Collecter, utiliser et sauvegarder le Web pour l’enseignement et la recherche – Rencontre avec Niels Brügger – 11 & 12 mars 2024 – Aix-en-Provence (INSPé)

 Niels Brügger, professeur à l’Université d’Aarhus (Danemark), pionnier dans l’utilisation des archives du web en sciences humaines et sociales, proposera une conférence le lundi 11 mars de 14h à 17h et animera un atelier le mardi 12 mars après-midi à l’INSPé d’Aix-en-Provence (AMU). Deux moments pour réfléchir collectivement à l’utilisation et la préservation du Web pour l’enseignement et la recherche. Événement sur inscription.

Inscription pour assister à la conférence du 11 mars : https://evento.renater.fr/survey/conference-niels-bru…-0x7g2are  

Inscription pour participer aux ateliers du 12 mars : https://evento.renater.fr/survey/ateliers-12-04-2024-13h-17h30-collecter-utiliser-et-sauvegarder-le-web-atelier-7hdrdgux

 

Que ce soit dans le cadre de nos études, de nos activités de recherche ou d’enseignement, nous mobilisons toutes et tous des documents ou des services accessibles via des sites web ou des réseaux sociaux. Dans ce cadre, le web se fait tantôt moyen de communication, encyclopédie, ressource pédagogique, outil de traduction automatisée, mais aussi corpus ou terrain d’enquête. 

Si ces pratiques ont désormais intégré nos routines professionnelles et personnelles, elles interrogent les modes de transmission et d’évaluation des savoirs, et suscitent des inquiétudes du fait de la circulation de fausses informations et de la diffusion d’outils de génération de texte comme ChatGPT. Pourtant, la question de la pérennisation des informations tirées du web demeure encore en retrait. Que restera-t-il en effet dans trente ans des sites web de nos laboratoires, des groupes estudiantins sur les réseaux sociaux ou des revues académiques ou  des vidéos documentant la guerre en Ukraine ? Comment explorer, conserver et transmettre ce patrimoine nativement numérique dans une période marquée par des transformations technologiques, environnementales, et politiques, qui bouleversent l’élaboration et la diffusion de la connaissance et bousculent les certitudes en matière d’éthique et de démocratie ? 

Les initiatives visant à collecter et à conserver l’ensemble des pages et contenus publiés sur le web et les réseaux socionumériques sont relativement anciennes, remontant à la création d’Internet Archive en 1996 aux États-Unis et encouragées par la Charte de l’UNESCO sur le patrimoine numérique de 2003. En France, depuis 2006, l’archivage du web a été confié à la BNF (Bibliothèque nationale de France) et à l’INA (Institut national de l’audiovisuel) au titre de leur mission de dépôt légal. Pour autant, le web archivé demeure encore sous-exploité dans le champ académique malgré des initiatives pionnières à l’image des travaux du Pr. Niels Brügger, figure incontournable du développement des Web Archive Studies au niveau international, à l’origine du collectif européen RESAW (A Research Infrastructure for the Study of Archived Web Materials). Fondateur et rédacteur en chef de la revue Internet Histories: Digital Technology, Culture and Society depuis 2016, Niels Brügger est actuellement professeur d’études sur les médias à l’université d’Aarhus et dirige le Centre for Digital Methods and Media

Profitant de sa présence sur Aix-en-Provence les 11 et 12 mars, nous organisons deux journées qui offriront l’opportunité exceptionnelle de l’écouter et d’échanger, à travers la conférence qu’il prononcera le lundi 11 mars après-midi et d’un atelier qu’il animera le mardi 12 mars à l’INSPé d’Aix. Cette rencontre devra permettre de réfléchir aux enjeux scientifiques et éducatifs liés à la collecte, à l’utilisation et à la conservation des archives du Web tout en proposant des ateliers de mise en pratique. Elle s’inscrit aussi dans la perspective de développer les usages liés à l’archivage du web au sein d’Aix-Marseille Université, prolongeant ainsi la dynamique impulsée suite à la conférence  RESAW 2023 (MUCEM).

Programme et inscriptions

Lundi 11 mars

14h-17h : Conférence de Niels Brügger 

Salle de Conférences (INSPé Aix-en-Provence).

En anglais avec traduction simultanée.

Inscription indispensable (dans la limite des places disponibles) : 

https://evento.renater.fr/survey/conference-niels-bru…-0x7g2are

De l’importance des archives du web comme source pour l’Histoire et les Sciences Humaines et sociales : défis et opportunités pour la recherche et l’enseignement

Cette conférence présentera les archives du web comme source historique et mettra en lumière plus largement les défis et les opportunités liés à leur utilisation pour la recherche et l’enseignement, à travers trois points successifs. Tout d’abord, Niels Brügger exposera des exemples d’utilisation du web archivé en sciences humaines et sociales, en s’appuyant sur ses recherches consacrées à l’histoire du web danois dans les années 1990. Il précisera le contexte et les objectifs de ce projet ainsi que le rôle joué par le web archivé en tant que source. Ensuite, la conférence proposera une introduction quant à la nature du web archivé, et plus particulièrement sur les implications épistémologiques induites par ce type de document dont l’exploitation remet en question nos conceptions traditionnelles de la critique des sources. Enfin, Niels Brügger abordera l’utilisation du web archivé et des outils numériques dans l’enseignement, en partageant sa propre expérience pédagogique issue du cours dédié aux Méthodes numériques de la Licence en études médiatiques de l’Université d’Aarhus.

Niels Brügger est professeur d’études sur les médias et directeur du Centre des méthodes numériques et des médias de l’université d’Aarhus, au Danemark. Ses recherches portent sur l’historiographie de l’internet et du web, l’archivage du web et la théorie des médias. Il a publié des monographies et un certain nombre de livres édités, notamment Oral Histories of the Internet and the Web (Brügger & Goggin (Eds.), Routledge, 2022), The SAGE Handbook of Web History (Brügger & Milligan (Eds.), SAGE, 2018), et The Archived Web: Doing History in the Digital Age (MIT Press, 2018). Il est cofondateur et directeur de la rédaction de la revue Internet Histories : Digital Technology, Culture and Society (Taylor & Francis/Routledge, 2016-).

Mardi 12 mars 13h – 17h30 : Ateliers 

Inscription obligatoire et nombre de place limitée (15 personnes) : 

https://evento.renater.fr/survey/ateliers-12-04-2024-13h-17h30-collecter-utiliser-et-sauvegarder-le-web-atelier-7hdrdgux

INSPé, 2 av. Jules Isaac, Aix-en-Provence.  Salle A 107 

13h – 13h30 : Accueil et présentation des deux ateliers 

Sophie Gebeil, Niels Brügger, Jean-Christophe Peyssard, Mara Bertelsen. 

13h30 – 15h : Travailler avec les archives du web comme source ou ressource

Atelier animé par Niels Brügger, Professeur des Universités et directeur du Centre des méthodes numériques et des médias de l’université d’Aarhus (Danemark).

Pour bien comprendre la nature spécifique du web archivé en tant que source, il est important d’avoir connaissance concernant la façon dont l’archivage du web est effectué. Cet atelier commencera donc par une brève introduction à ce sujet. Ensuite, je présenterai brièvement les cinq strates du Web sur lesquelles une étude du Web peut se concentrer. S’ensuit une brève introduction aux étapes analytiques que nous allons suivre, et à Internet Archive que nous utiliserons car elle est accessible en ligne. La partie pratique sera constituée d’activités axées sur : (1) l’extraction de données, (2) l’analyse de texte (fréquences de mots, réseaux sémantiques, cooccurrences) et, si le temps le permet, (3) l’analyse de réseaux ou d’images. Les participantes et participants travailleront sur leur propre ordinateur, et ils pourront travailler avec n’importe quelle version archivée d’un site web de leur choix, de préférence de petite taille afin de ne pas rendre les exercices trop compliqués. Des instructions sur la préparation des logiciels seront communiquées aux participants avant l’atelier.

15h – 15h30 Pause  

15h30 – 17h : Collecter et conserver des pages Web avec Webrecorder 

Atelier animé par Jean-Christophe Peyssard, Ingénieur de recherche et Responsable de la médiathèque de la MMSH

Grâce à une mise en pratique, les participantes et les participants pourront apprendre à collecter des pages Web dans un format normalisé (WARC).  L’objectif de cet atelier est de mieux comprendre, à travers une expérience utilisateur·rice, les enjeux et problématiques de l’archivage du Web.  

17h-17h30 : Retour d’expérience et discussion collective

Ces deux journées sont organisées par Sophie Gebeil (UMR7303 TELEMMe, AMU-CNRS / Atelier Visual studies et Humanités numériques), membre de l’IUF, dans le cadre du programme de recherche PICCH et avec le soutien de l’équipe d’organisation de la conférence RESAW 2023 qui s’est tenue en juin dernier à Marseille. 

Ces deux journées sont organisées par Sophie Gebeil (UMR7303 TELEMMe, AMU-CNRS / Atelier Visual studies et Humanités numériques), membre de l’IUF, dans le cadre du programme de recherche PICCH et avec le soutien de l’équipe d’organisation de la conférence RESAW 2023 qui s’est tenue en juin dernier à Marseille. 

Informations pratiques

INSPé Aix-en-Provence, AMU

2, av. Jules Isaac

13626 Aix en Provence Cedex 01

Contact : sophie.gebeil@univ-amu.fr ; mara.bertelsen@univ-amu.fr

English below

Collecting, Using and Preserving the Web for Education and Research

March 11 and 12, 2024

INSPé Aix-en-Provence

2 Avenue Jules Isaac

Whether in our studies, research activities or teaching practice, we all make use of documents or services published on websites and social networks. In this context, the web can be a means of communication, encyclopedia, educational resource and automated translation tool, but also a corpus or field of investigation. 

While these practices have now become an integral part of our professional and personal routines, they raise questions about modes of knowledge transmission and evaluation, and concerns due to the circulation of false information and the dissemination of text generation tools like ChatGPT. However, questions surrounding the sustainability of information taken from the web still remain in the background. Thirty years from now, what will be left of our university websites, student groups on social networks, academic journals or videos documenting the war in Ukraine? How can we explore, preserve and transmit this inherently digital heritage in a period marked by technological, environmental and political transformations that disrupt the development and dissemination of knowledge and challenge the certainties of ethics and democracy?

Initiatives aimed at collecting and preserving all pages and content published on the web and social media have been around for some time now, dating back to the creation of the Internet Archive in 1996 in the United States and encouraged by the UNESCO Charter on the Preservation of Digital Heritage in 2003. In France, web archiving has been entrusted since 2006 to the BNF (National Library of France) and the INA (National Audiovisual Institute) as part of their legal deposit responsibilities. And yet, archived web content remains underexplored in academics despite pioneering initiatives, such as the work of Professor Niels Brügger, a key figure in the international development of Web Archive Studies and the creator of the collective Research Infrastructure for the Study of Archived Web Materials (RESAW). Founder and editor of the journal Internet Histories: Digital Technology, Culture and Society since 2016, Niels Brügger is currently Professor in Media Studies at Aarhus University and directs the Centre for Digital Methods and Media. These two days offer an exceptional opportunity to listen to him speak and exchange ideas, thanks to the conference he will give on the afternoon of Monday, March 11, and a workshop he will lead on March 12.

With the privilege of Niels Brügger’s presence at INSPé Aix-en-Provence, these two days aim to foster reflection on the scientific and educational challenges related to the collection, use and preservation of web archives while offering practical workshops. They also align with the perspective of developing the uses associated with web archiving at Aix-Marseille Université, thus building upon the momentum initiated by the RESAW conference (MUCEM, June 2023).

Schedule and Registration:

Collecting, Using and Preserving the Web for Education and Research

Monday, March 11 

2 pm – 4:30 pm: Niels Brügger’s conference open to the public by registration

Registration link: https://evento.renater.fr/survey/conference-niels-bru…-0x7g2are  

Why web archives are important sources in historical studies and humanities: challenges and opportunities for research and teaching

Abstract: This lecture introduces the archived web as a historical source, including the challenges and opportunities for research and teaching. The lecture is divided into three main parts. First, a few examples of web history are highlighted, including my own research project about the history of the Danish web in the 1990ies, with focus on the project as such and on the role of the archived web as source. Second, an introduction to the nature of the archived web as a source, including reflections on how this type of document challenges our usual conceptualisations of source criticism. Third, an outline of experiences of using the archived web and digital tools in teaching, with the course ‘Digital Methods’ on Aarhus University’s BA in Media Studies as a case.

Niels Brügger is Professor in Media Studies, and head of the Centre for Digital Methods and Media, Aarhus University, Denmark. Research interests include internet and web historiography, web archiving, and media theory. He has published monographs and a number of edited books, including Oral Histories of the Internet and the Web (Brügger & Goggin (Eds.), Routledge, 2022), The SAGE Handbook of Web History (Brügger & Milligan (Eds.), SAGE, 2018), and The Archived Web: Doing History in the Digital Age (MIT Press, 2018). He is co-founder and Managing Editor of the journal Internet Histories: Digital Technology, Culture and Society (Taylor & Francis/Routledge, 2016-)

Tuesday, March 12. Workshop 1 pm – 5:30 pm

Registration required, limited to 15 people: 

https://evento.renater.fr/survey/ateliers-12-04-2024-13h-17h30-collecter-utiliser-et-sauvegarder-le-web-atelier-7hdrdgux

INSPé, 2 av. Jules Isaac, Aix-en-Provence.  Room: A 107 

1 pm – 1:30 pm: Welcome

Sophie Gebeil, Niels Brügger, Jean-Christophe Peyssard, Mara Bertelsen 

1:30 pm – 3 pm: Working with the archived web as a source 

Workshop conducted by Pr. Niels Brügger, head of the Centre for Digital Methods and Media, Aarhus University, Denmark

To fully understand the specific nature of the archived web as a source it is important to know a little about how web archiving is performed, thus we will start with a brief introduction to this. Also, I will briefly introduce the five web strata that a web study can focus on. Then follows a brief introduction to the analytical steps we will go through, and to the Internet Archive which we will be using because it is openly available. The rest of the workshop will be hands-on sessions with small exercises, focusing on (1) extraction of data, (2) text analysis (word frequencies, semantic networks, co-occurrences), and if time permits (3) network analysis or image analyses. Participants will be working on their own computer, and they can work with any archived version of a website of their own choosing, preferably small ones with a view to not making the exercises too complicated. Instructions on software preparations will be communicated to participants before the workshop.

3 pm – 3:30 pm : Break

3:30 pm – 5 pm: Collecting and preserving web pages with Webrecorder

Workshop conducted by Jean-Christophe Peyssard, Head of the MMSH Library 

Through practice, participants will be able to learn how to collect web pages in a standardized format (WARC). The objective of this workshop is to gain a better understanding, through user experience, of the challenges and problems of web archiving.

5 pm – 5:30 pm: Feedback and closing discussion

These two days are organized by Sophie Gebeil (UMR7303 TELEMMe, AMU-CNRS / Atelier Visual studies et Humanités numériques), member the IUF, as part of the PICCH research program and with the support of the coordination team for the RESAW 2023 conference, which took place last June in Marseille.

Offre de stage : constituer un corpus concernant le 40ème anniversaire de la Marche pour l’égalité et contre le racisme sur le web

Cartographier la médiatisation du 40ème anniversaire de la Marche pour l’égalité et contre le racisme sur le web  : constitution et catégorisation d’un corpus au moyen du logiciel Hyphe (Media Lab Sciences Po)

Durée : 2 mois (environ 70 heures) pouvant se planifier entre le 26.11.23 et le 25.02.24

Laboratoire : TELEMMe

Gratification minimale suivant les indications du ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion https://entreprendre.service-public.fr/simulateur/calcul/gratification-stagiaire  

Condition requise : être inscrite ou inscrit en 3ème année de Licence ou en Master

Objectif : Cartographier la médiatisation du 40ème anniversaire de la Marche pour l’égalité et contre le racisme sur le web au moyen de l’outil Hyphe

Date limite de candidature : 10/11/2023 (00h00 CEST)

 

 

TELEMMe, avec le soutien de l’ANR, dans le cadre du projet de recherche européen sur la médiation des archives coloniales (PICCH – Polyvocal Interpretations of Contested Cultural Heritage[1]), propose un stage à un·e étudiant.e de niveau Licence 3ème année, Master 1 ou Master 2 consacré à la constitution d’un corpus web, au moyen de l’outil Hyphe[2] en partenariat avec le Media Lab Sciences Po, concernant la médiatisation du 40ème anniversaire de la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983.  Le projet PICCH, interdisciplinaire, associe l’histoire des médias, les études archivistiques et les sciences de l’information et de la communication, et dirigé par Daniella Petrelli (Université de Sheffield), interroge le concept de « décolonisation du patrimoine ». Le volet français associe le Media Lab Sciences Po et l’INA.

 

Le stage sera effectué sous la responsabilité de Sophie Gebeil au sein du laboratoire TELEMMe, l’étudiant·e stagiaire, pendant les 2 mois de stage prévus qui pourront se dérouler entre le 26/11/2023 et le 25/02/2024. Le télétravail sera autorisé.

 

Les missions du ou de la stagiaire seront les suivantes :

  • S’initier aux archives du web, aux humanités numériques et à l’étude des usages du passé en ligne
  • Prendre en main de manière autonome l’outil de constitution de corpus Hyphe, grâce au partenariat avec le Media Lab Sciences-Po au sein de PICCH en catégorisant un corpus préexistant
  • Constituer une veille concernant le 40ème anniversaire de la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983 et ainsi concevoir un corpus dédié, et en proposer une catégorisation dans Hyphe https://hyphe.medialab.sciences-po.fr
  • Restituer son travail lors d’une séance de séminaire ou autre événement scientifique dans le cadre du projet PICCH
  • Rédiger un compte rendu synthétique de ce travail (5 pages environ)

 

Pour répondre à l’annonce, envoyez une lettre de motivation et un CV à Sophie Gebeil (sophie.gebeil@univ-amu.fr) PDF en deux ou un seul fichier.

 

 

Calendrier :

  • Date limite de dépôt du dossier : 10 novembre 2023 à minuit (CEST)
  • Résultats communiqués le 13 novembre 2023

 

Contact : sophie.gebeil@univ-amu.fr

 

 

 

[1] Consulter une brève presentation du projet ici : https://madi.hypotheses.org/883  ; Programme « JPI Patrimoine Culturel – Patrimoine, Identités et Perspectives : s’adapter à des sociétés en évolution » , ANR,  https://anr.fr/fr/detail/call/jpi-patrimoine-culturel-patrimoine-identites-et-perspectives-sadapter-a-des-societes-en-evolu/

[2] Hyphe, https://hyphe.medialab.sciences-po.fr

Questionner les archives audiovisuelles et numériques en contexte postcolonial : enjeux méthodologiques, historiques et éducatifs – Jeudi 6 juillet – MMSH 10h/15h30, Aix-en-Provence

Affiche – MNHI

Questionner les archives audiovisuelles et numériques en contexte postcolonial : enjeux méthodologiques, historiques et éducatifs

Cette journée d’étude propose un temps d’échange et de discussion à partir des travaux réalisés dans le cadre du projet Polyvocal Interpretation of a Contested Colonial Heritage PICCH, en l’ouvrant à d’autres projets connexes rattachés à plusieurs disciplines, notamment l’Observatoire des publics et des pratiques de la culture, et le programme  AMPIRIC/Pôle pilote de formation des enseignant·e·s et de recherche pour l’éducation. Organisée par les étudiant.e.s et doctorant.e.s, la journée s’inscrit dans la dynamique du séminaire “Saisir la polyvocalité des archives audiovisuelles et numériques en contexte postcolonial” (S. Gebeil, V. Ginouvès, C. Mussard) mis en place dans le cadre du projet PICCH  avec le soutien soutenu par l’atelier Visual studies et humanités numériques en Méditerranée du laboratoire TELEMME. La journée aura vocation à  partager des premiers résultats issues de recherche en train de se faire, notamment afin d’envisager l’émergence d’axes communs concernant les médiations et les usages du passé colonial contemporains, au regard des spécificités disciplinaires de chacun.e.  

 

Organisation

  • Pauline Savéant (doctorante en histoire contemporaine, TELEMMe)
  • Sami Dendani (ingénieur d’étude à l’Observatoire des publics et des pratiques de la culture, Mesopolhis)
  • Baptiste Laventure-Darival (IGE AMPIRIC, étudiant M2 MEEF recherche)
  • Alexis Grussi (étudiant en Master, EHESS)
  • Sophie Gebeil (maîtresse de conférence en histoire contemporaine, TELEMMe)

 

Salle : Salle 1 

 

Sur inscription : https://evento.renater.fr/survey/06-07-2023-journee-d-etude-questionner-les-archives-audiovisuelles-et-numeriques-en-contexte-postcolonial-enjeux-methodologiques-historiques-et-educatifs-fed9a7wo

Programme

10h Accueil café

10h15 Introduction : les enjeux du projet PICCH

Sophie Gebeil, Christine Mussard (sous réserve)

 

10h30 Des terrains médiatiques et numériques pour questionner les usages publics de l’histoire. Communication en dialogue entre approche historique et archivistique

Pauline Savéant et Sami Dendani 

 

11h10 Discussion : Quelles sources mobilisées et quelle méthode de travail en fonction des questions posées et des disciplines ?

Modératrice : Sophie Gebeil

Mickaël Adija (étudiant en Master d’histoire, AMU), Mehdina Chouchou (étudiante en Master, Sciences Po Lille), Sami Dendani, Alexis Grussi,Baptiste Laventure-Darival, Pauline Savéant

 

12h Pause repas

 

13h30 Étudier des questions coloniales et postcoloniales : quels usages médiatiques, activistes, artistiques et éducatifs ? 

  • L’exposition coloniale de 1931 à la télévision

Mickaël Adija  

  • La médiatisation du film La Marche de Nabil Ben Nadir sur le Web. 

Mehdina Chouchou 

  • Sur quelques usages activistes et artistiques contemporains de la référence à la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983 : comment perpétuer la mémoire de l’irruption postcoloniale et minoritaire dans l’espace public ?

Alexis Grussi 

  • Le projet pilote AMPIRIC “Citoyenneté numérique et diversité : recompositions et perspectives éducatives” et l’enquête sur la laïcité, le dialogue interreligieux et la mixité sociale dans 4 collèges marseillais.

Baptiste Laventure-Darival 

 

15h15 Discussion conclusive sur les différentes recherches, et leur archivage, menées sur la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983

Sophie Gebeil, Pauline Savéant, Mehdina Chouchou, Alexis Grussi

 

15h30 Fin de journée





































Citoyenneté numérique et EMI, regards de chercheur.e.s – 14 octobre 2022 – INSPé Aix-en-Provence (9h-17h), avec Anne Cordier et André Tricot

Entre jugements de valeur, discours alarmistes et prophéties de l’innovation, les représentations concernant les transformations induites de la généralisation de l’accès au web et aux réseaux socionumériques sont pléthoriques. Elles alimentent l’idée communément admise d’une crise de la citoyenneté. Cette journée se propose de comprendre comment les travaux de recherche en sciences de l’information et de la communication et dans le domaine de l’éducation permettent de mieux appréhender la citoyenneté numérique. Cette notion protéiforme, dont les contours sont peu stabilisés, désigne de multiples usages informels et éducatifs mais aussi une réponse institutionnelle face aux transformations qui agitent les sociétés contemporaines.

Journée sur inscription : https://enquete.inspe.univ-amu.fr/v4/s/8ls91u

Possibilité de suivre les conférences du matin et du début d’après-midi en visioconférence également. 

 

9h00 – 9h30. Introduction et ouverture de la journée

Pascale Brandt-Pomarès, professeure des Universités, directrice de l’INSPÉ d’Aix-Marseille, vice-présidente déléguée au CIPE

Sophie Gebeil, maître de conférences à l’INSPÉ et au laboratoire TELEMMe –  Véronique Augé, enseignante à l’INSPÉ, responsable du parcours Professeur Documentaliste au sein du master MEEF – Fabrice Barth, enseignant à l’INSPÉ, chargé de mission sur le numérique pédagogique

 

9h30 – 10h30. (Bien) vivre ensemble avec le numérique à l’école, c’est possible !

Conférence d’Anne Cordier, professeure des universités en Sciences de l’information et de la communication, co-responsable du Master SIDOC – MEEF Documentation, CREM (Centre de recherche sur les médiations)
UR 3476 – Université de Lorraine

Séance animée par Véronique Augé

10h30 – 11h00 Pause
11h00 – 12h00. Citoyenneté numérique et évaluation de la crédibilité des sources : de l’intuition à la raison ?

Conférence d’André Tricot, professeur des universités en Psychologie cognitive, Epsylon (laboratoire de psychologie) – Université Paul Valéry / Montpellier 3. Co-directeur du Centre national d’étude des systèmes scolaires (Cnesco), CNAM, Paris

Séance animée par Perrine Martin

12h00 – 14h00. Déjeuner libre
14h00 – 17h00. Rencontre étudiants-chercheurs autour de la citoyenneté numérique

Séance animée par Fabrice Barth et Sophie Gebeil

14h00 – 14h40. Des recherches en éducation pour mieux cerner les enjeux et les contours de la citoyenneté numérique – Présentations

Marco Cappellini, maître de Conférences HDR en Didactique des Langues et Cultures, (LPL, AMU-CNRS), porteur du projet PENSA Professionnalisation des Enseignants utilisant le Numérique pour un Soutien à l’Autonomie et à la citoyenneté

Perrine Martin, maîtresse de conférences en Sciences de l’éducation à l’INSPÉ d’Aix-Marseille (ADEF, AMU-CNRS)

Caroline Vincent, Maîtresse de conférences en Sciences de l’éducation à l’INSPÉ d’Aix-Marseille (LEST, AMU-CNRS),

André Tricot et  Anne Cordier

14h45 – 16h30. Rencontres étudiants chercheurs par ateliers
16h35 – 17h00. Restitution des ateliers et conclusion de la journée

Séance animée par Véronique Augé, Fabrice Barth et Sophie Gebeil

 

Résumés des conférences du matin

“Ils font n’importe quoi !”, “Ils ne se parlent plus !”, “Ils sont soumis aux plateformes !”, “Ils sont en danger !”, “Ils ne savent plus apprendre !”…

Combien de fois n’avons-nous pas entendu, ou même prononcer nous-mêmes, ces expressions à l’encontre de nos élèves ? Combien de fois n’avons-nous pas eu le sentiment de ne pas savoir comment faire pour pacifier les relations élèves/enseignant·e·s et personnels d’éducation, et même élèves/parents/enseignant·e·s et personnels d’éducation, lorsqu’il s’agit des usages et pratiques dudit numérique ?

Le numérique catalyse angoisses et promesses, autour du lien social, de la démocratie comme de l’innovation pédagogique et éducative.

Face à des injonctions paradoxales, je vous propose de nous intéresser à ce que font et disent les adolescent·e·s mais aussi les enseignant·e·s et les personnes d’éducation rencontrés lors d’enquêtes de terrain en établissements scolaires mais aussi dans des espaces de vie quotidienne. Et si l’on dépassait l’opposition manichéenne et infructueuse du “Pour / Contre” ledit numérique, pour concrètement penser une démarche éducative et pédagogique intégrant les objets connectés pour un vivre-ensemble autour de valeurs partagées ?

Anne Cordier, Professeure des Universités en Sciences de l’Information et de la Communication. Co-Responsable du Master SIDOC – MEEF Documentation. UR 3476 CREM – Équipe PIXEL

Vivre dans une société démocratique et y exercer pleinement sa citoyenneté passe notamment par notre capacité à juger ce nous disent des sources. Ces sources peuvent relever du pouvoir politique ou économique, des médias et plus généralement d’autres citoyens. Ce que nous disent ces sources est-il vrai ? Faux ? Délibérément faux ? Ces sources veulent-elles nous instruire, nous émanciper, nous épanouir, nous tromper, nous manipuler ? Depuis quelques temps, certains chercheurs commencent à défendre le point de vue selon lequel nous ne sommes pas forcément incompétents pour juger la crédibilité d’une source, y compris de façon intuitive. Ils soulignent aussi qu’une éducation à la rationalité dans ce domaine, pour être efficace, doit remplir un ensemble de conditions qui ne sont pas encore bien connues.

André Tricot, Professeur des Universités en psychologie cognitive. Epsylon – Laboratoire de Psychologie Université Paul Valéry Montpellier 3. Centre national d’étude des systèmes scolaires (Cnesco), CNAM, Paris

S’inscrire : https://enquete.inspe.univ-amu.fr/v4/s/8ls91u

Une journée organisée par Véronique Augé, Fabrice Barth et Sophie Gebeil

Contrat de recherche 01/09/2022 – 30/09/2023 médiations de l’histoire en ligne

Dans le cadre d’un projet de recherche sur les médiations de l’histoire en ligne en lien avec l’atelier visual studies et humanités numérique de TELEMMe et en partenariat avec l’observatoire sciences/sociétés (dir. Sylvia Girel), voici une offre de contrat sur 13 mois s’adressant à une personne ayant au minimum un niveau licence et  une bonne maîtrise de la démarche historienne. 

Recrutement pour un contrat de recherche du 01/09/2022 au 30/09/2023

 

Projet : Les médiations de l’histoire en ligne depuis le début des années 2000 sur le territoire d’Aix-Marseille Université

Fonctions et tâches : Dresser un état des lieux des contenus de médiation de l’histoire publiés sur le web et les réseaux socionumériques par des acteurs du territoire d’Aix Marseille Université afin de mieux comprendre les rapports sciences et société des années 2000 à nos jours. L’enquête devra permettre d’analyser l’évolution des nouvelles formes d’écriture et de médiation de l’histoire nées avec l’essor du web et des médias sociaux à l’échelle de ce territoire.  Il s’agira d’identifier, dans une perspective diachronique, les différents types de dispositifs produits, les pratiques de médiation qui y sont associées, les acteurs à l’origine des contenus ainsi que les publics en jeu (co-construction, participation, réception).

La recherche se développera autour de trois axes complémentaires :

  • Identifier, caractériser, et contextualiser les contenus de médiation de l’histoire publiés sur le web et les réseaux socionumériques par des acteurs du territoire depuis le début des années 2000, en constituant un corpus de contenus issus du web vivant et archivé.
  • Préciser les dynamiques mettant en évidence l’évolution des acteurs impliqués et les formes de coopération, les transformations en matière scénographique, au gré de l’histoire sociotechnique du web (essor des CMS, du blogging scientifique, des plateformes audiovisuelles, des médias sociaux, etc.), et les pratiques de publication privilégiées.
  • Analyser les représentations de l’histoire émanant de ces contenus, au niveau des thématiques et des périodes privilégiées comme du registre narratif mobilisé (bref apport de connaissance sur une thématique, biographie, sources commentées, récit de l’enquête historique, approche événementielle, histoire appliquée, fact checking historique, reconstitution) ou des matériaux mis en visibilité (archives, témoignages).

Dans cette optique, la personne recrutée devra constituer un corpus issu du web vivant et archivé, en établir les principales caractéristiques dans une perspective diachronique, et le contextualiser au moyen de sources complémentaires (e.g.enquête orale ou sources secondaires). Il ou elle rédigera un rapport de recherche présentant la démarche d’enquête, le corpus et exposant les principaux résultats. 

Contrat : 13 mois temps plein

Salaire : ingénieur·e d’étude ITRF / ou ingénieur·e de recherche (grille de salaire en fonction de l’ancienneté et du niveau d’étude fonction publique EPST).

Site de travail : MMSH – Aix-en-Provence / Gestion administrative : Mesopolhis

Compétences requises :

  • Connaissances historiographiques (démarche historienne, fondamentaux de l’écriture de l’histoire, débats concernant les relations entre histoire, mémoire et patrimoine)
  • Compétences en matière de recherche en histoire contemporaine, ou d’enquête en ligne dans une perspective d’étude culturelle, ou de recherche en SIC relative au Web et aux médias sociaux.
  • Compétences en recherche d’information en ligne et maîtrise des principales fonctionnalités d’un tableur.
  • Connaissance minimale du périmètre d’AMU.
  • Diplôme exigé : minimum Licence

Candidater : envoyer un CV et une lettre de motivation à sophie.gebeil@univ-amu.fr

Job

Polyvocal interpretation of contested colonial heritage (PICCH) – 2021/2023

Le projet Polyvocal Interpretation of Contested Colonial Heritage (PICCH) coordonné par Daniel Petrelli (Sheffield Hallam University) a été retenu dans le cadre de l’appel à projet ANR “Patrimoine, Identités et Perspectives : s’adapter à des sociétés en évolution” de l’initiative de programmation conjointe JPI CH (Joint Programming Initiative on Cultural Heritage and Global Change).  

Autour de Daniela Petrelli de l’université de Sheffield, le projet est coordonné par quatre PI (Principal Investigator)  :  Pr. Alexander Badenoch (Vrije Universiteit Amsterdam), Pr. Pia Borlund (Oslo Metropolitan University – OsloMet), et Dr Sérgio Paulo (VoiceInteraction – Tecnologias de Processamento da Fala, Portugal). 
En tant que PI, j’assurerai la coordination du projet pour la France, pour le laboratoire TELEMME, en partenariat avec l’INA représenté par Claude Mussou, Christine Mussard de l’IREMAM, Véronique Ginouvès de La Phonothèque de la MMSH, et Naïma Yahi de l’association Pangée Network.  

Bref résumé du projet : 

De nombreuses institutions de mémoire à travers l’Europe contiennent des fonds liés à son passé colonial qui, depuis de nombreuses années, fait l’objet de contestations de la part des communautés d’origine, des minorités ethniques et de la société civile dans son ensemble. Dans le même temps, les professionnels du domaine sont en prise avec des questions complexes sur ce qu’il convient de faire avec ce patrimoine culturel problématique, qu’il s’agisse de restituer des objets lorsque cela est approprié ou de réécrire le contexte historique qui les entoure d’une manière plus critique et inclusive. Ce projet vise à identifier les principaux exemples de patrimoine audiovisuel colonial dans les trois archives concernées, à dresser une carte commune des représentations racialisées partagées liées à leurs contextes impériaux respectifs, à identifier les problèmes de visualisation et de langage et à ouvrir un dialogue entre les archives et divers utilisateurs, notamment des archivistes, des chercheurs, des cinéastes et la société civile. 
Le patrimoine audiovisuel colonial numérisé est fourni par trois archives nationales : L’Institut néerlandais du son et de la vision, l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) français et le Pitt Rivers Museum à Oxford, au Royaume-Uni. Toutes ces archives possèdent une riche collection de films et de sons originaux, dont certains ont été produits à l’apogée de la période impériale. Ce projet étudie les modalités selon lesquelles ces archives créées dans un “esprit colonial” peut être réapproprié et réinterprété de manière critique pour devenir un levier efficace pour  participer au développement d’une future société inclusive.
L’objectif de PICCH est d’engendrer une polyvocalité qui peut être incorporée dans les archives elles-mêmes, offrant de nouvelles façons d’entrer et d’explorer le passé via un cadre interprétatif contemporain. À cet effet, des technologies avancées seront utilisées pour étudier la manière de relier les langages archivistiques et contemporains, et pour soutenir l’exploration transnationale de plusieurs archives via une interface utilisateur interactive unique.

Outre l’organisation d’ateliers participatifs autour d’archives audiovisuelles, le volet français mobilisera de façon inédite les archives du Web de l’Ina pour étudier les enjeux, les acteurs et les temporalités des débats liés à l’héritage colonial dans les années 2000. 

Dans ce cadre, le projet prévoit le recrutement d’une doctorant en histoire du Web pour deux ans et de 8 étudiant·e·s de Master II pour une durée de 6 à partir de septembre 2021 jusqu’en septembre 2023. 

Nous espérons également pouvoir créer des passerelles avec DeCoSEASDecolonizing Southeast Asian Sound Archives, deuxième projet obtenu à l’échelle de la MMSH dans le cadre de cet appel à projet ! 

 

enquête nationale – Le travail étudiant face à l’enseignement à distance (questionnaire)

A destination des étudiantes et étudiants.

A l’heure où des voix s’élèvent pour demander le retour des cours en présentiel à l’université, nous effectuons une recherche sur le travail des étudiants en France en vue de comprendre comment vous vous efforcez d’organiser votre travail à distance pour répondre aux demandes de vos enseignants et aux exigences de votre formation universitaire.

Dans ce contexte, votre point de vue nous intéresse.

Pour contribuer à cette recherche, vous pouvez répondre au questionnaire suivant en cliquant sur le lien ou en scannant le QR code :

http://sphinx2.espe.univ-amu.fr/v4/s/fjw4jr

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Etudiants-confines20.gif.

Nous rendrons publics les résultats de l’enquête quand elle arrivera à son terme.

Merci pour votre participation à ce travail de recherche.

Nous sommes une équipe de chercheurs d’Aix-Marseille Université issus de plusieurs disciplines, porteurs du projet O.U.F. Observation des Usages numériques dans l’activité enseignante à distance à des fins de Formation.

Perrine Martin                  perrine.martin@univ-amu.fr

Sophie Gebeil                    sophie.gebeil@univ-amu.fr

Christine Félix                   marie-christine.felix@univ-amu.fr

Pierre-Alain Filippi           pierre-alain.filippi@univ-amu.fr

Membres des laboratoires  ADEFTELEMMe et de SFERE

“papa, maman, j’arrive pas à me connecter !” Quand l’école s’invite à la maison – visioconférence Interactive en direct des classes jeudi10 décembre 14-15h30

Cet événement est ouvert à toutes et tous sur inscription : https://bit.ly/tablerondeconfinement

Dans le cadre du Festival des sciences sociales et des arts « Jeu de l’Oie » porté par Aix-Marseille Université et intitulé pour l’édition 2020 : « Confinement(s). Tout un monde à l’arrêt ? », l’académie d’Aix- Marseille, en partenariat avec Aix-Marseille Université et plusieurs laboratoires scientifiques de recherche proposent aux établissements du second degré (de la 4e à la Tle) de l’ensemble du territoire national ainsi qu’à l’ensemble de la communauté éducative, une table ronde diffusée par visioconférence

« Quand l’école s’invite à la maison – Papa, maman, j’arrive pas à me connecter !!! »

 Cette visioconférence se déroulera le jeudi 10 décembre 2020 de 14h à 15h30. Pendant la moitié du temps imparti, vos élèves pourront, grâce au chat, poser des questions et échanger en direct avec l’équipe de recherche (C. Félix, P.-A. Filippi, P. Martin, S. Gebeil)  

Les enseignants qui souhaitent inscrire leur classe doivent remplir le court formulaire à l’adresse suivante

https://ppe.orion.education.fr/academie//itw/answer/s/v3xtsupkii/k/tableronde

ou https://bit.ly/tablerondeconfinement

Chaque enseignant, une fois inscrit, recevra le lien qui lui permettra d’accéder aux visioconférences. Il suffira, pour les suivre, d’une connexion internet et d’un simple navigateur. Aucune installation de logiciel n’est requise. Les inscriptions sont possibles jusqu’à la veille des visioconférences.

Les enseignants peuvent y participer avec leurs classes (collèges et lycées) sur inscription :

https://ppe.orion.education.fr/academie//itw/answer/s/v3xtsupkii/k/tableronde 

Plus d’informations sur :

– la table ronde interactive (organisation et inscription) : https://www.echosciences-paca.fr/evenements/quand-l-ecole-s-invite-a-la-maison-papa-maman-j-arrive-pas-a-me-connecter

–  la lettre du Recteur à ce sujet : http://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_10834121/fr/proposition-d-une-table-ronde-en-visioconference-nationale-confinements-tout-un-monde-a-l-arret

– le projet de recherche : “Observation des Usages numériques dans l’activité enseignante à des fins de Formation” 

 

 Laboratoires ADEF, Apprentissage, Didactique, Evcaluation, Foramtion (http://adef.univ-amu.fr/) ; Telemme,

Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée (https://telemme.mmsh.univ-aix.fr/ )

 

 

Observation des Usages numériques dans l’activité enseignante à distance à des fins de Formation – Présentation du projet

Image Pixabay

 

Dès le 16 mars 2020, l’épidémie de Covid 19 a entraîné la fermeture des établissements scolaires et des universités en France, plongeant les enseignants et les apprenants, de la maternelle à l’université, dans un enseignement à distance qu’il a fallu mettre en œuvre subitement.

Face à cette transformation soudaine du contexte, il nous est apparu opportun de documenter, d’observer, d’explorer et d’analyser cette situation “extraordinaire” en prenant en compte le travail des différents acteurs concernés. Les questions d’enseignement-apprentissage avec le numérique, le travail enseignant, ainsi que les dispositifs d’accompagnement pour les élèves intéressent, par ailleurs, nos travaux de recherche en tant qu’enseignants-chercheurs rattachés à l’INSPE. Nous avons donc conçu un projet consacré à l’enseignement à distance en contexte de confinement, associant les Sciences de l’Education et de la Formation et les Sciences de l’Information et de la Communication et porté par deux laboratoires (ADEF & TELEMMe). Le projet « Observation des Usages numériques dans l’activité enseignante à distance à des fins de Formation (O.U.F.) » vise à comprendre comment les professeur·e·s et les élèves ont fait face à ce basculement vers un enseignement totalement distanciel, en prêtant une attention particulière à l’usage des dispositifs numériques à des fins pédagogiques ainsi qu’aux différents aspects de transformation de l’activité des enseignants et des élèves.

Dans cette optique, nous avons recueilli deux types de matériaux. D’une part, des entretiens cliniques à distance avec des professionnels lors du confinement et en sortie de celui-ci, dont les enregistrements seront probablement déposés à la Phonothèque de la MMSH. D’autre part, nous avons également réalisé et diffusé trois questionnaires mis en ligne mi-avril 2020 et clôturés deux mois plus tard, le 7 juin 2020. Nous avons recueilli 7525 réponses, soit 1040 réponses issues du questionnaire adressé aux enseignants du supérieur, 4074 réponses pour les enseignants du 1er et 2nd degrés et 2411 réponses d’élèves et de leurs parents, de la maternelle au lycée. Ces questionnaires renseignent les rapports entre situation personnelle et professionnelle de chacun, usages du numérique avant et pendant le confinement, organisation du travail des enseignants et des élèves ainsi que leur point de vue sur l’expérience vécue. Les informations recueillies sont anonymes et ont été déposées sur la plateforme Zenodo selon un plan de gestion de données relevant des humanités numériques.

L’analyse est en cours mais les premiers résultats montrent déjà l’effort que la mise en œuvre de la continuité pédagogique a demandé dans l’urgence à toutes et tous. Les enseignants se sont massivement investis avec les  “moyens du bord” pour mettre en place des situations d’enseignement à distance, une façon de travailler « différente », demandant davantage d’individualisation et la maîtrise de nouveaux outils. Ce qui a eu pour  conséquence directe une intensification du travail.  Le “temps passé sur écran” se situe entre 4 et 8h par jour pour 55% des enseignants au lieu de 12% hors confinement et dépasse 8h par jour pour plus de 31% d’entre eux alors qu’ils étaient moins de 2% hors confinement. Les premières tendances permettent aussi d’observer les difficultés induites par le tout distanciel à l’heure où la rentrée de septembre en présentiel reste incertaine dans bon nombre d’établissements et où la complexité à réaliser cette continuité pédagogique se perd dans les polémiques sur le travail effectif des enseignants.

Sophie Gebeil, UMR 73030 TELEMMe, Aix-Marseille Université

Christine Félix, UR 4671 ADEF, Aix-Marseille Université

Pierre-Alain Filippi, UR 4671 ADEF, Aix-Marseille Université

Perrine Martin, UR 4671 ADEF, Aix-Marseille Université

 

 

La Continuité pédagogique en contexte de confinement – LES QUESTIONNAIRES

L’épidémie de Covid 19 a entrainé la fermeture des établissements scolaires et des universités. La circulaire du 13 mars 2020 émanant du ministre de l’éducation nationale visait à organiser et mettre en oeuvre la “continuité des apprentissages”. 

Etant quatre enseignants-chercheurs d’Aix-Marseille Université rattachés à l’INSPé, nous sommes nous-mêmes amenés à mettre en place la continuité des apprentissages auprès de nos étudiant·es tout en accompagnant les enseignants-stagiaires dans la mise en oeuvre de la continuité pédagogique auprès de leurs élèves. 

Nous avons donc conçu un projet de recherche consacré à l’enseignement à distance en contexte de confinement, dans une perspective associant les Sciences de l’Education (Christine Felix, Perrine Martin, Pierre-Alain Filippi) et les Sciences de l’information et de la communication.

Dans cette optique, nous avons réalisé plusieurs questionnaires visant à étudier l’activité des enseignant·es du premier et second degré, de leurs élèves et des familles ainsi que celle des enseignant·es du supérieur en France. 

Si vous êtes intéressé·es, vous pouvez répondre aux questionnaires suivants : 

Nous insistons sur le fait que toutes les données récoltées sont totalement anonymes et ne seront utilisées qu’à des fins de recherche. Nous rendrons publics les résultats de l’enquête quand elle arrivera à son terme.

Nous sommes bien conscients que notre demande ajoute un travail supplémentaire à une période déjà chargée. Pour autant, nous espérons que vous trouverez un intérêt à répondre rapidement à ce questionnaire et à le diffuser le plus largement possible à tous. 

Nous vous conseillons d’éviter le navigateur Safari pour répondre au questionnaire.

Merci pour votre participation à ce travail de recherche.

 

Christine Félix                   christine.felix@univ-amu.fr

Pierre-Alain Filippi           pierre-alain.filippi@univ-amu.fr

Sophie Gebeil                    sophie.gebeil@univ-amu.fr

Perrine Martin                  perrine.martin@univ-amu.fr

Membres des laboratoires  ADEF, TELEMMe et de SFERE

Image PIXABAY https://pixabay.com/fr/illustrations/en-ligne-l-éducation-internet-3412498/

14 octobre 2019 Citoyenneté numérique : une entrée par l’éducation aux médias et à l’information, Inspé, Aix-en-Provence

image Pixabay https://pixabay.com/fr/photos/jeune-fille-filles-jeunes-beauté-1610686/

Une journée associant des chercheur-e-s et des enseignant-e-s pour penser la place de l’Education aux Médias et à l’Information (EMI) dans l’éducation à la citoyenneté à l’ère numérique.

Si l’’éducation aux médias et à l’information n’est pas nouvelle, la généralisation d’Internet et du Web est à l’origine de défis majeurs pour les démocraties contemporaines. Fausses informations, désinformations, complotisme, crise de confiance envers les médias dits mainstream, les griefs à l’égard du « quatrième pouvoir » ne manquent pas, mettant ainsi à mal un des socles de la démocratie. La circulation de l’information impacte aussi la posture de l’enseignant dans son rapport au savoir, désormais accessible sur la Toile. L’École républicaine fait donc face à un défi complexe, l’éducation à la citoyenneté étant aujourd’hui indissociable du développement des compétences numériques des élèves : gérer son identité numérique, savoir s’informer, utiliser Internet en responsabilité, etc. Cela se traduit par un renforcement de la prescription émanant du Ministère de l’Education nationale à l’attention du personnel enseignant, notamment à travers l’intégration de l’Education aux Médias et à l’Information (EMI) dans le Code de l’éducation en 2013, rattachée par la suite au Parcours Citoyen. La mise en œuvre de ces enseignements s’accompagne de l’incitation à mobiliser des pratiques relevant de la pédagogie active, à l’image de la didactique de l’EMC (Enseignement Moral et Civique) ou de l’obligation de mettre en place un média scolaire dans chaque établissement. Face à de tels défis, comment accompagner au mieux l’ensemble des enseignant-e-s dans le cadre de la formation initiale et continue ? Faisant suite au projet de WebTV Scola Média porté par l’Inspé, cette journée se propose d’apporter des clefs de compréhension concernant les enjeux éducatifs liés aux médias à l’ère numérique grâce à l’apport de la recherche, tout en mettant en dialogue les actrices et acteurs de la formation, les enseignant-e-s et les partenaires éducatifs du territoire.

Cette journée scientifique, organisée par l’Inspé Aix-Marseille et le laboratoire TELEMMe (UMR 7303 AMU CNRS), aura lieu le 14 octobre 2019 à l’Inspé d’Aix-en-Provence en salle de conférence de 8h30 à 17h.

Entrée libre sans inscription.

Comité d’organisation : Sophie Gebeil, Fabrice Barth, Véronique Augré, Brigitte Tafforin.

Contact : sophie.gebeil@univ-amu.fr

Programme

8h30 : Accueil Café

9h : Introduction

Pascale Brandt-Pomarès, Professeure des Universités, directrice de l’Inspé Aix-Marseille 

Laurence Espinassy, Maître de conférences, Directrice adjointe de l’Inspé Aix-Marseille, chargée des relations recherche-terrain-formation 

Sophie Gebeil, Maître de conférences, responsable du projet Scola Media (Inspé Aix-Marseille, UMR 7303 TELEMMe)

9h20 – 10h20 : L’éducation aux médias et l’information comme clef de compréhension du monde

Florence Thiault, Maître de conférences à l’Université de Rennes 2 (Laboratoire PREFICS, URFIST de Bretagne et des Pays de la Loire)

Modération : Véronique Augé, Enseignante responsable du parcours Professeur Documentaliste (INSPé Aix-Marseille)

10h20-10h30 Pause

10h30 – 11h20 : Acteurs et pratiques pédagogiques (Table ronde n°1)  

Modération : Fabrice Barth, Enseignant chargé de mission au numérique pédagogique (Inspé Aix-Marseille)

Isabelle Roos , IEN, adjointe au Délégué Académique au Numérique Éducatif (DANE)

Rodrigue Coutouly, Proviseur Vie scolaire, Référent Laïcité

Evelyne Montel-Roux, Professeure Documentaliste (collège Jean Malrieu, Marseille), PFA Inspé Aix-Marseille

Djamel Achour, Fondateur de l’association Anonymal TV (Aix-en-Provence)

11h20 – 12h : Ressources pour l’EMI

Réseau Canopé – Sophie Fouace, IA-IPR, Directrice territoriale Provence-Alpes-Côte d’Azur de Réseau Canopé

Les fresques éducatives de l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) – Déléguée régionale de l’Ina-Méditerranée 

Le jeu en ligne “Trivia EMI” –  Clotilde Chauvin, Mission Laïque Française

12h – 13h30 : Pause repas (libre)

13h30 : Introduction

Fabrice Barth, Enseignant chargé de mission au numérique pédagogique, Inspé Aix-Marseille

13h45 – 14h45 : Comprendre les  cyberviolences et y faire face

Bérengère Stassin, Maître de conférences, Université de Lorraine, CREM (Centre de recherche sur les médiations)

Modération : Brigitte Tafforin, Enseignante dans le parcours Professeur Documentaliste, Inspé Aix-Marseille

14h45 – 15h Pause-Café

15h – 16h : Acteurs et pratiques pédagogiques (Table ronde n°2) 

Modération : Sophie Gebeil

Virginie Youssefane-Ellul, enseignante de Lettres, responsable de la webradio du lycée Vauvenargues (Vaux’ Radio)

Pascale Michels, enseignante de Lettres, chargée de mission à la DANE ; coordinatrice de la Classe Médias au collège Campra, un dispositif porté par le CLEMI Aix-Marseille

Florence Jaille, Professeure des Écoles, chargée de mission premier degré à la DANE

Bernard Mossé, Responsable pédagogique du Camp des Milles

16h : Le CLEMI, un acteur incontournable

Le Centre de Liaison de l’Enseignement et des Médias d’Information (CLEMI)  – Virginie Bouthors, Professeure documentaliste, coordonnatrice académique CLEMI Aix-Marseille

16h20 : Ressources pour l’EMI (2)

Les ressources de la MAIF au service des élèves, des familles et des enseignants – Michel Trinquet

16h35 : Conclusion 

Véronique Augé, Fabrice Barth, Sophie Gebeil, Brigitte Tafforin

https://telemme.mmsh.univ-aix.fr/
https://inspe.univ-amu.fr

Retrouver l’affiche et le programme réalisés par l’Inspé.

parole.des.quartiers.org

Voici un site archivé depuis le 4 juin 2003 par Internet Archive via la Wayback Machine. La dernière version collectée semble dater du 4 avril 2005.

La Parole des Quartiers, www.parole-des-quartiers.org, association Inforoots, version du 4 juin 2003 sur Internet Archive, https://web.archive.org/web/20030604120803/http://parole-des-quartiers.org:80/, consulté le 10.01.19

L’objectif de ce site est de favoriser l’expression des jeunes sur Internet, en particulier dans les quartiers populaires. Le projet est porté par l’association Inforoots basée à Marseille (le site a aussi été archivé).

Site de l’association Inforoots, inforoots.org, version du 16 mai 2001, Internet Archive, https://web.archive.org/web/20010516001615/http://www.inforoots.org:80/, consulté le 10.01.19

Plusieurs pages personnelles sont ainsi créées par quartiers, souvent en lien avec le centre social, à l’image du site : www.lesrosiers.org

www.lesrosiers.org, version du 7 octobre 2003 sur Internet Archive, https://web.archive.org/web/20030805050101/http://www.lesrosiers.org:80/, consulté le 10.01.19

Entre écrits de jeunes, histoire des habitants du quartiers, premières vidéos mises en ligne dès la fin des années 1990 (Noailles online, 1998), une source pour l’histoire urbaine, l’histoire du développement du Web et plus largement pour l’histoire des pratiques mémorielles en ligne.

L’archive est assez incomplète, les vidéos ne semblent pas avoir été archivées mais peut-être que la BnF a également collecté ces sites au titre du dépôt légal du Web.

Généalogie, mobilisation et archivage des images – Rendez-vous de l’histoire, Blois, 14 octobre 2018


La leçon d’histoire de Fernand Braudel, Antenne 2, 14 janvier 1992, réalisation Martin Gélard, Inathèque. Programme.

Chaque année, les rencontres de Blois sont l’occasion de rencontres privilégiées avec des historiens qui exposent l’état de leurs réflexions, présentent leurs travaux et confrontent leurs points de vue dans le but de concourir au progrès de la recherche et de la connaissance historique. 

La table-ronde proposée sur le thème Généalogie, mobilisation et archivage des images en Méditerranée au XXème et XXIème siècles s’inscrit dans le cadre d’un programme collectif transversal au sein de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence), le Pôle image, son, pratiques du numérique en sciences humaines et sociales et de l’atelier « Visual Studies » de TELEMMe – Aix-Marseille Université – CNRS. Au cœur de débats médiatiques récurrents, le cadre méditerranéen est loin d’être escompté. Polymorphe, insaisissable, fuyant, il est traversé par des perceptions multiples. Appuyée sur les travaux d’un programme collectif, la table-ronde proposera un cadre de réflexion à différentes modalités d’appréhension visuelle de la Méditerranée depuis les images télévisées (série Méditerranée), les formes d’expressions mémorielles sur le Web, la production filmique des représentations de la ville ou du religieux jusqu’à l’archivage et la mobilisation des publics pour appréhender ces images et les utiliser.

La thématique de l’image et du son est identifiés comme données à des fins de recherches et comme objets d’investigation ou de représentation du réel. L’inflexion mise sur les études méditerranéennes correspond au rattachement institutionnel au sein de la MMSH.

Depuis sa création, en 1997, le Pôle image, son, pratiques du numérique en sciences humaines et sociales n’a cessé de faire travailler ensemble des chercheur.e.s, des enseignant.e.s., des étudiant.e.s et et des ingénieur.e.s de différentes disciplines pour proposer un cadre de réflexion sur ces questions. Ainsi, dès les années 2000 plusieurs projets ont proposé des pistes de réflexions sur la production scientifique à l’écran ; deux programmes européens, en collaboration avec l’Institut national de l’audiovisuel, (2009-2011) ont abouti à la mise en place d’un site proposant des séquences d’archives audiovisuelles du bassin méditerranéen ouvrant la voie au partage des mémoires audiovisuelles de la Méditerranée ; s’appuyant sur cette collaboration avec l’Ina, plusieurs programmes se sont développés comme sur la question du patrimoine visuel en collaboration avec des universités brésiliennes (PICS 2013-2017) et plus largement sur les Visual Studies (avec l’UMR TELEMMe depuis 2015).

La matinée proposée pour les journées de Blois sera l’occasion de témoigner de de ce programme pluridisciplinaire, en questionnant quelques facettes de la fabrication des images sur la Méditerranée qui influent sur les perceptions contemporaines de cet espace. 

Visionner l’affiche de la table ronde ici

Plus d’information sur le carnet du pôle Images Sons Pratiques du Numérique en SHS (MMSH).

Éléments pratiques : 11h-13h,IUT de Blois, 5 rue de la Chocolaterie 41000 Blois, salle 214. Programme complet des rencontres : ici.

Éduquer aux médias d’actualité en contexte de défiance – 10 novembre 2023 – INSPé Aix-en-Provence 9h-16h30

Journalisme et médias d’actualité à l’ère des géants du web et des réseaux socionumériques

Sérigraphie, 1968, Presses de la Sorbonne
Sérigraphie, 1968, Paris, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90183804

Les chiffres ne manquent pas pour quantifier et rendre compte de la défiance des Françaises et des Français à l’égard des médias d’actualité et des journalistes. Ces représentations ambivalentes tendent à surévaluer la capacité des médias d’actualité (radio, télévision, médias en ligne) à « faire l’opinion » tout en les accusant d’être inféodés aux représentants politiques ou aux grandes fortunes, et de diffuser des informations peu fiables. Face à ces raccourcis hâtifs, l’éducation aux médias et à l’information (EMI) est bien souvent mobilisée dans une perspective défensive, comme un moyen d’affirmer les valeurs démocratiques dont les principes garantissent aux citoyennes et citoyens leur droit d’accéder à l’information et défendent une information libre et indépendante. Mais l’EMI doit aussi être le lieu d’une réflexion critique visant à l’émancipation des individus en leur donnant les moyens de se positionner face à des débats démocratiques complexes, que l’on pense à la liberté d’informer ou aux enjeux économiques liés à la plateformisation du web.  Dans cette perspective, les recherches en sociologie des médias et en sciences de l’information et de la communication permettent de mieux comprendre la fabrique de l’information d’actualité dans un secteur transformé par l’essor des réseaux socionumériques et la banalisation des outils d’écriture automatisée, tout en mettant en exergue l’évolution des pratiques informationnelles.

Organisée dans le cadre de la formation des étudiantes et des étudiants de master MEEF de l’INSPé (parcours CPE, lycée professionnel option Lettres-Langues-Histoire, et professeur documentaliste), cette journée apporte des clefs de compréhension concernant les conditions de production et de diffusion de l’information d’actualité, tout en proposant des pistes de mise en œuvre de séances en éducation aux médias et à l’information à travers des ateliers fondés sur une pédagogie active.  

Les conférences du matin associent la restitution des recherches d’Aurélie Aubert concernant le média Brut, l’expérience du journaliste Thomas Schnell, et l’expertise d’Elsie Russier sur le rôle du réseau national du CLEMI dans la mise en œuvre de l’EMI en établissement scolaire. 

INSPé Aix-en-Provence, 2 av. Jules Isaac, 13090 Aix-en-Provence
Salle de conférences

En présentiel, matinée ouverte sur inscription individuelle aux formatrices, formateurs et partenaires éducatifs de l’INSPé : https://evento.renater.fr/survey/inscription-journee-…-vbw1mhbk 

L’après-midi est réservée aux étudiant.e.s des parcours CPE, PLP Lettres-Histoire & Lettres-Langues, Documentation


Vendredi 10 novembre 9h-16h30
Une journée organisée dans le cadre des enseignements de master MEEF à l’INSPé, au sein du cycle citoyenneté numérique et EMI (AMPIRIC, TELEMMe) par Véronique Augé, Sophie Gebeil, Fabrice Barth, Baptiste Laventure Darival

Programme

9h-9h30 :  Introduction et ouverture de la journée 

Pascale Brandt-Pomarès, Professeure des Universités, Directrice de l’INSPé d’Aix-Marseille, Vice-Présidente déléguée CIPE

Sophie Gebeil – Maître de conférences à l’INSPé et au laboratoire TELEMME

Véronique Augé – Enseignante à l’INSPé, Responsable du parcours Professeur Documentaliste au sein du master MEEF 

Fabrice Barth, Enseignant à l’INSPé, Chargé de mission sur le numérique pédagogique 

9h30 -10h15 :  Journalisme, vidéos et réseaux sociaux : une information brute ? 

Aurélie Aubert

Les capsules vidéos d’information circulant via les réseaux sociaux numériques, sur le modèle de Brut, sont devenues un modèle pour les médias d’information traditionnels à la recherche du public jeune. Or, la diffusion de ces vidéos est déterminée par les algorithmes des plateformes de réseaux sociaux et s’appuie donc sur les contraintes imposées par les géants du numérique. 

Cette intervention tentera d’éclairer les conditions de fabrication de ces nouveaux formats, le rôle des GAFA dans ce processus et le travail des journalistes dans ces rédactions afin de relativiser et remettre en contexte la promesse d’une information « brute » qui serait dénuée de toute médiation.

Professeure en Sciences de l’information et de la communication,  Institut de la communication et des médias – Université Sorbonne Nouvelle. Ses recherches portent sur les mutations de l’information et du journalisme avec le numérique. 

10h45-11h15 : Thomas Schell – « À qui appartiennent les médias ? Audiences, lignes éditoriales et journalistes »

Cette intervention propose une initiation à la production de l’information en France en 2023. Elle présente, de l’intérieur, les mécaniques du journalisme et du fonctionnement des médias généralistes. Elle reviendra également sur la méthodologie journalistique et le traitement de l’actualité, prélude à l’organisation des rédactions des principales chaînes de radio et de télévision nationales.

Thomas Schnell, journaliste-présentateur radio et télévision à Paris (RMC, Europe 1) et reporter. Il anime aussi des interventions en EMI en collaboration avec des enseignants, au lycée Vauvenargues (Aix-en-Provence) et à la Sorbonne (radio).

11h15-11h45 : Elsie Russier – « Le CLEMI, un réseau national pour éduquer aux médias et à l’information »

Quels sont les enjeux actuels de l’EMI et comment y répondre ? Avec quels apports didactiques et pédagogiques ? Comment prendre en compte les pratiques informationnelles juvéniles ? Quelles ressources et actions éducatives du CLEMI peuvent contribuer au développement de l’EMI dans les classes ?

Elsie Russier, responsable du pôle Labo Formation du CLEMI national – Paris sur Didactique de l’EMI. 

11h45-12h15 : Discussion avec la salle

12h15-14h : Déjeuner libre

Après-midi – Ateliers réservés aux étudiantes et aux étudiants 

Inspé – site d’Aix-en-Provence, salle de Conférences 

14h-16h : Ateliers EMI

·     Thomas Schnell – « Faire » de la radio

Présentation de flashes info puis mises en situation sous forme d’un scenario : « vous êtes le présentateur des flashes info de France Inter, avec devant vous une série de dépêches AFP. Vous devez composer en une heure un rappel des titres de trois minutes. Puis, individuellement, chaque participant passera “à l’antenne” pour présenter son flash dans les conditions du direct. Comme dans une vraie radio, un réalisateur se chargera d’installer le matériel et de lancer les jingles adéquats ».

Thomas Schnell, journaliste.

  • Nathalie Darieux-Sobolewski – Typologie de la désinfox


Cet atelier se propose de détecter et d’identifier les différents de types de désinfox et ainsi de mieux lutter contre la désinformation, notamment sur les médias sociaux, tout en apportant un dispositif pédagogique qui peut être mis en œuvre avec les élèves.

Nathalie Darieux-Sobolewski, professeure documentaliste, INSPÉ d’Aix-Marseille.

·    Isabelle Poulain – La ligne éditoriale d’un média : enjeux et conception

Créer un média, qu’il soit scolaire ou professionnel, ce n’est pas tout dire sur tout ! C’est avant tout faire des choix. Faire des choix pourquoi ? Faire des choix selon quels critères ?  Selon ce qu’on appelle la « ligne éditoriale » : c’est elle qui va donner son identité au média de votre établissement ou de votre classe ; c’est elle qui permet la diversité, la pluralité des médias ; c’est elle qui permet à chaque média de rencontrer son public cible. Ces choix réalisés chaque jour par les quotidiens d’information, les matinales radio ou les journaux télévisés, se font selon 9 critères indispensables, 9 questions à se poser aussi en équipe de rédacteurs en herbe avant de commencer à rédiger, à enregistrer ou à tourner le moindre sujet !

Isabelle Poulain, coordonnatrice territoriale politique documentaire et questions de société – Réseau Canopé – Provence-Alpes-Côte d’Azur

·     Émilie Couraud – Décrypter l’information 

Qu’est-ce qu’une information fiable et vérifiable ? Dans un contexte de surinformation où les faits ont parfois moins d’importance que les opinions, comment décrypter une fausse information ? Comment traduire l’information scientifique établie ? A l’inverse, comment traiter les informations dans un contexte d’incertitude où les stratégies de désinformation et les contre-vérités se multiplient ? Et, en quoi la science peut-elle jouer un rôle pour lutter contre les fausses informations ? Au cours de cet atelier, au travers d’échanges et de quiz, vous découvrirez les typologies d’informations et vous testerez vos capacités à reconnaître et différencier les informations fiables des autres informations. Enfin, nous vous proposerons de vous exercer à traduire des informations scientifiques en fonction du contexte et de votre public cible.
Émilie Couraud, doctorante en sciences de l’information et de la communication au sein de l’Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication (IMSIC) – AMU. Elle réalise une thèse intitulée « Faire et communiquer les sciences à l’ère de la post-vérité ». Elle est également intervenante en communication au sein de l’École de journalisme et de communication d’Aix-Marseille (EJCAM).

16h -16h30 : Restitution des ateliers et conclusion de la journée 

Inspé – site d’Aix-en-Provence, salle de Conférences 

–      Sophie Gebeil, maître de conférences à l’Inspé et au laboratoire TELEMME.

–      Véronique Augé, enseignante à l’Inspé, responsable du parcours Professeur Documentaliste au sein du master MEEF.

–      Fabrice Barth, enseignant à l’Inspé, chargé de mission sur le numérique pédagogique.

Citoyenneté numérique et diversité : recompositions et perspectives éducatives

Coordonnée par Sophie Gebeil et Julien Garric, l’équipe pilote « Citoyenneté numérique et diversité : recompositions et perspectives éducatives » d’ AMPIRIC propose de contribuer à améliorer l’apprentissage fondamental « respecter autrui », en constituant un incubateur interdisciplinaire et pluri-catégoriel associant chercheurs, enseignants, cadres du Ministère de l’Éducation Nationale et partenaires de l’école. Elle ambitionne de devenir un écosystème incontournable d’innovations, d’échanges et de créations, pour les acteurs impliqués dans l’éducation à l’esprit critique, à la citoyenneté, y compris numérique, qui pourront s’y enrichir mutuellement tout en nourrissant le pôle de leurs productions. Inscrit au cœur des tensions entre la diversité des publics et le principe d’une citoyenneté universaliste égalitaire, notamment à travers l’Éducation aux Médias et à l’Information et l’Enseignement Moral et Civique, le travail de l’équipe conduira à la mise en place d’un forum ouvert de la citoyenneté numérique prévu en 2023. Le projet de notre équipe pilote s’inscrit localement dans le cadre des cités éducatives et à l’international dans la perspective européenne du projet UniT European Civic teacher Acamedy, avec des partenariats déjà développés avec la Belgique et d’autres à développer avec les pays membres du projet (Italie et Grèce).

Al-Mâdi (Le passé)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search