Archives par mot-clé : histoire

Contrat de recherche 01/09/2022 – 30/09/2023 médiations de l’histoire en ligne

Dans le cadre d’un projet de recherche sur les médiations de l’histoire en ligne en lien avec l’atelier visual studies et humanités numérique de TELEMMe et en partenariat avec l’observatoire sciences/sociétés (dir. Sylvia Girel), voici une offre de contrat sur 13 mois s’adressant à une personne ayant au minimum un niveau licence et  une bonne maîtrise de la démarche historienne. 

Recrutement pour un contrat de recherche du 01/09/2022 au 30/09/2023

 

Projet : Les médiations de l’histoire en ligne depuis le début des années 2000 sur le territoire d’Aix-Marseille Université

Fonctions et tâches : Dresser un état des lieux des contenus de médiation de l’histoire publiés sur le web et les réseaux socionumériques par des acteurs du territoire d’Aix Marseille Université afin de mieux comprendre les rapports sciences et société des années 2000 à nos jours. L’enquête devra permettre d’analyser l’évolution des nouvelles formes d’écriture et de médiation de l’histoire nées avec l’essor du web et des médias sociaux à l’échelle de ce territoire.  Il s’agira d’identifier, dans une perspective diachronique, les différents types de dispositifs produits, les pratiques de médiation qui y sont associées, les acteurs à l’origine des contenus ainsi que les publics en jeu (co-construction, participation, réception).

La recherche se développera autour de trois axes complémentaires :

  • Identifier, caractériser, et contextualiser les contenus de médiation de l’histoire publiés sur le web et les réseaux socionumériques par des acteurs du territoire depuis le début des années 2000, en constituant un corpus de contenus issus du web vivant et archivé.
  • Préciser les dynamiques mettant en évidence l’évolution des acteurs impliqués et les formes de coopération, les transformations en matière scénographique, au gré de l’histoire sociotechnique du web (essor des CMS, du blogging scientifique, des plateformes audiovisuelles, des médias sociaux, etc.), et les pratiques de publication privilégiées.
  • Analyser les représentations de l’histoire émanant de ces contenus, au niveau des thématiques et des périodes privilégiées comme du registre narratif mobilisé (bref apport de connaissance sur une thématique, biographie, sources commentées, récit de l’enquête historique, approche événementielle, histoire appliquée, fact checking historique, reconstitution) ou des matériaux mis en visibilité (archives, témoignages).

Dans cette optique, la personne recrutée devra constituer un corpus issu du web vivant et archivé, en établir les principales caractéristiques dans une perspective diachronique, et le contextualiser au moyen de sources complémentaires (e.g.enquête orale ou sources secondaires). Il ou elle rédigera un rapport de recherche présentant la démarche d’enquête, le corpus et exposant les principaux résultats. 

Contrat : 13 mois temps plein

Salaire : ingénieur·e d’étude ITRF / ou ingénieur·e de recherche (grille de salaire en fonction de l’ancienneté et du niveau d’étude fonction publique EPST).

Site de travail : MMSH – Aix-en-Provence / Gestion administrative : Mesopolhis

Compétences requises :

  • Connaissances historiographiques (démarche historienne, fondamentaux de l’écriture de l’histoire, débats concernant les relations entre histoire, mémoire et patrimoine)
  • Compétences en matière de recherche en histoire contemporaine, ou d’enquête en ligne dans une perspective d’étude culturelle, ou de recherche en SIC relative au Web et aux médias sociaux.
  • Compétences en recherche d’information en ligne et maîtrise des principales fonctionnalités d’un tableur.
  • Connaissance minimale du périmètre d’AMU.
  • Diplôme exigé : minimum Licence

Candidater : envoyer un CV et une lettre de motivation à sophie.gebeil@univ-amu.fr

Job

Visual Studies et Méditerranée – Découverte et inauguration de deux bornes de consultation multimédia (PCM) de l’INA, MMSH, Aix-en-Provence 27 juin 2016

La recherche en sciences humaines et sociales exploite les archives du dépôt légal de l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) depuis plus de 30 ans et peut aujourd’hui s’appuyer sur des masses de données en croissance exponentielle. Avec l’accès aux deux postes de consultation multimédia (PCM) à la médiathèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, chercheurs, étudiants, enseignants et plus largement, tout curieux du domaine, peuvent aujourd’hui consulter ces archives de la radio, de la télévision, du cinéma et du web. Avec la participation de chercheurs et de professionnels du monde de l’audiovisuel, cette journée de découverte – ouverte à tou.te.s – offrira un large aperçu des usages des PCM et des possibles exploitations du dépôt légal de l’Ina dans la recherche en sciences humaines et sociales.

ANNONCE

Présentation

Un accès exceptionnel aux archives de l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina) à la médiathèque de la MMSH

Les archives du dépôt légal de l’Ina dans la recherche en sciences humaines et sociales, inauguration de deux PCM

Le 27 juin 2016, à la médiathèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH – AMU/CNRS), seront officiellement inaugurés deux Postes de consultation multimédia (PCM) de l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina) donnant ainsi accès à plus de 12 000 000 d’heures de documents radio et télévision, 1 000 000 d’heures enregistrées chaque année, 13 000 sites web média, 120 chaînes de radio et de télévision captées 24h/24 au titre du dépôt légal, 34 000 titres de cinéma.

La recherche en sciences humaines et sociales exploite les archives du dépôt légal de l’Ina depuis plus de 30 ans1 et peut aujourd’hui s’appuyer sur des masses de données en croissance exponentielle. Avec l’accès aux deux Postes de consultation multimédia (PCM) à la médiathèque de la MMSH, chercheurs, étudiants, enseignants et plus largement, tout curieux du domaine, peuvent aujourd’hui consulter ces archives de la radio, de la télévision, du cinéma et du web. Avec la participation de chercheurs et de professionnels du monde de l’audiovisuel, cette journée de découverte – ouverte à tou.te.s – offrira un large aperçu des usages des PCM et des possibles exploitations du dépôt légal de l’Ina dans la recherche en sciences humaines et sociales.

Lire la suite du programme sur http://calenda.org/367504

 

TIMES AND TEMPORALITIES OF THE WEB 1-3 dec 2015

Temps et temporalités du web

The concept of real-time, the promise of immediacy and the ever-increasing acceleration of exchanges are recurrent in the foundational discourses about new information and communication technologies. However, they are far from having disposed of time. Instead, the different ways in which we relate to time have multiplied, and structure the contemporary experience of our digital world: “revolutions” in technology follow one another uninterrupted, embedded in a long-term perspective, while the permanence of duplicated data lies behind the ephemeral discussion threads, and the complexity of events remains hidden behind the turmoil of the Net and its socio-digital networks.
This symposium wishes to bring to light and interrogate this variety of time(s) and temporalities, by means of analyses of the Web in its past, present and future dimensions, both individual and collective, social and technical, economic and political. Particular attention will be paid to practices that – from hyperconnectivity to cyber-flânerie, from data flows to Web archives – contribute to make the Internet a new experience of both instant and duration.
Five thematic axes will structure how this interdisciplinary symposium – organized by the team of the ANR Web90 project (http://web90.hypotheses.org) – addresses the temporalities of the Web, those it originates and those in which it participates, both in a diachronic and a future perspective.

Source : http://www.iscc.cnrs.fr/spip.php?article2038

Kabyle.com, depuis 1999, mémoires berbères sur la toile

Dans le cadre de l’analyse qualitative portant sur les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français dans les années 2000, il est apparu qu’il existait un domaine berbère francophone sur la toile.  Nous avons choisi d’étudier dans le détail, les dispositifs numériques mémoriels présents sur le site Kabyle.com qui présente pour nous deux avantages. D’une part son caractère précoce puisqu’il est né en 1999 ce qui offre la possibilité pour l’historien d’étudier l’histoire du discours mémoriel sur le site. D’autre part, le site est aujourd’hui un noeud de réseau dans le domaine berbère francophone. En voici une brève présentation.

Kabyle.com a été créé en 1998, par Stéphane Arrami-Mérabet, qui est à l’origine de  l’Association Kabyle France International (AFKI) fondée en 2002. Actuel webmaster et rédacteur en chef du site, Stéphane Arrami avait impulsée Kabyle.com à la fin de ses études en communication à Lyon (ICOM Lyon II) au moment où il travaillait chez Webcity.fr qui offrait alors gracieusement l’hébergement du site. Journaliste, formé à l’édition web, pour S. Arrami, la création de Kabyle.com s’inscrit dans la continuité de son engagement au sein du mouvement associatif berbère puisqu’il participait initialement à un bulletin culturel sur papier[1]. Le site demeure la propriété de l’AFKI jusqu’en 2003, date à laquelle Stéphane Arrami et des membres de l’association fondent la SARL Kabyle.com. Cela offre ainsi la possibilité de développer des activités commerciales (boutique en ligne par exemple) qui constituent des sources de financements pour entretenir le site. La publication des articles s’appuie sur un réseau de rédacteurs répartis dans plusieurs pays, notamment la France, l’Algérie, le Canada (Québec) ou la Belgique. Kabyle.com se positionne comme un média international à destination de la diaspora berbère francophone. Le site propose également un annuaire des associations kabyles et accorde une place importante à la parole des lecteurs. Cela se traduit par l’ouverture d’un forum, lieu de débats animés, par opposition à la ligne éditoriale moins polémique qui guide la rédaction des articles. D’autre part, dès 2002, les internautes sont invités à donner leur avis à travers la possibilité de commenter chaque contenu publié par la rédaction. Comme nous avons pu le constater lors de la réalisation du graphe, le site constitue un nœud de réseau au sein de la « e-diaspora » kabyle et revendique aujourd’hui d’être le premier média en ligne berbère francophone. Cette hégémonie s’inscrit dans la durée puisqu’au début de la décennie, Renaud Sagot avait déjà effectué un constat identique dans un article dédié à Kabyle.com[2].

logo_kabyle

Si le site n’est pas archivé par Internet Archive, les robots de la BNF ont collecté Kabyle.com depuis 2001 dans le cadre de la collecte large . Cela offre la possibilité de questionner la longévité de ce site diastolique fondé sur le partage d’un « patrimoine symbolique » (Karima DIRECHE, 1997) commun, quelque soit le lieu de résidence. Ici ce patrimoine se compose principalement par les aspects les plus rassembleurs (langue, culture anthropologique), tandis que l’islam et la politique n’apparaissent pas comme des thèmes privilégiés pour les rédacteurs.

En 2014, Stéphane Arrami a fermé la SARL de presse et sa boutique de produits culturels.

[1] Entretien avec Stéphane ARRAMI le 27 juillet 2012, Eliete da Silva PEREIRA, O local digital das culturas: as interações entre culturas, mídias digitais e territórios,Universidade de São Paulo.

[2] Renaud SAGOT, « Kabyles sur le Net », Hommes & Migrations : migrants.com, no 1240, Novembre 2002, pp. 29‑34.

Le numérique entre outil et culture, 1er-2 Décembre 2014, EHESS Paris

Le numérique entre outil et culture :

quels défis pour l’historiographie ?

Argumentaire

L‘Internet et le numérique ont profondément changé notre société. Depuis son arrivée, son développement au début des années 1990 et sa banalisation au tournant du siècle, on ne peut plus négliger l‘information et les ressources fournies par le Web. Le numérique marque cependant un pas supplémentaire : ainsi que le Manifeste des humanités numériques l‘observe : « Le tournant numérique pris par la société modifie et interroge les conditions de production et de diffusion du savoir. » (Manifeste, 2010).

Fiormonte rappelle que les humanités numériques concernent plusieurs disciplines : « non seulement les langues et les littératures, mais aussi la sociologie de la communication, les études anthropologiques et ethnographiques sur les nouveaux médias, l‘archivistique, la bibliothéconomie, le patrimoine culturel, et bien sûr, l‘informatique » (Fiormonte, 2013).
Dans cette nouvelle perspective disciplinaire, qu‘en est-il du savoir historique ? En dépit d‘un constat de premier degré sur l‘importance de ce phénomène, les travaux qui en histoire y sont consacrés demeurent encore discrets et prudents. La plupart d‘entre eux envisagent davantage le numérique comme un outil supplémentaire dans la boîte à outils de l‘historien que comme un phénomène culturel d‘ampleur qui pourrait englober et transformer en profondeur la pratique historiographique.

En 2002, réfléchissant sur une « mutation » en cours, Minuti observait deux moments de l‘internet : un premier donnant accès aux catalogues, bibliographies et répertoires ; et un deuxième placé dans un futur proche qui résolve le problème de l‘instabilité matérielle du document. Il constatait aussi les incertitudes ouvertes par la publication sur le réseau. Il mettait en valeur le fait que la recherche historique passait toujours par l’observation, par l’oeil nu ; l’acte d’observer et certains aspects du texte non reproduits par le numérique restent le domaine de la perception : « En l‘état actuel des choses, on ne peut donc pas affirmer que le réseau est capable de se substituer aux conditions de travail et aux outils classiques de la recherche historique ».

Neuf ans plus tard, inscrits cette fois dans « l‘ère numérique », Heimburger et Ruiz (2011), partagent un semblable constat. S‘il y a révolution numérique, celle-ci cependant ne « semble ne pas conduire à un changement des fondements épistémologiques qui président aux conditions de production de la vérité historique». Cette prudence affichée semble reposer sur le fait qu‘en dernier ressort la tâche de l‘historien réside dans l‘analyse. Mais l‘historien n‘apparaît-il pas alors trop protégé de ce que produisent l‘internet et le numérique : « une transformation de notre rapport au monde et une recomposition de nos représentations » (Arfaoui et Lafay, 2014).

A l‘inverse, des positions plus tranchées se font entendre. Ainsi celle de Noiret pour qui « le numérique force à reconsidérer surtout les concepts épistémologiques et théoriques utilisés par les historiens » (Noiret, Les historiens et l’informatique, 2011). Ou encore celle de Pons (2011), pour qui, avec le numérique, « il ne s‘agit pas exclusivement d‘une modification du support au moyen duquel nous emmagasinons l‘information, ainsi que des conséquences substantielles qui en découlent, mais aussi de la transformation de l‘information elle-même puisqu‘aujourd‘hui ce sont d‘ores et déjà des choses différentes que nous emmagasinons ».

Noiret, dans la perspective d‘une histoire 2.0 pose la question de l‘évolution de la recherche par rapport à la révolution technique qui représente le numérique. Tandis que d‘autres penseurs, ancrés dans les humanités numériques, soulignent l‘intérêt d‘étudier le langage informatique, matrice du numérique, depuis le point de vue de la culture qui le crée (Berry, 2012). Ces positions, au fond, convergent pour mettre en valeur l‘importance des rapports réciproques entre culture et outils numériques ainsi que sur leur influence dans la pratique quotidienne du chercheur.

Si l‘on adopte l‘optique de Doueihi, plus qu‘un instrument, distinct de l‘informatique par le projet, le numérique s‘avère une condition, une culture, si ce n‘est un nouvel humanisme. Ainsi considéré, le numérique ne représente-t-il pas un véritable défi pour l‘historiographie, au point de l‘amener à revoir certaines de ses notions, modifier certaines de ses pratiques et susciter de nouveaux problèmes ? Car rappelons là encore que, de par le passé, « les nouveaux objets ont donné lieu à de nouvelles méthodes et à des mises en question de valeurs associées à des documents ou à des pratiques culturelles » ( 2011)

Enfin, de même que Doueihi, des historiens de la culture et du livre dressent volontiers un parallèle entre la culture numérique et les Lumières (Chartier, Darnton). Il en va alors du numérique soit comme d‘un prolongement, soit comme d‘une actualisation de certaines virtualités soit comme d‘un rappel de l‘héritage ambivalent des Lumières. Dans une perspective critique, le numérique apparaît comme une mise en question des institutions du savoir (l‘université, le livre, l‘édition, l‘auteur). Roger Chartier (2013) remarque que le numérique se singularise par un détachement de l‘information d‘avec son support dès lors: « les données acquièrent en quelque sorte une existence autonome par rapport à l‘ensemble dans lequel elles coexistent ».

A lire ces travaux contemporains, on ne peut manquer d‘observer l‘instabilité sémantique qui marque leur objet : informatique, internet, numérique … Or bien que connexes, ces réalités ne sont pas moins distinctes et porteuses de conceptions épistémologiques différentes.

Le numérique pose à nouveaux frais la question de l‘écriture de l‘histoire : ce n‘est plus simplement le temps, bien que la temporalité soit particulièrement liée au numérique à travers la transformation des textes et de supports, mais c‘est aussi un primat de l‘espace où celui-ci apparaît comme recomposé et ne se limite plus aux archives, aux bibliothèques ou à d‘autres institutions. C‘est aussi une interrogation sur la manière dont concrètement un auteur transforme ses sources et ses documents en récit historique.

C‘est aussi, enfin, une remise en question de la notion traditionnelle d‘auteur elle-même, qui a l‘heure du contributif tend à s‘estomper comme figure singulière. Mihm (2008), évaluant l‘impact du crowdsourcing, déclarait « everyone‘s an historian now ».

Par extension, il se peut que ce soit moins la question « le quoi de l‘histoire », « quelle histoire » que la question « qui écrira l‘histoire ». Avec l‘auteur, ce sont tous les acteurs concernés dans la diffusion et la circulation de l‘information qui sont troublés car, bien que le numérique n‘implique pas la fin du support en papier il a bel et bien modifié la « logique de la publication » traditionnelle.

Programme

Lundi 1 décembre 2014

Salle Jean-Pierre Vernant

Matinée

9h-9h15 Accueil, Pablo AVILES FLORES et Aurore DUMONT

  • 9h15-9h45 Aurore DUMONT (EHESS – Fonds Ricœur), « Présentation générale »
  • 9h45-10h30 Maïeul ROUQUETTE (Université de Lausanne / Université Aix-Marseille), « Une introduction au vocabulaire de l’informatique »

Discussion

10h45-11h Pause

  • 11h-11h45 Milad DOUEIHI (Sorbonne) « Le Mannequin de l’histoire et la culture numérique »

Discussion

  • 12h-12h45 Florence CLAVAUD (Ecole des Chartes) : “entre l’historien et l’archiviste : de nouveaux modèles numériques pour la description des archives »

Discussion

Après-midi

  • 14h30-15h15 Nicole DUFOURNAUD (EHESS), “Analyse de données textuelles en histoire avec des outils et des méthodes informatiques. Etude numérique de sources des XVIe et XVIIe siècles”

Discussion

  • 15h30-16h15 Sophie GEBEIL (Université Aix-Marseille) “Le web français, une source pour l’historien. La fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine dans les années 2000 »

Discussion

16h30-16h45 Pause

  • 16h45-17h30 Serge NOIRET (European University Institute), « L’histoire publique numérique: histoire et mémoire à la portée de tous ? »

Discussion

Mardi 2 décembre

Matin

9h-9h15 Accueil

  • 9h15-9h30 Claire-Sibille de GRIMOÜARD (Service interministériel des Archives de France) : “Archivage numérique et pérennisation : enjeux et risques »

Discussion

  • 9h45-10h30 Hélène SEILER-JUILLERET (EHESS): « La place des ouvrages d’histoire dans le marché de l’édition numérique. Une étude de cas : les éditions du Seuil »

Discussion

10h45-11h Pause

  • 11h-11h45 Claire CLIVAZ (Université de Lausanne): «Quand histoire et littérature se retrouvent assignées à la culture digitale»

Discussion

Après-midi

  • 14h-14h45 Martine ROBERT (Université d’Aix-Marseille)  : « Le médium du jeu vidéo comme ressource pour la connaissance historique »

Discussion

  • 15h-15h45 Emilien RUIZ (Sc. Po) et Franziska HEIMBURGER (EHESS) : « Révolution numérique ou retour aux fondamentaux ? Les transformations du métier d’historien.ne »

Discussion

16h-16h15 Pause

16h15-17h Rolando MINUTI (Université de Florence) : « Les historiens et le web : une mutation permanente »

Discussion générale

Liste des intervenants

  • Pablo AVILES FLORES (EHESS – BnF) et Aurore DUMONT (EHESS – Fonds Ricœur)
  • Aurore DUMONT (EHESS – Fonds Ricœur), « Présentation générale »
  • Maïeul ROUQUETTE (Université de Lausanne / Université Aix-Marseille), « Une introduction au vocabulaire de l’informatique »
  • Milad DOUEIHI, (Sorbonne) « Le Mannequin de l’histoire et la culture numérique »
  • Florence CLAVAUD (Ecole des Chartes) : “entre l’historien et l’archiviste : de nouveaux modèles numériques pour la description des archives »
  • Nicole DUFOURNAUD (EHESS), “Analyse de données textuelles en histoire avec des outils et des méthodes informatiques. Etude numérique de sources des XVIe et XVIIe siècles”.
  • Sophie GEBEIL (Université Aix-Marseille) “Le web français, une source pour l’historien. La fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine dans les années 2000 »
  • Serge NOIRET (European University Institute), « L’histoire publique numérique: histoire et mémoire à la portée de tous ? »
  • Claire-Sibille de GRIMOÜARD  (Service interministériel des Archives de France) : “Archivage numérique et pérennisation : enjeux et risques »
  • Hélène SEILER-JUILLERET (EHESS): « La place des ouvrages d’histoire dans le marché de l’édition numérique. Une étude de cas : les éditions du Seuil »
  • Claire CLIVAZ (Université de Lausanne): «Quand histoire et littérature se retrouvent assignées à la culture digitale »
  • Martine ROBERT (Université d’Aix-Marseille)  : « Le médium du jeu vidéo comme ressource pour la connaissance historique »
  • Emilien RUIZ (Sc. Po) et Franziska HEIMBURGER (EHESS) : « Révolution numérique ou retour aux fondamentaux ? Les transformations du métier d’historien.ne »
  • Rolando MINUTI (Université de Florence) : “Les historiens et le web : une mutation permanente »

Source : « Le numérique entre outil et culture : quels défis pour l’historiographie ? », Journée d’étude, Calenda, Publié le mercredi 12 novembre 2014, http://calenda.org/306820