Archives de catégorie : Agenda/Evènements

Collecter, utiliser et sauvegarder le Web pour l’enseignement et la recherche – Rencontre avec Niels Brügger – 11 & 12 mars 2024 – Aix-en-Provence (INSPé)

 Niels Brügger, professeur à l’Université d’Aarhus (Danemark), pionnier dans l’utilisation des archives du web en sciences humaines et sociales, proposera une conférence le lundi 11 mars de 14h à 17h et animera un atelier le mardi 12 mars après-midi à l’INSPé d’Aix-en-Provence (AMU). Deux moments pour réfléchir collectivement à l’utilisation et la préservation du Web pour l’enseignement et la recherche. Événement sur inscription.

Inscription pour assister à la conférence du 11 mars : https://evento.renater.fr/survey/conference-niels-bru…-0x7g2are  

Inscription pour participer aux ateliers du 12 mars : https://evento.renater.fr/survey/ateliers-12-04-2024-13h-17h30-collecter-utiliser-et-sauvegarder-le-web-atelier-7hdrdgux

 

Que ce soit dans le cadre de nos études, de nos activités de recherche ou d’enseignement, nous mobilisons toutes et tous des documents ou des services accessibles via des sites web ou des réseaux sociaux. Dans ce cadre, le web se fait tantôt moyen de communication, encyclopédie, ressource pédagogique, outil de traduction automatisée, mais aussi corpus ou terrain d’enquête. 

Si ces pratiques ont désormais intégré nos routines professionnelles et personnelles, elles interrogent les modes de transmission et d’évaluation des savoirs, et suscitent des inquiétudes du fait de la circulation de fausses informations et de la diffusion d’outils de génération de texte comme ChatGPT. Pourtant, la question de la pérennisation des informations tirées du web demeure encore en retrait. Que restera-t-il en effet dans trente ans des sites web de nos laboratoires, des groupes estudiantins sur les réseaux sociaux ou des revues académiques ou  des vidéos documentant la guerre en Ukraine ? Comment explorer, conserver et transmettre ce patrimoine nativement numérique dans une période marquée par des transformations technologiques, environnementales, et politiques, qui bouleversent l’élaboration et la diffusion de la connaissance et bousculent les certitudes en matière d’éthique et de démocratie ? 

Les initiatives visant à collecter et à conserver l’ensemble des pages et contenus publiés sur le web et les réseaux socionumériques sont relativement anciennes, remontant à la création d’Internet Archive en 1996 aux États-Unis et encouragées par la Charte de l’UNESCO sur le patrimoine numérique de 2003. En France, depuis 2006, l’archivage du web a été confié à la BNF (Bibliothèque nationale de France) et à l’INA (Institut national de l’audiovisuel) au titre de leur mission de dépôt légal. Pour autant, le web archivé demeure encore sous-exploité dans le champ académique malgré des initiatives pionnières à l’image des travaux du Pr. Niels Brügger, figure incontournable du développement des Web Archive Studies au niveau international, à l’origine du collectif européen RESAW (A Research Infrastructure for the Study of Archived Web Materials). Fondateur et rédacteur en chef de la revue Internet Histories: Digital Technology, Culture and Society depuis 2016, Niels Brügger est actuellement professeur d’études sur les médias à l’université d’Aarhus et dirige le Centre for Digital Methods and Media

Profitant de sa présence sur Aix-en-Provence les 11 et 12 mars, nous organisons deux journées qui offriront l’opportunité exceptionnelle de l’écouter et d’échanger, à travers la conférence qu’il prononcera le lundi 11 mars après-midi et d’un atelier qu’il animera le mardi 12 mars à l’INSPé d’Aix. Cette rencontre devra permettre de réfléchir aux enjeux scientifiques et éducatifs liés à la collecte, à l’utilisation et à la conservation des archives du Web tout en proposant des ateliers de mise en pratique. Elle s’inscrit aussi dans la perspective de développer les usages liés à l’archivage du web au sein d’Aix-Marseille Université, prolongeant ainsi la dynamique impulsée suite à la conférence  RESAW 2023 (MUCEM).

Programme et inscriptions

Lundi 11 mars

14h-17h : Conférence de Niels Brügger 

Salle de Conférences (INSPé Aix-en-Provence).

En anglais avec traduction simultanée.

Inscription indispensable (dans la limite des places disponibles) : 

https://evento.renater.fr/survey/conference-niels-bru…-0x7g2are

De l’importance des archives du web comme source pour l’Histoire et les Sciences Humaines et sociales : défis et opportunités pour la recherche et l’enseignement

Cette conférence présentera les archives du web comme source historique et mettra en lumière plus largement les défis et les opportunités liés à leur utilisation pour la recherche et l’enseignement, à travers trois points successifs. Tout d’abord, Niels Brügger exposera des exemples d’utilisation du web archivé en sciences humaines et sociales, en s’appuyant sur ses recherches consacrées à l’histoire du web danois dans les années 1990. Il précisera le contexte et les objectifs de ce projet ainsi que le rôle joué par le web archivé en tant que source. Ensuite, la conférence proposera une introduction quant à la nature du web archivé, et plus particulièrement sur les implications épistémologiques induites par ce type de document dont l’exploitation remet en question nos conceptions traditionnelles de la critique des sources. Enfin, Niels Brügger abordera l’utilisation du web archivé et des outils numériques dans l’enseignement, en partageant sa propre expérience pédagogique issue du cours dédié aux Méthodes numériques de la Licence en études médiatiques de l’Université d’Aarhus.

Niels Brügger est professeur d’études sur les médias et directeur du Centre des méthodes numériques et des médias de l’université d’Aarhus, au Danemark. Ses recherches portent sur l’historiographie de l’internet et du web, l’archivage du web et la théorie des médias. Il a publié des monographies et un certain nombre de livres édités, notamment Oral Histories of the Internet and the Web (Brügger & Goggin (Eds.), Routledge, 2022), The SAGE Handbook of Web History (Brügger & Milligan (Eds.), SAGE, 2018), et The Archived Web: Doing History in the Digital Age (MIT Press, 2018). Il est cofondateur et directeur de la rédaction de la revue Internet Histories : Digital Technology, Culture and Society (Taylor & Francis/Routledge, 2016-).

Mardi 12 mars 13h – 17h30 : Ateliers 

Inscription obligatoire et nombre de place limitée (15 personnes) : 

https://evento.renater.fr/survey/ateliers-12-04-2024-13h-17h30-collecter-utiliser-et-sauvegarder-le-web-atelier-7hdrdgux

INSPé, 2 av. Jules Isaac, Aix-en-Provence.  Salle A 107 

13h – 13h30 : Accueil et présentation des deux ateliers 

Sophie Gebeil, Niels Brügger, Jean-Christophe Peyssard, Mara Bertelsen. 

13h30 – 15h : Travailler avec les archives du web comme source ou ressource

Atelier animé par Niels Brügger, Professeur des Universités et directeur du Centre des méthodes numériques et des médias de l’université d’Aarhus (Danemark).

Pour bien comprendre la nature spécifique du web archivé en tant que source, il est important d’avoir connaissance concernant la façon dont l’archivage du web est effectué. Cet atelier commencera donc par une brève introduction à ce sujet. Ensuite, je présenterai brièvement les cinq strates du Web sur lesquelles une étude du Web peut se concentrer. S’ensuit une brève introduction aux étapes analytiques que nous allons suivre, et à Internet Archive que nous utiliserons car elle est accessible en ligne. La partie pratique sera constituée d’activités axées sur : (1) l’extraction de données, (2) l’analyse de texte (fréquences de mots, réseaux sémantiques, cooccurrences) et, si le temps le permet, (3) l’analyse de réseaux ou d’images. Les participantes et participants travailleront sur leur propre ordinateur, et ils pourront travailler avec n’importe quelle version archivée d’un site web de leur choix, de préférence de petite taille afin de ne pas rendre les exercices trop compliqués. Des instructions sur la préparation des logiciels seront communiquées aux participants avant l’atelier.

15h – 15h30 Pause  

15h30 – 17h : Collecter et conserver des pages Web avec Webrecorder 

Atelier animé par Jean-Christophe Peyssard, Ingénieur de recherche et Responsable de la médiathèque de la MMSH

Grâce à une mise en pratique, les participantes et les participants pourront apprendre à collecter des pages Web dans un format normalisé (WARC).  L’objectif de cet atelier est de mieux comprendre, à travers une expérience utilisateur·rice, les enjeux et problématiques de l’archivage du Web.  

17h-17h30 : Retour d’expérience et discussion collective

Ces deux journées sont organisées par Sophie Gebeil (UMR7303 TELEMMe, AMU-CNRS / Atelier Visual studies et Humanités numériques), membre de l’IUF, dans le cadre du programme de recherche PICCH et avec le soutien de l’équipe d’organisation de la conférence RESAW 2023 qui s’est tenue en juin dernier à Marseille. 

Ces deux journées sont organisées par Sophie Gebeil (UMR7303 TELEMMe, AMU-CNRS / Atelier Visual studies et Humanités numériques), membre de l’IUF, dans le cadre du programme de recherche PICCH et avec le soutien de l’équipe d’organisation de la conférence RESAW 2023 qui s’est tenue en juin dernier à Marseille. 

Informations pratiques

INSPé Aix-en-Provence, AMU

2, av. Jules Isaac

13626 Aix en Provence Cedex 01

Contact : sophie.gebeil@univ-amu.fr ; mara.bertelsen@univ-amu.fr

English below

Collecting, Using and Preserving the Web for Education and Research

March 11 and 12, 2024

INSPé Aix-en-Provence

2 Avenue Jules Isaac

Whether in our studies, research activities or teaching practice, we all make use of documents or services published on websites and social networks. In this context, the web can be a means of communication, encyclopedia, educational resource and automated translation tool, but also a corpus or field of investigation. 

While these practices have now become an integral part of our professional and personal routines, they raise questions about modes of knowledge transmission and evaluation, and concerns due to the circulation of false information and the dissemination of text generation tools like ChatGPT. However, questions surrounding the sustainability of information taken from the web still remain in the background. Thirty years from now, what will be left of our university websites, student groups on social networks, academic journals or videos documenting the war in Ukraine? How can we explore, preserve and transmit this inherently digital heritage in a period marked by technological, environmental and political transformations that disrupt the development and dissemination of knowledge and challenge the certainties of ethics and democracy?

Initiatives aimed at collecting and preserving all pages and content published on the web and social media have been around for some time now, dating back to the creation of the Internet Archive in 1996 in the United States and encouraged by the UNESCO Charter on the Preservation of Digital Heritage in 2003. In France, web archiving has been entrusted since 2006 to the BNF (National Library of France) and the INA (National Audiovisual Institute) as part of their legal deposit responsibilities. And yet, archived web content remains underexplored in academics despite pioneering initiatives, such as the work of Professor Niels Brügger, a key figure in the international development of Web Archive Studies and the creator of the collective Research Infrastructure for the Study of Archived Web Materials (RESAW). Founder and editor of the journal Internet Histories: Digital Technology, Culture and Society since 2016, Niels Brügger is currently Professor in Media Studies at Aarhus University and directs the Centre for Digital Methods and Media. These two days offer an exceptional opportunity to listen to him speak and exchange ideas, thanks to the conference he will give on the afternoon of Monday, March 11, and a workshop he will lead on March 12.

With the privilege of Niels Brügger’s presence at INSPé Aix-en-Provence, these two days aim to foster reflection on the scientific and educational challenges related to the collection, use and preservation of web archives while offering practical workshops. They also align with the perspective of developing the uses associated with web archiving at Aix-Marseille Université, thus building upon the momentum initiated by the RESAW conference (MUCEM, June 2023).

Schedule and Registration:

Collecting, Using and Preserving the Web for Education and Research

Monday, March 11 

2 pm – 4:30 pm: Niels Brügger’s conference open to the public by registration

Registration link: https://evento.renater.fr/survey/conference-niels-bru…-0x7g2are  

Why web archives are important sources in historical studies and humanities: challenges and opportunities for research and teaching

Abstract: This lecture introduces the archived web as a historical source, including the challenges and opportunities for research and teaching. The lecture is divided into three main parts. First, a few examples of web history are highlighted, including my own research project about the history of the Danish web in the 1990ies, with focus on the project as such and on the role of the archived web as source. Second, an introduction to the nature of the archived web as a source, including reflections on how this type of document challenges our usual conceptualisations of source criticism. Third, an outline of experiences of using the archived web and digital tools in teaching, with the course ‘Digital Methods’ on Aarhus University’s BA in Media Studies as a case.

Niels Brügger is Professor in Media Studies, and head of the Centre for Digital Methods and Media, Aarhus University, Denmark. Research interests include internet and web historiography, web archiving, and media theory. He has published monographs and a number of edited books, including Oral Histories of the Internet and the Web (Brügger & Goggin (Eds.), Routledge, 2022), The SAGE Handbook of Web History (Brügger & Milligan (Eds.), SAGE, 2018), and The Archived Web: Doing History in the Digital Age (MIT Press, 2018). He is co-founder and Managing Editor of the journal Internet Histories: Digital Technology, Culture and Society (Taylor & Francis/Routledge, 2016-)

Tuesday, March 12. Workshop 1 pm – 5:30 pm

Registration required, limited to 15 people: 

https://evento.renater.fr/survey/ateliers-12-04-2024-13h-17h30-collecter-utiliser-et-sauvegarder-le-web-atelier-7hdrdgux

INSPé, 2 av. Jules Isaac, Aix-en-Provence.  Room: A 107 

1 pm – 1:30 pm: Welcome

Sophie Gebeil, Niels Brügger, Jean-Christophe Peyssard, Mara Bertelsen 

1:30 pm – 3 pm: Working with the archived web as a source 

Workshop conducted by Pr. Niels Brügger, head of the Centre for Digital Methods and Media, Aarhus University, Denmark

To fully understand the specific nature of the archived web as a source it is important to know a little about how web archiving is performed, thus we will start with a brief introduction to this. Also, I will briefly introduce the five web strata that a web study can focus on. Then follows a brief introduction to the analytical steps we will go through, and to the Internet Archive which we will be using because it is openly available. The rest of the workshop will be hands-on sessions with small exercises, focusing on (1) extraction of data, (2) text analysis (word frequencies, semantic networks, co-occurrences), and if time permits (3) network analysis or image analyses. Participants will be working on their own computer, and they can work with any archived version of a website of their own choosing, preferably small ones with a view to not making the exercises too complicated. Instructions on software preparations will be communicated to participants before the workshop.

3 pm – 3:30 pm : Break

3:30 pm – 5 pm: Collecting and preserving web pages with Webrecorder

Workshop conducted by Jean-Christophe Peyssard, Head of the MMSH Library 

Through practice, participants will be able to learn how to collect web pages in a standardized format (WARC). The objective of this workshop is to gain a better understanding, through user experience, of the challenges and problems of web archiving.

5 pm – 5:30 pm: Feedback and closing discussion

These two days are organized by Sophie Gebeil (UMR7303 TELEMMe, AMU-CNRS / Atelier Visual studies et Humanités numériques), member the IUF, as part of the PICCH research program and with the support of the coordination team for the RESAW 2023 conference, which took place last June in Marseille.

Éduquer aux médias d’actualité en contexte de défiance – 10 novembre 2023 – INSPé Aix-en-Provence 9h-16h30

Journalisme et médias d’actualité à l’ère des géants du web et des réseaux socionumériques

Sérigraphie, 1968, Presses de la Sorbonne
Sérigraphie, 1968, Paris, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90183804

Les chiffres ne manquent pas pour quantifier et rendre compte de la défiance des Françaises et des Français à l’égard des médias d’actualité et des journalistes. Ces représentations ambivalentes tendent à surévaluer la capacité des médias d’actualité (radio, télévision, médias en ligne) à « faire l’opinion » tout en les accusant d’être inféodés aux représentants politiques ou aux grandes fortunes, et de diffuser des informations peu fiables. Face à ces raccourcis hâtifs, l’éducation aux médias et à l’information (EMI) est bien souvent mobilisée dans une perspective défensive, comme un moyen d’affirmer les valeurs démocratiques dont les principes garantissent aux citoyennes et citoyens leur droit d’accéder à l’information et défendent une information libre et indépendante. Mais l’EMI doit aussi être le lieu d’une réflexion critique visant à l’émancipation des individus en leur donnant les moyens de se positionner face à des débats démocratiques complexes, que l’on pense à la liberté d’informer ou aux enjeux économiques liés à la plateformisation du web.  Dans cette perspective, les recherches en sociologie des médias et en sciences de l’information et de la communication permettent de mieux comprendre la fabrique de l’information d’actualité dans un secteur transformé par l’essor des réseaux socionumériques et la banalisation des outils d’écriture automatisée, tout en mettant en exergue l’évolution des pratiques informationnelles.

Organisée dans le cadre de la formation des étudiantes et des étudiants de master MEEF de l’INSPé (parcours CPE, lycée professionnel option Lettres-Langues-Histoire, et professeur documentaliste), cette journée apporte des clefs de compréhension concernant les conditions de production et de diffusion de l’information d’actualité, tout en proposant des pistes de mise en œuvre de séances en éducation aux médias et à l’information à travers des ateliers fondés sur une pédagogie active.  

Les conférences du matin associent la restitution des recherches d’Aurélie Aubert concernant le média Brut, l’expérience du journaliste Thomas Schnell, et l’expertise d’Elsie Russier sur le rôle du réseau national du CLEMI dans la mise en œuvre de l’EMI en établissement scolaire. 

INSPé Aix-en-Provence, 2 av. Jules Isaac, 13090 Aix-en-Provence
Salle de conférences

En présentiel, matinée ouverte sur inscription individuelle aux formatrices, formateurs et partenaires éducatifs de l’INSPé : https://evento.renater.fr/survey/inscription-journee-…-vbw1mhbk 

L’après-midi est réservée aux étudiant.e.s des parcours CPE, PLP Lettres-Histoire & Lettres-Langues, Documentation


Vendredi 10 novembre 9h-16h30
Une journée organisée dans le cadre des enseignements de master MEEF à l’INSPé, au sein du cycle citoyenneté numérique et EMI (AMPIRIC, TELEMMe) par Véronique Augé, Sophie Gebeil, Fabrice Barth, Baptiste Laventure Darival

Programme

9h-9h30 :  Introduction et ouverture de la journée 

Pascale Brandt-Pomarès, Professeure des Universités, Directrice de l’INSPé d’Aix-Marseille, Vice-Présidente déléguée CIPE

Sophie Gebeil – Maître de conférences à l’INSPé et au laboratoire TELEMME

Véronique Augé – Enseignante à l’INSPé, Responsable du parcours Professeur Documentaliste au sein du master MEEF 

Fabrice Barth, Enseignant à l’INSPé, Chargé de mission sur le numérique pédagogique 

9h30 -10h15 :  Journalisme, vidéos et réseaux sociaux : une information brute ? 

Aurélie Aubert

Les capsules vidéos d’information circulant via les réseaux sociaux numériques, sur le modèle de Brut, sont devenues un modèle pour les médias d’information traditionnels à la recherche du public jeune. Or, la diffusion de ces vidéos est déterminée par les algorithmes des plateformes de réseaux sociaux et s’appuie donc sur les contraintes imposées par les géants du numérique. 

Cette intervention tentera d’éclairer les conditions de fabrication de ces nouveaux formats, le rôle des GAFA dans ce processus et le travail des journalistes dans ces rédactions afin de relativiser et remettre en contexte la promesse d’une information « brute » qui serait dénuée de toute médiation.

Professeure en Sciences de l’information et de la communication,  Institut de la communication et des médias – Université Sorbonne Nouvelle. Ses recherches portent sur les mutations de l’information et du journalisme avec le numérique. 

10h45-11h15 : Thomas Schell – « À qui appartiennent les médias ? Audiences, lignes éditoriales et journalistes »

Cette intervention propose une initiation à la production de l’information en France en 2023. Elle présente, de l’intérieur, les mécaniques du journalisme et du fonctionnement des médias généralistes. Elle reviendra également sur la méthodologie journalistique et le traitement de l’actualité, prélude à l’organisation des rédactions des principales chaînes de radio et de télévision nationales.

Thomas Schnell, journaliste-présentateur radio et télévision à Paris (RMC, Europe 1) et reporter. Il anime aussi des interventions en EMI en collaboration avec des enseignants, au lycée Vauvenargues (Aix-en-Provence) et à la Sorbonne (radio).

11h15-11h45 : Elsie Russier – « Le CLEMI, un réseau national pour éduquer aux médias et à l’information »

Quels sont les enjeux actuels de l’EMI et comment y répondre ? Avec quels apports didactiques et pédagogiques ? Comment prendre en compte les pratiques informationnelles juvéniles ? Quelles ressources et actions éducatives du CLEMI peuvent contribuer au développement de l’EMI dans les classes ?

Elsie Russier, responsable du pôle Labo Formation du CLEMI national – Paris sur Didactique de l’EMI. 

11h45-12h15 : Discussion avec la salle

12h15-14h : Déjeuner libre

Après-midi – Ateliers réservés aux étudiantes et aux étudiants 

Inspé – site d’Aix-en-Provence, salle de Conférences 

14h-16h : Ateliers EMI

·     Thomas Schnell – « Faire » de la radio

Présentation de flashes info puis mises en situation sous forme d’un scenario : « vous êtes le présentateur des flashes info de France Inter, avec devant vous une série de dépêches AFP. Vous devez composer en une heure un rappel des titres de trois minutes. Puis, individuellement, chaque participant passera “à l’antenne” pour présenter son flash dans les conditions du direct. Comme dans une vraie radio, un réalisateur se chargera d’installer le matériel et de lancer les jingles adéquats ».

Thomas Schnell, journaliste.

  • Nathalie Darieux-Sobolewski – Typologie de la désinfox


Cet atelier se propose de détecter et d’identifier les différents de types de désinfox et ainsi de mieux lutter contre la désinformation, notamment sur les médias sociaux, tout en apportant un dispositif pédagogique qui peut être mis en œuvre avec les élèves.

Nathalie Darieux-Sobolewski, professeure documentaliste, INSPÉ d’Aix-Marseille.

·    Isabelle Poulain – La ligne éditoriale d’un média : enjeux et conception

Créer un média, qu’il soit scolaire ou professionnel, ce n’est pas tout dire sur tout ! C’est avant tout faire des choix. Faire des choix pourquoi ? Faire des choix selon quels critères ?  Selon ce qu’on appelle la « ligne éditoriale » : c’est elle qui va donner son identité au média de votre établissement ou de votre classe ; c’est elle qui permet la diversité, la pluralité des médias ; c’est elle qui permet à chaque média de rencontrer son public cible. Ces choix réalisés chaque jour par les quotidiens d’information, les matinales radio ou les journaux télévisés, se font selon 9 critères indispensables, 9 questions à se poser aussi en équipe de rédacteurs en herbe avant de commencer à rédiger, à enregistrer ou à tourner le moindre sujet !

Isabelle Poulain, coordonnatrice territoriale politique documentaire et questions de société – Réseau Canopé – Provence-Alpes-Côte d’Azur

·     Émilie Couraud – Décrypter l’information 

Qu’est-ce qu’une information fiable et vérifiable ? Dans un contexte de surinformation où les faits ont parfois moins d’importance que les opinions, comment décrypter une fausse information ? Comment traduire l’information scientifique établie ? A l’inverse, comment traiter les informations dans un contexte d’incertitude où les stratégies de désinformation et les contre-vérités se multiplient ? Et, en quoi la science peut-elle jouer un rôle pour lutter contre les fausses informations ? Au cours de cet atelier, au travers d’échanges et de quiz, vous découvrirez les typologies d’informations et vous testerez vos capacités à reconnaître et différencier les informations fiables des autres informations. Enfin, nous vous proposerons de vous exercer à traduire des informations scientifiques en fonction du contexte et de votre public cible.
Émilie Couraud, doctorante en sciences de l’information et de la communication au sein de l’Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication (IMSIC) – AMU. Elle réalise une thèse intitulée « Faire et communiquer les sciences à l’ère de la post-vérité ». Elle est également intervenante en communication au sein de l’École de journalisme et de communication d’Aix-Marseille (EJCAM).

16h -16h30 : Restitution des ateliers et conclusion de la journée 

Inspé – site d’Aix-en-Provence, salle de Conférences 

–      Sophie Gebeil, maître de conférences à l’Inspé et au laboratoire TELEMME.

–      Véronique Augé, enseignante à l’Inspé, responsable du parcours Professeur Documentaliste au sein du master MEEF.

–      Fabrice Barth, enseignant à l’Inspé, chargé de mission sur le numérique pédagogique.

Utilisation du logiciel Hyphe pour l’exploration de corpus web, MMSH Aix-en-Provence, 2 décembre 2022

Dans le cadre de l’atelier Visual Studies et Humanités numériques en Méditerranée du laboratoire TELEMMe (UMR 7303 AMU-CNRS), et en partenariat avec le programme Polyvocal Interpretation of a Contested Colonial Heritage, Benjamin Ooghe-Tabanou, directeur technique du Médialab Sciences Po, participera à une journée de travail au moyen du logiciel Hyphe le 2 décembre 2022.

Hyphe est un logiciel libre d’exploration web permettant aux chercheurs de créer des corpus constitués de pages web et de liens entre elles sur un sujet spécifique.

Nous proposons également une présentation publique d’Hyphe de 9h30 à 10h30 à la MMSH ce jour-là. Afin d’organiser cet événement au mieux, je vous prie de bien vouloir vous inscrire si vous êtes intéressé.e.s, via ce lien : https://enquete.inspe.univ-amu.fr/v4/s/2zozmv

La date limite d’inscription est le jeudi 24 novembre. L’événement aura lieu exclusivement en présentiel.

Organisée en partenariat avec le programme Polyvocal Interpretation of a Contested Colonial Heritage, cette séance du séminaire de l’atelier Visual Studies et Humanités numériques en Méditerranée sera consacrée à l’utilisation de l’outil Hyphe pour la recherche en sciences humaines et sociales fondée sur l’analyse de sources en ligne. Hyphe est un logiciel libre d’exploration web permettant aux chercheurs de créer des corpus constitués de pages web et de liens entre elles sur un sujet spécifique.

Date : 02/12/2022

Horaire : 9h30-10h30

Lieu : MMSH, Aix-en-Provence

Intervenant invité : Benjamin Ooghe-Tabanou, Directeur technique du Médialab Sciences Po, Ingénieur de recherche

Ingénieur généraliste diplomé de l’École Centrale de Lyon en 2005, Benjamin Ooghe-Tabanou se spécialise en informatique appliquée à la recherche.  Outre plusieurs expériences notamment dans le domaine de l’astrophysique à l’Université Johns Hopkins de Baltimore aux États-Unis puis à l’École Normale Supérieure à Paris, il participe en parallèle en 2009 à la fondation de l’association Regards Citoyens. Il rejoint ensuite l’équipe du Médialab en juin 2012 au sein du projet Données Infrastructures et Méthodes d’Enquête en Sciences Humaines et Sociales (DIME) Web et se consacre au développement d’outils de collecte de données sur le web pour les sciences humaines et sociales, et notamment le webcrawler Hyphe et l’outil Gazouilloire de collecte de données Twitter.

Laboratoire de recherche interdisciplinaire réunissant sociologues, ingénieurs et designers, le Médialab Sciences Po mène des recherches thématiques et méthodologiques exploitant et interrogeant la place prise par le numérique dans nos sociétés. 

Contact : sophie.gebeil@univ-amu.fr 

Transmettre des compétences autour des archives du web : Quels enjeux ? Quelles spécificités ? (retours d’expérience). Table ronde. 6 octobre 2022. BnF


Ce texte regroupe des éléments de préparation de la table ronde à laquelle j’ai été invitée à participer et intitulée  Transmettre des compétences autour des archives du web : Quels enjeux ? Quelles spécificités ? (retours d’expérience). Elle s’insère dans le cadre du cycle d’ateliers «Formation et compétences pour les différents types d’acteurs : pratiques pédagogiques et didactique» du projet RESPADON et aura lieu le 6 octobre après-midi à la BnF.

Afin de répondre aux questions proposées pour la préparation de la table ronde, je reprends ici des éléments que j’avais également présenté lors de la table ronde “Web archives and Teaching” aux côtés de Frédéric Clavert en avril 2021 dans le cadre du projet Warcnet (colloque Diving deeper into web archive in difficult times), en les développant davantage.

1) Présentez la ou les formations que vous organisez 

J’interviens principalement auprès des étudiants de master MEEF 1e et 2e année de l’INSPé d’Aix-Marseille, au sein du parcours histoire-géographie et professeur documentaliste, ainsi qu’en formation transversale sur l’éducation aux médias. Par ailleurs, j’enseigne l’histoire des médias et du web en Licence, et dispense un cours dédié au web archivé comme matériau pour l’historien en master Histoire au département ALLSH d’AMU. Enfin je dirige des mémoires de master MEEF qui articulent une réflexion professionnelle basée sur des savoirs scientifiques et des mémoires de master recherche en Histoire. J’interviens également dans la formation des doctorants de la MMSH et je co-dirige une thèse en histoire des médias. 

Les enseignements qui portent sur le web archivé n’excèdent pas 10 % de mon volume de cours annuel. Il concerne principalement : 

  • Les Licence 3 dans le cours d’histoire du web depuis 2012. Sur 4 séances, 2 sont dédiées aux archives du web comme source pour l’historien. Durant 2 CM, j’explique l’histoire de l’archivage du web (en veillant à bien distinguer le web vivant du web archivé) puis je précise les enjeux historiographiques et épistémologiques en reprenant ce que j’ai proposé dans mon livre Website Story – Histoire, mémoires et archives du web. Ensuite, nous travaillons sur des textes de chercheurs pour réfléchir aux spécificités des archives du web et aux défis qu’elles imposent aux historiens. 
  • Master Archives, médiation de l’histoire et humanités numériques (Département d’Histoire ALLSH AMU). Durant 8h, nous travaillons sur les transformations de l’archive à l’ère numérique, en partant de la numérisation, jusqu’à la question du patrimoine nativement numérique, moment durant lequel je traite des archives du web. L’effectif étant composé d’une quinzaine d’étudiants, après un temps magistral, ils sont mis en activité pour explorer un site web archivé sur Internet Archive, en lien avec leur thématique de mémoire. Il s’agit souvent de sites de GLAM et nous travaillons sur les formes de médiation de l’histoire dans le temps en parcourant l’archive, tout en mettant en évidence les couacs dans la collecte, et ainsi les limites du web archivé. Nous travaillons aussi sur des textes au profit d’une réflexion méthodologique (HN et web archivé) et épistémologique. Dans le cadre de ce master, plusieurs journées d’étude abordent le web archivé, comme ce fût le cas en 2017 pour la journée « Visual studies et Méditerranée, entre pratiques et méthodes» Enfin, les étudiants choisissent un module du cours et rédigent un billet sur le carnet de recherche Hypotheses, plusieurs d’entre eux portent sur les archives du web. 
  • Culture numérique auprès des étudiants de master MEEF. Dans le cadre de l’initiation à la recherche et du suivi du mémoire des professeurs documentalistes, j’insère mes travaux sur les archives du web dans l’histoire de l’info-documentation, en mettant l’accent sur l’histoire de l’archivage en général. Nous travaillons ici à partir de texte en SIC et en histoire. Les étudiants sont amenés à manipuler la wayback machine pour consulter une une de presse ancienne et ensuite réfléchir aux applications pédagogiques en EMI. Ces pistes sont remobilisées dans le projet pédagogique de capsules Scola Media
  • Encadrement de master et thèse. Pour accompagner les étudiants en terre numérique et pour réfléchir à l’usage du web passé ou présent comme source pour une histoire culturelle du temps présent, je reprends les contenus théoriques de Website Story – Histoire, mémoires et archives du web, qui s’adresse spécifiquement aux chercheurs néophytes et aux étudiants désireux d’utiliser le web archivé comme source en histoire. Ensuite, je les accompagne sur la constitution du corpus, la recherche au sein du web archivé. Il faut déconstruire le mythe d’un miroir diachronique du web pour repenser leur démarche d’enquête. Par ailleurs je leur demande un travail bibliographique. Dernièrement, un étudiant s’est penché sur la collecte du web local à Marseille par l’Alcazar. Cela sera sans doute valorisé à travers un billet sur Hypothèses. Au niveau doctorat et recherche, nous travaillons avec le responsable de la médiathèque de la MMSH au développement d’un module articulant web archivé et exploration de corpus en ligne.  
  • Encadrement de stagiaires dans des projets de recherche. Dans le cadre du programme européen Polyvocal Interpretation of a Contested Colonial Heritage, nous prenons aussi du temps pour amener les étudiants à découvrir la fabrique du web archivé, les différents partenaires sur le périmètre d’Aix-Marseille (Ina car nous disposons d’une borne de consultation à la MMSH et en raison de la proximité de la délégation régionale Ina Méditerranée, des premiers liens viennent d’être noués avec l’Alcazar qui participe à la collecte BnF). Pour le projet, nous avons réalisé un corpus en ligne collectif et pour chaque référence, ils devaient vérifier s’il avait fait l’objet d’une collecte sur le site Internet Archive. Enfin, deux étudiants sous contrat participeront à l’organisation de la conférence RESAW prévue à Marseille en juin 2023. 

S’agissant d’une approche théorique et épistémologique, les spécificités du web archivé sont plutôt bien comprises par les étudiants. En revanche, les principales difficultés rencontrées concernent l’exploration de corpus. L’absence d’accès distant du DL web français joue au profit d’Internet Archive. 


2) Quelles sont selon vous les spécificités des formations aux archives du web et leur place par rapport à la formation aux compétences numériques et/ou, aux humanités numériques ? 
Pensez-vous possible de dégager un socle commun tous publics et toutes disciplines confondues ? 

Je tiens à préciser que derrière l’idée de compétences numériques, je regroupe des connaissances info-communicationnelles et des savoirs sur les cultures numériques, auxquels s’ajoutent des capacités à manipuler les outils au service des objectifs de recherche ou d’enseignement, mais aussi des attitudes (e.g. communiquer de manière éthique). 

Dans le cas des étudiants de master recherche, la dimension computationnelle des archives du web rend clairement la tâche plus difficile : ils doivent développer des connaissances techniques précises pour en comprendre les spécificités, et à cela s’ajoute le fait qu’il s’agit bien sûr de sujets en histoire du temps présent, avec peu de distance temporelle ce qui augmente la difficulté. Par ailleurs, étant peu formés aux démarches et aux outils de l’histoire numérique, ils développent des méthodes qui relèvent du bricolage, dans le bon sens du terme : nous croisons souvent des analyses sémiotiques, qualitatives, avec la réalisation d’une base de données, sans utiliser d’outils propres aux HN, ne serait-ce qu’Hyphe par exemple. 

Au sujet du développement des compétences numériques, plusieurs collègues ont proposé depuis une vingtaine d’années un socle commun, à l’image de Franziska Heimburger et Émilien Ruiz [1]. Ce dernier proposait déjà en 2011 un référentiel.  


3) Matériaux pédagogiques et sources utilisées : sur quoi vous appuyez-vous pour faire vos formations ?  

J’utilise principalement Internet Archive et ponctuellement le poste de consultation de l’INA qui est installé à la MMSH. Je demande aux étudiants de naviguer sur le site de l’Inathèque et de la BnF afin de prendre connaissance du cadre légal et du périmètre de chaque institution. J’utilise aussi des exemples issus du site de l’IIPC et bien sûr, très majoritairement, des articles de chercheurs.  




[1] Franziska Heimburger, Émilien Ruiz, « Faire de l’histoire à l’ère numérique : retours d’expériences », Revue d’histoire moderne et contemporaine 2011/5 (n° 58-4bis), p. 70-89.

Citoyenneté numérique et EMI, regards de chercheur.e.s – 14 octobre 2022 – INSPé Aix-en-Provence (9h-17h), avec Anne Cordier et André Tricot

Entre jugements de valeur, discours alarmistes et prophéties de l’innovation, les représentations concernant les transformations induites de la généralisation de l’accès au web et aux réseaux socionumériques sont pléthoriques. Elles alimentent l’idée communément admise d’une crise de la citoyenneté. Cette journée se propose de comprendre comment les travaux de recherche en sciences de l’information et de la communication et dans le domaine de l’éducation permettent de mieux appréhender la citoyenneté numérique. Cette notion protéiforme, dont les contours sont peu stabilisés, désigne de multiples usages informels et éducatifs mais aussi une réponse institutionnelle face aux transformations qui agitent les sociétés contemporaines.

Journée sur inscription : https://enquete.inspe.univ-amu.fr/v4/s/8ls91u

Possibilité de suivre les conférences du matin et du début d’après-midi en visioconférence également. 

 

9h00 – 9h30. Introduction et ouverture de la journée

Pascale Brandt-Pomarès, professeure des Universités, directrice de l’INSPÉ d’Aix-Marseille, vice-présidente déléguée au CIPE

Sophie Gebeil, maître de conférences à l’INSPÉ et au laboratoire TELEMMe –  Véronique Augé, enseignante à l’INSPÉ, responsable du parcours Professeur Documentaliste au sein du master MEEF – Fabrice Barth, enseignant à l’INSPÉ, chargé de mission sur le numérique pédagogique

 

9h30 – 10h30. (Bien) vivre ensemble avec le numérique à l’école, c’est possible !

Conférence d’Anne Cordier, professeure des universités en Sciences de l’information et de la communication, co-responsable du Master SIDOC – MEEF Documentation, CREM (Centre de recherche sur les médiations)
UR 3476 – Université de Lorraine

Séance animée par Véronique Augé

10h30 – 11h00 Pause
11h00 – 12h00. Citoyenneté numérique et évaluation de la crédibilité des sources : de l’intuition à la raison ?

Conférence d’André Tricot, professeur des universités en Psychologie cognitive, Epsylon (laboratoire de psychologie) – Université Paul Valéry / Montpellier 3. Co-directeur du Centre national d’étude des systèmes scolaires (Cnesco), CNAM, Paris

Séance animée par Perrine Martin

12h00 – 14h00. Déjeuner libre
14h00 – 17h00. Rencontre étudiants-chercheurs autour de la citoyenneté numérique

Séance animée par Fabrice Barth et Sophie Gebeil

14h00 – 14h40. Des recherches en éducation pour mieux cerner les enjeux et les contours de la citoyenneté numérique – Présentations

Marco Cappellini, maître de Conférences HDR en Didactique des Langues et Cultures, (LPL, AMU-CNRS), porteur du projet PENSA Professionnalisation des Enseignants utilisant le Numérique pour un Soutien à l’Autonomie et à la citoyenneté

Perrine Martin, maîtresse de conférences en Sciences de l’éducation à l’INSPÉ d’Aix-Marseille (ADEF, AMU-CNRS)

Caroline Vincent, Maîtresse de conférences en Sciences de l’éducation à l’INSPÉ d’Aix-Marseille (LEST, AMU-CNRS),

André Tricot et  Anne Cordier

14h45 – 16h30. Rencontres étudiants chercheurs par ateliers
16h35 – 17h00. Restitution des ateliers et conclusion de la journée

Séance animée par Véronique Augé, Fabrice Barth et Sophie Gebeil

 

Résumés des conférences du matin

“Ils font n’importe quoi !”, “Ils ne se parlent plus !”, “Ils sont soumis aux plateformes !”, “Ils sont en danger !”, “Ils ne savent plus apprendre !”…

Combien de fois n’avons-nous pas entendu, ou même prononcer nous-mêmes, ces expressions à l’encontre de nos élèves ? Combien de fois n’avons-nous pas eu le sentiment de ne pas savoir comment faire pour pacifier les relations élèves/enseignant·e·s et personnels d’éducation, et même élèves/parents/enseignant·e·s et personnels d’éducation, lorsqu’il s’agit des usages et pratiques dudit numérique ?

Le numérique catalyse angoisses et promesses, autour du lien social, de la démocratie comme de l’innovation pédagogique et éducative.

Face à des injonctions paradoxales, je vous propose de nous intéresser à ce que font et disent les adolescent·e·s mais aussi les enseignant·e·s et les personnes d’éducation rencontrés lors d’enquêtes de terrain en établissements scolaires mais aussi dans des espaces de vie quotidienne. Et si l’on dépassait l’opposition manichéenne et infructueuse du “Pour / Contre” ledit numérique, pour concrètement penser une démarche éducative et pédagogique intégrant les objets connectés pour un vivre-ensemble autour de valeurs partagées ?

Anne Cordier, Professeure des Universités en Sciences de l’Information et de la Communication. Co-Responsable du Master SIDOC – MEEF Documentation. UR 3476 CREM – Équipe PIXEL

Vivre dans une société démocratique et y exercer pleinement sa citoyenneté passe notamment par notre capacité à juger ce nous disent des sources. Ces sources peuvent relever du pouvoir politique ou économique, des médias et plus généralement d’autres citoyens. Ce que nous disent ces sources est-il vrai ? Faux ? Délibérément faux ? Ces sources veulent-elles nous instruire, nous émanciper, nous épanouir, nous tromper, nous manipuler ? Depuis quelques temps, certains chercheurs commencent à défendre le point de vue selon lequel nous ne sommes pas forcément incompétents pour juger la crédibilité d’une source, y compris de façon intuitive. Ils soulignent aussi qu’une éducation à la rationalité dans ce domaine, pour être efficace, doit remplir un ensemble de conditions qui ne sont pas encore bien connues.

André Tricot, Professeur des Universités en psychologie cognitive. Epsylon – Laboratoire de Psychologie Université Paul Valéry Montpellier 3. Centre national d’étude des systèmes scolaires (Cnesco), CNAM, Paris

S’inscrire : https://enquete.inspe.univ-amu.fr/v4/s/8ls91u

Une journée organisée par Véronique Augé, Fabrice Barth et Sophie Gebeil