Archives par mot-clé : picture

Rue89 – « Sur Internet, un humour plus engagé que le Jamel Comedy Club » / Des sketches racistes à «Mohammed Dubois» : les Arabes nous font marrer

Article de Imanol Corcostegui de Rue89 sur l’humour sur les « Arabes » dans les médias français.

Cet article est le fruit d’une sollicitation suite à la journée d’étude qui s’est déroulée le 26 mars 2014 à Paris sur « Arabes, humour et écran » dans le cadre de  l‘ANR ECRIN.

La partie n° 6 concernant l’humour sur la représentation des « Arabes » sur l’internet s’intitule  « Sur Internet, un humour plus engagé que le Jamel Comedy Club »

Il s’agit de comprendre comment l’internet permet le retournement des stigmates en proposant, à travers les vidéos satiriques, un discours critique à l’égard du traitement médiatique de « l’Arabe ». Le web apparaît également comme un espace d’expression pour un humour plus engagé, notamment sur la question de l’islam, qui trouve peu sa place dans les médias traditionnels.

En complément de l’article,  je propose ici la vidéo de John Rachid qui dénonce les stéréotypes véhiculés par les reportages télévisuels sur la banlieue :

JRachide

 

Ci-dessous un extrait de l’article avec ses différentes entrées :

 » Des sketches racistes à « Mohammed Dubois » : les Arabes nous font marrer.

Dans les années 70, les films se moquaient sans scrupule des maghrébins. Cela continue, différemment. Des chercheurs se penchent sur cet objet jamais étudié : l’humour sur les Arabes.

  1. Cinéma (1970-1990) : « On se moque des Arabes sans aucun remords »
  2. Comiques (1970-1990) : « Certains sketches peuvent choquer »
  3. Comédies (à partir de 1990) : « L’enjeu est commercial »
  4. « L’impression que le système a piégé Jamel Debbouze »
  5. « Le Jamel Comedy Club, c’est un humour très politique »
  6. « Sur Internet, un humour plus engagé que le Jamel Comedy Club « 

L’article en intégralité : http://rue89.nouvelobs.com/rue89-culture/2014/05/03/sketches-racistes-a-mohammed-dubois-les-arabes-font-marrer-251300

Pourquoi archiver le web ? Les missions de l’IIPC

Page d'accueil du site de l'IIPC www.netpreserve.org
Page d’accueil du site de l’IIPC www.netpreserve.org

En France, l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) et la Bibliothèque Nationale de France (BNF) sont en charge de l’archivage du « web français », au titre du dépôt légal élargi aux documents numériques depuis la loi 1er  août 2006 relative au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information (DADVSI).  Le dépôt légal du Web se fonde sur la logique de la collecte automatique qui s’est imposée comme la solution la plus efficace compte-tenu de l’immensité des données concernées. Si la loi française n’intervient qu’en 2006, l’INA comme la BNF n’avaient pas attendu cette date pour mener des collectes expérimentales, notamment en collaboration avec l‘International Internet Preservation Consortium (IIPC)  fondé en 2003.

Qu’est-ce que  l’IIPC (International Internet Preservation Consortium) ?

En juillet 2003, dix bibliothèques nationales d’Europe (dont la BNF), d’Amérique du Nord, d’Australie ainsi que l’association Internet Archive se sont rassemblées pour  développer « une collaboration internationale et assurer la préservation des contenus de l’internet pour les générations futures[1] ».

Chaque institution est alors confrontée aux nouvelles problématiques imposées par l’archivage du Web : document mondial, déterritorialisé et dématérialisé, le document issu du réseau bouleverse la tradition patrimoniale fondée sur le support et le territoire. L’archivage du web dans sa globalité par une seule institution apparaît alors impossible compte-tenu de la masse des données à stocker et de la grande diversité des législations nationales en terme de droits de la propriété intellectuelle. L’IIPC a donc dans un premier temps favorisé les transferts de compétences informatiques tout en permettant à chaque institution de mieux définir les domaines d’archivages nationaux. Gildas Illien a montré comment cette organisation en marge, initialement animée par des ingénieurs en informatique s’attelant à développer des logiciels, s’est peu à peu développé politiquement.

L’évolution de l’IIPC et de ses missions

De 2003 à 2006, la priorité du consortium réside dans la création de robots de capture permettant de parcourir et de traiter un nombre très importants de données. N’ayant trouvé aucune entreprise capable de répondre à l’appel d’offre lancé par l’IIPC, la décision a été prise de développer des logiciels libres (open source[2]). De ce travail collaboratif est né le robot Heritrix[3] utilisé par la BNF comme par Internet Archive pour la Wayback Machine. Une autre urgence technique s’imposait également : la compatibilité des formats. Face à un web « découpé » en différentes parties capturées par des institutions autonomes, il est alors nécessaire de choisir des formats, des normes identiques afin de pouvoir un jour relier l’ensemble des archives nationales. C’est durant la seconde phase de développement du consortium (2007-2009) que les formats ont été normalisés en particulier en ce qui concerne le stockage, un des axes prioritaires de la période. Ainsi le format de stockage ARC est remplacé par le format WARC[4] dont la norme est reconnue par l’ISO[5] en 2009. Les données recueillies par les robots sont ainsi stockées dans le même format quelle que soit l’institution membre de l’IIPC. De plus, le format WARC facilite le maniement de volumes de données importants tout en sauvegardant les métadonnées[6] accompagnant les pages web archivées. Les fichiers sont ensuite enregistrés sur des baies de stockage de gros volumes (les Petabox pouvant atteindre 120 téraoctets) qui seront utilisées pour la consultation des documents. En parallèle, les données sont entreposées dans le Système de préservation et d’archivage réparti (Spar) mis au point à la BNF en 2008. Depuis 2010, les membres du consortium ont adopté le modèle de stockage OAIS[7] dédié à l’archive.  Durant cette même période, l’IIPC s’élargit et intègre de nouveaux membres comme l’INA. Grâce aux cotisations de ses 39 institutions, le consortium devient une organisation internationale reconnue et disposant d’un budget conséquent.

Depuis 2010, une réflexion est engagée sur le traitement des données sauvegardées et leur intégration dans les collections des bibliothèques. Il s’agit de vérifier dans quelle mesure les méthodes traditionnelles d’archivage, fondées sur le catalogage, l’indexation et la conservation peuvent-elles s’appliquer à Internet ; l’objectif étant de déterminer une politique documentaire commune adaptée à l’archivage du Web. Le travail mené porte également sur les attentes liées à la consultation des archives, notamment en ce qui concerne les besoins des chercheurs en terme d’informations collectées mais aussi au sujet de la création d’outils d’analyse adaptés.

Chaque année, l’IIPC organise son Assemblée Générale rassemblant les partenaires et dont une partie des interventions sont ouvertes au public. La prochaine aura lieu du 19 au 23 mai 2014 à Paris à la BNF.

Pourquoi archiver le web ?

Sur son site, l’IIPC revient sur la nécessité d’archiver le web.

Pourquoi archiver le web ? IIPC
Pourquoi archiver le web ? IIPC

 

 


[1] Illien Gildas, « Une histoire politique de l’archivage du web », BBF, 2011, n° 2, p. 60-68, [en ligne] <http://bbf.enssib.fr/>, consulté le 24.10.11.

[2] Logiciel libre ou open source : se dit des logiciels dont le code source qui est à l’origine de leur fonctionnement est disponible contrairement aux logiciels propriétaires. Par modification du code source, les usagers peuvent faire évoluer le logiciel alors qu’un logiciel propriétaire est figé. Le navigateur Mozilla Firefox, le système d’exploitation Linux et la suite bureautique Open Office sont les logiciels libres les plus connus actuellement.

[4]Information and documentation, « The WARC File Format (ISO 28500) – Information, Maintenance, Drafts », Espace professionnel de publication sur le document numérique à la BNF, consulté le 4.12.11,  <http://bibnum.bnf.fr/warc/>.

[5] Site de l’Organisation Internationale de Normalisation (ISO), consulté le 4.12.11, <http://www.iso.org/iso/fr/home.htm>.

[6] Les métadonnées sont les informations sur le contenu (titre, auteur, date…) ou la nature (texte, hyperlien, son…) d’une page web. Invisibles, elles sont insérées dans les pages web ce qui permet l’identification de la page par les moteurs de recherche.

[7] OAIS: Open Archive Information System. Modèle conceptuel dédié à la gestion, l’archivage et la préservation de données numériques.

La caravane de la mémoire, association Com’étik Diffusion, Aubagne

Le lundi 03 mars 2014, a eu lieu, à la Maison de quartier de La Tourtelle[1] à Aubagne, la restitution des créations sonores réalisées dans le cadre du projet La caravane de la Mémoire porté par Charlotte Jullien pour l’association Com’étik diffusion basée à Aubagne[2]. Les membres de l’association avaient convié les habitants du quartier à venir, autour d’un goûter, écouter les créations sonores montées à partir de témoignages sur l’histoire et la vie du quartier. Ces contenus seront prochainement mis en ligne sur le site de l’association. Chaque écoute était ensuite l’occasion d’une discussion et d’un partage entre les personnes présentes : membres de l’association, participants au projet – dont des enfants et adolescents du quartier, familles et habitants curieux d’entendre les créations, personnes autrefois liées au quartier (ancienne institutrice par exemple) ou extérieures à celui-ci mais intéressées par le projet.

Pour ma part, j’ai pu assister à deux restitutions. La première portait sur les « baraques » de l’ancien « bidonville » qui précédait la construction des bâtiments. Il s’agissait essentiellement d’une mémoire émanant d’«enfants des baraques»  qui ont vécu le relogement en HLM comme un évènement dramatique marquant la fin de la solidarité. Ces témoignages semblent correspondre à ce que Muriel Cohen qualifie de « mémoire enchantée » du bidonville[3] à propos de Nanterre et qu’elle a notamment identifié dans le blog Chronironique rassemblant de nombreux billets en ce sens[4]. La seconde création sonore, intitulée « les jeunes », donnait à entendre le regard des enfants sur leur lieu de vie, leur propre parcours ou celui de leurs parents. Ainsi l’un d’entre eux, venu d’Algérie à l’âge de 8 ans, raconte les difficultés qu’il a rencontrées pour s’adapter à la vie en France, et particulièrement à l’école. Cette restitution s’accompagnait d’une exposition présentant une variété de documents sur l’histoire du quartier : des photographies récentes prises par les membres de l’association Com’étik mais aussi des documents administratifs et des photographies plus anciennes trouvés par Charlotte aux archives. Dans une ambiance conviviale, cette restitution fût un moment touchant, probablement du fait de l’implication des habitants dans le projet et du travail de Charlotte, qui s’est attelée à mettre en valeur leurs souvenirs, laissant ainsi peu transparaître, ses propres attentes en tant qu’« enquêtrice ».

Comme le présente l’association Com’étik Diffusion, le projet la Caravane de la mémoire vise à « réaliser un travail de mémoire avec les habitants », en articulant les récits de vie individuels avec « la grande Histoire ». Les créations sonores ainsi élaborées, entendent rendre compte de la diversité de la société française perçue comme une « mosaïque humaine ». Il s’agit ainsi, à travers l’histoire d’un territoire, de valoriser la mémoire de ses habitants dans sa pluralité. La mise en ligne permet également de contribuer à l’élaboration d’une mémoire collective composée d’une multiplicité de parcours intimes. Ce projet mémoriel entamé en 2011, s’inscrit dans le cadre d’une convention entre la Ville d’Aubagne et l’association Com’étik, au titre des politiques municipales de cohésion sociale dans les quartiers prioritaires (CUCS). La Caravane s’intéresse particulièrement à la mémoire des habitants des grands-ensembles qui s’inscrit souvent dans un parcours de mobilité.  Ainsi, les questions du mal-logement durant les Trente Glorieuses mais aussi celles des mémoires d’Algérie reviennent régulièrement au fil des balades sonores que constitue l’écoute des créations disponibles sur le site de l’association.

Suite à une requête rapide, on constate que l’expression « Caravane de la mémoire », est employée dès les années 2000 sur l’internet francophone pour qualifier un projet mémoriel lié à l’anti-franquisme en Espagne[5]. Au milieu des années 2000, le terme désigne un projet de recherche pluridisciplinaire sur la francophonie[6]. En 2012, le site du quotidien maghrébin Lemag y a recours pour présenter un projet éponyme de réhabilitation des mémoires des mineurs marocains[7] qui est le fruit d’une collaboration entre le ministère Chargé de la Communauté Marocaine à l’Etranger (CMME – Maroc) et l’Association des mineurs marocains du Nord-Pas-de-Calais (AMMN – France). Enfin la même année, à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’indépendance, les webzines algériens relatent le départ de Tlemcen de « la Caravane de la mémoire » qui doit « permettre aux jeunes qui la composent de connaître les différents sites historiques marquant les étapes de la Révolution du 1er novembre 1954[8] ». Ce rapide itinéraire de l’expression aboutit, à partir de décembre 2013, à une corrélation avec le trentième anniversaire de la Marche pour l’égalité et contre le racisme (« Marche des Beurs ») de 1983 du fait de l’initiative de l’association ACLEFEU visant à donner davantage de visibilité à cet évènement et à en faciliter la transmission, au moyen d’une exposition itinérante sur les lieux de la Marche. Ainsi, d’après une première observation, l’expression renvoie de façon récurrente, durant la décennie 2000, à des mémoires franco-maghrébines, politiques et militantes. Reste à approfondir l’analyse et à savoir ce qu’il en est hors-ligne.

Les créations sonores présentées le 03 mars seront disponibles prochainement sur la page dédiée du site www.cometik.info.


[2] Com’étik diffusion, 4, rue Jean-Jacques Rousseau, 13400 Aubagne, <http://cometik.info/>, consulté le 10/03/2014

[3] COHEN Muriel, « Les bidonvilles de Nanterre, entre « trop plein » de mémoire et silences », Diasporas, n°17, mars 2011.

[5] MARTINEZ-MALER Odette, 2000-2002, les « Caravanes de la mémoire ». Effractions et discordances, Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2003, n° 70, pp. 87-93, <http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mat_0769-3206_2003_num_70_1_402457>, consulté le 10/03/2014

[6] BAUSSANT, Michèle et KFOURY, Liliane (2009) La caravane de la mémoire : Tunis, Rabat, Beyrouth. Lettre Langue française, diversité culturelle et linguistique (5), <http://eprints.aidenligne-francais-universite.auf.org/161/> , consulté le 10/03/2014

[7] « Le CCME organise une caravane à la mémoire des mineurs marocains de France », Le Mag.ma, 13/11/2012, <http://www.lemag.ma/Le-CCME-organise-une-caravane-a-la-memoire-des-mineurs-marocains-de-France_a64837.html>, consulté le 10/03/2014

[8] Algerie360, « Départ, de Tlemcen, de la caravane de la mémoire », 19 mars 2012, <http://www.algerie360.com/autres/redirect/?Urlredirect=http://www.algerie360.com/>, consulté le 10/03/2014