Génériques.org, depuis 1999, faire connaître l’histoire et la mémoire de l’immigration

Le site de l’association Génériques (www.generiques.org) est le plus ancien du corpus puisqu’il a été créé durant l’année 1999, douze ans après la création de la structure. Il fait figure de pionnier en la matière et c’est imposé comme une ressource incontournable concernant la mémoire et l’histoire de l’immigration.

Fondée en 1987 par des anciens membres du journal Sans Frontières (Saïd Bouziri, Driss El Yazami), associés à d’autres militants des luttes immigrées des années 1970 comme Farouk Belkeddar, alors membre de l’Union Nationale des Etudiants Algériens (compléter les membres fondateurs), Génériques fait figure de pionnier dans la patrimonialisation de l’immigration en France. Ainsi, ses membres fondateurs ont soutenu l’association pour la création d’un musée de l’immigration créée par des historiens en 1990[1]. Cependant, la vocation première de Génériques est d’œuvrer pour la préservation et la valorisation des archives liées à l’immigration. Dès 1992, l’association a entrepris, en partenariat avec les Archives de France et avec le soutien du Ministère de la culture, un inventaire général des sources liées à l’histoire de l’immigration en France. A partir de la collection des fonds privés de ses créateurs (affiches militantes de Saïd Bouziri notamment), l’association a enrichi sa base de données documentaire et bibliographique au fil des années.

Si l’adresse URL www.generiques.org est restée inchangée depuis sa création à la fin des années 1990, trois versions du site se sont succédées jusqu’en 2014, mettant davantage l’accent sur la base de données et sa valorisation. Les services aux internautes se sont multipliés, principalement à partir de 2008 avec la deuxième version : accès à une base de données autonome (Magellan puis Odysséo), à des articles électroniques de la revue Migrance, description de documents à travers le blog MeltingPost.

En 2014 l’association a signé une convention avec Google Cultural Institue qui a abouti à la mise en ligne de deux expositions virtuelles : Mouvements et luttes des immigré-e-s contre les discriminations et pour l’égalité, 1972-1983 et Femmes dans l’immigration pour l’égalité et contre les discriminations. Cette initiative rend compte d’un usage pragmatique de l’internet mais aussi de l’essor de nouveaux acteurs dans la patrimonialisation de l’immigration maghrébine.

Le site est archivé à la BNF et la version la plus ancienne date de 2002. Jusqu’en 2013, la collecte du site oscille entre deux et cinq passages du robot. A partir de 2013, l’archivage du site s’est affiné grâce à son intégration au sein de la collecte ciblée « Mouvements sociaux ». Il est également intégré dans les fonds d’Internet Archive depuis 2000 puisque la Wayback Machine donnait accès, en septembre, à 206 captures de la page d’accueil.

[1] Parmi ces historiens : Gérard Noiriel, Pierre Milza, Emile Témime ont œuvré pour cet objectif dès les années 1980. L’association se fonde en 1990 suite à l’ouverture du musée Ellis Island à New York dédié à l’histoire de l’immigration aux Etats-Unis.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *