Pourquoi archiver le web ? Les missions de l’IIPC

Page d'accueil du site de l'IIPC www.netpreserve.org
Page d’accueil du site de l’IIPC www.netpreserve.org

En France, l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) et la Bibliothèque Nationale de France (BNF) sont en charge de l’archivage du « web français », au titre du dépôt légal élargi aux documents numériques depuis la loi 1er  août 2006 relative au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information (DADVSI).  Le dépôt légal du Web se fonde sur la logique de la collecte automatique qui s’est imposée comme la solution la plus efficace compte-tenu de l’immensité des données concernées. Si la loi française n’intervient qu’en 2006, l’INA comme la BNF n’avaient pas attendu cette date pour mener des collectes expérimentales, notamment en collaboration avec l‘International Internet Preservation Consortium (IIPC)  fondé en 2003.

Qu’est-ce que  l’IIPC (International Internet Preservation Consortium) ?

En juillet 2003, dix bibliothèques nationales d’Europe (dont la BNF), d’Amérique du Nord, d’Australie ainsi que l’association Internet Archive se sont rassemblées pour  développer « une collaboration internationale et assurer la préservation des contenus de l’internet pour les générations futures[1] ».

Chaque institution est alors confrontée aux nouvelles problématiques imposées par l’archivage du Web : document mondial, déterritorialisé et dématérialisé, le document issu du réseau bouleverse la tradition patrimoniale fondée sur le support et le territoire. L’archivage du web dans sa globalité par une seule institution apparaît alors impossible compte-tenu de la masse des données à stocker et de la grande diversité des législations nationales en terme de droits de la propriété intellectuelle. L’IIPC a donc dans un premier temps favorisé les transferts de compétences informatiques tout en permettant à chaque institution de mieux définir les domaines d’archivages nationaux. Gildas Illien a montré comment cette organisation en marge, initialement animée par des ingénieurs en informatique s’attelant à développer des logiciels, s’est peu à peu développé politiquement.

L’évolution de l’IIPC et de ses missions

De 2003 à 2006, la priorité du consortium réside dans la création de robots de capture permettant de parcourir et de traiter un nombre très importants de données. N’ayant trouvé aucune entreprise capable de répondre à l’appel d’offre lancé par l’IIPC, la décision a été prise de développer des logiciels libres (open source[2]). De ce travail collaboratif est né le robot Heritrix[3] utilisé par la BNF comme par Internet Archive pour la Wayback Machine. Une autre urgence technique s’imposait également : la compatibilité des formats. Face à un web « découpé » en différentes parties capturées par des institutions autonomes, il est alors nécessaire de choisir des formats, des normes identiques afin de pouvoir un jour relier l’ensemble des archives nationales. C’est durant la seconde phase de développement du consortium (2007-2009) que les formats ont été normalisés en particulier en ce qui concerne le stockage, un des axes prioritaires de la période. Ainsi le format de stockage ARC est remplacé par le format WARC[4] dont la norme est reconnue par l’ISO[5] en 2009. Les données recueillies par les robots sont ainsi stockées dans le même format quelle que soit l’institution membre de l’IIPC. De plus, le format WARC facilite le maniement de volumes de données importants tout en sauvegardant les métadonnées[6] accompagnant les pages web archivées. Les fichiers sont ensuite enregistrés sur des baies de stockage de gros volumes (les Petabox pouvant atteindre 120 téraoctets) qui seront utilisées pour la consultation des documents. En parallèle, les données sont entreposées dans le Système de préservation et d’archivage réparti (Spar) mis au point à la BNF en 2008. Depuis 2010, les membres du consortium ont adopté le modèle de stockage OAIS[7] dédié à l’archive.  Durant cette même période, l’IIPC s’élargit et intègre de nouveaux membres comme l’INA. Grâce aux cotisations de ses 39 institutions, le consortium devient une organisation internationale reconnue et disposant d’un budget conséquent.

Depuis 2010, une réflexion est engagée sur le traitement des données sauvegardées et leur intégration dans les collections des bibliothèques. Il s’agit de vérifier dans quelle mesure les méthodes traditionnelles d’archivage, fondées sur le catalogage, l’indexation et la conservation peuvent-elles s’appliquer à Internet ; l’objectif étant de déterminer une politique documentaire commune adaptée à l’archivage du Web. Le travail mené porte également sur les attentes liées à la consultation des archives, notamment en ce qui concerne les besoins des chercheurs en terme d’informations collectées mais aussi au sujet de la création d’outils d’analyse adaptés.

Chaque année, l’IIPC organise son Assemblée Générale rassemblant les partenaires et dont une partie des interventions sont ouvertes au public. La prochaine aura lieu du 19 au 23 mai 2014 à Paris à la BNF.

Pourquoi archiver le web ?

Sur son site, l’IIPC revient sur la nécessité d’archiver le web.

Pourquoi archiver le web ? IIPC
Pourquoi archiver le web ? IIPC

 

 


[1] Illien Gildas, « Une histoire politique de l’archivage du web », BBF, 2011, n° 2, p. 60-68, [en ligne] <http://bbf.enssib.fr/>, consulté le 24.10.11.

[2] Logiciel libre ou open source : se dit des logiciels dont le code source qui est à l’origine de leur fonctionnement est disponible contrairement aux logiciels propriétaires. Par modification du code source, les usagers peuvent faire évoluer le logiciel alors qu’un logiciel propriétaire est figé. Le navigateur Mozilla Firefox, le système d’exploitation Linux et la suite bureautique Open Office sont les logiciels libres les plus connus actuellement.

[4]Information and documentation, « The WARC File Format (ISO 28500) – Information, Maintenance, Drafts », Espace professionnel de publication sur le document numérique à la BNF, consulté le 4.12.11,  <http://bibnum.bnf.fr/warc/>.

[5] Site de l’Organisation Internationale de Normalisation (ISO), consulté le 4.12.11, <http://www.iso.org/iso/fr/home.htm>.

[6] Les métadonnées sont les informations sur le contenu (titre, auteur, date…) ou la nature (texte, hyperlien, son…) d’une page web. Invisibles, elles sont insérées dans les pages web ce qui permet l’identification de la page par les moteurs de recherche.

[7] OAIS: Open Archive Information System. Modèle conceptuel dédié à la gestion, l’archivage et la préservation de données numériques.

Le site du projet nirOniro : le rêve comme objet anthropologique et artistique

Dès 1997, Pierre Lévy dans son rapport au Conseil de l’Europe dans le cadre du projet « Nouvelles technologies : coopération culturelle et communication » et publié en 1997 sous le titre Cyberculture, rappelait l’intérêt pour le chercheur en SHS de travailler avec les artistes pour mieux appréhender les changements à l’œuvre avec l’essor du numérique et le développement de l’internet.

Promouvoir des interactions entre Arts et Sciences est précisément l’une des missions que s’est fixée l’IMéRA (Institut Méditerranéen de Recherches Avancées) fondé en 2007.  L’un des projets résidents s’intitule  » Rêver la Méditerranée – projet de recherche anthropologique et artistique sur les rêves dans les Quartiers Nord de Marseille ». Il est développé par Tuia Cherici, artiste, et Arianna Cecconi, anthropologue. Il s’inscrit dans le cadre du projet de recherche NirOniro. 

oniroscope

« NirOniro est une recherche expérimentale qui s’appuie sur les histoires, les souvenirs, les émotions, les imaginaires collectifs, les perceptions, les connaissances, les expériences et les pratiques liées aux rêves nocturnes.

Les rêves sont à la source-même d’une enquête qui dévoile les aspects culturels et esthétiques d’une communauté. Les concepts, outils et méthodologies proposés dans ce projet sont issus de la rencontre entre l’anthropologie et les arts visuels, respectivement les spécialités d’Arianna Cecconi et Tuia Cherici. Lisa Giraldino est la curatrice de ce projet. »

Ce projet donne naissance à une machine à rêve :  « L’ Oniroscope (la machine à rêves) crée une occasion d’échange entre des rêveurs de différentes provenances. Il s’agit, l’espace d’un moment, de partager avec d’autres cette « moitié de vie » que nous passons endormis. Lors de cette rencontre, les rêves ne seront pas interprétés, mais transformés, ils ne seront pas seulement racontés, mais aussi «pratiqués ». »

Le site nirOniro

Le site de Tuia Cherici

Mémoires des migrations et usages du numérique

Mémoires des migrations et usages du numérique

CR du 1er séminaire « L’atelier numérique de l’histoire et des mémoires des migrations en Méditerranée » soutenu par le GIS IPAPIC. L’enjeu était, à travers le champ des études migratoires, de questionner les enjeux épistémologiques et sociaux liés à la généralisation du recours au numérique.

  1. #NUMHIS @MuCEM_Officiel MC Hélias évoque le projet d’un lieu de diffusion spécifique « Médinathèque » qui devrait ouvrir prochainement
  2. #NUMHIS @Ina_audiovisuel MC Hélias rappelle le lien important avec les universités dont la @MMSH , exception française : dépôt légal AV
  3. #NUMHIS Marie-Christiné Hélias rappelle que l’exception pédagogique permet d’utiliser  http://www.medmem.eu  en cours avec les étudiants!
  4. #NUMHIS  http://www.medmem.eu  Des documents audiovisuels qui donnent à voir une diversité des points de vue des années 1930 à nos jours
  5. #NUMHIS  http://www.medmem.eu  Le savoir-faire de l’@Ina_audiovisuel et de son partenariat avec la @MMSH au service du patrimoine AV
  6. #NUMHIS  http://www.medmem.eu  MC Hélias : le site permet de rendre visible les collections de pays de la rive sud de la Méditerranée
  7. #NUMHIS Cette expérience des Je me souviens… pose de nombreuses questions pour l’historien (Maryline Crivello)
  8. #NUMHIS M. Crivello, les artistes peuvent produire une forme d’écriture filmique aussi originale. Ce projet Je me souviens est expérimental
  9. #NUMHIS Maryline Crivello sur les Jms, comment travailler ensemble ? Comment valoriser le témoin tout en s’impliquant en tant qu’historien?
  10. #NUMHIS Maryline Crivello explique le projet JMS, en lien avec les réflexions de l’Iméra qui réintroduit l’art dans le savoir universitaire
  11. #NUMHIS Les Je me souviens (JMS) sont disponibles sur Med-Mem  http://www.medmem.eu/  collection ASTRAM.
  12. #NUMHIS Jacques Sapiéga (JS) présente les je me souviens… (idée originale de Maryline Crivello)
  13. #NUMHIS @Bagolina chaque institution a son thesaurus mais peut s’inscrire dans un environnement international commun (ex Isidore)
  14. #NUMHIS @Bagolina Les Archives Départementales des BDR ont leur propre thesaurus. Chaque institution a le sien.
  15. #NUMHIS @ChabaniSamia question à @Bagolina dépôt sur le thesaurus W des Archives Départemental de l’association Récit (mineurs de Gardanne)
  16. #NUMHIS @Bagolina rappelle le besoin de formation sur les outils numériques pour conserver nos réflexes savants.  http://imageson.hypotheses.org 
  17. #NUMHIS Maryline Crivello rappelle les enjeux de l’enquête orale pour l’historien : Quelle relation entre le chercheur et le témoin ?
  18. #NUMHIS @Bagolina La question des droits et de l’éthique s’impose dans la diffusion en ligne des archives sonores. Que publier ?
  19. #NUMHIS @Bagolina L’enjeu de la mise en réseau des données et la normalisation des standards. Ex : Calames
  20. #NUMHIS @Bagolina Pour analyser les résultats dans un moteur de recherche il faut comprendre comment la base de donnée est structurée
  21. #NUMHIS @Bagolina Les fonds sont en ligne sur la plateforme Isidore qui a le mérite de considéré la source orale comme une source
  22. #NUMHIS @Bagolina Un fond important sur les récits de vie des harkis
  23. #NUMHIS @Bagolina le mot choisi est « migration » et non immigration /émigration. Il y a un fond important sur le panier.
  24. #NUMHIS @Bagolina Autre exemple : la question du départ, nourrie par la littérature orale
  25. #NUMHIS @Bagolina Ganoub : usages du thesaurus, entrée par les risques notamment (ex : abandon de terre => migrants)
  26. #NUMHIS @Bagolina Les fonds migrations sont abondés par les chercheurs qui peuvent déposer les archives.
  27. #NUMHIS @Bagolina Partage le point de vue de Phylippe Rygiel sur la nécessité de connaître le fonctionnement technique de l’outil
  28. #NUMHIS @Bagolina Les archives de la phonothèque sont structurées sur une base de données.
  29. #NUMHIS @Bagolina Le public de la phonothèque se compose d’artistes, de particuliers (minorités ou non), d’associatifs, d’étrangers,
  30. #NUMHIS @Bagolina Phonothèque créée dans les années 1970, dans une dynamique de collecte d’histoire orale
  31. #NUMHIS @Bagolina présente les fonds sonores de la phonothèque de la MMSH
    en lien avec les migrations
  32. #numhis présentation des travaux de Sophie Gébeil : mémoire de l’immigration maghrébine sur le web français
  33. #numhis Louise Merzeau La guerre des réseaux en ligne, guerre des mémoires en ligne (2008) polyphonies de mémoires, agrégation par affinités
  34. #numhis prolifération de l’offre, segmentation des contenus = public de niche médiatique, logique commerciale
  35. #numhis Les médias de minorité en France = beaucoup en langue française, locaux et transnationaux, les commerciaux st dominants = I Rigoni
  36. #numhis Internet : espace inégalitaire, avec un résultat sur google très limité
  37. #numhis Internet comme « nouvel espace d’expression », espace de prise de parole des minorités > diversité ms les médias commerciaux dominent
  38. #numhis la pratique de l’internet doit s’inscrire dans une logique de continuité de la communication, méfiance de la rupture/égalité
  39. #numhis biais à prendre en compte sur l’étude des migrations par le numérique : tous les migrants ne sont pas connectés, déterminisme techno
  40. #numhis idée du « migrant connecté » définit par Dana Diminescu, porteur d’une culture de la mobilité, cf ANR e-diaspora
  41. #numhis portable et mail transforme la communication des familles diasporiques, contribution à générer un temps partagé
  42. #numhis travaux qualifiés de « transnationalistes » avec une communauté immigré qui serait « transnationale » > pratiques/usages des migrants
  43. #numhis cultural studies = renversement des années 90, A. Appadurai > monde post national, ère du numérique, hybridité des cultures
  44. #numhis usages de l’internet dans les diasporas cf « la culture du lien » de Dana Diminescu = années 1990
  45. #numhis des définitions, des usages, une dimension mondiale, collective, conventions et pratiques concrètes
  46. #numhis Etat des savoirs entre numérique et état des études sur les migrations, renouvelées depuis les années 1990
  47. #numhis Le numérique et le renouvellement des études mémoires, Sophie Gébeil
  48. #numhis Sophie Gébeil recentre l’atelier sur la question de la mémoire en prise avec le numérique
  49. #numhis ceux qui quittent l’Italien fin du 19e appartiennent à des région, ont leur propre langue et se découvrent italiens hors d’Italie
  50. #numhis le transnationalisme pose des pbs > question de l’italianité, rapport à l’italianité région, génération, socioprofessionnelle, …
  51. #numhis M Crivello : fragilisation de la discipline, rien n’est simple, les débats épistémologiques sont importants ms passent mal ds la sté
  52. #numhis le risque de la lecture proposée par le post colonialisme est de réduire et donner une singularité à l’immigration maghrébine
  53. #numhis S. Mourlane rappelle Pierre MIlza = sa mémoire individuelle croise la mémoire collective
  54. #numhis sacré raccourci auquel il faudrait réfléchir : la cuisine méditerranéenne n’existerait pas sans la traite (A. Brazzoduro)
  55. #numhis les migrants n’évoluent plus ni dans les espaces de départ, ni dans ceux d’arrivée = espace hybride
  56. #NUMHIS S. Mourlane : E. Ribert, dormes, supports et usages des mémoires des migrations
  57. #NUMHIS @ChabaniSamia @Ancrages mémoires des migrations post-coloniales et des « mémoires discriminées », mais aussi des mémoires stigmatisées
  58. #NUMHIS @ChabaniSamia Comment dans certains contextes nationaux, la migration est glorieuse quand elle est au coeur du récit national
  59. #numhis les historiens participent à ce phénomène mémoriel, ex sortir de l’oubli Montluc, Arenc = participation au processus mémoriel
  60. #NUMHIS S. Mourlane l’historien aussi produit de la mémoire
  61. #NUMHIS Maryline Crivello rappelle que les historiens ont participé au développement des mémoires rurales dans les années 1950
  62. #numhis les historiens se sont sentis alors dépassés face à cette demande sociale sur le phénomène mémoriel
  63. #numhis tournant des années 1970 = retour vers le passé, la société s’est approprié les questions mémorielles, le devoir de mémoire
  64. #numhis 1970 : demande auprès des mémoires populaires, monde paysan, contes, faire émerger les mémoires
  65. #numhis cinéma 1985 Rouge midi, Jean-Claude Izzo et Fabbio Montale, IAM et Akhenaton issu de la migration napolitaine… etc
  66. #numhis la nouvelle migration italienne = complètement ignorante de ce passé migratoire >cf étude de géographe sur un échantillon parisien
  67. #numhis c’est quand l’immigration maghrébine pose pb en France qu’on valorise la migration italiennne…
  68. #numhis résurgence italienne années 70-90 pour mettre en avant leurs capacités d’intégration
  69. #NUMHIS S. Mourlane : cette résurgence des mémoires italiennes doit beaucoup à la naissance politique du « problème de l’immigration »
  70. #numhis 3e marqueur : Michel Platini, merilleur joueur de foot, transféré à la Juventus de Turin, réapparition de son identité ds les médias
  71. #numhis François Cavanna Les ritals, parcours d’enfant de migrant d’italien à Nogent sur Marne
  72. #numhis il faut attendre les années 1970 pour qu’un retour de la mémoire se fasse sur la migration italienne ex « C’est moi c’est l’italien »
  73. #numhis quand les derniers italiens arrivent les italiens deviennent « invisibles » même si les stéréotypes demeurent
  74. #numhis Rappel : la population marseillaise est pour un cinquième italienne à Marseille au de la fin du 19e jusqu’aux années 1950
  75. #NUMHIS S. Mourlane. Historiciser les mémoires migrantes. Etude de cas : Italiens à Marseille
  76. #numhis analyse des logiques, des expressions mémorielles, de les « historiciser » – Etude de cas : les italiens (mémoire de l’immigration)
  77. #numhis on ne peut pas réduire la mémoire de l’immigration à la question coloniale : exemple des italiens au début du 20e siècle
  78. #numhis 2e = question du post colonial, rencontre entre mémoire des migration et mémoire de la colonisation (pour l’Afrique du Nord)
  79. #numhis cf le tourisme des racisme (cf ts Pierre Sintés)
  80. #numhis Avec Pierre Sintés (géographe) réflexion sur le rapport aux origines, souci du passé migratoire avec de nouvelles formes de mobilité
  81. #NUMHIS histoire des migrations ne sont plus aujourd’hui
  82. #numhis influences des autres sciences sociales: importance du transnationalisme- la migration (évolution sémantique d’immigration/migration
  83. #numhis comment les gpes humains se représentent-ils et représentent-ils le monde qui les entoure ?
  84. #NUMHIS S. Mourlane rappelle le travail pionnier de Philippe Joutard sur les mémoires cévenoles
  85. #numhis glissement généralisé vers le culturel qui touche l’historiographie depuis qq années = toute histoire est devenue culturelle au 21es
  86. #numhis ouverture du chantier de l’histoire de la métamorphose de la mémoire, champ d’expérience : « le passé de notre passé »
  87. #numhis A propos de la « déferlante de la mémoire », « matrice de l’histoire » + tarte à la crème de Marc Block qui définit l’histoire par trace
  88. #NUMHIS S Mourlane : les historiens d’abord retissant face à des mémoires envahissantes, dans un schéma d’opposition histoire / mémoire
  89. #numhis pourquoi les chercheurs se posent pas la question des résultats du moteur google, les citant comme une réalité de société ?
  90. #NUMHIS Stéphane Mourlane revient sur le positionnement des historiens dans un contexte des « guerre des mémoires »
  91. #numhis Stéphane Mourlane rappelle les questionnements actuels sur le rapport mémoire-histoire-migration
  92. RT @SophieGebeil: #NUMHIS Aujourd’hui, de 14h à 17h à la @MMSH, Séminaire Numérique et Migrations, @inadlweb @Ina_audiovisuel @Ancrages

Did you find this story interesting? Be the first to
or comment.

Liked!

Mémoires des migrations et usages du numérique

Mémoires des migrations et usages du numérique

CR du 1er séminaire « L’atelier numérique de l’histoire et des mémoires des migrations en Méditerranée » soutenu par le GIS IPAPIC. L’enjeu était, à travers le champ des études migratoires, de questionner les enjeux épistémologiques et sociaux liés à la généralisation du recours au numérique.

  1. #NUMHIS @MuCEM_Officiel MC Hélias évoque le projet d’un lieu de diffusion spécifique « Médinathèque » qui devrait ouvrir prochainement
  2. #NUMHIS @Ina_audiovisuel MC Hélias rappelle le lien important avec les universités dont la @MMSH , exception française : dépôt légal AV
  3. #NUMHIS Marie-Christiné Hélias rappelle que l’exception pédagogique permet d’utiliser  http://www.medmem.eu  en cours avec les étudiants!
  4. #NUMHIS  http://www.medmem.eu  Des documents audiovisuels qui donnent à voir une diversité des points de vue des années 1930 à nos jours
  5. #NUMHIS  http://www.medmem.eu  Le savoir-faire de l’@Ina_audiovisuel et de son partenariat avec la @MMSH au service du patrimoine AV
  6. #NUMHIS  http://www.medmem.eu  MC Hélias : le site permet de rendre visible les collections de pays de la rive sud de la Méditerranée
  7. #NUMHIS Cette expérience des Je me souviens… pose de nombreuses questions pour l’historien (Maryline Crivello)
  8. #NUMHIS M. Crivello, les artistes peuvent produire une forme d’écriture filmique aussi originale. Ce projet Je me souviens est expérimental
  9. #NUMHIS Maryline Crivello sur les Jms, comment travailler ensemble ? Comment valoriser le témoin tout en s’impliquant en tant qu’historien?
  10. #NUMHIS Maryline Crivello explique le projet JMS, en lien avec les réflexions de l’Iméra qui réintroduit l’art dans le savoir universitaire
  11. #NUMHIS Les Je me souviens (JMS) sont disponibles sur Med-Mem  http://www.medmem.eu/  collection ASTRAM.
  12. #NUMHIS Jacques Sapiéga (JS) présente les je me souviens… (idée originale de Maryline Crivello)
  13. #NUMHIS @Bagolina chaque institution a son thesaurus mais peut s’inscrire dans un environnement international commun (ex Isidore)
  14. #NUMHIS @Bagolina Les Archives Départementales des BDR ont leur propre thesaurus. Chaque institution a le sien.
  15. #NUMHIS @ChabaniSamia question à @Bagolina dépôt sur le thesaurus W des Archives Départemental de l’association Récit (mineurs de Gardanne)
  16. #NUMHIS @Bagolina rappelle le besoin de formation sur les outils numériques pour conserver nos réflexes savants.  http://imageson.hypotheses.org 
  17. #NUMHIS Maryline Crivello rappelle les enjeux de l’enquête orale pour l’historien : Quelle relation entre le chercheur et le témoin ?
  18. #NUMHIS @Bagolina La question des droits et de l’éthique s’impose dans la diffusion en ligne des archives sonores. Que publier ?
  19. #NUMHIS @Bagolina L’enjeu de la mise en réseau des données et la normalisation des standards. Ex : Calames
  20. #NUMHIS @Bagolina Pour analyser les résultats dans un moteur de recherche il faut comprendre comment la base de donnée est structurée
  21. #NUMHIS @Bagolina Les fonds sont en ligne sur la plateforme Isidore qui a le mérite de considéré la source orale comme une source
  22. #NUMHIS @Bagolina Un fond important sur les récits de vie des harkis
  23. #NUMHIS @Bagolina le mot choisi est « migration » et non immigration /émigration. Il y a un fond important sur le panier.
  24. #NUMHIS @Bagolina Autre exemple : la question du départ, nourrie par la littérature orale
  25. #NUMHIS @Bagolina Ganoub : usages du thesaurus, entrée par les risques notamment (ex : abandon de terre => migrants)
  26. #NUMHIS @Bagolina Les fonds migrations sont abondés par les chercheurs qui peuvent déposer les archives.
  27. #NUMHIS @Bagolina Partage le point de vue de Phylippe Rygiel sur la nécessité de connaître le fonctionnement technique de l’outil
  28. #NUMHIS @Bagolina Les archives de la phonothèque sont structurées sur une base de données.
  29. #NUMHIS @Bagolina Le public de la phonothèque se compose d’artistes, de particuliers (minorités ou non), d’associatifs, d’étrangers,
  30. #NUMHIS @Bagolina Phonothèque créée dans les années 1970, dans une dynamique de collecte d’histoire orale
  31. #NUMHIS @Bagolina présente les fonds sonores de la phonothèque de la MMSH
    en lien avec les migrations
  32. #numhis présentation des travaux de Sophie Gébeil : mémoire de l’immigration maghrébine sur le web français
  33. #numhis Louise Merzeau La guerre des réseaux en ligne, guerre des mémoires en ligne (2008) polyphonies de mémoires, agrégation par affinités
  34. #numhis prolifération de l’offre, segmentation des contenus = public de niche médiatique, logique commerciale
  35. #numhis Les médias de minorité en France = beaucoup en langue française, locaux et transnationaux, les commerciaux st dominants = I Rigoni
  36. #numhis Internet : espace inégalitaire, avec un résultat sur google très limité
  37. #numhis Internet comme « nouvel espace d’expression », espace de prise de parole des minorités > diversité ms les médias commerciaux dominent
  38. #numhis la pratique de l’internet doit s’inscrire dans une logique de continuité de la communication, méfiance de la rupture/égalité
  39. #numhis biais à prendre en compte sur l’étude des migrations par le numérique : tous les migrants ne sont pas connectés, déterminisme techno
  40. #numhis idée du « migrant connecté » définit par Dana Diminescu, porteur d’une culture de la mobilité, cf ANR e-diaspora
  41. #numhis portable et mail transforme la communication des familles diasporiques, contribution à générer un temps partagé
  42. #numhis travaux qualifiés de « transnationalistes » avec une communauté immigré qui serait « transnationale » > pratiques/usages des migrants
  43. #numhis cultural studies = renversement des années 90, A. Appadurai > monde post national, ère du numérique, hybridité des cultures
  44. #numhis usages de l’internet dans les diasporas cf « la culture du lien » de Dana Diminescu = années 1990
  45. #numhis des définitions, des usages, une dimension mondiale, collective, conventions et pratiques concrètes
  46. #numhis Etat des savoirs entre numérique et état des études sur les migrations, renouvelées depuis les années 1990
  47. #numhis Le numérique et le renouvellement des études mémoires, Sophie Gébeil
  48. #numhis Sophie Gébeil recentre l’atelier sur la question de la mémoire en prise avec le numérique
  49. #numhis ceux qui quittent l’Italien fin du 19e appartiennent à des région, ont leur propre langue et se découvrent italiens hors d’Italie
  50. #numhis le transnationalisme pose des pbs > question de l’italianité, rapport à l’italianité région, génération, socioprofessionnelle, …
  51. #numhis M Crivello : fragilisation de la discipline, rien n’est simple, les débats épistémologiques sont importants ms passent mal ds la sté
  52. #numhis le risque de la lecture proposée par le post colonialisme est de réduire et donner une singularité à l’immigration maghrébine
  53. #numhis S. Mourlane rappelle Pierre MIlza = sa mémoire individuelle croise la mémoire collective
  54. #numhis sacré raccourci auquel il faudrait réfléchir : la cuisine méditerranéenne n’existerait pas sans la traite (A. Brazzoduro)
  55. #numhis les migrants n’évoluent plus ni dans les espaces de départ, ni dans ceux d’arrivée = espace hybride
  56. #NUMHIS S. Mourlane : E. Ribert, dormes, supports et usages des mémoires des migrations
  57. #NUMHIS @ChabaniSamia @Ancrages mémoires des migrations post-coloniales et des « mémoires discriminées », mais aussi des mémoires stigmatisées
  58. #NUMHIS @ChabaniSamia Comment dans certains contextes nationaux, la migration est glorieuse quand elle est au coeur du récit national
  59. #numhis les historiens participent à ce phénomène mémoriel, ex sortir de l’oubli Montluc, Arenc = participation au processus mémoriel
  60. #NUMHIS S. Mourlane l’historien aussi produit de la mémoire
  61. #NUMHIS Maryline Crivello rappelle que les historiens ont participé au développement des mémoires rurales dans les années 1950
  62. #numhis les historiens se sont sentis alors dépassés face à cette demande sociale sur le phénomène mémoriel
  63. #numhis tournant des années 1970 = retour vers le passé, la société s’est approprié les questions mémorielles, le devoir de mémoire
  64. #numhis 1970 : demande auprès des mémoires populaires, monde paysan, contes, faire émerger les mémoires
  65. #numhis cinéma 1985 Rouge midi, Jean-Claude Izzo et Fabbio Montale, IAM et Akhenaton issu de la migration napolitaine… etc
  66. #numhis la nouvelle migration italienne = complètement ignorante de ce passé migratoire >cf étude de géographe sur un échantillon parisien
  67. #numhis c’est quand l’immigration maghrébine pose pb en France qu’on valorise la migration italiennne…
  68. #numhis résurgence italienne années 70-90 pour mettre en avant leurs capacités d’intégration
  69. #NUMHIS S. Mourlane : cette résurgence des mémoires italiennes doit beaucoup à la naissance politique du « problème de l’immigration »
  70. #numhis 3e marqueur : Michel Platini, merilleur joueur de foot, transféré à la Juventus de Turin, réapparition de son identité ds les médias
  71. #numhis François Cavanna Les ritals, parcours d’enfant de migrant d’italien à Nogent sur Marne
  72. #numhis il faut attendre les années 1970 pour qu’un retour de la mémoire se fasse sur la migration italienne ex « C’est moi c’est l’italien »
  73. #numhis quand les derniers italiens arrivent les italiens deviennent « invisibles » même si les stéréotypes demeurent
  74. #numhis Rappel : la population marseillaise est pour un cinquième italienne à Marseille au de la fin du 19e jusqu’aux années 1950
  75. #NUMHIS S. Mourlane. Historiciser les mémoires migrantes. Etude de cas : Italiens à Marseille
  76. #numhis analyse des logiques, des expressions mémorielles, de les « historiciser » – Etude de cas : les italiens (mémoire de l’immigration)
  77. #numhis on ne peut pas réduire la mémoire de l’immigration à la question coloniale : exemple des italiens au début du 20e siècle
  78. #numhis 2e = question du post colonial, rencontre entre mémoire des migration et mémoire de la colonisation (pour l’Afrique du Nord)
  79. #numhis cf le tourisme des racisme (cf ts Pierre Sintés)
  80. #numhis Avec Pierre Sintés (géographe) réflexion sur le rapport aux origines, souci du passé migratoire avec de nouvelles formes de mobilité
  81. #NUMHIS histoire des migrations ne sont plus aujourd’hui
  82. #numhis influences des autres sciences sociales: importance du transnationalisme- la migration (évolution sémantique d’immigration/migration
  83. #numhis comment les gpes humains se représentent-ils et représentent-ils le monde qui les entoure ?
  84. #NUMHIS S. Mourlane rappelle le travail pionnier de Philippe Joutard sur les mémoires cévenoles
  85. #numhis glissement généralisé vers le culturel qui touche l’historiographie depuis qq années = toute histoire est devenue culturelle au 21es
  86. #numhis ouverture du chantier de l’histoire de la métamorphose de la mémoire, champ d’expérience : « le passé de notre passé »
  87. #numhis A propos de la « déferlante de la mémoire », « matrice de l’histoire » + tarte à la crème de Marc Block qui définit l’histoire par trace
  88. #NUMHIS S Mourlane : les historiens d’abord retissant face à des mémoires envahissantes, dans un schéma d’opposition histoire / mémoire
  89. #numhis pourquoi les chercheurs se posent pas la question des résultats du moteur google, les citant comme une réalité de société ?
  90. #NUMHIS Stéphane Mourlane revient sur le positionnement des historiens dans un contexte des « guerre des mémoires »
  91. #numhis Stéphane Mourlane rappelle les questionnements actuels sur le rapport mémoire-histoire-migration
  92. RT @SophieGebeil: #NUMHIS Aujourd’hui, de 14h à 17h à la @MMSH, Séminaire Numérique et Migrations, @inadlweb @Ina_audiovisuel @Ancrages

Did you find this story interesting? Be the first to
or comment.

Liked!