Archives de catégorie : Corpus – échantillon

Kabyle.com, depuis 1999, mémoires berbères sur la toile

Dans le cadre de l’analyse qualitative portant sur les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français dans les années 2000, il est apparu qu’il existait un domaine berbère francophone sur la toile.  Nous avons choisi d’étudier dans le détail, les dispositifs numériques mémoriels présents sur le site Kabyle.com qui présente pour nous deux avantages. D’une part son caractère précoce puisqu’il est né en 1999 ce qui offre la possibilité pour l’historien d’étudier l’histoire du discours mémoriel sur le site. D’autre part, le site est aujourd’hui un noeud de réseau dans le domaine berbère francophone. En voici une brève présentation.

Kabyle.com a été créé en 1998, par Stéphane Arrami-Mérabet, alors membre de l’Association Kabyle France International (AFKI). Actuel webmaster et rédacteur en chef du site, Stéphane Arrami avait impulsée Kabyle.com à la fin de ses études en communication à Lyon (ICOM Lyon II) au moment où il travaillait chez Webcity.fr qui offrait alors gracieusement l’hébergement du site. Journaliste, formé à l’édition web, pour S. Arrami, la création de Kabyle.com s’inscrit dans la continuité de son engagement au sein du mouvement associatif berbère puisqu’il participait initialement à un bulletin culturel sur papier[1]. Le site demeure la propriété de l’AFKI jusqu’en 2003, date à laquelle Stéphane Arrami et des membres de l’association fondent la SARL Kabyle.com. Cela offre ainsi la possibilité de développer des activités commerciales (boutique en ligne par exemple) qui constituent des sources de financements pour entretenir le site. La publication des articles s’appuie sur un réseau de rédacteurs répartis dans plusieurs pays, notamment la France, l’Algérie, le Canada (Québec) ou la Belgique. Kabyle.com se positionne comme un média international à destination de la diaspora berbère francophone. Le site propose également un annuaire des associations kabyles et accorde une place importante à la parole des lecteurs. Cela se traduit par l’ouverture d’un forum, lieu de débats animés, par opposition à la ligne éditoriale moins polémique qui guide la rédaction des articles. D’autre part, dès 2002, les internautes sont invités à donner leur avis à travers la possibilité de commenter chaque contenu publié par la rédaction. Comme nous avons pu le constater lors de la réalisation du graphe, le site constitue un nœud de réseau au sein de la « e-diaspora » kabyle et revendique aujourd’hui d’être le premier média en ligne berbère francophone. Cette hégémonie s’inscrit dans la durée puisqu’au début de la décennie, Renaud Sagot avait déjà effectué un constat identique dans un article dédié à Kabyle.com[2].

logo_kabyle

Si le site n’est pas archivé par Internet Archive, les robots de la BNF ont collecté Kabyle.com depuis 2001 dans le cadre de la collecte large . Cela offre la possibilité de questionner la longévité de ce site diastolique fondé sur le partage d’un « patrimoine symbolique » (Karima DIRECHE, 1997) commun, quelque soit le lieu de résidence. Ici ce patrimoine se compose principalement par les aspects les plus rassembleurs (langue, culture anthropologique), tandis que l’islam et la politique n’apparaissent pas comme des thèmes privilégiés pour les rédacteurs.

[1] Entretien avec Stéphane ARRAMI le 27 juillet 2012, Eliete da Silva PEREIRA, O local digital das culturas: as interações entre culturas, mídias digitais e territórios,Universidade de São Paulo.

[2] Renaud SAGOT, « Kabyles sur le Net », Hommes & Migrations : migrants.com, no 1240, Novembre 2002, pp. 29‑34.

« Cela commence par… » (2003), Première exposition virtuelle sur le web français dédiée à l’immigration maghrébine ?

Au printemps 2003, une nouvelle exposition est intégrée dans la rubrique « Expositions » du site de l’association Génériques. Le site en est alors à sa première version et c’est un bénévole de l’association qui en est le webmaster. Les archives du Dépôt légal du numérique de la BNF permettent de consulter cette première version statique du site qui sera utilisée jusqu’en 2008.

Dès la création de www.generiques.org en 2000, le site propose des bases de données concernant la presse de l’immigration, les affiches et des notices biographiques qui constituent les prémices du futur Odysséo. Plus de 1000 affiches provenant des fonds de l’association peuvent être ainsi être visualisées par les internautes, mettant ainsi en exergue une mémoire alors peu médiatisée de l’immigration : celle des luttes et des combats sociaux pour l’égalité des droits.

C’est dans ce contexte qu’est mis en ligne au printemps 2003, l’exposition virtuelle intitulée « Cela commence par… Vieillesses de travailleurs immigrés en France, 1994-1997 ». Elle est réalisée à partir de l’ouvrage éponyme[1] publié en 1997 chez Actes Sud par le photographe Philippe Brault et l’écrivain Christophe Gallaz. La scénographie se présente sous forme de diaporama animé (format Flash SWF) qui permet de faire défiler les 25 photographies prises par Philippe Brault concernant l’isolement des Chibanis dans les foyers et les hotels meublés de Marseille et de la Région Parisienne. Le photographe est allé à la rencontre de ces personnes âgées d’origine marocaine et algérienne entre 1995 et 1997. Il a par ailleurs travaillé sur le tournage du documentaire de Yamina Benguigui Mémoires d’immigrés, diffusé sur Canal+ et en salle en 1997. Notons que Philippe Brault a co-réalisé le fameux webdocumentaire Prison Valley en 2011!

Il semblerait, au regard de mes recherches dans l’ensemble de mon corpus (bientôt à venir dans le carnet de recherche), que cette exposition virtuelle soit la première de cet « hypergenre », concernant l’immigration maghrébine sur le web français ? Mais peut-être que d’autres contenus plus anciens ont échappé aux robots d’archivage de la BNF et de l’INA

Pour voir l’exposition virtuelle dans sa version actuelle sur le site de Génériques :

Exposition Philippe BRAULT

[1] Christophe GALLAZ et Philippe BRAULT, Cela commence par, Arles, Actes Sud, coll. « Voir et dire », 1997, 67 p p.

Oumma.com et Oummatv.tv : depuis 1999, un « regard musulman sur l’actualité »

Le site Oumma.com est un journal en ligne fondé par Saïd Branine en 1999, journaliste de formation. Le projet s’inscrit dans la continuité de son activité éditoriale et médiatique. De 1994 à 1997, il a exercé comme journaliste politique au sein de la radio France-Maghreb[1] avant de se lancer dans l’édition imprimée musulmane. En 1997, il co-fonde, avec Michel Renard, la revue trimestrielle Islam de France, publiée aux éditions L’Harmattan jusqu’en 2000. Michel Renard est alors enseignant en histoire-géographie intervenant à l’université Paris VIII dans le cadre du séminaire « Histoire et présence de l’islam en France[2] » organisé avec Daniel Lefeuvre. A partir de 1999, Saïd Branine créé, dans le prolongement de la revue, le site Allahouakbar.com[3], ancêtre d’Oumma.com, lui-même inauguré en septembre 1999.

Le site est donc né dans un milieu intellectuel militant, rassemblant des étudiants, des universitaires et des journalistes, désireux de prendre part aux débats portant sur les relations qu’entretient la République avec l’islam. Partant du constat que les premiers concernés sont rarement entendus par les politiques et les médias « traditionnels », l’objectif est de déconstruire les préjugés sur les musulmans en proposant une réflexion cultuelle et spirituelle sur l’islam mais aussi une alternative à une lecture conflictuelle opposant les valeurs de la Républiques à celles des Musulmans de France. La présentation du site sur une version datant de 2000 précise que « le site est réalisé par un collectif indépendant, réunissant des musulmans (et même des amis des musulmans) ». Oumma.com entend traiter de l’actualité musulmane autrement, en œuvrant pour « la réduction des perceptions négatives du fait musulman en France ». Il est également un espace d’échanges sur la pratique religieuse mais aussi sur les débats politiques et sociétaux. Il s’agit d’une part de « tisser des liens entre l’intelligentsia musulmane, les responsables d’associations, les autorités publiques, les acteurs sociaux et le monde des médias ». D’autre part, le site donne la parole aux internautes à travers la possibilité de commenter les articles et la mise à disposition d’un forum pour les lecteurs.  Saïd Branine a ainsi perçu très tôt comment l’internet pouvait constituer une opportunité à saisir pour une parole minoritaire dans l’espace public, trouvant difficilement sa place dans les médias préexistants. Dès l’origine, Oumma.com propose une variété de services web, à l’image de Mejliss.com[4], qui se veut un « portail de la communauté musulmane francophone » et contient principalement des petites annonces. Il s’agit tout autant de constituer un espace de référence sur l’islam en France que de favoriser les échanges entre les membres de la « Oumma francophone connectée ». En effet, si les articles concernent en grande partie le contexte français, l’ambition du site se situe à l’échelle transnationale puisqu’elle cible l’ensemble des Musulmans francophones. Par ailleurs, Oumma.com est engagé, dès sa création, dans un soutien à la cause palestinienne et comprend ainsi de nombreux points de vue sur la situation israélienne.

            Sur une décennie, trois versions du site se succèdent (I : 1999-2001, II : 2001-2008, III : 2008-2014). Elles rendent compte de la diversification des contenus proposés et de l’évolution du statut des sites qui intègrent le l’entreprise Oumma Media créé en 2003. Cette SARL est spécialisée dans l’édition de contenu web est dirigée par Zouhair Amri (né en 1970). Son siège social se situe à Bagnolet en Seine-Saint-Denis. Ce changement de statut coïncide avec l’apparition de la webTV intégrée dans la deuxième version d’Oumma.com. Un an plus tard, le forum d’Oumma.com est clôturé puis transféré vers le portal Mejliss.fr suite à un rapport de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme[5], relayé par le journal Marianne, pointant la présence de propos antisémites en son sein. A partir de la troisième version du site en 2008, la webtv dispose de son propre nom de domaine distinct avec l’ouverture d’Oummatv.tv aux côtés d’Oumma.com. Trois ans plus tard Oumma Media inaugure Umma United, un « réseau social musulman trilingue » (français, anglais, espagnol). En une décennie, Oumma.com s’affirme comme le premier média en ligne musulman francophone, revendiquant en 2012 plus d’un million de visiteurs uniques (chiffre estimé à 450 000 visiteurs d’après le journal Slate[6]. Il constitue donc un poids lourd en la matière et se partage l’hégémonie avec le journal en ligne Saphirnews.com[7]. Ces deux acteurs symbolisent l’émergence d’une « sphère publique musulmane[8] » sur la toile française.

Oumma.com est archivé à la BNF tandis que OummaTV est archivé par l’INA.

[1] Alix FORIEL, « Religion et Internet : l’interview de Saïd Branine, directeur de oumma.com », Terrafemina.com, 12 mai 2001, http://www.terrafemina.com/culture/culture-web/articles/4208-religion-et-internet-linterview-de-said-branine-directeur-de-oummacom.html, consulté le 14 août 2015.

[2] LEFEUVRE Daniel et RENARD Michel, Séminaire « Histoire et présence de l’islam en France », Paris VIII Saint-Denis, Annonce sur Calenda, 04 octobre 2000, URL : http://calenda.org/185771, consulté le 10 août 2015.

[3] Le site www.allahouakbar.com a été archivé par Internet Archive en 2000 mais la consultation n’est pas accessible. En revanche, l’archive du site oumma.com donne accès à des contenus initialement présents sur le premier site.

[4] Mejliss.com, le portail du monde musulman, URL : www.mejliss.com, consulté le 14 août 2015.

[5] Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme, La lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie: Année 20004, Documentation française, URL : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/054000193.pdf, consulté le 14 août 2015.

[6] Imane AROUET, Nadéra BOUAZZA et Jean-Laurent CASSELY, « Muslimosphère: les voix de l’islam de France sont sur Internet », 26 novembre 2012, Slate, URL : http://www.slate.fr/story/64955/muslimosphere-islam-de-france-internet, consulté le 14 août 2015.

[7] Saphirnews, quotidien musulman d’actualité, URL : , consulté le 14 août 2014.

[8] Peter G MANDAVILLE, Transnational Muslim politics: Reimagining the umma, Routledge, 2003.

Génériques.org, depuis 1999, faire connaître l’histoire et la mémoire de l’immigration

Le site de l’association Génériques (www.generiques.org) est le plus ancien du corpus puisqu’il a été créé durant l’année 1999, douze ans après la création de la structure. Il fait figure de pionnier en la matière et c’est imposé comme une ressource incontournable concernant la mémoire et l’histoire de l’immigration.

Fondée en 1987 par des anciens membres du journal Sans Frontières (Saïd Bouziri, Driss El Yazami), associés à d’autres militants des luttes immigrées des années 1970 comme Farouk Belkeddar, alors membre de l’Union Nationale des Etudiants Algériens (compléter les membres fondateurs), Génériques fait figure de pionnier dans la patrimonialisation de l’immigration en France. Ainsi, ses membres fondateurs ont soutenu l’association pour la création d’un musée de l’immigration créée par des historiens en 1990[1]. Cependant, la vocation première de Génériques est d’œuvrer pour la préservation et la valorisation des archives liées à l’immigration. Dès 1992, l’association a entrepris, en partenariat avec les Archives de France et avec le soutien du Ministère de la culture, un inventaire général des sources liées à l’histoire de l’immigration en France. A partir de la collection des fonds privés de ses créateurs (affiches militantes de Saïd Bouziri notamment), l’association a enrichi sa base de données documentaire et bibliographique au fil des années.

Si l’adresse URL www.generiques.org est restée inchangée depuis sa création à la fin des années 1990, trois versions du site se sont succédées jusqu’en 2014, mettant davantage l’accent sur la base de données et sa valorisation. Les services aux internautes se sont multipliés, principalement à partir de 2008 avec la deuxième version : accès à une base de données autonome (Magellan puis Odysséo), à des articles électroniques de la revue Migrance, description de documents à travers le blog MeltingPost.

En 2014 l’association a signé une convention avec Google Cultural Institue qui a abouti à la mise en ligne de deux expositions virtuelles : Mouvements et luttes des immigré-e-s contre les discriminations et pour l’égalité, 1972-1983 et Femmes dans l’immigration pour l’égalité et contre les discriminations. Cette initiative rend compte d’un usage pragmatique de l’internet mais aussi de l’essor de nouveaux acteurs dans la patrimonialisation de l’immigration maghrébine.

Le site est archivé à la BNF et la version la plus ancienne date de 2002. Jusqu’en 2013, la collecte du site oscille entre deux et cinq passages du robot. A partir de 2013, l’archivage du site s’est affiné grâce à son intégration au sein de la collecte ciblée « Mouvements sociaux ». Il est également intégré dans les fonds d’Internet Archive depuis 2000 puisque la Wayback Machine donnait accès, en septembre, à 206 captures de la page d’accueil.

[1] Parmi ces historiens : Gérard Noiriel, Pierre Milza, Emile Témime ont œuvré pour cet objectif dès les années 1980. L’association se fonde en 1990 suite à l’ouverture du musée Ellis Island à New York dédié à l’histoire de l’immigration aux Etats-Unis.