Archives de catégorie : Billets

Observation des Usages numériques dans l’activité enseignante à distance à des fins de Formation – Présentation du projet

Image Pixabay

 

Dès le 16 mars 2020, l’épidémie de Covid 19 a entraîné la fermeture des établissements scolaires et des universités en France, plongeant les enseignants et les apprenants, de la maternelle à l’université, dans un enseignement à distance qu’il a fallu mettre en œuvre subitement.

Face à cette transformation soudaine du contexte, il nous est apparu opportun de documenter, d’observer, d’explorer et d’analyser cette situation “extraordinaire” en prenant en compte le travail des différents acteurs concernés. Les questions d’enseignement-apprentissage avec le numérique, le travail enseignant, ainsi que les dispositifs d’accompagnement pour les élèves intéressent, par ailleurs, nos travaux de recherche en tant qu’enseignants-chercheurs rattachés à l’INSPE. Nous avons donc conçu un projet consacré à l’enseignement à distance en contexte de confinement, associant les Sciences de l’Education et de la Formation et les Sciences de l’Information et de la Communication et porté par deux laboratoires (ADEF & TELEMMe). Le projet « Observation des Usages numériques dans l’activité enseignante à distance à des fins de Formation (O.U.F.) » vise à comprendre comment les professeur·e·s et les élèves ont fait face à ce basculement vers un enseignement totalement distanciel, en prêtant une attention particulière à l’usage des dispositifs numériques à des fins pédagogiques ainsi qu’aux différents aspects de transformation de l’activité des enseignants et des élèves.

Dans cette optique, nous avons recueilli deux types de matériaux. D’une part, des entretiens cliniques à distance avec des professionnels lors du confinement et en sortie de celui-ci, dont les enregistrements seront probablement déposés à la Phonothèque de la MMSH. D’autre part, nous avons également réalisé et diffusé trois questionnaires mis en ligne mi-avril 2020 et clôturés deux mois plus tard, le 7 juin 2020. Nous avons recueilli 7525 réponses, soit 1040 réponses issues du questionnaire adressé aux enseignants du supérieur, 4074 réponses pour les enseignants du 1er et 2nd degrés et 2411 réponses d’élèves et de leurs parents, de la maternelle au lycée. Ces questionnaires renseignent les rapports entre situation personnelle et professionnelle de chacun, usages du numérique avant et pendant le confinement, organisation du travail des enseignants et des élèves ainsi que leur point de vue sur l’expérience vécue. Les informations recueillies sont anonymes et ont été déposées sur la plateforme Zenodo selon un plan de gestion de données relevant des humanités numériques.

L’analyse est en cours mais les premiers résultats montrent déjà l’effort que la mise en œuvre de la continuité pédagogique a demandé dans l’urgence à toutes et tous. Les enseignants se sont massivement investis avec les  “moyens du bord” pour mettre en place des situations d’enseignement à distance, une façon de travailler « différente », demandant davantage d’individualisation et la maîtrise de nouveaux outils. Ce qui a eu pour  conséquence directe une intensification du travail.  Le “temps passé sur écran” se situe entre 4 et 8h par jour pour 55% des enseignants au lieu de 12% hors confinement et dépasse 8h par jour pour plus de 31% d’entre eux alors qu’ils étaient moins de 2% hors confinement. Les premières tendances permettent aussi d’observer les difficultés induites par le tout distanciel à l’heure où la rentrée de septembre en présentiel reste incertaine dans bon nombre d’établissements et où la complexité à réaliser cette continuité pédagogique se perd dans les polémiques sur le travail effectif des enseignants.

Sophie Gebeil, UMR 73030 TELEMMe, Aix-Marseille Université

Christine Félix, UR 4671 ADEF, Aix-Marseille Université

Pierre-Alain Filippi, UR 4671 ADEF, Aix-Marseille Université

Perrine Martin, UR 4671 ADEF, Aix-Marseille Université

 

 

La Continuité pédagogique en contexte de confinement – LES QUESTIONNAIRES

L’épidémie de Covid 19 a entrainé la fermeture des établissements scolaires et des universités. La circulaire du 13 mars 2020 émanant du ministre de l’éducation nationale visait à organiser et mettre en oeuvre la « continuité des apprentissages ». 

Etant quatre enseignants-chercheurs d’Aix-Marseille Université rattachés à l’INSPé, nous sommes nous-mêmes amenés à mettre en place la continuité des apprentissages auprès de nos étudiant·es tout en accompagnant les enseignants-stagiaires dans la mise en oeuvre de la continuité pédagogique auprès de leurs élèves. 

Nous avons donc conçu un projet de recherche consacré à l’enseignement à distance en contexte de confinement, dans une perspective associant les Sciences de l’Education (Christine Felix, Perrine Martin, Pierre-Alain Filippi) et les Sciences de l’information et de la communication.

Dans cette optique, nous avons réalisé plusieurs questionnaires visant à étudier l’activité des enseignant·es du premier et second degré, de leurs élèves et des familles ainsi que celle des enseignant·es du supérieur en France. 

Si vous êtes intéressé·es, vous pouvez répondre aux questionnaires suivants : 

Nous insistons sur le fait que toutes les données récoltées sont totalement anonymes et ne seront utilisées qu’à des fins de recherche. Nous rendrons publics les résultats de l’enquête quand elle arrivera à son terme.

Nous sommes bien conscients que notre demande ajoute un travail supplémentaire à une période déjà chargée. Pour autant, nous espérons que vous trouverez un intérêt à répondre rapidement à ce questionnaire et à le diffuser le plus largement possible à tous. 

Nous vous conseillons d’éviter le navigateur Safari pour répondre au questionnaire.

Merci pour votre participation à ce travail de recherche.

 

Christine Félix                   christine.felix@univ-amu.fr

Pierre-Alain Filippi           pierre-alain.filippi@univ-amu.fr

Sophie Gebeil                    sophie.gebeil@univ-amu.fr

Perrine Martin                  perrine.martin@univ-amu.fr

Membres des laboratoires  ADEF, TELEMMe et de SFERE

Image PIXABAY https://pixabay.com/fr/illustrations/en-ligne-l-éducation-internet-3412498/

LES ARCHIVES NUMÉRIQUES DU HIRAK ALGÉRIEN COMMENT CONSTITUER UN CORPUS ? MARBURG, 7 NOVEMBRE 2019

J’ai le plaisir d’être invitée le 7 novembre 2019 par Karima Dirèche, Rachid Ouaissa et Sihem Hamlaoui pour partager mon travail sur les enjeux épistémologiques et méthodologiques de l’histoire nativement numérique. Cette présentation s’inspirera en partie de mon ouvrage à paraître aux éditions Ina en 2020 et qui s’intitulera Histoire, mémoires et archives du Web

Voici l’argumentaire et le programme disponibles en intégralité sur le site de la phonothèque de la MMSH

La contestation algérienne qui a débuté le 22 février 2019 rentre en échos avec les contestations de ce qu’on a appelé, en 2011, « les printemps arabes ». De Bahreïn au Maroc en passant par le Yémen, la Syrie, l’Egypte, la Lybie, la Tunisie et aujourd’hui le Soudan et l’Algérie, le monde entier est informé de ce qui est en train de se passer dans cette partie du monde par les images des peuples en marche diffusées par la démultiplication des écrans et des supports en inondant l’espace médiatique de vidéos, de sons et d’images en tout genre (caricatures, photographie, banderoles, slogans, graffitis), Ces documents de communication (produits à profusion) ont contribué à (se) façonner des imaginaires de la contestation populaire ; celle des peuples qui se « réveillent » et qui réclament la chute des régimes autoritaires. Ces images ont médiatisé les révolutions du sud de la Méditerranée en informant, quasiment en temps réel, du déroulement de ces contestations. Elles ont, également, contribué à standardiser une scénographie de la mobilisation populaire.

Le traitement médiatique de la contestation algérienne n’échappe pas à cela puisqu’il génère des millions de documents stockés sur le web et offerts au public. Depuis le 22 février 2019, chaque vendredi des millions d’Algériens occupent l’espace public réclamant avec un entêtement inédit le départ de leurs dirigeants politiques et la fin du régime en place depuis 1962. La quantité de documents émis par les médias, par les réseaux sociaux, par les initiatives personnelles et collectives est considérable et l’intérêt qu’ils peuvent représenter pour la recherche académique et pour l’action politique a produit une « fièvre d’archivage » qui s’est emparé d’acteurs multiples (acteurs ordinaires de la mobilisation, chercheurs, artistes, militants et activistes) désireux de préserver la mémoire de ce moment historique et d’interpréter les ressorts d’un répertoire d’actions politiques inédit dans l’histoire des mobilisations collectives. (…)

09h00-09h30                                                            Ouverture

Rachid Ouaissa, Politiste, Marburg, Présentation du site Algerian  hirak

Karima Dirèche, Historienne, CNRS/TELEMMe, Aix-en-Provence,

Hamlaoui Sihem, CNMS – Center for Near and Middle Eastern Studies

 

09h30-11h00

 

Séance 1

A propos de la mobilisation citoyenne du 22 février 2019

Président : Rachid Ouaissa (CNMS Marburg)
Intervenants : 

Karima Dirèche, Historienne, CNRS/TELEMMe, Aix-en-Provence, Constituer le corpus des archives du web de la mobilisation citoyenne algérienne. Quelques pistes de réflexion

Amar Mohand Amer, historien, CRASC, ORAN, L’histoire, acteur majeur du Hirak algérien de 2019

Discussion

11h00-11h20 Pause-café
 

11h20-12h50

 

Séance 2

Retours d’expériences

Président: Hamlaoui Sihem (CNMS Marburg)   

Selma Zghidi, Vidéaste, Tunis, Restitution du récit révolutionnaire à partir d’un fonds d’archives de vidéos citoyennes : enjeux et limites”

Cécile Boëx, Anthropologue, EHESS, Paris, : Collecter, analyser et archiver les vidéos de la révolution et du conflit en Syrie. Interroger les contextes médiatiques et politique.

Alena Strohmaier, Media Studies, Marburg, ‘But I’m not filming, I’m just doing a bit of video’. Appropriations cinématiques de vidéos protestataires au Moyen Orient et en Afrique du nord depuis 2009

Discussion

13h00-14h30 Pause déjeuner
 

14h40 -16h10

Séance 3

Enjeux de savoirs et méthodes

Président : Alena Strohmaier (CNMS Marburg)
Intervenants :

Sophie, Gebeil, Historienne, ESPE, Aix-en-Provence, L’historien-ne face aux sources nativement numériques et aux archives du Web : défi épistémologique et méthodologique

Véronique Ginouvès, ingénieur de recherche, MMSH, Aix-en-Provence, Archiver l’histoire orale : enjeux juridiques et éthiques

Kmar Bendana, Historienne, La Manouba, Tunis, Before the 14th : un projet scientifique, mémoriel et pédagogique en Tunisie.

Discussion

16h10 Clôture: Rachid Ouaissa

Lieu : Deutschhausstraße 12, 35037 Marburg

Journée organisée sous la direction du Professeur Rachid Ouaissia, Center for Near and Middle Eastern Studies – Philipps Universität Marburg, à l’initiative de Karima Dirèche, DR CNRS, UMR TELEMMe, MMSH, AMU.

Marburg, 6 novembre 2019, Sophie Gebeil

parole.des.quartiers.org

Voici un site archivé depuis le 4 juin 2003 par Internet Archive via la Wayback Machine. La dernière version collectée semble dater du 4 avril 2005.

La Parole des Quartiers, www.parole-des-quartiers.org, association Inforoots, version du 4 juin 2003 sur Internet Archive, https://web.archive.org/web/20030604120803/http://parole-des-quartiers.org:80/, consulté le 10.01.19

L’objectif de ce site est de favoriser l’expression des jeunes sur Internet, en particulier dans les quartiers populaires. Le projet est porté par l’association Inforoots basée à Marseille (le site a aussi été archivé).

Site de l’association Inforoots, inforoots.org, version du 16 mai 2001, Internet Archive, https://web.archive.org/web/20010516001615/http://www.inforoots.org:80/, consulté le 10.01.19

Plusieurs pages personnelles sont ainsi créées par quartiers, souvent en lien avec le centre social, à l’image du site : www.lesrosiers.org

www.lesrosiers.org, version du 7 octobre 2003 sur Internet Archive, https://web.archive.org/web/20030805050101/http://www.lesrosiers.org:80/, consulté le 10.01.19

Entre écrits de jeunes, histoire des habitants du quartiers, premières vidéos mises en ligne dès la fin des années 1990 (Noailles online, 1998), une source pour l’histoire urbaine, l’histoire du développement du Web et plus largement pour l’histoire des pratiques mémorielles en ligne.

L’archive est assez incomplète, les vidéos ne semblent pas avoir été archivées mais peut-être que la BnF a également collecté ces sites au titre du dépôt légal du Web.

S’informer et informer à l’ère du Web et des médias sociaux : enjeux médiatiques et mémoriels, 8 novembre, MMSH, 14-17h


Journalism students working at typewriters in Close Hall, The University of Iowa, 1920s
Kent, Frederick W. (Frederick Wallace), 1894-198, Flickr, Licence CC BY-NC 2.0

“Fakenews”, “infox”, “conspirationnisme”, les dérives de l’information en ligne et ses manipulations défraient régulièrement la chronique. Si le phénomène n’est pas nouveau, comme en témoigne les fausses nouvelles de l’époque moderne, il n’en demeure pas moins que la généralisation du Web et l’essor des réseaux socionumériques ont transformé les modes de circulation et d’élaboration de l’information. Ces traces en ligne constituent de nouveaux terrains d’exploration en Sciences humaines et sociales, non sans imposer une réflexion méthodologique spécifique. L’objectif de cette séance du séminaire du groupe “S’informer et informer en temps de crise en Europe méridionale, de la Révolution française à nos jours” est d’appréhender l’impact du développement du Web, environnement dans lequel les usagers sont aussi acteurs de la production et de la circulation des informations, sur les pratiques mémorielles et médiatiques. Dans cette optique, lors de cette séance interdisciplinaire, entre Histoire et Sciences de l’information et de la communication, Brigitte Sebbah et Matilde Eiroa présenteront deux cas d’étude qui donnent à voir les différentes temporalités et modalités de fabrique de l’information en ligne.

Programme
Sophie Gebeil, enseignante-chercheure en Histoire à Aix-Marseille Université (ESPé – UMR 7303 TELEMMe)
Introduction

Brigitte Sebbah, enseignante-chercheure en Sciences de l’Information et de la Communication (LERASS – MEDIAPOLIS) – Visioconférence
La fabrique des Tweets polémiques. L’impact du développement du Web et des réseaux socionumériques sur les pratiques informationnelles

Matilde Eiroa, enseignante-chercheure à la Universidad Carlos III de Madrid
Historia y Memoria 2.0 de la Guerra Civil y el Franquismo

L’affiche de la séance : ici
Le programme sur le site de l’UMR 7303 TELEMMe (CNRS-AMU)