Archives par mot-clé : migrations

« Mise en scène numérique des mobilités et des diversités » – 6 mai 2014 – Villa Méditerranée (Marseille)

Mise en scène numérique des mobilités et des diversités. Retours d’expériences et démarches collaboratives. 6 mai 2014 – Villa Méditerranée

L’UMR-Telemme est l’un des partenaires scientifiques du projet de « L’Atelier numérique de l’histoire et des mémoires des migrations en Méditerranée » soutenu par le GIS IPAPIC  dont le principe est de rassembler des acteurs scientifiques (UMR-Telemme, L’IIAC), associatifs (association Ancrages qui coordonne le projet) mais aussi des institutions culturelles (Villa Méditerranée à Marseille) autour d’une réflexion commune. L’ « Atelier numérique » offre l’occasion d’approfondir nos connaissances sur les usages et les pratiques numériques. Il s’agit, à travers le champ des études migratoires, de questionner les enjeux épistémologiques et sociaux liés à la généralisation du recours au numérique. Plus d’informations sur le carnet de recherche dédié  au projet : nummig.hypotheses.org

Cette seconde séance est organisée par l’association Ancrages (Samia Chabani) et la Villa Méditerranée (Nathalie Abou-Isaac).

Le programme est disponible ici : Programme

Le site du projet nirOniro : le rêve comme objet anthropologique et artistique

Dès 1997, Pierre Lévy dans son rapport au Conseil de l’Europe dans le cadre du projet « Nouvelles technologies : coopération culturelle et communication » et publié en 1997 sous le titre Cyberculture, rappelait l’intérêt pour le chercheur en SHS de travailler avec les artistes pour mieux appréhender les changements à l’œuvre avec l’essor du numérique et le développement de l’internet.

Promouvoir des interactions entre Arts et Sciences est précisément l’une des missions que s’est fixée l’IMéRA (Institut Méditerranéen de Recherches Avancées) fondé en 2007.  L’un des projets résidents s’intitule  » Rêver la Méditerranée – projet de recherche anthropologique et artistique sur les rêves dans les Quartiers Nord de Marseille ». Il est développé par Tuia Cherici, artiste, et Arianna Cecconi, anthropologue. Il s’inscrit dans le cadre du projet de recherche NirOniro. 

oniroscope

« NirOniro est une recherche expérimentale qui s’appuie sur les histoires, les souvenirs, les émotions, les imaginaires collectifs, les perceptions, les connaissances, les expériences et les pratiques liées aux rêves nocturnes.

Les rêves sont à la source-même d’une enquête qui dévoile les aspects culturels et esthétiques d’une communauté. Les concepts, outils et méthodologies proposés dans ce projet sont issus de la rencontre entre l’anthropologie et les arts visuels, respectivement les spécialités d’Arianna Cecconi et Tuia Cherici. Lisa Giraldino est la curatrice de ce projet. »

Ce projet donne naissance à une machine à rêve :  « L’ Oniroscope (la machine à rêves) crée une occasion d’échange entre des rêveurs de différentes provenances. Il s’agit, l’espace d’un moment, de partager avec d’autres cette « moitié de vie » que nous passons endormis. Lors de cette rencontre, les rêves ne seront pas interprétés, mais transformés, ils ne seront pas seulement racontés, mais aussi «pratiqués ». »

Le site nirOniro

Le site de Tuia Cherici