Polyvocal interpretation of contested colonial heritage (PICCH) – 2021/2023

Le projet Polyvocal Interpretation of Contested Colonial Heritage (PICCH) coordonné par Daniel Petrelli (Sheffield Hallam University) a été retenu dans le cadre de l’appel à projet ANR « Patrimoine, Identités et Perspectives : s’adapter à des sociétés en évolution » de l’initiative de programmation conjointe JPI CH (Joint Programming Initiative on Cultural Heritage and Global Change).  

Autour de Daniela Petrelli de l’université de Sheffield, le projet est coordonné par quatre PI (Principal Investigator)  :  Pr. Alexander Badenoch (Vrije Universiteit Amsterdam), Pr. Pia Borlund (Oslo Metropolitan University – OsloMet), et Dr Sérgio Paulo (VoiceInteraction – Tecnologias de Processamento da Fala, Portugal). 
En tant que PI, j’assurerai la coordination du projet pour la France, pour le laboratoire TELEMME, en partenariat avec l’INA représenté par Claude Mussou, Christine Mussard de l’IREMAM, Véronique Ginouvès de La Phonothèque de la MMSH, et Naïma Yahi de l’association Pangée Network.  

Bref résumé du projet : 

De nombreuses institutions de mémoire à travers l’Europe contiennent des fonds liés à son passé colonial qui, depuis de nombreuses années, fait l’objet de contestations de la part des communautés d’origine, des minorités ethniques et de la société civile dans son ensemble. Dans le même temps, les professionnels du domaine sont en prise avec des questions complexes sur ce qu’il convient de faire avec ce patrimoine culturel problématique, qu’il s’agisse de restituer des objets lorsque cela est approprié ou de réécrire le contexte historique qui les entoure d’une manière plus critique et inclusive. Ce projet vise à identifier les principaux exemples de patrimoine audiovisuel colonial dans les trois archives concernées, à dresser une carte commune des représentations racialisées partagées liées à leurs contextes impériaux respectifs, à identifier les problèmes de visualisation et de langage et à ouvrir un dialogue entre les archives et divers utilisateurs, notamment des archivistes, des chercheurs, des cinéastes et la société civile. 
Le patrimoine audiovisuel colonial numérisé est fourni par trois archives nationales : L’Institut néerlandais du son et de la vision, l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) français et le Pitt Rivers Museum à Oxford, au Royaume-Uni. Toutes ces archives possèdent une riche collection de films et de sons originaux, dont certains ont été produits à l’apogée de la période impériale. Ce projet étudie les modalités selon lesquelles ces archives créées dans un « esprit colonial » peut être réapproprié et réinterprété de manière critique pour devenir un levier efficace pour  participer au développement d’une future société inclusive.
L’objectif de PICCH est d’engendrer une polyvocalité qui peut être incorporée dans les archives elles-mêmes, offrant de nouvelles façons d’entrer et d’explorer le passé via un cadre interprétatif contemporain. À cet effet, des technologies avancées seront utilisées pour étudier la manière de relier les langages archivistiques et contemporains, et pour soutenir l’exploration transnationale de plusieurs archives via une interface utilisateur interactive unique.

Outre l’organisation d’ateliers participatifs autour d’archives audiovisuelles, le volet français mobilisera de façon inédite les archives du Web de l’Ina pour étudier les enjeux, les acteurs et les temporalités des débats liés à l’héritage colonial dans les années 2000. 

Dans ce cadre, le projet prévoit le recrutement d’une doctorant en histoire du Web pour deux ans et de 8 étudiant·e·s de Master II pour une durée de 6 à partir de septembre 2021 jusqu’en septembre 2023. 

Nous espérons également pouvoir créer des passerelles avec DeCoSEASDecolonizing Southeast Asian Sound Archives, deuxième projet obtenu à l’échelle de la MMSH dans le cadre de cet appel à projet ! 

 

enquête nationale – Le travail étudiant face à l’enseignement à distance (questionnaire)

A destination des étudiantes et étudiants.

A l’heure où des voix s’élèvent pour demander le retour des cours en présentiel à l’université, nous effectuons une recherche sur le travail des étudiants en France en vue de comprendre comment vous vous efforcez d’organiser votre travail à distance pour répondre aux demandes de vos enseignants et aux exigences de votre formation universitaire.

Dans ce contexte, votre point de vue nous intéresse.

Pour contribuer à cette recherche, vous pouvez répondre au questionnaire suivant en cliquant sur le lien ou en scannant le QR code :

http://sphinx2.espe.univ-amu.fr/v4/s/fjw4jr

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Etudiants-confines20.gif.

Nous rendrons publics les résultats de l’enquête quand elle arrivera à son terme.

Merci pour votre participation à ce travail de recherche.

Nous sommes une équipe de chercheurs d’Aix-Marseille Université issus de plusieurs disciplines, porteurs du projet O.U.F. Observation des Usages numériques dans l’activité enseignante à distance à des fins de Formation.

Perrine Martin                  perrine.martin@univ-amu.fr

Sophie Gebeil                    sophie.gebeil@univ-amu.fr

Christine Félix                   marie-christine.felix@univ-amu.fr

Pierre-Alain Filippi           pierre-alain.filippi@univ-amu.fr

Membres des laboratoires  ADEFTELEMMe et de SFERE

« papa, maman, j’arrive pas à me connecter ! » Quand l’école s’invite à la maison – visioconférence Interactive en direct des classes jeudi10 décembre 14-15h30

Cet événement est ouvert à toutes et tous sur inscription : https://bit.ly/tablerondeconfinement

Dans le cadre du Festival des sciences sociales et des arts « Jeu de l’Oie » porté par Aix-Marseille Université et intitulé pour l’édition 2020 : « Confinement(s). Tout un monde à l’arrêt ? », l’académie d’Aix- Marseille, en partenariat avec Aix-Marseille Université et plusieurs laboratoires scientifiques de recherche proposent aux établissements du second degré (de la 4e à la Tle) de l’ensemble du territoire national ainsi qu’à l’ensemble de la communauté éducative, une table ronde diffusée par visioconférence

« Quand l’école s’invite à la maison – Papa, maman, j’arrive pas à me connecter !!! »

 Cette visioconférence se déroulera le jeudi 10 décembre 2020 de 14h à 15h30. Pendant la moitié du temps imparti, vos élèves pourront, grâce au chat, poser des questions et échanger en direct avec l’équipe de recherche (C. Félix, P.-A. Filippi, P. Martin, S. Gebeil)  

Les enseignants qui souhaitent inscrire leur classe doivent remplir le court formulaire à l’adresse suivante

https://ppe.orion.education.fr/academie//itw/answer/s/v3xtsupkii/k/tableronde

ou https://bit.ly/tablerondeconfinement

Chaque enseignant, une fois inscrit, recevra le lien qui lui permettra d’accéder aux visioconférences. Il suffira, pour les suivre, d’une connexion internet et d’un simple navigateur. Aucune installation de logiciel n’est requise. Les inscriptions sont possibles jusqu’à la veille des visioconférences.

Les enseignants peuvent y participer avec leurs classes (collèges et lycées) sur inscription :

https://ppe.orion.education.fr/academie//itw/answer/s/v3xtsupkii/k/tableronde 

Plus d’informations sur :

– la table ronde interactive (organisation et inscription) : https://www.echosciences-paca.fr/evenements/quand-l-ecole-s-invite-a-la-maison-papa-maman-j-arrive-pas-a-me-connecter

–  la lettre du Recteur à ce sujet : http://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_10834121/fr/proposition-d-une-table-ronde-en-visioconference-nationale-confinements-tout-un-monde-a-l-arret

– le projet de recherche : « Observation des Usages numériques dans l’activité enseignante à des fins de Formation » 

 

 Laboratoires ADEF, Apprentissage, Didactique, Evcaluation, Foramtion (http://adef.univ-amu.fr/) ; Telemme,

Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée (https://telemme.mmsh.univ-aix.fr/ )

 

 

Observation des Usages numériques dans l’activité enseignante à distance à des fins de Formation – Présentation du projet

Image Pixabay

 

Dès le 16 mars 2020, l’épidémie de Covid 19 a entraîné la fermeture des établissements scolaires et des universités en France, plongeant les enseignants et les apprenants, de la maternelle à l’université, dans un enseignement à distance qu’il a fallu mettre en œuvre subitement.

Face à cette transformation soudaine du contexte, il nous est apparu opportun de documenter, d’observer, d’explorer et d’analyser cette situation “extraordinaire” en prenant en compte le travail des différents acteurs concernés. Les questions d’enseignement-apprentissage avec le numérique, le travail enseignant, ainsi que les dispositifs d’accompagnement pour les élèves intéressent, par ailleurs, nos travaux de recherche en tant qu’enseignants-chercheurs rattachés à l’INSPE. Nous avons donc conçu un projet consacré à l’enseignement à distance en contexte de confinement, associant les Sciences de l’Education et de la Formation et les Sciences de l’Information et de la Communication et porté par deux laboratoires (ADEF & TELEMMe). Le projet « Observation des Usages numériques dans l’activité enseignante à distance à des fins de Formation (O.U.F.) » vise à comprendre comment les professeur·e·s et les élèves ont fait face à ce basculement vers un enseignement totalement distanciel, en prêtant une attention particulière à l’usage des dispositifs numériques à des fins pédagogiques ainsi qu’aux différents aspects de transformation de l’activité des enseignants et des élèves.

Dans cette optique, nous avons recueilli deux types de matériaux. D’une part, des entretiens cliniques à distance avec des professionnels lors du confinement et en sortie de celui-ci, dont les enregistrements seront probablement déposés à la Phonothèque de la MMSH. D’autre part, nous avons également réalisé et diffusé trois questionnaires mis en ligne mi-avril 2020 et clôturés deux mois plus tard, le 7 juin 2020. Nous avons recueilli 7525 réponses, soit 1040 réponses issues du questionnaire adressé aux enseignants du supérieur, 4074 réponses pour les enseignants du 1er et 2nd degrés et 2411 réponses d’élèves et de leurs parents, de la maternelle au lycée. Ces questionnaires renseignent les rapports entre situation personnelle et professionnelle de chacun, usages du numérique avant et pendant le confinement, organisation du travail des enseignants et des élèves ainsi que leur point de vue sur l’expérience vécue. Les informations recueillies sont anonymes et ont été déposées sur la plateforme Zenodo selon un plan de gestion de données relevant des humanités numériques.

L’analyse est en cours mais les premiers résultats montrent déjà l’effort que la mise en œuvre de la continuité pédagogique a demandé dans l’urgence à toutes et tous. Les enseignants se sont massivement investis avec les  “moyens du bord” pour mettre en place des situations d’enseignement à distance, une façon de travailler « différente », demandant davantage d’individualisation et la maîtrise de nouveaux outils. Ce qui a eu pour  conséquence directe une intensification du travail.  Le “temps passé sur écran” se situe entre 4 et 8h par jour pour 55% des enseignants au lieu de 12% hors confinement et dépasse 8h par jour pour plus de 31% d’entre eux alors qu’ils étaient moins de 2% hors confinement. Les premières tendances permettent aussi d’observer les difficultés induites par le tout distanciel à l’heure où la rentrée de septembre en présentiel reste incertaine dans bon nombre d’établissements et où la complexité à réaliser cette continuité pédagogique se perd dans les polémiques sur le travail effectif des enseignants.

Sophie Gebeil, UMR 73030 TELEMMe, Aix-Marseille Université

Christine Félix, UR 4671 ADEF, Aix-Marseille Université

Pierre-Alain Filippi, UR 4671 ADEF, Aix-Marseille Université

Perrine Martin, UR 4671 ADEF, Aix-Marseille Université

 

 

La Continuité pédagogique en contexte de confinement – LES QUESTIONNAIRES

L’épidémie de Covid 19 a entrainé la fermeture des établissements scolaires et des universités. La circulaire du 13 mars 2020 émanant du ministre de l’éducation nationale visait à organiser et mettre en oeuvre la « continuité des apprentissages ». 

Etant quatre enseignants-chercheurs d’Aix-Marseille Université rattachés à l’INSPé, nous sommes nous-mêmes amenés à mettre en place la continuité des apprentissages auprès de nos étudiant·es tout en accompagnant les enseignants-stagiaires dans la mise en oeuvre de la continuité pédagogique auprès de leurs élèves. 

Nous avons donc conçu un projet de recherche consacré à l’enseignement à distance en contexte de confinement, dans une perspective associant les Sciences de l’Education (Christine Felix, Perrine Martin, Pierre-Alain Filippi) et les Sciences de l’information et de la communication.

Dans cette optique, nous avons réalisé plusieurs questionnaires visant à étudier l’activité des enseignant·es du premier et second degré, de leurs élèves et des familles ainsi que celle des enseignant·es du supérieur en France. 

Si vous êtes intéressé·es, vous pouvez répondre aux questionnaires suivants : 

Nous insistons sur le fait que toutes les données récoltées sont totalement anonymes et ne seront utilisées qu’à des fins de recherche. Nous rendrons publics les résultats de l’enquête quand elle arrivera à son terme.

Nous sommes bien conscients que notre demande ajoute un travail supplémentaire à une période déjà chargée. Pour autant, nous espérons que vous trouverez un intérêt à répondre rapidement à ce questionnaire et à le diffuser le plus largement possible à tous. 

Nous vous conseillons d’éviter le navigateur Safari pour répondre au questionnaire.

Merci pour votre participation à ce travail de recherche.

 

Christine Félix                   christine.felix@univ-amu.fr

Pierre-Alain Filippi           pierre-alain.filippi@univ-amu.fr

Sophie Gebeil                    sophie.gebeil@univ-amu.fr

Perrine Martin                  perrine.martin@univ-amu.fr

Membres des laboratoires  ADEF, TELEMMe et de SFERE

Image PIXABAY https://pixabay.com/fr/illustrations/en-ligne-l-éducation-internet-3412498/

14 octobre 2019 Citoyenneté numérique : une entrée par l’éducation aux médias et à l’information, Inspé, Aix-en-Provence

image Pixabay https://pixabay.com/fr/photos/jeune-fille-filles-jeunes-beauté-1610686/

Une journée associant des chercheur-e-s et des enseignant-e-s pour penser la place de l’Education aux Médias et à l’Information (EMI) dans l’éducation à la citoyenneté à l’ère numérique.

Si l’’éducation aux médias et à l’information n’est pas nouvelle, la généralisation d’Internet et du Web est à l’origine de défis majeurs pour les démocraties contemporaines. Fausses informations, désinformations, complotisme, crise de confiance envers les médias dits mainstream, les griefs à l’égard du « quatrième pouvoir » ne manquent pas, mettant ainsi à mal un des socles de la démocratie. La circulation de l’information impacte aussi la posture de l’enseignant dans son rapport au savoir, désormais accessible sur la Toile. L’École républicaine fait donc face à un défi complexe, l’éducation à la citoyenneté étant aujourd’hui indissociable du développement des compétences numériques des élèves : gérer son identité numérique, savoir s’informer, utiliser Internet en responsabilité, etc. Cela se traduit par un renforcement de la prescription émanant du Ministère de l’Education nationale à l’attention du personnel enseignant, notamment à travers l’intégration de l’Education aux Médias et à l’Information (EMI) dans le Code de l’éducation en 2013, rattachée par la suite au Parcours Citoyen. La mise en œuvre de ces enseignements s’accompagne de l’incitation à mobiliser des pratiques relevant de la pédagogie active, à l’image de la didactique de l’EMC (Enseignement Moral et Civique) ou de l’obligation de mettre en place un média scolaire dans chaque établissement. Face à de tels défis, comment accompagner au mieux l’ensemble des enseignant-e-s dans le cadre de la formation initiale et continue ? Faisant suite au projet de WebTV Scola Média porté par l’Inspé, cette journée se propose d’apporter des clefs de compréhension concernant les enjeux éducatifs liés aux médias à l’ère numérique grâce à l’apport de la recherche, tout en mettant en dialogue les actrices et acteurs de la formation, les enseignant-e-s et les partenaires éducatifs du territoire.

Cette journée scientifique, organisée par l’Inspé Aix-Marseille et le laboratoire TELEMMe (UMR 7303 AMU CNRS), aura lieu le 14 octobre 2019 à l’Inspé d’Aix-en-Provence en salle de conférence de 8h30 à 17h.

Entrée libre sans inscription.

Comité d’organisation : Sophie Gebeil, Fabrice Barth, Véronique Augré, Brigitte Tafforin.

Contact : sophie.gebeil@univ-amu.fr

Programme

8h30 : Accueil Café

9h : Introduction

Pascale Brandt-Pomarès, Professeure des Universités, directrice de l’Inspé Aix-Marseille 

Laurence Espinassy, Maître de conférences, Directrice adjointe de l’Inspé Aix-Marseille, chargée des relations recherche-terrain-formation 

Sophie Gebeil, Maître de conférences, responsable du projet Scola Media (Inspé Aix-Marseille, UMR 7303 TELEMMe)

9h20 – 10h20 : L’éducation aux médias et l’information comme clef de compréhension du monde

Florence Thiault, Maître de conférences à l’Université de Rennes 2 (Laboratoire PREFICS, URFIST de Bretagne et des Pays de la Loire)

Modération : Véronique Augé, Enseignante responsable du parcours Professeur Documentaliste (INSPé Aix-Marseille)

10h20-10h30 Pause

10h30 – 11h20 : Acteurs et pratiques pédagogiques (Table ronde n°1)  

Modération : Fabrice Barth, Enseignant chargé de mission au numérique pédagogique (Inspé Aix-Marseille)

Isabelle Roos , IEN, adjointe au Délégué Académique au Numérique Éducatif (DANE)

Rodrigue Coutouly, Proviseur Vie scolaire, Référent Laïcité

Evelyne Montel-Roux, Professeure Documentaliste (collège Jean Malrieu, Marseille), PFA Inspé Aix-Marseille

Djamel Achour, Fondateur de l’association Anonymal TV (Aix-en-Provence)

11h20 – 12h : Ressources pour l’EMI

Réseau Canopé – Sophie Fouace, IA-IPR, Directrice territoriale Provence-Alpes-Côte d’Azur de Réseau Canopé

Les fresques éducatives de l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) – Déléguée régionale de l’Ina-Méditerranée 

Le jeu en ligne “Trivia EMI” –  Clotilde Chauvin, Mission Laïque Française

12h – 13h30 : Pause repas (libre)

13h30 : Introduction

Fabrice Barth, Enseignant chargé de mission au numérique pédagogique, Inspé Aix-Marseille

13h45 – 14h45 : Comprendre les  cyberviolences et y faire face

Bérengère Stassin, Maître de conférences, Université de Lorraine, CREM (Centre de recherche sur les médiations)

Modération : Brigitte Tafforin, Enseignante dans le parcours Professeur Documentaliste, Inspé Aix-Marseille

14h45 – 15h Pause-Café

15h – 16h : Acteurs et pratiques pédagogiques (Table ronde n°2) 

Modération : Sophie Gebeil

Virginie Youssefane-Ellul, enseignante de Lettres, responsable de la webradio du lycée Vauvenargues (Vaux’ Radio)

Pascale Michels, enseignante de Lettres, chargée de mission à la DANE ; coordinatrice de la Classe Médias au collège Campra, un dispositif porté par le CLEMI Aix-Marseille

Florence Jaille, Professeure des Écoles, chargée de mission premier degré à la DANE

Bernard Mossé, Responsable pédagogique du Camp des Milles

16h : Le CLEMI, un acteur incontournable

Le Centre de Liaison de l’Enseignement et des Médias d’Information (CLEMI)  – Virginie Bouthors, Professeure documentaliste, coordonnatrice académique CLEMI Aix-Marseille

16h20 : Ressources pour l’EMI (2)

Les ressources de la MAIF au service des élèves, des familles et des enseignants – Michel Trinquet

16h35 : Conclusion 

Véronique Augé, Fabrice Barth, Sophie Gebeil, Brigitte Tafforin

https://telemme.mmsh.univ-aix.fr/
https://inspe.univ-amu.fr

Retrouver l’affiche et le programme réalisés par l’Inspé.

parole.des.quartiers.org

Voici un site archivé depuis le 4 juin 2003 par Internet Archive via la Wayback Machine. La dernière version collectée semble dater du 4 avril 2005.

La Parole des Quartiers, www.parole-des-quartiers.org, association Inforoots, version du 4 juin 2003 sur Internet Archive, https://web.archive.org/web/20030604120803/http://parole-des-quartiers.org:80/, consulté le 10.01.19

L’objectif de ce site est de favoriser l’expression des jeunes sur Internet, en particulier dans les quartiers populaires. Le projet est porté par l’association Inforoots basée à Marseille (le site a aussi été archivé).

Site de l’association Inforoots, inforoots.org, version du 16 mai 2001, Internet Archive, https://web.archive.org/web/20010516001615/http://www.inforoots.org:80/, consulté le 10.01.19

Plusieurs pages personnelles sont ainsi créées par quartiers, souvent en lien avec le centre social, à l’image du site : www.lesrosiers.org

www.lesrosiers.org, version du 7 octobre 2003 sur Internet Archive, https://web.archive.org/web/20030805050101/http://www.lesrosiers.org:80/, consulté le 10.01.19

Entre écrits de jeunes, histoire des habitants du quartiers, premières vidéos mises en ligne dès la fin des années 1990 (Noailles online, 1998), une source pour l’histoire urbaine, l’histoire du développement du Web et plus largement pour l’histoire des pratiques mémorielles en ligne.

L’archive est assez incomplète, les vidéos ne semblent pas avoir été archivées mais peut-être que la BnF a également collecté ces sites au titre du dépôt légal du Web.

Généalogie, mobilisation et archivage des images – Rendez-vous de l’histoire, Blois, 14 octobre 2018


La leçon d’histoire de Fernand Braudel, Antenne 2, 14 janvier 1992, réalisation Martin Gélard, Inathèque. Programme.

Chaque année, les rencontres de Blois sont l’occasion de rencontres privilégiées avec des historiens qui exposent l’état de leurs réflexions, présentent leurs travaux et confrontent leurs points de vue dans le but de concourir au progrès de la recherche et de la connaissance historique. 

La table-ronde proposée sur le thème Généalogie, mobilisation et archivage des images en Méditerranée au XXème et XXIème siècles s’inscrit dans le cadre d’un programme collectif transversal au sein de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence), le Pôle image, son, pratiques du numérique en sciences humaines et sociales et de l’atelier « Visual Studies » de TELEMMe – Aix-Marseille Université – CNRS. Au cœur de débats médiatiques récurrents, le cadre méditerranéen est loin d’être escompté. Polymorphe, insaisissable, fuyant, il est traversé par des perceptions multiples. Appuyée sur les travaux d’un programme collectif, la table-ronde proposera un cadre de réflexion à différentes modalités d’appréhension visuelle de la Méditerranée depuis les images télévisées (série Méditerranée), les formes d’expressions mémorielles sur le Web, la production filmique des représentations de la ville ou du religieux jusqu’à l’archivage et la mobilisation des publics pour appréhender ces images et les utiliser.

La thématique de l’image et du son est identifiés comme données à des fins de recherches et comme objets d’investigation ou de représentation du réel. L’inflexion mise sur les études méditerranéennes correspond au rattachement institutionnel au sein de la MMSH.

Depuis sa création, en 1997, le Pôle image, son, pratiques du numérique en sciences humaines et sociales n’a cessé de faire travailler ensemble des chercheur.e.s, des enseignant.e.s., des étudiant.e.s et et des ingénieur.e.s de différentes disciplines pour proposer un cadre de réflexion sur ces questions. Ainsi, dès les années 2000 plusieurs projets ont proposé des pistes de réflexions sur la production scientifique à l’écran ; deux programmes européens, en collaboration avec l’Institut national de l’audiovisuel, (2009-2011) ont abouti à la mise en place d’un site proposant des séquences d’archives audiovisuelles du bassin méditerranéen ouvrant la voie au partage des mémoires audiovisuelles de la Méditerranée ; s’appuyant sur cette collaboration avec l’Ina, plusieurs programmes se sont développés comme sur la question du patrimoine visuel en collaboration avec des universités brésiliennes (PICS 2013-2017) et plus largement sur les Visual Studies (avec l’UMR TELEMMe depuis 2015).

La matinée proposée pour les journées de Blois sera l’occasion de témoigner de de ce programme pluridisciplinaire, en questionnant quelques facettes de la fabrication des images sur la Méditerranée qui influent sur les perceptions contemporaines de cet espace. 

Visionner l’affiche de la table ronde ici

Plus d’information sur le carnet du pôle Images Sons Pratiques du Numérique en SHS (MMSH).

Éléments pratiques : 11h-13h,IUT de Blois, 5 rue de la Chocolaterie 41000 Blois, salle 214. Programme complet des rencontres : ici.

3 offres de stage de 6 mois (2021/2022) TELEMME / Master 2 Histoire

Dans le cadre du projet ANR PICCH (Polyvocal Interpretation of Contested Cultural Heritage), le laboratoire TELEMMe propose trois offres de stage pour des étudiants en Master 2 Histoire Parcours monde moderne et contemporain, en lien avec les sujets de recherches suivants durant l’année universitaire 2021/2022 :
 
– « L’exposition coloniale de Marseille (1913-1922) » sous la direction de Céline Regnard (1 offre de stage) => cliquez sur le lien suivant pour connaître les conditions de candidature et le profil de l’offre : https://amubox.univ-amu.fr/s/3CN4jdqTzwMAJj2
 
– « Représentations du passé colonial sur le Web du début des années 2000 à nos jours » (à partir des archives Web de l’INA) sous la direction ou co-direction de Sophie Gebeil (2 offres de stage) => cliquez sur le lien suivant pour connaître les conditions de candidature et le profil de l’offre : https://amubox.univ-amu.fr/s/5M9H4NiKmpmGsKS

Contrat 12 mois renouvelable – appel à candidature pour une thèse sur les représentations du passé colonial en ligne dans les années 2000

Contrat ad hoc  – Polyvocal Interpretations of Contested Cultural Heritage

Dans le cadre du projet ANR PICCH -Polyvocal Interpretations of Contested Cultural Heritage, le laboratoire TELEMMe (UMR 7303 AMU-CNRs), en partenariat avec l’INA (archives du Web Média), propose un contrat de 12 mois renouvelable en lien avec une thèse de doctorat en histoire du Web sous la co-direction de Maryline Crivello et Sophie Gebeil portant sur les représentations du passé colonial en ligne dans les années 2000.

Vous trouverez ici la fiche mentionnant les caractéristiques du projet, les conditions et les modalités de candidature ainsi que les missions liées au contrat  :

https://amubox.univ-amu.fr/s/i3EYDFcYxYa5nzK

Organisation : Aix-Marseille Université / Laboratoire TELEMMe (Temps, Espaces, Langages – Europe Méridionale, Méditerranée) UMR 7303 AMU – CNRS

Projet : PICCH – Polyvocal Interpretations of Contested Colonial Heritage, ANR JPI.

Champs de recherche : Histoire culturelle du Web / Histoire du phénomène mémoriel et des usages du passé / Histoire du patrimoine / Histoire numérique

Date de clôture de l’appel :  5 juillet 2021 minuit (CEST)

France > Aix-Marseille Université

Type de contrat : ad hoc – temporaire

Durée : 12 mois, renouvelable une fois

Période : 1er septembre 2021 – 31 août 2022.

Rémunération : Il s’agit d’un contrat de travail à temps plein, financé autour de 1400 euros nets mensuels sur une durée de 12 mois renouvelable une fois par Aix-Marseille Université, à compter du 1er septembre 2021. 

Date limite de dépôt du dossier de candidature : 5 juillet 2021 (00 :00 CEST)

Publication des résultats :12 juillet 2021

Contact : sophie.gebeil@univ-amu.fr

Intervention dans la journée de lancement du projet RESPADON

ResPaDon : Ouverture, perspectives croisées et cas d’usages

Lundi 17 mai 2021 – 09h00 (CEST)
 

Plus d’informations : https://www.collexpersee.eu/journee-de-lancement-du-projet-respadon-les-inscriptions-sont-ouvertes/

Le lien pour participer à cette journée à distance : https://app.livestorm.co/universite-de-lille-13/respadon-ouverture-perspectives-croisees-et-cas-dusages?utm_source=Livestorm+company+page

 

 

Al-Mâdi (Le passé)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search