étude, Calenda, Publié le mercredi 12 novembre 2014, http://calenda.org/306820

27/06/2014 – ESPE Aix-en-Provence / « Le renouvellement des pratiques de recherche et d’enseignement de l’histoire par le numérique »

Le 27 juin 2014 aura lieu sur le site de l’ESPE d’Aix-en-Provence, La prochaine journée de SFERE-Provence .

Les journées scientifiques de SFERE-Provence sont organisées deux à trois fois par an. Leur enjeu est d’assurer la visibilité des travaux scientifiques, issus de champs disciplinaires pluriels, qui permettent de comprendre les situations d’enseignement, d’éducation et de formation. Ainsi, les chercheurs sont invités à  présenter leurs travaux de recherche en cours ou en projet, dans l’un ou l’autre des thématiques portées par la fédération.

Ces journées sont également ouvertes à tous chercheurs ou professionnels qui souhaiteraient simplement s’informer de l’actualité des thématiques abordées dans le cadre de la structure.

Voir le programme de la journée.

Les vidéos satiriques du net à l’assaut du traitement médiatique de « l’Arabe » (2005-2013)

humour video

Colloque

« Arabes », humour et écrans

26 mars 2014 | MSCI

Dans le cadre du programme ANR intitulé Ecrin « Ecrans et Inégalités. Les « Arabes » dans les médias français de 1962 à nos jours », le Laboratoire Communication et Politique a organisé en partenariat avec l’URMIS une journée autour du thème : Arabes, humour et écrans.

L’objet de ce colloque était de montrer, lors de plusieurs tables rondes, l’évolution de l’humour sur et par les « Arabes » depuis les années 70 jusqu’à nos jours.

La suite ici : http://www.lcp.cnrs.fr/spip.php?article82

 

 

Assemblée Générale de l’IIPC – conférence inaugurale – 19 mai 2014, Paris (BNF)

Ljubljana, A.G. IIPC, 25-27  avril 2013

L’Assemblée Générale de l’IIPC (International Internet Preservation Consortium) est organisée chaque année et permet de faire le point sur les enjeux liés à l’archivage de l’internet.

En 2013, l’ A.G. s’est déroulée à Ljubljana en Slovénie (photographie ci-dessus) et cette année elle aura lieu à Paris à la BNF du 19 au 23 mai (le programme est en ligne sur le site de l’IIPC).

Si la majorité des sessions sont réservées aux membres de l’institution, la première journée est ouverte au public sur inscription.

Voici le programme du lundi 19 mai extrait de la page consacrée sur le site de l’IIPC : < http://netpreserve.org/general-assembly/2014/Overview > .

Cette journée prend particulièrement en compte la dimension historique du web, en rassemblant Valérie Schafer et Niels Brügger, historiens de l’internet mais aussi Louise Merzeau spécialiste de la question mémorielle en ligne. Le programme témoigne également de l’intérêt accordé par les institutions en charge de l’archivage du web à la construction des mémoires collectives sur le réseau (intervention d’Helen Hockx-Yu de la British Library sur les sites historiques du Royaume-Uni.

Continuer la lecture de Assemblée Générale de l’IIPC – conférence inaugurale – 19 mai 2014, Paris (BNF)

Pourquoi archiver le web ? Les missions de l’IIPC

Page d'accueil du site de l'IIPC www.netpreserve.org
Page d’accueil du site de l’IIPC www.netpreserve.org

En France, l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) et la Bibliothèque Nationale de France (BNF) sont en charge de l’archivage du « web français », au titre du dépôt légal élargi aux documents numériques depuis la loi 1er  août 2006 relative au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information (DADVSI).  Le dépôt légal du Web se fonde sur la logique de la collecte automatique qui s’est imposée comme la solution la plus efficace compte-tenu de l’immensité des données concernées. Si la loi française n’intervient qu’en 2006, l’INA comme la BNF n’avaient pas attendu cette date pour mener des collectes expérimentales, notamment en collaboration avec l‘International Internet Preservation Consortium (IIPC)  fondé en 2003.

Qu’est-ce que  l’IIPC (International Internet Preservation Consortium) ?

En juillet 2003, dix bibliothèques nationales d’Europe (dont la BNF), d’Amérique du Nord, d’Australie ainsi que l’association Internet Archive se sont rassemblées pour  développer « une collaboration internationale et assurer la préservation des contenus de l’internet pour les générations futures[1] ».

Chaque institution est alors confrontée aux nouvelles problématiques imposées par l’archivage du Web : document mondial, déterritorialisé et dématérialisé, le document issu du réseau bouleverse la tradition patrimoniale fondée sur le support et le territoire. L’archivage du web dans sa globalité par une seule institution apparaît alors impossible compte-tenu de la masse des données à stocker et de la grande diversité des législations nationales en terme de droits de la propriété intellectuelle. L’IIPC a donc dans un premier temps favorisé les transferts de compétences informatiques tout en permettant à chaque institution de mieux définir les domaines d’archivages nationaux. Gildas Illien a montré comment cette organisation en marge, initialement animée par des ingénieurs en informatique s’attelant à développer des logiciels, s’est peu à peu développé politiquement.

L’évolution de l’IIPC et de ses missions

De 2003 à 2006, la priorité du consortium réside dans la création de robots de capture permettant de parcourir et de traiter un nombre très importants de données. N’ayant trouvé aucune entreprise capable de répondre à l’appel d’offre lancé par l’IIPC, la décision a été prise de développer des logiciels libres (open source[2]). De ce travail collaboratif est né le robot Heritrix[3] utilisé par la BNF comme par Internet Archive pour la Wayback Machine. Une autre urgence technique s’imposait également : la compatibilité des formats. Face à un web « découpé » en différentes parties capturées par des institutions autonomes, il est alors nécessaire de choisir des formats, des normes identiques afin de pouvoir un jour relier l’ensemble des archives nationales. C’est durant la seconde phase de développement du consortium (2007-2009) que les formats ont été normalisés en particulier en ce qui concerne le stockage, un des axes prioritaires de la période. Ainsi le format de stockage ARC est remplacé par le format WARC[4] dont la norme est reconnue par l’ISO[5] en 2009. Les données recueillies par les robots sont ainsi stockées dans le même format quelle que soit l’institution membre de l’IIPC. De plus, le format WARC facilite le maniement de volumes de données importants tout en sauvegardant les métadonnées[6] accompagnant les pages web archivées. Les fichiers sont ensuite enregistrés sur des baies de stockage de gros volumes (les Petabox pouvant atteindre 120 téraoctets) qui seront utilisées pour la consultation des documents. En parallèle, les données sont entreposées dans le Système de préservation et d’archivage réparti (Spar) mis au point à la BNF en 2008. Depuis 2010, les membres du consortium ont adopté le modèle de stockage OAIS[7] dédié à l’archive.  Durant cette même période, l’IIPC s’élargit et intègre de nouveaux membres comme l’INA. Grâce aux cotisations de ses 39 institutions, le consortium devient une organisation internationale reconnue et disposant d’un budget conséquent.

Depuis 2010, une réflexion est engagée sur le traitement des données sauvegardées et leur intégration dans les collections des bibliothèques. Il s’agit de vérifier dans quelle mesure les méthodes traditionnelles d’archivage, fondées sur le catalogage, l’indexation et la conservation peuvent-elles s’appliquer à Internet ; l’objectif étant de déterminer une politique documentaire commune adaptée à l’archivage du Web. Le travail mené porte également sur les attentes liées à la consultation des archives, notamment en ce qui concerne les besoins des chercheurs en terme d’informations collectées mais aussi au sujet de la création d’outils d’analyse adaptés.

Chaque année, l’IIPC organise son Assemblée Générale rassemblant les partenaires et dont une partie des interventions sont ouvertes au public. La prochaine aura lieu du 19 au 23 mai 2014 à Paris à la BNF.

Pourquoi archiver le web ?

Sur son site, l’IIPC revient sur la nécessité d’archiver le web.

Pourquoi archiver le web ? IIPC
Pourquoi archiver le web ? IIPC

 

 


[1] Illien Gildas, « Une histoire politique de l’archivage du web », BBF, 2011, n° 2, p. 60-68, [en ligne] <http://bbf.enssib.fr/>, consulté le 24.10.11.

[2] Logiciel libre ou open source : se dit des logiciels dont le code source qui est à l’origine de leur fonctionnement est disponible contrairement aux logiciels propriétaires. Par modification du code source, les usagers peuvent faire évoluer le logiciel alors qu’un logiciel propriétaire est figé. Le navigateur Mozilla Firefox, le système d’exploitation Linux et la suite bureautique Open Office sont les logiciels libres les plus connus actuellement.

[4]Information and documentation, « The WARC File Format (ISO 28500) – Information, Maintenance, Drafts », Espace professionnel de publication sur le document numérique à la BNF, consulté le 4.12.11,  <http://bibnum.bnf.fr/warc/>.

[5] Site de l’Organisation Internationale de Normalisation (ISO), consulté le 4.12.11, <http://www.iso.org/iso/fr/home.htm>.

[6] Les métadonnées sont les informations sur le contenu (titre, auteur, date…) ou la nature (texte, hyperlien, son…) d’une page web. Invisibles, elles sont insérées dans les pages web ce qui permet l’identification de la page par les moteurs de recherche.

[7] OAIS: Open Archive Information System. Modèle conceptuel dédié à la gestion, l’archivage et la préservation de données numériques.