Archives de catégorie : Billets

LES ARCHIVES NUMÉRIQUES DU HIRAK ALGÉRIEN COMMENT CONSTITUER UN CORPUS ? MARBURG, 7 NOVEMBRE 2019

J’ai le plaisir d’être invitée le 7 novembre 2019 par Karima Dirèche, Rachid Ouaissa et Sihem Hamlaoui pour partager mon travail sur les enjeux épistémologiques et méthodologiques de l’histoire nativement numérique. Cette présentation s’inspirera en partie de mon ouvrage à paraître aux éditions Ina en 2020 et qui s’intitulera Histoire, mémoires et archives du Web

Voici l’argumentaire et le programme disponibles en intégralité sur le site de la phonothèque de la MMSH

La contestation algérienne qui a débuté le 22 février 2019 rentre en échos avec les contestations de ce qu’on a appelé, en 2011, « les printemps arabes ». De Bahreïn au Maroc en passant par le Yémen, la Syrie, l’Egypte, la Lybie, la Tunisie et aujourd’hui le Soudan et l’Algérie, le monde entier est informé de ce qui est en train de se passer dans cette partie du monde par les images des peuples en marche diffusées par la démultiplication des écrans et des supports en inondant l’espace médiatique de vidéos, de sons et d’images en tout genre (caricatures, photographie, banderoles, slogans, graffitis), Ces documents de communication (produits à profusion) ont contribué à (se) façonner des imaginaires de la contestation populaire ; celle des peuples qui se « réveillent » et qui réclament la chute des régimes autoritaires. Ces images ont médiatisé les révolutions du sud de la Méditerranée en informant, quasiment en temps réel, du déroulement de ces contestations. Elles ont, également, contribué à standardiser une scénographie de la mobilisation populaire.

Le traitement médiatique de la contestation algérienne n’échappe pas à cela puisqu’il génère des millions de documents stockés sur le web et offerts au public. Depuis le 22 février 2019, chaque vendredi des millions d’Algériens occupent l’espace public réclamant avec un entêtement inédit le départ de leurs dirigeants politiques et la fin du régime en place depuis 1962. La quantité de documents émis par les médias, par les réseaux sociaux, par les initiatives personnelles et collectives est considérable et l’intérêt qu’ils peuvent représenter pour la recherche académique et pour l’action politique a produit une « fièvre d’archivage » qui s’est emparé d’acteurs multiples (acteurs ordinaires de la mobilisation, chercheurs, artistes, militants et activistes) désireux de préserver la mémoire de ce moment historique et d’interpréter les ressorts d’un répertoire d’actions politiques inédit dans l’histoire des mobilisations collectives. (…)

09h00-09h30                                                            Ouverture

Rachid Ouaissa, Politiste, Marburg, Présentation du site Algerian  hirak

Karima Dirèche, Historienne, CNRS/TELEMMe, Aix-en-Provence,

Hamlaoui Sihem, CNMS – Center for Near and Middle Eastern Studies

 

09h30-11h00

 

Séance 1

A propos de la mobilisation citoyenne du 22 février 2019

Président : Rachid Ouaissa (CNMS Marburg)
Intervenants : 

Karima Dirèche, Historienne, CNRS/TELEMMe, Aix-en-Provence, Constituer le corpus des archives du web de la mobilisation citoyenne algérienne. Quelques pistes de réflexion

Amar Mohand Amer, historien, CRASC, ORAN, L’histoire, acteur majeur du Hirak algérien de 2019

Discussion

11h00-11h20 Pause-café
 

11h20-12h50

 

Séance 2

Retours d’expériences

Président: Hamlaoui Sihem (CNMS Marburg)   

Selma Zghidi, Vidéaste, Tunis, Restitution du récit révolutionnaire à partir d’un fonds d’archives de vidéos citoyennes : enjeux et limites”

Cécile Boëx, Anthropologue, EHESS, Paris, : Collecter, analyser et archiver les vidéos de la révolution et du conflit en Syrie. Interroger les contextes médiatiques et politique.

Alena Strohmaier, Media Studies, Marburg, ‘But I’m not filming, I’m just doing a bit of video’. Appropriations cinématiques de vidéos protestataires au Moyen Orient et en Afrique du nord depuis 2009

Discussion

13h00-14h30 Pause déjeuner
 

14h40 -16h10

Séance 3

Enjeux de savoirs et méthodes

Président : Alena Strohmaier (CNMS Marburg)
Intervenants :

Sophie, Gebeil, Historienne, ESPE, Aix-en-Provence, L’historien-ne face aux sources nativement numériques et aux archives du Web : défi épistémologique et méthodologique

Véronique Ginouvès, ingénieur de recherche, MMSH, Aix-en-Provence, Archiver l’histoire orale : enjeux juridiques et éthiques

Kmar Bendana, Historienne, La Manouba, Tunis, Before the 14th : un projet scientifique, mémoriel et pédagogique en Tunisie.

Discussion

16h10 Clôture: Rachid Ouaissa

Lieu : Deutschhausstraße 12, 35037 Marburg

Journée organisée sous la direction du Professeur Rachid Ouaissia, Center for Near and Middle Eastern Studies – Philipps Universität Marburg, à l’initiative de Karima Dirèche, DR CNRS, UMR TELEMMe, MMSH, AMU.

Marburg, 6 novembre 2019, Sophie Gebeil

parole.des.quartiers.org

Voici un site archivé depuis le 4 juin 2003 par Internet Archive via la Wayback Machine. La dernière version collectée semble dater du 4 avril 2005.

La Parole des Quartiers, www.parole-des-quartiers.org, association Inforoots, version du 4 juin 2003 sur Internet Archive, https://web.archive.org/web/20030604120803/http://parole-des-quartiers.org:80/, consulté le 10.01.19

L’objectif de ce site est de favoriser l’expression des jeunes sur Internet, en particulier dans les quartiers populaires. Le projet est porté par l’association Inforoots basée à Marseille (le site a aussi été archivé).

Site de l’association Inforoots, inforoots.org, version du 16 mai 2001, Internet Archive, https://web.archive.org/web/20010516001615/http://www.inforoots.org:80/, consulté le 10.01.19

Plusieurs pages personnelles sont ainsi créées par quartiers, souvent en lien avec le centre social, à l’image du site : www.lesrosiers.org

www.lesrosiers.org, version du 7 octobre 2003 sur Internet Archive, https://web.archive.org/web/20030805050101/http://www.lesrosiers.org:80/, consulté le 10.01.19

Entre écrits de jeunes, histoire des habitants du quartiers, premières vidéos mises en ligne dès la fin des années 1990 (Noailles online, 1998), une source pour l’histoire urbaine, l’histoire du développement du Web et plus largement pour l’histoire des pratiques mémorielles en ligne.

L’archive est assez incomplète, les vidéos ne semblent pas avoir été archivées mais peut-être que la BnF a également collecté ces sites au titre du dépôt légal du Web.

S’informer et informer à l’ère du Web et des médias sociaux : enjeux médiatiques et mémoriels, 8 novembre, MMSH, 14-17h


Journalism students working at typewriters in Close Hall, The University of Iowa, 1920s
Kent, Frederick W. (Frederick Wallace), 1894-198, Flickr, Licence CC BY-NC 2.0

“Fakenews”, “infox”, “conspirationnisme”, les dérives de l’information en ligne et ses manipulations défraient régulièrement la chronique. Si le phénomène n’est pas nouveau, comme en témoigne les fausses nouvelles de l’époque moderne, il n’en demeure pas moins que la généralisation du Web et l’essor des réseaux socionumériques ont transformé les modes de circulation et d’élaboration de l’information. Ces traces en ligne constituent de nouveaux terrains d’exploration en Sciences humaines et sociales, non sans imposer une réflexion méthodologique spécifique. L’objectif de cette séance du séminaire du groupe “S’informer et informer en temps de crise en Europe méridionale, de la Révolution française à nos jours” est d’appréhender l’impact du développement du Web, environnement dans lequel les usagers sont aussi acteurs de la production et de la circulation des informations, sur les pratiques mémorielles et médiatiques. Dans cette optique, lors de cette séance interdisciplinaire, entre Histoire et Sciences de l’information et de la communication, Brigitte Sebbah et Matilde Eiroa présenteront deux cas d’étude qui donnent à voir les différentes temporalités et modalités de fabrique de l’information en ligne.

Programme
Sophie Gebeil, enseignante-chercheure en Histoire à Aix-Marseille Université (ESPé – UMR 7303 TELEMMe)
Introduction

Brigitte Sebbah, enseignante-chercheure en Sciences de l’Information et de la Communication (LERASS – MEDIAPOLIS) – Visioconférence
La fabrique des Tweets polémiques. L’impact du développement du Web et des réseaux socionumériques sur les pratiques informationnelles

Matilde Eiroa, enseignante-chercheure à la Universidad Carlos III de Madrid
Historia y Memoria 2.0 de la Guerra Civil y el Franquismo

L’affiche de la séance : ici
Le programme sur le site de l’UMR 7303 TELEMMe (CNRS-AMU)

Web Archiving Week ! 14-16 june 2017 – London

A week of web archiving events and activities will be organised in London on 12-16 June 2017. The centrepiece of the programme is a major international conference combining the second RESAW Conference and the rescheduled IIPC Web Archiving Conference, 14-16 June.

The week will begin with a two-day Archives Unleashed hackathon, and a public debate will be held on the evening of 14 June, as part of the British Library’s series of Data Conversations.

Web Archiving Week is hosted by the British Library and the School of Advanced Study, University of London, and organised with the support and assistance of the IIPCRESAW (A Research Infrastructure for the Study of Archived Web Materials), The National Archives and Archives Unleashed.

Source : https://archivedweb.blogs.sas.ac.uk

Le programme sur le site de l’IIPC : http://netpreserve.org/wac2017/thursday-15-june/

#WAweek2017

Kabyle.com, depuis 1999, mémoires berbères sur la toile

Dans le cadre de l’analyse qualitative portant sur les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français dans les années 2000, il est apparu qu’il existait un domaine berbère francophone sur la toile.  Nous avons choisi d’étudier dans le détail, les dispositifs numériques mémoriels présents sur le site Kabyle.com qui présente pour nous deux avantages. D’une part son caractère précoce puisqu’il est né en 1999 ce qui offre la possibilité pour l’historien d’étudier l’histoire du discours mémoriel sur le site. D’autre part, le site est aujourd’hui un noeud de réseau dans le domaine berbère francophone. En voici une brève présentation.

Kabyle.com a été créé en 1998, par Stéphane Arrami-Mérabet, qui est à l’origine de  l’Association Kabyle France International (AFKI) fondée en 2002. Actuel webmaster et rédacteur en chef du site, Stéphane Arrami avait impulsée Kabyle.com à la fin de ses études en communication à Lyon (ICOM Lyon II) au moment où il travaillait chez Webcity.fr qui offrait alors gracieusement l’hébergement du site. Journaliste, formé à l’édition web, pour S. Arrami, la création de Kabyle.com s’inscrit dans la continuité de son engagement au sein du mouvement associatif berbère puisqu’il participait initialement à un bulletin culturel sur papier[1]. Le site demeure la propriété de l’AFKI jusqu’en 2003, date à laquelle Stéphane Arrami et des membres de l’association fondent la SARL Kabyle.com. Cela offre ainsi la possibilité de développer des activités commerciales (boutique en ligne par exemple) qui constituent des sources de financements pour entretenir le site. La publication des articles s’appuie sur un réseau de rédacteurs répartis dans plusieurs pays, notamment la France, l’Algérie, le Canada (Québec) ou la Belgique. Kabyle.com se positionne comme un média international à destination de la diaspora berbère francophone. Le site propose également un annuaire des associations kabyles et accorde une place importante à la parole des lecteurs. Cela se traduit par l’ouverture d’un forum, lieu de débats animés, par opposition à la ligne éditoriale moins polémique qui guide la rédaction des articles. D’autre part, dès 2002, les internautes sont invités à donner leur avis à travers la possibilité de commenter chaque contenu publié par la rédaction. Comme nous avons pu le constater lors de la réalisation du graphe, le site constitue un nœud de réseau au sein de la « e-diaspora » kabyle et revendique aujourd’hui d’être le premier média en ligne berbère francophone. Cette hégémonie s’inscrit dans la durée puisqu’au début de la décennie, Renaud Sagot avait déjà effectué un constat identique dans un article dédié à Kabyle.com[2].

logo_kabyle

Si le site n’est pas archivé par Internet Archive, les robots de la BNF ont collecté Kabyle.com depuis 2001 dans le cadre de la collecte large . Cela offre la possibilité de questionner la longévité de ce site diastolique fondé sur le partage d’un « patrimoine symbolique » (Karima DIRECHE, 1997) commun, quelque soit le lieu de résidence. Ici ce patrimoine se compose principalement par les aspects les plus rassembleurs (langue, culture anthropologique), tandis que l’islam et la politique n’apparaissent pas comme des thèmes privilégiés pour les rédacteurs.

En 2014, Stéphane Arrami a fermé la SARL de presse et sa boutique de produits culturels.

[1] Entretien avec Stéphane ARRAMI le 27 juillet 2012, Eliete da Silva PEREIRA, O local digital das culturas: as interações entre culturas, mídias digitais e territórios,Universidade de São Paulo.

[2] Renaud SAGOT, « Kabyles sur le Net », Hommes & Migrations : migrants.com, no 1240, Novembre 2002, pp. 29‑34.