Tous les articles par Sophie Gebeil

Maître de conférences en histoire contemporaine - Aix-Marseille Université - UMR 7303 TELEMMe (AMU, CNRS)

Saisir la polyvocalité des archives audiovisuelles et numériques en contexte postcolonial

Dans de nombreuses institutions de mémoire en France et sur le web, sont aujourd’hui accessibles à tous les publics des fonds liés au passé colonial qui font l’objet de contestations et de débats au sein de la société civile. Les professionnel·le·s de l’information doivent désormais développer de nouvelles compétences pour prendre en compte ce patrimoine culturel, qu’il s’agisse de mettre à disposition des fonds d’archives, de restituer des objets, de réécrire le contexte historique qui les entoure d’une manière plus critique et plus inclusive. Organisé par S. Gebeil, C. Mussard et V. Ginouvès dans le cadre du programme de recherche PICCH, ce séminaire pluridisciplinaire a pour objectif d’explorer les outils, pratiques participatives et créatives qui invitent à l’analyse et à la réutilisation critiques de l’héritage audiovisuel colonial dans les fonds de trois types d’archives (web, fonds de la médiathèque de la MMSH, Institut national de l’audiovisuel). Pensé comme un espace d’échange et d’expérimentation, il mettra en dialogue une pluralité d’acteurs (utilisateurs, archivistes, chercheurs, cinéastes, citoyens, associations) autour de leurs pratiques de l’archive. 

Détails de la programmation à venir

20 janvier > Présentation des axes de recherche

3 mars > Discours de la contestation

14 avril > Histoire orale 

12 mai > Travaux de doctorantes

23 juin > conclusions / travaux du semestre de l’ANR

Utilisation du logiciel Hyphe pour l’exploration de corpus web, MMSH Aix-en-Provence, 2 décembre 2022

Dans le cadre de l’atelier Visual Studies et Humanités numériques en Méditerranée du laboratoire TELEMMe (UMR 7303 AMU-CNRS), et en partenariat avec le programme Polyvocal Interpretation of a Contested Colonial Heritage, Benjamin Ooghe-Tabanou, directeur technique du Médialab Sciences Po, participera à une journée de travail au moyen du logiciel Hyphe le 2 décembre 2022.

Hyphe est un logiciel libre d’exploration web permettant aux chercheurs de créer des corpus constitués de pages web et de liens entre elles sur un sujet spécifique.

Nous proposons également une présentation publique d’Hyphe de 9h30 à 10h30 à la MMSH ce jour-là. Afin d’organiser cet événement au mieux, je vous prie de bien vouloir vous inscrire si vous êtes intéressé.e.s, via ce lien : https://enquete.inspe.univ-amu.fr/v4/s/2zozmv

La date limite d’inscription est le jeudi 24 novembre. L’événement aura lieu exclusivement en présentiel.

Organisée en partenariat avec le programme Polyvocal Interpretation of a Contested Colonial Heritage, cette séance du séminaire de l’atelier Visual Studies et Humanités numériques en Méditerranée sera consacrée à l’utilisation de l’outil Hyphe pour la recherche en sciences humaines et sociales fondée sur l’analyse de sources en ligne. Hyphe est un logiciel libre d’exploration web permettant aux chercheurs de créer des corpus constitués de pages web et de liens entre elles sur un sujet spécifique.

Date : 02/12/2022

Horaire : 9h30-10h30

Lieu : MMSH, Aix-en-Provence

Intervenant invité : Benjamin Ooghe-Tabanou, Directeur technique du Médialab Sciences Po, Ingénieur de recherche

Ingénieur généraliste diplomé de l’École Centrale de Lyon en 2005, Benjamin Ooghe-Tabanou se spécialise en informatique appliquée à la recherche.  Outre plusieurs expériences notamment dans le domaine de l’astrophysique à l’Université Johns Hopkins de Baltimore aux États-Unis puis à l’École Normale Supérieure à Paris, il participe en parallèle en 2009 à la fondation de l’association Regards Citoyens. Il rejoint ensuite l’équipe du Médialab en juin 2012 au sein du projet Données Infrastructures et Méthodes d’Enquête en Sciences Humaines et Sociales (DIME) Web et se consacre au développement d’outils de collecte de données sur le web pour les sciences humaines et sociales, et notamment le webcrawler Hyphe et l’outil Gazouilloire de collecte de données Twitter.

Laboratoire de recherche interdisciplinaire réunissant sociologues, ingénieurs et designers, le Médialab Sciences Po mène des recherches thématiques et méthodologiques exploitant et interrogeant la place prise par le numérique dans nos sociétés. 

Contact : sophie.gebeil@univ-amu.fr 

Transmettre des compétences autour des archives du web : Quels enjeux ? Quelles spécificités ? (retours d’expérience). Table ronde. 6 octobre 2022. BnF


Ce texte regroupe des éléments de préparation de la table ronde à laquelle j’ai été invitée à participer et intitulée  Transmettre des compétences autour des archives du web : Quels enjeux ? Quelles spécificités ? (retours d’expérience). Elle s’insère dans le cadre du cycle d’ateliers «Formation et compétences pour les différents types d’acteurs : pratiques pédagogiques et didactique» du projet RESPADON et aura lieu le 6 octobre après-midi à la BnF.

Afin de répondre aux questions proposées pour la préparation de la table ronde, je reprends ici des éléments que j’avais également présenté lors de la table ronde “Web archives and Teaching” aux côtés de Frédéric Clavert en avril 2021 dans le cadre du projet Warcnet (colloque Diving deeper into web archive in difficult times), en les développant davantage.

1) Présentez la ou les formations que vous organisez 

J’interviens principalement auprès des étudiants de master MEEF 1e et 2e année de l’INSPé d’Aix-Marseille, au sein du parcours histoire-géographie et professeur documentaliste, ainsi qu’en formation transversale sur l’éducation aux médias. Par ailleurs, j’enseigne l’histoire des médias et du web en Licence, et dispense un cours dédié au web archivé comme matériau pour l’historien en master Histoire au département ALLSH d’AMU. Enfin je dirige des mémoires de master MEEF qui articulent une réflexion professionnelle basée sur des savoirs scientifiques et des mémoires de master recherche en Histoire. J’interviens également dans la formation des doctorants de la MMSH et je co-dirige une thèse en histoire des médias. 

Les enseignements qui portent sur le web archivé n’excèdent pas 10 % de mon volume de cours annuel. Il concerne principalement : 

  • Les Licence 3 dans le cours d’histoire du web depuis 2012. Sur 4 séances, 2 sont dédiées aux archives du web comme source pour l’historien. Durant 2 CM, j’explique l’histoire de l’archivage du web (en veillant à bien distinguer le web vivant du web archivé) puis je précise les enjeux historiographiques et épistémologiques en reprenant ce que j’ai proposé dans mon livre Website Story – Histoire, mémoires et archives du web. Ensuite, nous travaillons sur des textes de chercheurs pour réfléchir aux spécificités des archives du web et aux défis qu’elles imposent aux historiens. 
  • Master Archives, médiation de l’histoire et humanités numériques (Département d’Histoire ALLSH AMU). Durant 8h, nous travaillons sur les transformations de l’archive à l’ère numérique, en partant de la numérisation, jusqu’à la question du patrimoine nativement numérique, moment durant lequel je traite des archives du web. L’effectif étant composé d’une quinzaine d’étudiants, après un temps magistral, ils sont mis en activité pour explorer un site web archivé sur Internet Archive, en lien avec leur thématique de mémoire. Il s’agit souvent de sites de GLAM et nous travaillons sur les formes de médiation de l’histoire dans le temps en parcourant l’archive, tout en mettant en évidence les couacs dans la collecte, et ainsi les limites du web archivé. Nous travaillons aussi sur des textes au profit d’une réflexion méthodologique (HN et web archivé) et épistémologique. Dans le cadre de ce master, plusieurs journées d’étude abordent le web archivé, comme ce fût le cas en 2017 pour la journée « Visual studies et Méditerranée, entre pratiques et méthodes» Enfin, les étudiants choisissent un module du cours et rédigent un billet sur le carnet de recherche Hypotheses, plusieurs d’entre eux portent sur les archives du web. 
  • Culture numérique auprès des étudiants de master MEEF. Dans le cadre de l’initiation à la recherche et du suivi du mémoire des professeurs documentalistes, j’insère mes travaux sur les archives du web dans l’histoire de l’info-documentation, en mettant l’accent sur l’histoire de l’archivage en général. Nous travaillons ici à partir de texte en SIC et en histoire. Les étudiants sont amenés à manipuler la wayback machine pour consulter une une de presse ancienne et ensuite réfléchir aux applications pédagogiques en EMI. Ces pistes sont remobilisées dans le projet pédagogique de capsules Scola Media
  • Encadrement de master et thèse. Pour accompagner les étudiants en terre numérique et pour réfléchir à l’usage du web passé ou présent comme source pour une histoire culturelle du temps présent, je reprends les contenus théoriques de Website Story – Histoire, mémoires et archives du web, qui s’adresse spécifiquement aux chercheurs néophytes et aux étudiants désireux d’utiliser le web archivé comme source en histoire. Ensuite, je les accompagne sur la constitution du corpus, la recherche au sein du web archivé. Il faut déconstruire le mythe d’un miroir diachronique du web pour repenser leur démarche d’enquête. Par ailleurs je leur demande un travail bibliographique. Dernièrement, un étudiant s’est penché sur la collecte du web local à Marseille par l’Alcazar. Cela sera sans doute valorisé à travers un billet sur Hypothèses. Au niveau doctorat et recherche, nous travaillons avec le responsable de la médiathèque de la MMSH au développement d’un module articulant web archivé et exploration de corpus en ligne.  
  • Encadrement de stagiaires dans des projets de recherche. Dans le cadre du programme européen Polyvocal Interpretation of a Contested Colonial Heritage, nous prenons aussi du temps pour amener les étudiants à découvrir la fabrique du web archivé, les différents partenaires sur le périmètre d’Aix-Marseille (Ina car nous disposons d’une borne de consultation à la MMSH et en raison de la proximité de la délégation régionale Ina Méditerranée, des premiers liens viennent d’être noués avec l’Alcazar qui participe à la collecte BnF). Pour le projet, nous avons réalisé un corpus en ligne collectif et pour chaque référence, ils devaient vérifier s’il avait fait l’objet d’une collecte sur le site Internet Archive. Enfin, deux étudiants sous contrat participeront à l’organisation de la conférence RESAW prévue à Marseille en juin 2023. 

S’agissant d’une approche théorique et épistémologique, les spécificités du web archivé sont plutôt bien comprises par les étudiants. En revanche, les principales difficultés rencontrées concernent l’exploration de corpus. L’absence d’accès distant du DL web français joue au profit d’Internet Archive. 


2) Quelles sont selon vous les spécificités des formations aux archives du web et leur place par rapport à la formation aux compétences numériques et/ou, aux humanités numériques ? 
Pensez-vous possible de dégager un socle commun tous publics et toutes disciplines confondues ? 

Je tiens à préciser que derrière l’idée de compétences numériques, je regroupe des connaissances info-communicationnelles et des savoirs sur les cultures numériques, auxquels s’ajoutent des capacités à manipuler les outils au service des objectifs de recherche ou d’enseignement, mais aussi des attitudes (e.g. communiquer de manière éthique). 

Dans le cas des étudiants de master recherche, la dimension computationnelle des archives du web rend clairement la tâche plus difficile : ils doivent développer des connaissances techniques précises pour en comprendre les spécificités, et à cela s’ajoute le fait qu’il s’agit bien sûr de sujets en histoire du temps présent, avec peu de distance temporelle ce qui augmente la difficulté. Par ailleurs, étant peu formés aux démarches et aux outils de l’histoire numérique, ils développent des méthodes qui relèvent du bricolage, dans le bon sens du terme : nous croisons souvent des analyses sémiotiques, qualitatives, avec la réalisation d’une base de données, sans utiliser d’outils propres aux HN, ne serait-ce qu’Hyphe par exemple. 

Au sujet du développement des compétences numériques, plusieurs collègues ont proposé depuis une vingtaine d’années un socle commun, à l’image de Franziska Heimburger et Émilien Ruiz [1]. Ce dernier proposait déjà en 2011 un référentiel.  


3) Matériaux pédagogiques et sources utilisées : sur quoi vous appuyez-vous pour faire vos formations ?  

J’utilise principalement Internet Archive et ponctuellement le poste de consultation de l’INA qui est installé à la MMSH. Je demande aux étudiants de naviguer sur le site de l’Inathèque et de la BnF afin de prendre connaissance du cadre légal et du périmètre de chaque institution. J’utilise aussi des exemples issus du site de l’IIPC et bien sûr, très majoritairement, des articles de chercheurs.  




[1] Franziska Heimburger, Émilien Ruiz, « Faire de l’histoire à l’ère numérique : retours d’expériences », Revue d’histoire moderne et contemporaine 2011/5 (n° 58-4bis), p. 70-89.

Citoyenneté numérique et EMI, regards de chercheur.e.s – 14 octobre 2022 – INSPé Aix-en-Provence (9h-17h), avec Anne Cordier et André Tricot

Entre jugements de valeur, discours alarmistes et prophéties de l’innovation, les représentations concernant les transformations induites de la généralisation de l’accès au web et aux réseaux socionumériques sont pléthoriques. Elles alimentent l’idée communément admise d’une crise de la citoyenneté. Cette journée se propose de comprendre comment les travaux de recherche en sciences de l’information et de la communication et dans le domaine de l’éducation permettent de mieux appréhender la citoyenneté numérique. Cette notion protéiforme, dont les contours sont peu stabilisés, désigne de multiples usages informels et éducatifs mais aussi une réponse institutionnelle face aux transformations qui agitent les sociétés contemporaines.

Journée sur inscription : https://enquete.inspe.univ-amu.fr/v4/s/8ls91u

Possibilité de suivre les conférences du matin et du début d’après-midi en visioconférence également. 

 

9h00 – 9h30. Introduction et ouverture de la journée

Pascale Brandt-Pomarès, professeure des Universités, directrice de l’INSPÉ d’Aix-Marseille, vice-présidente déléguée au CIPE

Sophie Gebeil, maître de conférences à l’INSPÉ et au laboratoire TELEMMe –  Véronique Augé, enseignante à l’INSPÉ, responsable du parcours Professeur Documentaliste au sein du master MEEF – Fabrice Barth, enseignant à l’INSPÉ, chargé de mission sur le numérique pédagogique

 

9h30 – 10h30. (Bien) vivre ensemble avec le numérique à l’école, c’est possible !

Conférence d’Anne Cordier, professeure des universités en Sciences de l’information et de la communication, co-responsable du Master SIDOC – MEEF Documentation, CREM (Centre de recherche sur les médiations)
UR 3476 – Université de Lorraine

Séance animée par Véronique Augé

10h30 – 11h00 Pause
11h00 – 12h00. Citoyenneté numérique et évaluation de la crédibilité des sources : de l’intuition à la raison ?

Conférence d’André Tricot, professeur des universités en Psychologie cognitive, Epsylon (laboratoire de psychologie) – Université Paul Valéry / Montpellier 3. Co-directeur du Centre national d’étude des systèmes scolaires (Cnesco), CNAM, Paris

Séance animée par Perrine Martin

12h00 – 14h00. Déjeuner libre
14h00 – 17h00. Rencontre étudiants-chercheurs autour de la citoyenneté numérique

Séance animée par Fabrice Barth et Sophie Gebeil

14h00 – 14h40. Des recherches en éducation pour mieux cerner les enjeux et les contours de la citoyenneté numérique – Présentations

Marco Cappellini, maître de Conférences HDR en Didactique des Langues et Cultures, (LPL, AMU-CNRS), porteur du projet PENSA Professionnalisation des Enseignants utilisant le Numérique pour un Soutien à l’Autonomie et à la citoyenneté

Perrine Martin, maîtresse de conférences en Sciences de l’éducation à l’INSPÉ d’Aix-Marseille (ADEF, AMU-CNRS)

Caroline Vincent, Maîtresse de conférences en Sciences de l’éducation à l’INSPÉ d’Aix-Marseille (LEST, AMU-CNRS),

André Tricot et  Anne Cordier

14h45 – 16h30. Rencontres étudiants chercheurs par ateliers
16h35 – 17h00. Restitution des ateliers et conclusion de la journée

Séance animée par Véronique Augé, Fabrice Barth et Sophie Gebeil

 

Résumés des conférences du matin

“Ils font n’importe quoi !”, “Ils ne se parlent plus !”, “Ils sont soumis aux plateformes !”, “Ils sont en danger !”, “Ils ne savent plus apprendre !”…

Combien de fois n’avons-nous pas entendu, ou même prononcer nous-mêmes, ces expressions à l’encontre de nos élèves ? Combien de fois n’avons-nous pas eu le sentiment de ne pas savoir comment faire pour pacifier les relations élèves/enseignant·e·s et personnels d’éducation, et même élèves/parents/enseignant·e·s et personnels d’éducation, lorsqu’il s’agit des usages et pratiques dudit numérique ?

Le numérique catalyse angoisses et promesses, autour du lien social, de la démocratie comme de l’innovation pédagogique et éducative.

Face à des injonctions paradoxales, je vous propose de nous intéresser à ce que font et disent les adolescent·e·s mais aussi les enseignant·e·s et les personnes d’éducation rencontrés lors d’enquêtes de terrain en établissements scolaires mais aussi dans des espaces de vie quotidienne. Et si l’on dépassait l’opposition manichéenne et infructueuse du “Pour / Contre” ledit numérique, pour concrètement penser une démarche éducative et pédagogique intégrant les objets connectés pour un vivre-ensemble autour de valeurs partagées ?

Anne Cordier, Professeure des Universités en Sciences de l’Information et de la Communication. Co-Responsable du Master SIDOC – MEEF Documentation. UR 3476 CREM – Équipe PIXEL

Vivre dans une société démocratique et y exercer pleinement sa citoyenneté passe notamment par notre capacité à juger ce nous disent des sources. Ces sources peuvent relever du pouvoir politique ou économique, des médias et plus généralement d’autres citoyens. Ce que nous disent ces sources est-il vrai ? Faux ? Délibérément faux ? Ces sources veulent-elles nous instruire, nous émanciper, nous épanouir, nous tromper, nous manipuler ? Depuis quelques temps, certains chercheurs commencent à défendre le point de vue selon lequel nous ne sommes pas forcément incompétents pour juger la crédibilité d’une source, y compris de façon intuitive. Ils soulignent aussi qu’une éducation à la rationalité dans ce domaine, pour être efficace, doit remplir un ensemble de conditions qui ne sont pas encore bien connues.

André Tricot, Professeur des Universités en psychologie cognitive. Epsylon – Laboratoire de Psychologie Université Paul Valéry Montpellier 3. Centre national d’étude des systèmes scolaires (Cnesco), CNAM, Paris

S’inscrire : https://enquete.inspe.univ-amu.fr/v4/s/8ls91u

Une journée organisée par Véronique Augé, Fabrice Barth et Sophie Gebeil

RESAW 2023 – Exploring the archived web during a highly transformative age: Call for contributions

Place: MUCEM Lab  – The national Museum of Civilizations of Europe and the Mediterranean, Marseille, France, https://www.mucem.org/en/the-mucem

5th RESAW Conference

5-6 June 2023, Marseille, France

Conference Website (opening soon): https://resaw2023.sciencesconf.org

A conference organised by TELEMMe Laboratory (Aix-Marseille University)

Exploring the archived web during a highly transformative age

The recent transnational political and health crises are a stark reminder of the need to pay particular attention to the recurrent information that is diffused on the web and social media platforms. These digital documents, both sublime and sinister, have become a routine element in human activity, ranging from ironic memes about lockdown measures to tragic videos documenting the violent actions committed against civilians by armed forces. The nature of web archiving systems aims at sustaining these born-digital sources that are essential for the study of recent phenomena. Subsequently, these constitute precious materials that illustrate the history of the current context since the 1990s while contributing to the construction of a digital heritage, which is both a memory for future societies and an indispensable source of contemporary facts for future researchers. 

However, the short time span during which transnational events (pandemics, political crises, etc.) have taken place should not mask the profound transformations that have marked societies since the democratisation of the Web in the 1990s, whether it be the climate challenge, the assertion of individual fundamental rights, the effects of economic liberalism or the shifts in religious practices. These transformations have been accompanied by far-reaching socio-technical developments and an expansion in digital cultures, whose global history is yet to be written. The first web archiving initiatives that originated in the 1990s, while providing a valuable source base, also created a large international following, with organisations and individuals such as GLAM (Galleries, Libraries, Archives, Museums), scholars, civil society… whose aim was to collect, safeguard and render the past Web accessible to all. This archived Web constitutes a singular material for the study of recent phenomena, while offering the possibility to preserve the corpora and find websites that are currently inaccessible, and retrieve old websites that are currently unavailable online. However, using Web archives as research material necessitates epistemological and methodological reflection, and has subsequently emerged as a field of study in itself.

In recent years, using the Web to study social, cultural and political phenomena has developed considerably, and has thus contributed to advances in the history of the Web and research in the social sciences and humanities. Moreover, the Web and digital cultures have themselves become a field of study, sometimes by trial and error, through the exploration of methodologies, whether they be grassroots approaches or projects rooted in the digital humanities. Since 2012, RESAW (resaw.eu), an organisation created to develop a pan-European research infrastructure, has contributed significantly to this dynamic that focuses on the study of Web archives and the past Web. This highlights the extent to which a better knowledge of the Web’s history may help us to more effectively face the challenges of a world in full transformation. RESAW has also created the opportunity to develop an epistemological and methodological reflection on the making of Web archives, thus establishing itself as a major player in Web archives studies, an interdisciplinary research field undergoing radical restructuring. 

Eight years after the first RESAW conference, which provided for ground-breaking debates on technical, scientific and archival aspects, the conference in Marseille, organised by Aix-Marseille University, proposes to appraise Web archives studies in relation to the research carried out on the Internet, social media, the Web archives and reborn digital heritage. It will examine the development of Web archiving while highlighting the way in which technical, cultural, geopolitical, societal and environmental transformations impact the conception, study and dissemination of this reborn digital heritage. There are many global challenges and the stakes of Web archiving affect not only researchers and GLAMs, but also the whole of civil society, as the many informal archiving initiatives led by amateurs in countries that do not have a collection system have illustrated. The conference will subsequently focus on the methods and practices implemented by those who have explored and continue to explore the archived Web while opening up perspectives for the years to come. Located on the Mediterranean shores, the conference in Marseille will be an opportunity to stimulate discussions based on the approaches used in different cultural areas on different levels in order to reflect on Web archiving in the Mediterranean and its surrounding areas.

Whether it concerns studies based on web archives or reflections on web archiving, (non-exclusive) areas of interest can be submitted:

  •  History of the Web and digital cultures
  • Study of recent events or phenomena based on the use of the archived Web
  • Memory studies, commemorations and mediation: new ways of diffusing history on the Web
  • Methods for studying the archived Web (DH, challenges of platformisation), the archived Web as a research method, Web archives as an investigative tool (fact checking, activism, investigative journalism, OSINT (Open Source Intelligence))
  • Archiving the Web: processes, actors, governance, accessibility,
  • GLAM and Web archives
  • Ethical and legal issues of Web archiving and the study of the archived Web
  • Preserving and sustaining the archived Web
  • Archiving the Web without institutional support (blind spots in robotic archiving, activist initiatives, bottom-up archiving)
  • Archiving the Web in the face of contemporary challenges: geopolitics, environment, inclusiveness (cultural diversity, gender issue)
  • Representation of the diversity of cultural and linguistic backgrounds in Web archiving
  • Digital arts and visual cultures: preservation issues
  • Teaching and Web archives
  • Scale issues: the local Web, under-represented countries, the national Web, transnational dynamics

Submissions

The deadline for submissions is 30th October 2022.

Submissions are welcome from all fields and disciplines, and we would particularly encourage postgraduate students and early career researchers to participate.

Disciplines and areas of expertise:

  • Art and Humanities
  • History of the Internet
  • Digital heritage and Archival Studies
  • Media Studies / Information and Communication Studies / Science and Technology Studies
  • Digital Humanities / Computational Social Sciences
  • Computer Sciences

Possible formats:

  • Individual papers of 15 minutes (500-word abstract and a short author biography of 100-150 words).
  • Panel sessions consisting of three individual papers of 15 minutes, introduced by a chair (500-word abstract for each paper, a brief 300-word description of the purpose of the panel and a short author biography of 100-150 words for each speaker).

Acceptance of submissions is based on double-blind peer review.

Timetable:

  • 5th/6th June 2022: opening of the website, sending out the CfP or only the date
  • 30th October 2022: Deadline for submissions
  • December (Week 49) 2022: Notifications of acceptance
  • 24th April 2023: Deadline for submission of all documents by the selected participants.
  • 5th & 6th June 2023: Conference

Fees

–       Student (PhD, Post-doctorant) : 20 €

–       Regular Fee : 60 €

Organising Committee

  • Sophie Gebeil, TELEMMe, Aix-Marseille Univ.
  • Jean-Christophe Peyssard, MMSH, CNRS, Aix-Marseille Univ.
  • Maryline Crivello, TELEMMe, Aix-Marseille Univ.
  • With the support of the TELEMMe Team: Xavier Daumalin (dir), Agnès Rabion, Caroline Testanière, Delphine Cavallo, Mireille Poggetti, Pauline Savéant

In collaboration with the RESAW Conference Committee

  • Niels Brügger, Aarhus University (organiser 2015)
  • Jane Winters, University of London (organiser 2017)
  • Anne Helmond, Utrecht University (organiser 2019)
  • Valérie Schafer, C²DH, University of Luxembourg (organiser 2021)
  • Sebastian Gießmann, University of Siegen, (coming organiser 2025)

Programme Committee

  • Susan Aasman, University of Groningen, NL
  • Valérie Beaudoin, Telecom Paris – Institut Polytechnique de Paris, FR
  • Patrice Bellot, Aix-Marseille University, FR
  • Anat Ben David, The Open University of Israel, IL
  • Mohamed Ali Berhouma, ISBAN, TN
  • Emmanuelle Bermès, French National Library (BnF), FR
  • Nicola Bingham, British Library, IIPC, UK
  • Frédéric Clavert, University of Luxembourg, LU
  • Kevin Driscoll, University of Virginia, US
  • Gerard Goggin, Wee Kim Wee School of Communication and Information, SG
  • Daniel Gomes, Archivo.pt, PT
  • Mark Graham, Internet Archive, US
  • Fabienne Greffet, University of Lorraine, FR
  • Adeline Joffres, Huma-Num, FR
  • Emily Maemura, University of Toronto, CA
  • Ian Milligan, University of Waterloo, FR
  • Claude Mussou, INA – National Audiovisual Institute, FR
  • Jessica Ogden, University of Bristol, UK
  • Philippe Rygiel, Ecole Normale Supérieure de Lyon, FR
  • Marta Severo, Université Paris Nanterre, FR
  • Benjamin Thierry, Sorbonne University, FR
  • Peter Webster, Independent Researcher, UK
  • David Wrisley, New York University Abu Dhabi, AE