Archives par mot-clé : archives du web

Transmettre des compétences autour des archives du web : Quels enjeux ? Quelles spécificités ? (retours d’expérience). Table ronde. 6 octobre 2022. BnF


Ce texte regroupe des éléments de préparation de la table ronde à laquelle j’ai été invitée à participer et intitulée  Transmettre des compétences autour des archives du web : Quels enjeux ? Quelles spécificités ? (retours d’expérience). Elle s’insère dans le cadre du cycle d’ateliers «Formation et compétences pour les différents types d’acteurs : pratiques pédagogiques et didactique» du projet RESPADON et aura lieu le 6 octobre après-midi à la BnF.

Afin de répondre aux questions proposées pour la préparation de la table ronde, je reprends ici des éléments que j’avais également présenté lors de la table ronde “Web archives and Teaching” aux côtés de Frédéric Clavert en avril 2021 dans le cadre du projet Warcnet (colloque Diving deeper into web archive in difficult times), en les développant davantage.

1) Présentez la ou les formations que vous organisez 

J’interviens principalement auprès des étudiants de master MEEF 1e et 2e année de l’INSPé d’Aix-Marseille, au sein du parcours histoire-géographie et professeur documentaliste, ainsi qu’en formation transversale sur l’éducation aux médias. Par ailleurs, j’enseigne l’histoire des médias et du web en Licence, et dispense un cours dédié au web archivé comme matériau pour l’historien en master Histoire au département ALLSH d’AMU. Enfin je dirige des mémoires de master MEEF qui articulent une réflexion professionnelle basée sur des savoirs scientifiques et des mémoires de master recherche en Histoire. J’interviens également dans la formation des doctorants de la MMSH et je co-dirige une thèse en histoire des médias. 

Les enseignements qui portent sur le web archivé n’excèdent pas 10 % de mon volume de cours annuel. Il concerne principalement : 

  • Les Licence 3 dans le cours d’histoire du web depuis 2012. Sur 4 séances, 2 sont dédiées aux archives du web comme source pour l’historien. Durant 2 CM, j’explique l’histoire de l’archivage du web (en veillant à bien distinguer le web vivant du web archivé) puis je précise les enjeux historiographiques et épistémologiques en reprenant ce que j’ai proposé dans mon livre Website Story – Histoire, mémoires et archives du web. Ensuite, nous travaillons sur des textes de chercheurs pour réfléchir aux spécificités des archives du web et aux défis qu’elles imposent aux historiens. 
  • Master Archives, médiation de l’histoire et humanités numériques (Département d’Histoire ALLSH AMU). Durant 8h, nous travaillons sur les transformations de l’archive à l’ère numérique, en partant de la numérisation, jusqu’à la question du patrimoine nativement numérique, moment durant lequel je traite des archives du web. L’effectif étant composé d’une quinzaine d’étudiants, après un temps magistral, ils sont mis en activité pour explorer un site web archivé sur Internet Archive, en lien avec leur thématique de mémoire. Il s’agit souvent de sites de GLAM et nous travaillons sur les formes de médiation de l’histoire dans le temps en parcourant l’archive, tout en mettant en évidence les couacs dans la collecte, et ainsi les limites du web archivé. Nous travaillons aussi sur des textes au profit d’une réflexion méthodologique (HN et web archivé) et épistémologique. Dans le cadre de ce master, plusieurs journées d’étude abordent le web archivé, comme ce fût le cas en 2017 pour la journée « Visual studies et Méditerranée, entre pratiques et méthodes» Enfin, les étudiants choisissent un module du cours et rédigent un billet sur le carnet de recherche Hypotheses, plusieurs d’entre eux portent sur les archives du web. 
  • Culture numérique auprès des étudiants de master MEEF. Dans le cadre de l’initiation à la recherche et du suivi du mémoire des professeurs documentalistes, j’insère mes travaux sur les archives du web dans l’histoire de l’info-documentation, en mettant l’accent sur l’histoire de l’archivage en général. Nous travaillons ici à partir de texte en SIC et en histoire. Les étudiants sont amenés à manipuler la wayback machine pour consulter une une de presse ancienne et ensuite réfléchir aux applications pédagogiques en EMI. Ces pistes sont remobilisées dans le projet pédagogique de capsules Scola Media
  • Encadrement de master et thèse. Pour accompagner les étudiants en terre numérique et pour réfléchir à l’usage du web passé ou présent comme source pour une histoire culturelle du temps présent, je reprends les contenus théoriques de Website Story – Histoire, mémoires et archives du web, qui s’adresse spécifiquement aux chercheurs néophytes et aux étudiants désireux d’utiliser le web archivé comme source en histoire. Ensuite, je les accompagne sur la constitution du corpus, la recherche au sein du web archivé. Il faut déconstruire le mythe d’un miroir diachronique du web pour repenser leur démarche d’enquête. Par ailleurs je leur demande un travail bibliographique. Dernièrement, un étudiant s’est penché sur la collecte du web local à Marseille par l’Alcazar. Cela sera sans doute valorisé à travers un billet sur Hypothèses. Au niveau doctorat et recherche, nous travaillons avec le responsable de la médiathèque de la MMSH au développement d’un module articulant web archivé et exploration de corpus en ligne.  
  • Encadrement de stagiaires dans des projets de recherche. Dans le cadre du programme européen Polyvocal Interpretation of a Contested Colonial Heritage, nous prenons aussi du temps pour amener les étudiants à découvrir la fabrique du web archivé, les différents partenaires sur le périmètre d’Aix-Marseille (Ina car nous disposons d’une borne de consultation à la MMSH et en raison de la proximité de la délégation régionale Ina Méditerranée, des premiers liens viennent d’être noués avec l’Alcazar qui participe à la collecte BnF). Pour le projet, nous avons réalisé un corpus en ligne collectif et pour chaque référence, ils devaient vérifier s’il avait fait l’objet d’une collecte sur le site Internet Archive. Enfin, deux étudiants sous contrat participeront à l’organisation de la conférence RESAW prévue à Marseille en juin 2023. 

S’agissant d’une approche théorique et épistémologique, les spécificités du web archivé sont plutôt bien comprises par les étudiants. En revanche, les principales difficultés rencontrées concernent l’exploration de corpus. L’absence d’accès distant du DL web français joue au profit d’Internet Archive. 


2) Quelles sont selon vous les spécificités des formations aux archives du web et leur place par rapport à la formation aux compétences numériques et/ou, aux humanités numériques ? 
Pensez-vous possible de dégager un socle commun tous publics et toutes disciplines confondues ? 

Je tiens à préciser que derrière l’idée de compétences numériques, je regroupe des connaissances info-communicationnelles et des savoirs sur les cultures numériques, auxquels s’ajoutent des capacités à manipuler les outils au service des objectifs de recherche ou d’enseignement, mais aussi des attitudes (e.g. communiquer de manière éthique). 

Dans le cas des étudiants de master recherche, la dimension computationnelle des archives du web rend clairement la tâche plus difficile : ils doivent développer des connaissances techniques précises pour en comprendre les spécificités, et à cela s’ajoute le fait qu’il s’agit bien sûr de sujets en histoire du temps présent, avec peu de distance temporelle ce qui augmente la difficulté. Par ailleurs, étant peu formés aux démarches et aux outils de l’histoire numérique, ils développent des méthodes qui relèvent du bricolage, dans le bon sens du terme : nous croisons souvent des analyses sémiotiques, qualitatives, avec la réalisation d’une base de données, sans utiliser d’outils propres aux HN, ne serait-ce qu’Hyphe par exemple. 

Au sujet du développement des compétences numériques, plusieurs collègues ont proposé depuis une vingtaine d’années un socle commun, à l’image de Franziska Heimburger et Émilien Ruiz [1]. Ce dernier proposait déjà en 2011 un référentiel.  


3) Matériaux pédagogiques et sources utilisées : sur quoi vous appuyez-vous pour faire vos formations ?  

J’utilise principalement Internet Archive et ponctuellement le poste de consultation de l’INA qui est installé à la MMSH. Je demande aux étudiants de naviguer sur le site de l’Inathèque et de la BnF afin de prendre connaissance du cadre légal et du périmètre de chaque institution. J’utilise aussi des exemples issus du site de l’IIPC et bien sûr, très majoritairement, des articles de chercheurs.  




[1] Franziska Heimburger, Émilien Ruiz, « Faire de l’histoire à l’ère numérique : retours d’expériences », Revue d’histoire moderne et contemporaine 2011/5 (n° 58-4bis), p. 70-89.