Archives par mot-clé : anthropologie

Généalogie, mobilisation et archivage des images – Rendez-vous de l’histoire, Blois, 14 octobre 2018


La leçon d’histoire de Fernand Braudel, Antenne 2, 14 janvier 1992, réalisation Martin Gélard, Inathèque. Programme.

Chaque année, les rencontres de Blois sont l’occasion de rencontres privilégiées avec des historiens qui exposent l’état de leurs réflexions, présentent leurs travaux et confrontent leurs points de vue dans le but de concourir au progrès de la recherche et de la connaissance historique. 

La table-ronde proposée sur le thème Généalogie, mobilisation et archivage des images en Méditerranée au XXème et XXIème siècles s’inscrit dans le cadre d’un programme collectif transversal au sein de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence), le Pôle image, son, pratiques du numérique en sciences humaines et sociales et de l’atelier « Visual Studies » de TELEMMe – Aix-Marseille Université – CNRS. Au cœur de débats médiatiques récurrents, le cadre méditerranéen est loin d’être escompté. Polymorphe, insaisissable, fuyant, il est traversé par des perceptions multiples. Appuyée sur les travaux d’un programme collectif, la table-ronde proposera un cadre de réflexion à différentes modalités d’appréhension visuelle de la Méditerranée depuis les images télévisées (série Méditerranée), les formes d’expressions mémorielles sur le Web, la production filmique des représentations de la ville ou du religieux jusqu’à l’archivage et la mobilisation des publics pour appréhender ces images et les utiliser.

La thématique de l’image et du son est identifiés comme données à des fins de recherches et comme objets d’investigation ou de représentation du réel. L’inflexion mise sur les études méditerranéennes correspond au rattachement institutionnel au sein de la MMSH.

Depuis sa création, en 1997, le Pôle image, son, pratiques du numérique en sciences humaines et sociales n’a cessé de faire travailler ensemble des chercheur.e.s, des enseignant.e.s., des étudiant.e.s et et des ingénieur.e.s de différentes disciplines pour proposer un cadre de réflexion sur ces questions. Ainsi, dès les années 2000 plusieurs projets ont proposé des pistes de réflexions sur la production scientifique à l’écran ; deux programmes européens, en collaboration avec l’Institut national de l’audiovisuel, (2009-2011) ont abouti à la mise en place d’un site proposant des séquences d’archives audiovisuelles du bassin méditerranéen ouvrant la voie au partage des mémoires audiovisuelles de la Méditerranée ; s’appuyant sur cette collaboration avec l’Ina, plusieurs programmes se sont développés comme sur la question du patrimoine visuel en collaboration avec des universités brésiliennes (PICS 2013-2017) et plus largement sur les Visual Studies (avec l’UMR TELEMMe depuis 2015).

La matinée proposée pour les journées de Blois sera l’occasion de témoigner de de ce programme pluridisciplinaire, en questionnant quelques facettes de la fabrication des images sur la Méditerranée qui influent sur les perceptions contemporaines de cet espace. 

Visionner l’affiche de la table ronde ici

Plus d’information sur le carnet du pôle Images Sons Pratiques du Numérique en SHS (MMSH).

Éléments pratiques : 11h-13h,IUT de Blois, 5 rue de la Chocolaterie 41000 Blois, salle 214. Programme complet des rencontres : ici.

Le site du projet nirOniro : le rêve comme objet anthropologique et artistique

Dès 1997, Pierre Lévy dans son rapport au Conseil de l’Europe dans le cadre du projet « Nouvelles technologies : coopération culturelle et communication » et publié en 1997 sous le titre Cyberculture, rappelait l’intérêt pour le chercheur en SHS de travailler avec les artistes pour mieux appréhender les changements à l’œuvre avec l’essor du numérique et le développement de l’internet.

Promouvoir des interactions entre Arts et Sciences est précisément l’une des missions que s’est fixée l’IMéRA (Institut Méditerranéen de Recherches Avancées) fondé en 2007.  L’un des projets résidents s’intitule  » Rêver la Méditerranée – projet de recherche anthropologique et artistique sur les rêves dans les Quartiers Nord de Marseille ». Il est développé par Tuia Cherici, artiste, et Arianna Cecconi, anthropologue. Il s’inscrit dans le cadre du projet de recherche NirOniro. 

oniroscope

« NirOniro est une recherche expérimentale qui s’appuie sur les histoires, les souvenirs, les émotions, les imaginaires collectifs, les perceptions, les connaissances, les expériences et les pratiques liées aux rêves nocturnes.

Les rêves sont à la source-même d’une enquête qui dévoile les aspects culturels et esthétiques d’une communauté. Les concepts, outils et méthodologies proposés dans ce projet sont issus de la rencontre entre l’anthropologie et les arts visuels, respectivement les spécialités d’Arianna Cecconi et Tuia Cherici. Lisa Giraldino est la curatrice de ce projet. »

Ce projet donne naissance à une machine à rêve :  « L’ Oniroscope (la machine à rêves) crée une occasion d’échange entre des rêveurs de différentes provenances. Il s’agit, l’espace d’un moment, de partager avec d’autres cette « moitié de vie » que nous passons endormis. Lors de cette rencontre, les rêves ne seront pas interprétés, mais transformés, ils ne seront pas seulement racontés, mais aussi «pratiqués ». »

Le site nirOniro

Le site de Tuia Cherici