Archives par mot-clé : Maghreb

Kabyle.com, depuis 1999, mémoires berbères sur la toile

Dans le cadre de l’analyse qualitative portant sur les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français dans les années 2000, il est apparu qu’il existait un domaine berbère francophone sur la toile.  Nous avons choisi d’étudier dans le détail, les dispositifs numériques mémoriels présents sur le site Kabyle.com qui présente pour nous deux avantages. D’une part son caractère précoce puisqu’il est né en 1999 ce qui offre la possibilité pour l’historien d’étudier l’histoire du discours mémoriel sur le site. D’autre part, le site est aujourd’hui un noeud de réseau dans le domaine berbère francophone. En voici une brève présentation.

Kabyle.com a été créé en 1998, par Stéphane Arrami-Mérabet, alors membre de l’Association Kabyle France International (AFKI). Actuel webmaster et rédacteur en chef du site, Stéphane Arrami avait impulsée Kabyle.com à la fin de ses études en communication à Lyon (ICOM Lyon II) au moment où il travaillait chez Webcity.fr qui offrait alors gracieusement l’hébergement du site. Journaliste, formé à l’édition web, pour S. Arrami, la création de Kabyle.com s’inscrit dans la continuité de son engagement au sein du mouvement associatif berbère puisqu’il participait initialement à un bulletin culturel sur papier[1]. Le site demeure la propriété de l’AFKI jusqu’en 2003, date à laquelle Stéphane Arrami et des membres de l’association fondent la SARL Kabyle.com. Cela offre ainsi la possibilité de développer des activités commerciales (boutique en ligne par exemple) qui constituent des sources de financements pour entretenir le site. La publication des articles s’appuie sur un réseau de rédacteurs répartis dans plusieurs pays, notamment la France, l’Algérie, le Canada (Québec) ou la Belgique. Kabyle.com se positionne comme un média international à destination de la diaspora berbère francophone. Le site propose également un annuaire des associations kabyles et accorde une place importante à la parole des lecteurs. Cela se traduit par l’ouverture d’un forum, lieu de débats animés, par opposition à la ligne éditoriale moins polémique qui guide la rédaction des articles. D’autre part, dès 2002, les internautes sont invités à donner leur avis à travers la possibilité de commenter chaque contenu publié par la rédaction. Comme nous avons pu le constater lors de la réalisation du graphe, le site constitue un nœud de réseau au sein de la « e-diaspora » kabyle et revendique aujourd’hui d’être le premier média en ligne berbère francophone. Cette hégémonie s’inscrit dans la durée puisqu’au début de la décennie, Renaud Sagot avait déjà effectué un constat identique dans un article dédié à Kabyle.com[2].

logo_kabyle

Si le site n’est pas archivé par Internet Archive, les robots de la BNF ont collecté Kabyle.com depuis 2001 dans le cadre de la collecte large . Cela offre la possibilité de questionner la longévité de ce site diastolique fondé sur le partage d’un « patrimoine symbolique » (Karima DIRECHE, 1997) commun, quelque soit le lieu de résidence. Ici ce patrimoine se compose principalement par les aspects les plus rassembleurs (langue, culture anthropologique), tandis que l’islam et la politique n’apparaissent pas comme des thèmes privilégiés pour les rédacteurs.

[1] Entretien avec Stéphane ARRAMI le 27 juillet 2012, Eliete da Silva PEREIRA, O local digital das culturas: as interações entre culturas, mídias digitais e territórios,Universidade de São Paulo.

[2] Renaud SAGOT, « Kabyles sur le Net », Hommes & Migrations : migrants.com, no 1240, Novembre 2002, pp. 29‑34.

« Cela commence par… » (2003), Première exposition virtuelle sur le web français dédiée à l’immigration maghrébine ?

Au printemps 2003, une nouvelle exposition est intégrée dans la rubrique « Expositions » du site de l’association Génériques. Le site en est alors à sa première version et c’est un bénévole de l’association qui en est le webmaster. Les archives du Dépôt légal du numérique de la BNF permettent de consulter cette première version statique du site qui sera utilisée jusqu’en 2008.

Dès la création de www.generiques.org en 2000, le site propose des bases de données concernant la presse de l’immigration, les affiches et des notices biographiques qui constituent les prémices du futur Odysséo. Plus de 1000 affiches provenant des fonds de l’association peuvent être ainsi être visualisées par les internautes, mettant ainsi en exergue une mémoire alors peu médiatisée de l’immigration : celle des luttes et des combats sociaux pour l’égalité des droits.

C’est dans ce contexte qu’est mis en ligne au printemps 2003, l’exposition virtuelle intitulée « Cela commence par… Vieillesses de travailleurs immigrés en France, 1994-1997 ». Elle est réalisée à partir de l’ouvrage éponyme[1] publié en 1997 chez Actes Sud par le photographe Philippe Brault et l’écrivain Christophe Gallaz. La scénographie se présente sous forme de diaporama animé (format Flash SWF) qui permet de faire défiler les 25 photographies prises par Philippe Brault concernant l’isolement des Chibanis dans les foyers et les hotels meublés de Marseille et de la Région Parisienne. Le photographe est allé à la rencontre de ces personnes âgées d’origine marocaine et algérienne entre 1995 et 1997. Il a par ailleurs travaillé sur le tournage du documentaire de Yamina Benguigui Mémoires d’immigrés, diffusé sur Canal+ et en salle en 1997. Notons que Philippe Brault a co-réalisé le fameux webdocumentaire Prison Valley en 2011!

Il semblerait, au regard de mes recherches dans l’ensemble de mon corpus (bientôt à venir dans le carnet de recherche), que cette exposition virtuelle soit la première de cet « hypergenre », concernant l’immigration maghrébine sur le web français ? Mais peut-être que d’autres contenus plus anciens ont échappé aux robots d’archivage de la BNF et de l’INA

Pour voir l’exposition virtuelle dans sa version actuelle sur le site de Génériques :

Exposition Philippe BRAULT

[1] Christophe GALLAZ et Philippe BRAULT, Cela commence par, Arles, Actes Sud, coll. « Voir et dire », 1997, 67 p p.

Les vidéos satiriques du net à l’assaut du traitement médiatique de « l’Arabe » (2005-2013)

humour video

Colloque

« Arabes », humour et écrans

26 mars 2014 | MSCI

Dans le cadre du programme ANR intitulé Ecrin « Ecrans et Inégalités. Les « Arabes » dans les médias français de 1962 à nos jours », le Laboratoire Communication et Politique a organisé en partenariat avec l’URMIS une journée autour du thème : Arabes, humour et écrans.

L’objet de ce colloque était de montrer, lors de plusieurs tables rondes, l’évolution de l’humour sur et par les « Arabes » depuis les années 70 jusqu’à nos jours.

La suite ici : http://www.lcp.cnrs.fr/spip.php?article82

 

 

« Ecriture de l’histoire et mobilisation des mémoires sur le web (France/Algérie) – Acteurs et Témoins » 10 et 11 décembre 2013. MMSH Aix-en-Provence

unnamed
Ecriture de l’histoire et mobilisation des mémoires sur le web (France/Algérie), décembre 2013, Aix-en-Provence
Source : LabedMed, MMSH, Telemme, LAMES, ANR ECRIN

Consultez les Tweets de ces deux journées ici.

1983. La Marche pour l’égalité et contre le racisme

http://www.generiques.org/migrance_dernier.php

« Ce numéro de la revue Migrance s’inscrit dans le cadre de la commémoration du trentième anniversaire de la Marche pour l’égalité des droits et contre le racisme.

Partie de Marseille le 15 octobre et arrivée à Paris le 3 décembre 1983, la Marche est un moment véritablement fondateur dans l’histoire de l’immigration. Elle est organisée à Vénissieux à l’été 1983 à l’initiative de jeunes issus de l’immigration maghrébine qui, avec le concours d’associations et de militants des droits humains, souhaitent dénoncer les violences racistes et policières dont ils sont victimes. Véritable acte citoyen en faveur du vivre-ensemble et de l’accès au droit, elle donne à voir à la société française une de ses composantes essentielles : la jeunesse issue de l’immigration.

Ce numéro de Migrance s’est d’abord attaché à donner la parole à certains acteurs majeurs de la Marche, dont deux marcheurs permanents, Toumi DJAIDJA et Marilaure MAHE. Il se penche également sur l’histoire des marches comme mode d’action collective au XXe siècle ; les liens entre la Marche et les associations ; les modes d’expression de la Marche telles que la bande dessinée et le Web ; les enjeux citoyens, sociaux et identitaires de la Marche ; la Marche au prisme des contextes lyonnais et marseillais ; et finalement les archives de la Marche ».

Sommaire

Avant-propos
Jamel OUBECHOU, Président de Génériques et Daniel DUCHEMIN, Secrétaire général de Génériques

Introduction
Louisa ZANOUN, responsable du pôle scientifique et culturel à Génériques

Témoignages

: : Une marche pour le vivre ensemble
Toumi DJAIDJA

: : Marcher avec mes frères
Marilaure MAHE

: : Radio Beur et la Marche
Samia MESSAOUDI

: : La Marche et le Relais Ménilmontant
Daniel DUCHEMIN

Pour une histoire des marches comme mode d’action collective

: : L’histoire en marches, de l’inscription de la « Marche des beurs » dans l’histoire d’un mode d’action protestataire
Pierre-Marie TERRAL

: : De l’invisibilité à la visibilité. L’influence de la stratégie revendicatrice de Martin Luther King, les médias et le projet C.
Christine LARRAZET

La Marche et les associations

: : Les associations de solidarité avec les immigrés face à la cause des « jeunes issus de l’immigration » (1980-1984)
Adèle MOMMEJA

: : La Marche pour l’égalité à travers Sans Frontière : continuités et filiation avec les luttes de l’immigration des années 1970
Louisa ZANOUN

: : Les effets de la Marche sur les associations de Marocains
Antoine DUMONT

Les modes d’expression de la Marche

: : La Marche de 1983 et Convergence 84 chez les dessinateurs de bande dessinée issus de l’immigration, ou la contre-bande-dessinée
Mark McKINNEY

: : Le Web, lieu de mémoire alternatif pour une Marche oubliée ?
Sophie GEBEIL

Des enjeux citoyens, sociaux et identitaires de la Marche

: : « Ensemble, refaire la ville ». L’enjeu de la citoyenneté urbaine dans les prémices de la politique de la ville (1973-1983)
Thibault TELLIER

: : Le « mouvement beur » et la grève des ouvriers immigrés de Talbot : ruptures ou continuités ?
Vincent GAY

: : « Comme des Français ». Réflexions sur les mécanismes et les enjeux de la légitimation identitaire des « beurs »
Amín PEREZ

: : 1983- 2013 : encore et toujours l’égalité pour les jeunes descendants d’immigrés ?
Leyla ARSLAN

Au prisme des contextes locaux : Lyon et Marseille

: : La Marche pour l’égalité et contre le racisme au prisme des contextes locaux : retour sur les contours d’une action disputée et non-évidente
Foued NASRI

: : Marseille 1983-2013. Matériaux pour une histoire en marche
Ramzi TADROS, Rachida BRAHIM, Soraya GUENDOUZ-ARAB

Les archives de la Marche

: : Les sources pour l’histoire de la Marche dans le catalogue Odysséo
Tatiana SAGATNI

: : Le dépôt à la BDIC des archives sauvegardées par l’association L’Echo des cités. Pour une histoire des luttes de l’immigration et des habitants des quartiers populaires
Franck VEYRON