Archives de catégorie : Billets

Mémoires des migrations et usages du numérique – 7 avril – MMSH [Aix-en-Provence]

numerique

     Le programme du séminaire

Le projet de « L’atelier numérique de l’histoire et des mémoires des migrations en Méditerranée » soutenu par le GIS IPAPIC, dans  le cadre de l’appel à projets de recherches 2013 Pratiques interculturelles dans les institutions patrimoniales du Ministère de la Culture offre l’occasion d’approfondir nos connaissances sur les usages et les pratiques numériques. Il s’agit, à travers le champ des études migratoires, de questionner les enjeux épistémologiques et sociaux liés à la généralisation du recours au numérique.

Le 7 avril 2014, 14h- 17h, Salle Paul-Albert Février, MMSH – Aix-en-Provence    

 

Ce premier séminaire se propose de revenir sur les usages du numérique dans les projets de recherche liés aux mémoires migrantes à l’échelle de la MMSH.

Programme

Maryline CrivelloUMR TELEMME, CNRS-AMU : Introduction

Penser les mémoires des migrations

Stéphane MourlaneUMR TELEMME, CNRS-AMU : Les mémoires de l’immigration, objet d’histoire

Le numérique et le champ des migrations

Sophie GebeilUMR TELEMME, CNRS-AMU : L’internet et le renouvellement des études migratoires

Véronique GinouvèsPhonothèque de la MMSH, CNRS-AMU : Histoires de migrants : le fonds sonore de la phonothèque de la MMSH

Projets audiovisuels et numériques

Jacques SapiégaSATIS, CNRS-AMU : « Je me souviens… de la Méditerranée » (MP13, SATIS, TELEMME, CNRS-AMU)

Marie-Christine HéliasINA-Méditerranée « Med-Mem, Mémoires méditerranéennes »  (INA –Euromed-Heritage IV), la question des migrations

Le carnet de recherche de l’Atelier numérique

Programme du séminaire

Vidéo en ligne – Frédéric Clavert, Jean-Philippe Genet : Histoire et transformations numériques dans l’enseignement supérieur et la recherche

Dans le cadre du Séminaire de recherche Fichet-Heynlin portant sur les usages du numérique dans le monde universitaire, la séance n° 4 du 26 mars portait sur l’histoire.

Les interventions de Frédéric Clavert (IRICE – CNRS) et de Jean-Philippe Genet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) sont disponibles sur la page du programme Réseau “Numer-Univ” sur le site du réseau scientifique TERRA (ici).

“Deux questions préliminaires aux deux invités pour ouvrir le débat :

  • Question n°1 (aux deux chercheurs) : Quelles sont à votre avis, en histoire, les transformations les plus importantes, liées au numérique, modifiant le processus (données, traitements, éditions, pédagogies, valorisations) allant de la recherche à ses diffusions pédagogiques et publiques ?
  • Question n°2 (aux deux chercheurs) : Quelles sont, à votre avis, les spécificités des disciplines historiques (vis à vis d’autres disciplines que vous connaîtriez dans le domaine des arts, lettres et sciences humaines), dans le rapport aux transformations numériques des pratiques de recherche et d’enseignement ?

Date : Mercredi 26 mars 2014 – De 16h30 à 18h30 Lieu : Centre Pierre Mendès France – 90, rue de Tolbiac – 75013 Paris”

Source : http://www.reseau-terra.eu/article1309.html

Pour accéder au compte-rendu de l’intervention et à la vidéo : Cliquer ici

http://www.reseau-terra.eu/spip.php?rubrique285

La caravane de la mémoire, association Com’étik Diffusion, Aubagne

Le lundi 03 mars 2014, a eu lieu, à la Maison de quartier de La Tourtelle[1] à Aubagne, la restitution des créations sonores réalisées dans le cadre du projet La caravane de la Mémoire porté par Charlotte Jullien pour l’association Com’étik diffusion basée à Aubagne[2]. Les membres de l’association avaient convié les habitants du quartier à venir, autour d’un goûter, écouter les créations sonores montées à partir de témoignages sur l’histoire et la vie du quartier. Ces contenus seront prochainement mis en ligne sur le site de l’association. Chaque écoute était ensuite l’occasion d’une discussion et d’un partage entre les personnes présentes : membres de l’association, participants au projet – dont des enfants et adolescents du quartier, familles et habitants curieux d’entendre les créations, personnes autrefois liées au quartier (ancienne institutrice par exemple) ou extérieures à celui-ci mais intéressées par le projet.

Pour ma part, j’ai pu assister à deux restitutions. La première portait sur les « baraques » de l’ancien « bidonville » qui précédait la construction des bâtiments. Il s’agissait essentiellement d’une mémoire émanant d’«enfants des baraques»  qui ont vécu le relogement en HLM comme un évènement dramatique marquant la fin de la solidarité. Ces témoignages semblent correspondre à ce que Muriel Cohen qualifie de « mémoire enchantée » du bidonville[3] à propos de Nanterre et qu’elle a notamment identifié dans le blog Chronironique rassemblant de nombreux billets en ce sens[4]. La seconde création sonore, intitulée « les jeunes », donnait à entendre le regard des enfants sur leur lieu de vie, leur propre parcours ou celui de leurs parents. Ainsi l’un d’entre eux, venu d’Algérie à l’âge de 8 ans, raconte les difficultés qu’il a rencontrées pour s’adapter à la vie en France, et particulièrement à l’école. Cette restitution s’accompagnait d’une exposition présentant une variété de documents sur l’histoire du quartier : des photographies récentes prises par les membres de l’association Com’étik mais aussi des documents administratifs et des photographies plus anciennes trouvés par Charlotte aux archives. Dans une ambiance conviviale, cette restitution fût un moment touchant, probablement du fait de l’implication des habitants dans le projet et du travail de Charlotte, qui s’est attelée à mettre en valeur leurs souvenirs, laissant ainsi peu transparaître, ses propres attentes en tant qu’« enquêtrice ».

Comme le présente l’association Com’étik Diffusion, le projet la Caravane de la mémoire vise à « réaliser un travail de mémoire avec les habitants », en articulant les récits de vie individuels avec « la grande Histoire ». Les créations sonores ainsi élaborées, entendent rendre compte de la diversité de la société française perçue comme une « mosaïque humaine ». Il s’agit ainsi, à travers l’histoire d’un territoire, de valoriser la mémoire de ses habitants dans sa pluralité. La mise en ligne permet également de contribuer à l’élaboration d’une mémoire collective composée d’une multiplicité de parcours intimes. Ce projet mémoriel entamé en 2011, s’inscrit dans le cadre d’une convention entre la Ville d’Aubagne et l’association Com’étik, au titre des politiques municipales de cohésion sociale dans les quartiers prioritaires (CUCS). La Caravane s’intéresse particulièrement à la mémoire des habitants des grands-ensembles qui s’inscrit souvent dans un parcours de mobilité.  Ainsi, les questions du mal-logement durant les Trente Glorieuses mais aussi celles des mémoires d’Algérie reviennent régulièrement au fil des balades sonores que constitue l’écoute des créations disponibles sur le site de l’association.

Suite à une requête rapide, on constate que l’expression « Caravane de la mémoire », est employée dès les années 2000 sur l’internet francophone pour qualifier un projet mémoriel lié à l’anti-franquisme en Espagne[5]. Au milieu des années 2000, le terme désigne un projet de recherche pluridisciplinaire sur la francophonie[6]. En 2012, le site du quotidien maghrébin Lemag y a recours pour présenter un projet éponyme de réhabilitation des mémoires des mineurs marocains[7] qui est le fruit d’une collaboration entre le ministère Chargé de la Communauté Marocaine à l’Etranger (CMME – Maroc) et l’Association des mineurs marocains du Nord-Pas-de-Calais (AMMN – France). Enfin la même année, à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’indépendance, les webzines algériens relatent le départ de Tlemcen de « la Caravane de la mémoire » qui doit « permettre aux jeunes qui la composent de connaître les différents sites historiques marquant les étapes de la Révolution du 1er novembre 1954[8] ». Ce rapide itinéraire de l’expression aboutit, à partir de décembre 2013, à une corrélation avec le trentième anniversaire de la Marche pour l’égalité et contre le racisme (« Marche des Beurs ») de 1983 du fait de l’initiative de l’association ACLEFEU visant à donner davantage de visibilité à cet évènement et à en faciliter la transmission, au moyen d’une exposition itinérante sur les lieux de la Marche. Ainsi, d’après une première observation, l’expression renvoie de façon récurrente, durant la décennie 2000, à des mémoires franco-maghrébines, politiques et militantes. Reste à approfondir l’analyse et à savoir ce qu’il en est hors-ligne.

Les créations sonores présentées le 03 mars seront disponibles prochainement sur la page dédiée du site www.cometik.info.


[2] Com’étik diffusion, 4, rue Jean-Jacques Rousseau, 13400 Aubagne, <http://cometik.info/>, consulté le 10/03/2014

[3] COHEN Muriel, « Les bidonvilles de Nanterre, entre « trop plein » de mémoire et silences », Diasporas, n°17, mars 2011.

[5] MARTINEZ-MALER Odette, 2000-2002, les “Caravanes de la mémoire”. Effractions et discordances, Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2003, n° 70, pp. 87-93, <http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mat_0769-3206_2003_num_70_1_402457>, consulté le 10/03/2014

[6] BAUSSANT, Michèle et KFOURY, Liliane (2009) La caravane de la mémoire : Tunis, Rabat, Beyrouth. Lettre Langue française, diversité culturelle et linguistique (5), <http://eprints.aidenligne-francais-universite.auf.org/161/> , consulté le 10/03/2014

[7] « Le CCME organise une caravane à la mémoire des mineurs marocains de France », Le Mag.ma, 13/11/2012, <http://www.lemag.ma/Le-CCME-organise-une-caravane-a-la-memoire-des-mineurs-marocains-de-France_a64837.html>, consulté le 10/03/2014

[8] Algerie360, « Départ, de Tlemcen, de la caravane de la mémoire », 19 mars 2012, <http://www.algerie360.com/autres/redirect/?Urlredirect=http://www.algerie360.com/>, consulté le 10/03/2014

“La participation des publics, pratiques et conceptions” / Compte-rendu sélectif du colloque

cropped-header-site-coll-participation1

Le colloque sur la participation des publics  s’est déroulé le 28 et le 29 novembre à la MSH-Paris Nord. Je propose ici un compte-rendu, sciemment sélectif, à partir des interventions qui sont particulièrement entrées en résonnance avec mes recherches en cours sur l’analyse des revendications mémorielles sur le web (doctorat d’histoire contemporaine).

Ces deux journées furent l’occasion d’un questionnement pluridisciplinaire sur le renouvellement des modes de participations des publics sur le web. Ces pratiques ont ainsi été mises en relation avec celles des médias traditionnels mais aussi questionnées dans leur dimension interprétative (souvent perçue comme un tournant démocratique, la participation est aussi liée à une contrainte sociale). Comme l’a rappelé François Debruyne (Univ. Lille3, GERiiCO, MSH Paris-Nord) lors de la séance introductive, l’enjeu est d’insérer l’internet dans les industries culturelles et médiatiques tout en contextualisant historiquement les pratiques participatives, à l’image des travaux de Chrisophe Charle sur les intellectuelles du XIXème siècle [ou comment mieux mettre à l’aise la seule historienne de formation dans un univers dominé par la sociologie et les S.I.C…]. Dans cette perspective critique, Franck Rebillard (Univ. Sorbonne Nouvelle, CIM équipe MCPN) a rappelé que les évolutions produites en matière d’information avec l’internet demeuraient marginales au regard de la domination des médias professionnels par rapport aux médias amateurs. S’il y a bien selon lui des différences dans le contexte socio-technique, l’appellation « participative » est exagérée et s’inscrit dans les politiques communicationnelles de l’oligopole des industries de la communication. Les interventions qui se sont succédées ont ainsi mis en lumière les motivations qui poussaient les contributeurs à s’investir dans des pratiques participatives. Elles ont également questionnées les relations complexes qui se nouent entre les fans de série télévisées et les producteurs à travers les dispositifs transmédiatiques basés sur le principe de la narration augmentée (Mélanie Bourdaa, univ. Bordeaux 3, MICA).

Le lendemain, la conférence inaugurale de Valérie Baudoin (Télécom ParisTech) et de Dominique Pasquier (CNRS-Télécom ParisTech)  portant sur le jugement profane en ligne à partir d’un travail réalisé sur le site Allociné, a montré comment l’internet ouvrait des interventions à un plus grand nombre tout en renforçant le modèle de la critique dominant du fait du travail de socialisation. Concernant la place des amateurs dans la production de l’information, Aurélie Aubert (Université Paris 8, CEMI) a mis en perspective le mythe du « journalisme citoyen » à travers les enjeux de nomination des acteurs qui produisent l’information en optant pour l’appellation de « journalisme participatif » qui inclut, au-delà de la coopération, la dimension bénévole et l’engagement individuel et social de l’amateur. Une étude réalisée en collaboration avec Jérémie Nicey (Univ. Tours, EPJT et CIM équipe MCPN Paris 3) sur les pratiques participatives de l’agence photographique Citizenside a par ailleurs montré comment les enjeux de reconnaissance et les espoirs de professionnalisation constituaient des facteurs prégnants de motivation du côté des amateurs passionnés qui publient leurs photos sur ce site.  La conférence finale de Dominique Cardon a inséré la participation dans une redéfinition de l’espace public en rappelant que l’internet ne constitue pas un espace public comme les autres, dans la mesure où la visibilité y hiérarchise fortement les informations. Il a également précisé comment les dispositifs de prises de parole participent à un déplacement sociétal au nom de l’autonomisation du citoyen qui entend pouvoir  contribuer à définir l’intérêt général. A partir de l’exemple des blogs culinaires, il a ensuite présenté une modélisation des communautés de blogosphère polarisées par les bloggeuses les plus célèbres (pro-am), insérées dans le secteur marchand et les circuits professionnels.

Au-delà de la qualité de l’accueil et de la richesse des interventions qui se sont succédées, je retiendrai pour ma part, plusieurs axes de réflexion qui peuvent être mis en relation avec les problématiques liées à la constitution de corpus de sites web comme sources pour l’historien. D’un point de vue méthodologique, ces deux journées ont rappelé à la fois l’importance de l’analyse de la mise en réseau (hyperliens) et de la communauté comme échelle pertinente. Il est apparu également clairement que l’approche sémiotique de sources web nécessitaient également de prendre en compte les conditions de production et de réception hors-ligne, au-delà de l’écran.  Dans le même temps, l’étude de données massives ne peut se passer de la collaboration du chercheur avec des ingénieurs spécialisés, seuls capables de fournir des outils d’analyse quantitatifs. Enfin, la sociologie des publics et les sciences de l’information et de la communication proposent un appareil conceptuel permettant une mise à distance des « buzzword » qu’il est parfois difficile de rationnaliser. Il est ainsi nécessaire d’insérer la réflexion sur les données en ligne dans l’histoire des pratiques médiatiques en prenant notamment en compte les enjeux de visibilités quant à l’impact réel des revendications mémorielles sur la toile.

Photographie de l’intervention de Dominique Cardon, Louis Merzeau, le 29/11/2013

Lien vers le site du colloque : http://colloqueparticipation.wordpress.com/