Tous les articles par Sophie Gebeil

Maître de conférences en histoire contemporaine - Aix-Marseille Université - UMR 7303 TELEMMe (AMU, CNRS)

3 offres de stage de 6 mois (2021/2022) TELEMME / Master 2 Histoire

Dans le cadre du projet ANR PICCH (Polyvocal Interpretation of Contested Cultural Heritage), le laboratoire TELEMMe propose trois offres de stage pour des étudiants en Master 2 Histoire Parcours monde moderne et contemporain, en lien avec les sujets de recherches suivants durant l’année universitaire 2021/2022 :
 
– « L’exposition coloniale de Marseille (1913-1922) » sous la direction de Céline Regnard (1 offre de stage) => cliquez sur le lien suivant pour connaître les conditions de candidature et le profil de l’offre : https://amubox.univ-amu.fr/s/3CN4jdqTzwMAJj2
 
– « Représentations du passé colonial sur le Web du début des années 2000 à nos jours » (à partir des archives Web de l’INA) sous la direction ou co-direction de Sophie Gebeil (2 offres de stage) => cliquez sur le lien suivant pour connaître les conditions de candidature et le profil de l’offre : https://amubox.univ-amu.fr/s/5M9H4NiKmpmGsKS

Contrat 12 mois renouvelable – appel à candidature pour une thèse sur les représentations du passé colonial en ligne dans les années 2000

Contrat ad hoc  – Polyvocal Interpretations of Contested Cultural Heritage

Dans le cadre du projet ANR PICCH -Polyvocal Interpretations of Contested Cultural Heritage, le laboratoire TELEMMe (UMR 7303 AMU-CNRs), en partenariat avec l’INA (archives du Web Média), propose un contrat de 12 mois renouvelable en lien avec une thèse de doctorat en histoire du Web sous la co-direction de Maryline Crivello et Sophie Gebeil portant sur les représentations du passé colonial en ligne dans les années 2000.

Vous trouverez ici la fiche mentionnant les caractéristiques du projet, les conditions et les modalités de candidature ainsi que les missions liées au contrat  :

https://amubox.univ-amu.fr/s/i3EYDFcYxYa5nzK

Organisation : Aix-Marseille Université / Laboratoire TELEMMe (Temps, Espaces, Langages – Europe Méridionale, Méditerranée) UMR 7303 AMU – CNRS

Projet : PICCH – Polyvocal Interpretations of Contested Colonial Heritage, ANR JPI.

Champs de recherche : Histoire culturelle du Web / Histoire du phénomène mémoriel et des usages du passé / Histoire du patrimoine / Histoire numérique

Date de clôture de l’appel :  5 juillet 2021 minuit (CEST)

France > Aix-Marseille Université

Type de contrat : ad hoc – temporaire

Durée : 12 mois, renouvelable une fois

Période : 1er septembre 2021 – 31 août 2022.

Rémunération : Il s’agit d’un contrat de travail à temps plein, financé autour de 1400 euros nets mensuels sur une durée de 12 mois renouvelable une fois par Aix-Marseille Université, à compter du 1er septembre 2021. 

Date limite de dépôt du dossier de candidature : 5 juillet 2021 (00 :00 CEST)

Publication des résultats :12 juillet 2021

Contact : sophie.gebeil@univ-amu.fr

Intervention dans la journée de lancement du projet RESPADON

ResPaDon : Ouverture, perspectives croisées et cas d’usages

Lundi 17 mai 2021 – 09h00 (CEST)
 

Plus d’informations : https://www.collexpersee.eu/journee-de-lancement-du-projet-respadon-les-inscriptions-sont-ouvertes/

Le lien pour participer à cette journée à distance : https://app.livestorm.co/universite-de-lille-13/respadon-ouverture-perspectives-croisees-et-cas-dusages?utm_source=Livestorm+company+page

 

 

Polyvocal interpretation of contested colonial heritage (PICCH) – 2021/2023

Le projet Polyvocal Interpretation of Contested Colonial Heritage (PICCH) coordonné par Daniel Petrelli (Sheffield Hallam University) a été retenu dans le cadre de l’appel à projet ANR « Patrimoine, Identités et Perspectives : s’adapter à des sociétés en évolution » de l’initiative de programmation conjointe JPI CH (Joint Programming Initiative on Cultural Heritage and Global Change).  

Autour de Daniela Petrelli de l’université de Sheffield, le projet est coordonné par quatre PI (Principal Investigator)  :  Pr. Alexander Badenoch (Vrije Universiteit Amsterdam), Pr. Pia Borlund (Oslo Metropolitan University – OsloMet), et Dr Sérgio Paulo (VoiceInteraction – Tecnologias de Processamento da Fala, Portugal). 
En tant que PI, j’assurerai la coordination du projet pour la France, pour le laboratoire TELEMME, en partenariat avec l’INA représenté par Claude Mussou, Christine Mussard de l’IREMAM, Véronique Ginouvès de La Phonothèque de la MMSH, et Naïma Yahi de l’association Pangée Network.  

Bref résumé du projet : 

De nombreuses institutions de mémoire à travers l’Europe contiennent des fonds liés à son passé colonial qui, depuis de nombreuses années, fait l’objet de contestations de la part des communautés d’origine, des minorités ethniques et de la société civile dans son ensemble. Dans le même temps, les professionnels du domaine sont en prise avec des questions complexes sur ce qu’il convient de faire avec ce patrimoine culturel problématique, qu’il s’agisse de restituer des objets lorsque cela est approprié ou de réécrire le contexte historique qui les entoure d’une manière plus critique et inclusive. Ce projet vise à identifier les principaux exemples de patrimoine audiovisuel colonial dans les trois archives concernées, à dresser une carte commune des représentations racialisées partagées liées à leurs contextes impériaux respectifs, à identifier les problèmes de visualisation et de langage et à ouvrir un dialogue entre les archives et divers utilisateurs, notamment des archivistes, des chercheurs, des cinéastes et la société civile. 
Le patrimoine audiovisuel colonial numérisé est fourni par trois archives nationales : L’Institut néerlandais du son et de la vision, l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) français et le Pitt Rivers Museum à Oxford, au Royaume-Uni. Toutes ces archives possèdent une riche collection de films et de sons originaux, dont certains ont été produits à l’apogée de la période impériale. Ce projet étudie les modalités selon lesquelles ces archives créées dans un « esprit colonial » peut être réapproprié et réinterprété de manière critique pour devenir un levier efficace pour  participer au développement d’une future société inclusive.
L’objectif de PICCH est d’engendrer une polyvocalité qui peut être incorporée dans les archives elles-mêmes, offrant de nouvelles façons d’entrer et d’explorer le passé via un cadre interprétatif contemporain. À cet effet, des technologies avancées seront utilisées pour étudier la manière de relier les langages archivistiques et contemporains, et pour soutenir l’exploration transnationale de plusieurs archives via une interface utilisateur interactive unique.

Outre l’organisation d’ateliers participatifs autour d’archives audiovisuelles, le volet français mobilisera de façon inédite les archives du Web de l’Ina pour étudier les enjeux, les acteurs et les temporalités des débats liés à l’héritage colonial dans les années 2000. 

Dans ce cadre, le projet prévoit le recrutement d’une doctorant en histoire du Web pour deux ans et de 8 étudiant·e·s de Master II pour une durée de 6 à partir de septembre 2021 jusqu’en septembre 2023. 

Nous espérons également pouvoir créer des passerelles avec DeCoSEASDecolonizing Southeast Asian Sound Archives, deuxième projet obtenu à l’échelle de la MMSH dans le cadre de cet appel à projet ! 

 

Cours à distance : qu’en pensent vraiment les étudiants ? the conversation

Avec Perrine Martin, Christine Félix, maîtresses de conférences à l’Université d’Aix-Marseille et Pierre-Alain Filippi, enseignant et chercheur associé à l’INSPé d’Aix-Marseille, nous avons souhaité partager quelques premiers résultats de l’enquête lancée début décembre consacrée aux étudiants face aux cours à distance à l’université.

Depuis le 30 octobre 2020, dans le contexte de cette deuxième période de confinement, les étudiants français sont contraints de suivre un enseignement à distance. Cette situation donne lieu à des réactions contrastées, associant éloge de la capacité d’adaptation des universités et critique du maintien de ce mode d’enseignement. Les médias se font l’écho de souffrances chez les étudiants.

Suite à l’annonce de l’exécutif d’une reprise des cours en présentiel en février, la Conférence des Présidents d’Université a fait part de son incompréhension face à cette décision et a lancé un appel pour mettre un terme à ce distanciel contraint le plus tôt possible, insistant également sur les difficultés rencontrées par les étudiants, et particulièrement ceux inscrits en première année de licence.

Lire la suite sur le site de The Conversation.