Tous les articles par Sophie Gebeil

WORKSHOP « LA FABRIQUE NUMÉRIQUE DU PASSÉ », AIX-MARSEILLE UNIVERSITÉ, 16-09-2016

La fabrique numérique du passé Sources, outils, récits: “What next?” vendredi 16 septembre 2016 de 09H00 à 17H00

Au pôle multimédia du Campus Schuman à Aix-en-Provence. Organisé par Christian Henriot

 

Fabrique numérique du passé - C. Henriot
Fabrique numérique du passé – C. Henriot

 

Le programme sur le Carnet de recherche Virtual Shangai 

Source : Aix-Marseille Université

Visual Studies et Méditerranée – Découverte et inauguration de deux bornes de consultation multimédia (PCM) de l’INA, MMSH, Aix-en-Provence 27 juin 2016

La recherche en sciences humaines et sociales exploite les archives du dépôt légal de l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) depuis plus de 30 ans et peut aujourd’hui s’appuyer sur des masses de données en croissance exponentielle. Avec l’accès aux deux postes de consultation multimédia (PCM) à la médiathèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, chercheurs, étudiants, enseignants et plus largement, tout curieux du domaine, peuvent aujourd’hui consulter ces archives de la radio, de la télévision, du cinéma et du web. Avec la participation de chercheurs et de professionnels du monde de l’audiovisuel, cette journée de découverte – ouverte à tou.te.s – offrira un large aperçu des usages des PCM et des possibles exploitations du dépôt légal de l’Ina dans la recherche en sciences humaines et sociales.

ANNONCE

Présentation

Un accès exceptionnel aux archives de l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina) à la médiathèque de la MMSH

Les archives du dépôt légal de l’Ina dans la recherche en sciences humaines et sociales, inauguration de deux PCM

Le 27 juin 2016, à la médiathèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH – AMU/CNRS), seront officiellement inaugurés deux Postes de consultation multimédia (PCM) de l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina) donnant ainsi accès à plus de 12 000 000 d’heures de documents radio et télévision, 1 000 000 d’heures enregistrées chaque année, 13 000 sites web média, 120 chaînes de radio et de télévision captées 24h/24 au titre du dépôt légal, 34 000 titres de cinéma.

La recherche en sciences humaines et sociales exploite les archives du dépôt légal de l’Ina depuis plus de 30 ans1 et peut aujourd’hui s’appuyer sur des masses de données en croissance exponentielle. Avec l’accès aux deux Postes de consultation multimédia (PCM) à la médiathèque de la MMSH, chercheurs, étudiants, enseignants et plus largement, tout curieux du domaine, peuvent aujourd’hui consulter ces archives de la radio, de la télévision, du cinéma et du web. Avec la participation de chercheurs et de professionnels du monde de l’audiovisuel, cette journée de découverte – ouverte à tou.te.s – offrira un large aperçu des usages des PCM et des possibles exploitations du dépôt légal de l’Ina dans la recherche en sciences humaines et sociales.

Lire la suite du programme sur http://calenda.org/367504

 

Les migrants et l’école : quel face à face ? Aix-en-Provence – 14,15 juin 2016

L’école est un des vecteurs classiques des processus d’intégration des populations étrangères, et l’un des premiers outils de mobilité sociale. À l’heure où les débats sur la mixité à l’école, tant sociale qu’ethnique, connaissent une actualité renouvelée, ces rencontres souhaitent faire le point sur un certain nombre de recherches, consolidées ou en cours, sur les relations entre les migrants, les jeunes issus de l’immigration, et l’école.

Programme et affiche sur le site de l’ESPé et sur Calenda.

Source : http://espe.univ-amu.fr/fr/news/1131/migrants-lecole-quel-face-a-face

 

TIMES AND TEMPORALITIES OF THE WEB 1-3 dec 2015

Temps et temporalités du web

The concept of real-time, the promise of immediacy and the ever-increasing acceleration of exchanges are recurrent in the foundational discourses about new information and communication technologies. However, they are far from having disposed of time. Instead, the different ways in which we relate to time have multiplied, and structure the contemporary experience of our digital world: “revolutions” in technology follow one another uninterrupted, embedded in a long-term perspective, while the permanence of duplicated data lies behind the ephemeral discussion threads, and the complexity of events remains hidden behind the turmoil of the Net and its socio-digital networks.
This symposium wishes to bring to light and interrogate this variety of time(s) and temporalities, by means of analyses of the Web in its past, present and future dimensions, both individual and collective, social and technical, economic and political. Particular attention will be paid to practices that – from hyperconnectivity to cyber-flânerie, from data flows to Web archives – contribute to make the Internet a new experience of both instant and duration.
Five thematic axes will structure how this interdisciplinary symposium – organized by the team of the ANR Web90 project (http://web90.hypotheses.org) – addresses the temporalities of the Web, those it originates and those in which it participates, both in a diachronic and a future perspective.

Source : http://www.iscc.cnrs.fr/spip.php?article2038

Kabyle.com, depuis 1999, mémoires berbères sur la toile

Dans le cadre de l’analyse qualitative portant sur les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français dans les années 2000, il est apparu qu’il existait un domaine berbère francophone sur la toile.  Nous avons choisi d’étudier dans le détail, les dispositifs numériques mémoriels présents sur le site Kabyle.com qui présente pour nous deux avantages. D’une part son caractère précoce puisqu’il est né en 1999 ce qui offre la possibilité pour l’historien d’étudier l’histoire du discours mémoriel sur le site. D’autre part, le site est aujourd’hui un noeud de réseau dans le domaine berbère francophone. En voici une brève présentation.

Kabyle.com a été créé en 1998, par Stéphane Arrami-Mérabet, alors membre de l’Association Kabyle France International (AFKI). Actuel webmaster et rédacteur en chef du site, Stéphane Arrami avait impulsée Kabyle.com à la fin de ses études en communication à Lyon (ICOM Lyon II) au moment où il travaillait chez Webcity.fr qui offrait alors gracieusement l’hébergement du site. Journaliste, formé à l’édition web, pour S. Arrami, la création de Kabyle.com s’inscrit dans la continuité de son engagement au sein du mouvement associatif berbère puisqu’il participait initialement à un bulletin culturel sur papier[1]. Le site demeure la propriété de l’AFKI jusqu’en 2003, date à laquelle Stéphane Arrami et des membres de l’association fondent la SARL Kabyle.com. Cela offre ainsi la possibilité de développer des activités commerciales (boutique en ligne par exemple) qui constituent des sources de financements pour entretenir le site. La publication des articles s’appuie sur un réseau de rédacteurs répartis dans plusieurs pays, notamment la France, l’Algérie, le Canada (Québec) ou la Belgique. Kabyle.com se positionne comme un média international à destination de la diaspora berbère francophone. Le site propose également un annuaire des associations kabyles et accorde une place importante à la parole des lecteurs. Cela se traduit par l’ouverture d’un forum, lieu de débats animés, par opposition à la ligne éditoriale moins polémique qui guide la rédaction des articles. D’autre part, dès 2002, les internautes sont invités à donner leur avis à travers la possibilité de commenter chaque contenu publié par la rédaction. Comme nous avons pu le constater lors de la réalisation du graphe, le site constitue un nœud de réseau au sein de la « e-diaspora » kabyle et revendique aujourd’hui d’être le premier média en ligne berbère francophone. Cette hégémonie s’inscrit dans la durée puisqu’au début de la décennie, Renaud Sagot avait déjà effectué un constat identique dans un article dédié à Kabyle.com[2].

logo_kabyle

Si le site n’est pas archivé par Internet Archive, les robots de la BNF ont collecté Kabyle.com depuis 2001 dans le cadre de la collecte large . Cela offre la possibilité de questionner la longévité de ce site diastolique fondé sur le partage d’un « patrimoine symbolique » (Karima DIRECHE, 1997) commun, quelque soit le lieu de résidence. Ici ce patrimoine se compose principalement par les aspects les plus rassembleurs (langue, culture anthropologique), tandis que l’islam et la politique n’apparaissent pas comme des thèmes privilégiés pour les rédacteurs.

[1] Entretien avec Stéphane ARRAMI le 27 juillet 2012, Eliete da Silva PEREIRA, O local digital das culturas: as interações entre culturas, mídias digitais e territórios,Universidade de São Paulo.

[2] Renaud SAGOT, « Kabyles sur le Net », Hommes & Migrations : migrants.com, no 1240, Novembre 2002, pp. 29‑34.