Archives par mot-clé : histoire

Kabyle.com, depuis 1999, mémoires berbères sur la toile

Dans le cadre de l’analyse qualitative portant sur les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français dans les années 2000, il est apparu qu’il existait un domaine berbère francophone sur la toile.  Nous avons choisi d’étudier dans le détail, les dispositifs numériques mémoriels présents sur le site Kabyle.com qui présente pour nous deux avantages. D’une part son caractère précoce puisqu’il est né en 1999 ce qui offre la possibilité pour l’historien d’étudier l’histoire du discours mémoriel sur le site. D’autre part, le site est aujourd’hui un noeud de réseau dans le domaine berbère francophone. En voici une brève présentation.

Kabyle.com a été créé en 1998, par Stéphane Arrami-Mérabet, qui est à l’origine de  l’Association Kabyle France International (AFKI) fondée en 2002. Actuel webmaster et rédacteur en chef du site, Stéphane Arrami avait impulsée Kabyle.com à la fin de ses études en communication à Lyon (ICOM Lyon II) au moment où il travaillait chez Webcity.fr qui offrait alors gracieusement l’hébergement du site. Journaliste, formé à l’édition web, pour S. Arrami, la création de Kabyle.com s’inscrit dans la continuité de son engagement au sein du mouvement associatif berbère puisqu’il participait initialement à un bulletin culturel sur papier[1]. Le site demeure la propriété de l’AFKI jusqu’en 2003, date à laquelle Stéphane Arrami et des membres de l’association fondent la SARL Kabyle.com. Cela offre ainsi la possibilité de développer des activités commerciales (boutique en ligne par exemple) qui constituent des sources de financements pour entretenir le site. La publication des articles s’appuie sur un réseau de rédacteurs répartis dans plusieurs pays, notamment la France, l’Algérie, le Canada (Québec) ou la Belgique. Kabyle.com se positionne comme un média international à destination de la diaspora berbère francophone. Le site propose également un annuaire des associations kabyles et accorde une place importante à la parole des lecteurs. Cela se traduit par l’ouverture d’un forum, lieu de débats animés, par opposition à la ligne éditoriale moins polémique qui guide la rédaction des articles. D’autre part, dès 2002, les internautes sont invités à donner leur avis à travers la possibilité de commenter chaque contenu publié par la rédaction. Comme nous avons pu le constater lors de la réalisation du graphe, le site constitue un nœud de réseau au sein de la « e-diaspora » kabyle et revendique aujourd’hui d’être le premier média en ligne berbère francophone. Cette hégémonie s’inscrit dans la durée puisqu’au début de la décennie, Renaud Sagot avait déjà effectué un constat identique dans un article dédié à Kabyle.com[2].

logo_kabyle

Si le site n’est pas archivé par Internet Archive, les robots de la BNF ont collecté Kabyle.com depuis 2001 dans le cadre de la collecte large . Cela offre la possibilité de questionner la longévité de ce site diastolique fondé sur le partage d’un « patrimoine symbolique » (Karima DIRECHE, 1997) commun, quelque soit le lieu de résidence. Ici ce patrimoine se compose principalement par les aspects les plus rassembleurs (langue, culture anthropologique), tandis que l’islam et la politique n’apparaissent pas comme des thèmes privilégiés pour les rédacteurs.

En 2014, Stéphane Arrami a fermé la SARL de presse et sa boutique de produits culturels.

[1] Entretien avec Stéphane ARRAMI le 27 juillet 2012, Eliete da Silva PEREIRA, O local digital das culturas: as interações entre culturas, mídias digitais e territórios,Universidade de São Paulo.

[2] Renaud SAGOT, « Kabyles sur le Net », Hommes & Migrations : migrants.com, no 1240, Novembre 2002, pp. 29‑34.

Le numérique entre outil et culture, 1er-2 Décembre 2014, EHESS Paris

Le numérique entre outil et culture :

quels défis pour l’historiographie ?

Argumentaire

L‘Internet et le numérique ont profondément changé notre société. Depuis son arrivée, son développement au début des années 1990 et sa banalisation au tournant du siècle, on ne peut plus négliger l‘information et les ressources fournies par le Web. Le numérique marque cependant un pas supplémentaire : ainsi que le Manifeste des humanités numériques l‘observe : « Le tournant numérique pris par la société modifie et interroge les conditions de production et de diffusion du savoir. » (Manifeste, 2010).

Fiormonte rappelle que les humanités numériques concernent plusieurs disciplines : « non seulement les langues et les littératures, mais aussi la sociologie de la communication, les études anthropologiques et ethnographiques sur les nouveaux médias, l‘archivistique, la bibliothéconomie, le patrimoine culturel, et bien sûr, l‘informatique » (Fiormonte, 2013).
Dans cette nouvelle perspective disciplinaire, qu‘en est-il du savoir historique ? En dépit d‘un constat de premier degré sur l‘importance de ce phénomène, les travaux qui en histoire y sont consacrés demeurent encore discrets et prudents. La plupart d‘entre eux envisagent davantage le numérique comme un outil supplémentaire dans la boîte à outils de l‘historien que comme un phénomène culturel d‘ampleur qui pourrait englober et transformer en profondeur la pratique historiographique.

En 2002, réfléchissant sur une « mutation » en cours, Minuti observait deux moments de l‘internet : un premier donnant accès aux catalogues, bibliographies et répertoires ; et un deuxième placé dans un futur proche qui résolve le problème de l‘instabilité matérielle du document. Il constatait aussi les incertitudes ouvertes par la publication sur le réseau. Il mettait en valeur le fait que la recherche historique passait toujours par l’observation, par l’oeil nu ; l’acte d’observer et certains aspects du texte non reproduits par le numérique restent le domaine de la perception : « En l‘état actuel des choses, on ne peut donc pas affirmer que le réseau est capable de se substituer aux conditions de travail et aux outils classiques de la recherche historique ».

Neuf ans plus tard, inscrits cette fois dans « l‘ère numérique », Heimburger et Ruiz (2011), partagent un semblable constat. S‘il y a révolution numérique, celle-ci cependant ne « semble ne pas conduire à un changement des fondements épistémologiques qui président aux conditions de production de la vérité historique». Cette prudence affichée semble reposer sur le fait qu‘en dernier ressort la tâche de l‘historien réside dans l‘analyse. Mais l‘historien n‘apparaît-il pas alors trop protégé de ce que produisent l‘internet et le numérique : « une transformation de notre rapport au monde et une recomposition de nos représentations » (Arfaoui et Lafay, 2014).

A l‘inverse, des positions plus tranchées se font entendre. Ainsi celle de Noiret pour qui « le numérique force à reconsidérer surtout les concepts épistémologiques et théoriques utilisés par les historiens » (Noiret, Les historiens et l’informatique, 2011). Ou encore celle de Pons (2011), pour qui, avec le numérique, « il ne s‘agit pas exclusivement d‘une modification du support au moyen duquel nous emmagasinons l‘information, ainsi que des conséquences substantielles qui en découlent, mais aussi de la transformation de l‘information elle-même puisqu‘aujourd‘hui ce sont d‘ores et déjà des choses différentes que nous emmagasinons ».

Noiret, dans la perspective d‘une histoire 2.0 pose la question de l‘évolution de la recherche par rapport à la révolution technique qui représente le numérique. Tandis que d‘autres penseurs, ancrés dans les humanités numériques, soulignent l‘intérêt d‘étudier le langage informatique, matrice du numérique, depuis le point de vue de la culture qui le crée (Berry, 2012). Ces positions, au fond, convergent pour mettre en valeur l‘importance des rapports réciproques entre culture et outils numériques ainsi que sur leur influence dans la pratique quotidienne du chercheur.

Si l‘on adopte l‘optique de Doueihi, plus qu‘un instrument, distinct de l‘informatique par le projet, le numérique s‘avère une condition, une culture, si ce n‘est un nouvel humanisme. Ainsi considéré, le numérique ne représente-t-il pas un véritable défi pour l‘historiographie, au point de l‘amener à revoir certaines de ses notions, modifier certaines de ses pratiques et susciter de nouveaux problèmes ? Car rappelons là encore que, de par le passé, « les nouveaux objets ont donné lieu à de nouvelles méthodes et à des mises en question de valeurs associées à des documents ou à des pratiques culturelles » ( 2011)

Enfin, de même que Doueihi, des historiens de la culture et du livre dressent volontiers un parallèle entre la culture numérique et les Lumières (Chartier, Darnton). Il en va alors du numérique soit comme d‘un prolongement, soit comme d‘une actualisation de certaines virtualités soit comme d‘un rappel de l‘héritage ambivalent des Lumières. Dans une perspective critique, le numérique apparaît comme une mise en question des institutions du savoir (l‘université, le livre, l‘édition, l‘auteur). Roger Chartier (2013) remarque que le numérique se singularise par un détachement de l‘information d‘avec son support dès lors: « les données acquièrent en quelque sorte une existence autonome par rapport à l‘ensemble dans lequel elles coexistent ».

A lire ces travaux contemporains, on ne peut manquer d‘observer l‘instabilité sémantique qui marque leur objet : informatique, internet, numérique … Or bien que connexes, ces réalités ne sont pas moins distinctes et porteuses de conceptions épistémologiques différentes.

Le numérique pose à nouveaux frais la question de l‘écriture de l‘histoire : ce n‘est plus simplement le temps, bien que la temporalité soit particulièrement liée au numérique à travers la transformation des textes et de supports, mais c‘est aussi un primat de l‘espace où celui-ci apparaît comme recomposé et ne se limite plus aux archives, aux bibliothèques ou à d‘autres institutions. C‘est aussi une interrogation sur la manière dont concrètement un auteur transforme ses sources et ses documents en récit historique.

C‘est aussi, enfin, une remise en question de la notion traditionnelle d‘auteur elle-même, qui a l‘heure du contributif tend à s‘estomper comme figure singulière. Mihm (2008), évaluant l‘impact du crowdsourcing, déclarait « everyone‘s an historian now ».

Par extension, il se peut que ce soit moins la question « le quoi de l‘histoire », « quelle histoire » que la question « qui écrira l‘histoire ». Avec l‘auteur, ce sont tous les acteurs concernés dans la diffusion et la circulation de l‘information qui sont troublés car, bien que le numérique n‘implique pas la fin du support en papier il a bel et bien modifié la « logique de la publication » traditionnelle.

Programme

Lundi 1 décembre 2014

Salle Jean-Pierre Vernant

Matinée

9h-9h15 Accueil, Pablo AVILES FLORES et Aurore DUMONT

  • 9h15-9h45 Aurore DUMONT (EHESS – Fonds Ricœur), « Présentation générale »
  • 9h45-10h30 Maïeul ROUQUETTE (Université de Lausanne / Université Aix-Marseille), « Une introduction au vocabulaire de l’informatique »

Discussion

10h45-11h Pause

  • 11h-11h45 Milad DOUEIHI (Sorbonne) « Le Mannequin de l’histoire et la culture numérique »

Discussion

  • 12h-12h45 Florence CLAVAUD (Ecole des Chartes) : “entre l’historien et l’archiviste : de nouveaux modèles numériques pour la description des archives »

Discussion

Après-midi

  • 14h30-15h15 Nicole DUFOURNAUD (EHESS), “Analyse de données textuelles en histoire avec des outils et des méthodes informatiques. Etude numérique de sources des XVIe et XVIIe siècles”

Discussion

  • 15h30-16h15 Sophie GEBEIL (Université Aix-Marseille) “Le web français, une source pour l’historien. La fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine dans les années 2000 »

Discussion

16h30-16h45 Pause

  • 16h45-17h30 Serge NOIRET (European University Institute), « L’histoire publique numérique: histoire et mémoire à la portée de tous ? »

Discussion

Mardi 2 décembre

Matin

9h-9h15 Accueil

  • 9h15-9h30 Claire-Sibille de GRIMOÜARD (Service interministériel des Archives de France) : “Archivage numérique et pérennisation : enjeux et risques »

Discussion

  • 9h45-10h30 Hélène SEILER-JUILLERET (EHESS): « La place des ouvrages d’histoire dans le marché de l’édition numérique. Une étude de cas : les éditions du Seuil »

Discussion

10h45-11h Pause

  • 11h-11h45 Claire CLIVAZ (Université de Lausanne): «Quand histoire et littérature se retrouvent assignées à la culture digitale»

Discussion

Après-midi

  • 14h-14h45 Martine ROBERT (Université d’Aix-Marseille)  : « Le médium du jeu vidéo comme ressource pour la connaissance historique »

Discussion

  • 15h-15h45 Emilien RUIZ (Sc. Po) et Franziska HEIMBURGER (EHESS) : « Révolution numérique ou retour aux fondamentaux ? Les transformations du métier d’historien.ne »

Discussion

16h-16h15 Pause

16h15-17h Rolando MINUTI (Université de Florence) : « Les historiens et le web : une mutation permanente »

Discussion générale

Liste des intervenants

  • Pablo AVILES FLORES (EHESS – BnF) et Aurore DUMONT (EHESS – Fonds Ricœur)
  • Aurore DUMONT (EHESS – Fonds Ricœur), « Présentation générale »
  • Maïeul ROUQUETTE (Université de Lausanne / Université Aix-Marseille), « Une introduction au vocabulaire de l’informatique »
  • Milad DOUEIHI, (Sorbonne) « Le Mannequin de l’histoire et la culture numérique »
  • Florence CLAVAUD (Ecole des Chartes) : “entre l’historien et l’archiviste : de nouveaux modèles numériques pour la description des archives »
  • Nicole DUFOURNAUD (EHESS), “Analyse de données textuelles en histoire avec des outils et des méthodes informatiques. Etude numérique de sources des XVIe et XVIIe siècles”.
  • Sophie GEBEIL (Université Aix-Marseille) “Le web français, une source pour l’historien. La fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine dans les années 2000 »
  • Serge NOIRET (European University Institute), « L’histoire publique numérique: histoire et mémoire à la portée de tous ? »
  • Claire-Sibille de GRIMOÜARD  (Service interministériel des Archives de France) : “Archivage numérique et pérennisation : enjeux et risques »
  • Hélène SEILER-JUILLERET (EHESS): « La place des ouvrages d’histoire dans le marché de l’édition numérique. Une étude de cas : les éditions du Seuil »
  • Claire CLIVAZ (Université de Lausanne): «Quand histoire et littérature se retrouvent assignées à la culture digitale »
  • Martine ROBERT (Université d’Aix-Marseille)  : « Le médium du jeu vidéo comme ressource pour la connaissance historique »
  • Emilien RUIZ (Sc. Po) et Franziska HEIMBURGER (EHESS) : « Révolution numérique ou retour aux fondamentaux ? Les transformations du métier d’historien.ne »
  • Rolando MINUTI (Université de Florence) : “Les historiens et le web : une mutation permanente »

Source : « Le numérique entre outil et culture : quels défis pour l’historiographie ? », Journée d’étude, Calenda, Publié le mercredi 12 novembre 2014, http://calenda.org/306820

[COMPTE-RENDU] – Séminaire “Mémoires des migrations et usages du numérique”, 07/04/2014, MMSH

Mémoires des migrations et usages du numérique, 7 avril 2014, MMSH, Aix-en-Provence, séminaire dans le cadre de l’Atelier numérique de l’histoire et des mémoires des migrations en Méditerranée (GIS IPAPIC) [compte-rendu].

Ce séminaire, organisé par Sophie Gebeil, avait pour finalité de partager l’expertise scientifique développé par le laboratoire  Telemme et la MMSH concernant l’usage du numérique en SHS et les études migratoires. En introduisant le séminaire, Maryline Crivello, directrice de l’UMR Telemme, a inscrit les travaux actuels dans la dynamique de recherche portée par le laboratoire, depuis le début des années 2000, au sein du pôle Images-Sons de la MMSH. Ce cadre demeurant aujourd’hui encore un espace de réflexion privilégié sur le renouvellement épistémologique à l’œuvre en SHS du fait de la généralisation des usages du numérique.

La participation du laboratoire Telemme à l’Atelier numérique de l’histoire et des mémoires des migrations en Méditerranée s’inscrit également dans le cadre des recherches du groupe Telemme-Migrations. En effet, les enjeux numériques contemporains ne sauraient s’abstraire d’une réflexion historiographique sur l’émergence du champ des mémoires des migrations dont Stéphane Mourlane a rappelé les jalons. Dans un contexte d’émergence du devoir de mémoire dans les années 1980 devenu « guerre des mémoires » dans les années 1990, les historiens se sont d’abord opposés à cette injonction mémorielle avant d’en constituer un objet d’étude à l’image des travaux de Pierre Nora qui place la mémoire au centre de la démarche historique[1].  Un nouveau champ a progressivement émergé, celui de l’étude des métamorphoses des mémoires, facilité par l’accroissement de l’emprunte culturaliste dans l’historiographie[2]. S. Mourlane a ensuite expliqué comment les travaux sur l’immigration avaient été marqués par ces évolutions tout en sortant du cadre national et du paradigme de l’intégration au profit d’une approche transnationale. Dans un contexte de revendication de la prise en compte des mémoires migrantes dans le récit collectif national, les historiens se sont ainsi interrogés sur les conditions de l’émergence de ces revendications, considérant ainsi la mémoire comme un objet d’étude à historiciser. Stéphane Mourlane a ensuite présenté le cas des mémoires de l’immigration italienne, longtemps marquées par une « amnésie collective », jusqu’aux années 1970 qui ont vu émerger différentes formes d’expressions culturelles venant rappeler à la société française mais aussi aux descendants de l’immigration italienne, l’origine de leur présence en France. Ce moment de valorisation correspond à un contexte de stigmatisation de l’immigration maghrébine, qui commence alors à être perçue comme un « problème » et à laquelle est opposée l’exemple « réussie » de l’immigration italienne.

Les deux interventions suivantes ont portées sur les relations entre numérique et migrations, du point de vue des sources et de la recherche en SHS.  Sophie Gebeil a d’abord rappelé comment le champ des migrations avait été renouvelé par la prise en compte des TIC puis du numérique dans les travaux de recherche dès les années 1990 en s’inscrivant dans la une perspective transnationale (T. Mattelart[3]). La figure du « migrant connecté » (Dana Diminscu[4]), inséré dans une culture du lien en prise avec les nouvelles formes de communication, en fait un acteur des sociétés d’accueil et de départ, étant ainsi dans une situation de « double présence » en opposition avec le modèle de la « double absence » d’Abdelmalek Sayad[5]. A cette approche s’est ajoutée une réflexion sur les médias de minorité en ligne portée également par la sociologie des migrations (Isabelle Rigoni, 2012). Ces travaux ont mis en avant la segmentation des publics à laquelle est associée la fragmentation des contenus, en remettant en cause l’idée d’une rupture dans le paysage médiatique. Enfin, Sophie Gebeil a présenté son doctorat en cours sur les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français (1996-2013). Il s’agit, à partir du fonds inédit des archives du web français, d’étudier l’histoire de la valorisation des mémoires en ligne. Véronique Ginouvès a ensuite présenté les fonds de la phonothèque en lien avec les migrations[6]. La Phonothèque de la MMSH est née dans les années 1970 au moment où se développait l’histoire orale. Ces fonds sont abondés par les chercheurs qui peuvent y déposer leurs archives. Ils sont structurés sur une base de données qui donne accès en ligne, à différentes entrées se rapportant aux migrations : les risques environnementaux, la littérature orale liée au départ du pays d’origine, les lieux (le Panier à Marseille par exemple) mais aussi un fond important sur les récits de vie des Harkis. Les archives sonores sont également intégrées au catalogue Isidore[7] dans lequel la source orale est considérée comme un document au même titre que les textes. La Phonothèque est ainsi investie dans la mise en réseau des données et la normalisation des standards numériques. Cette mise en ligne des fonds implique une réflexion éthique et juridique sur les sources en SHS. Comme Sophie Gebeil, Véronique Ginouvès a également insisté sur la nécessité de conserver les réflexes scientifiques face aux outils numériques, ce qui impose d’en connaître le fonctionnement technique.

Les deux dernières interventions du séminaire ont permis d’articuler la réflexion sur les sources et les méthodes de la recherche avec la réalisation de deux projets interdisciplinaires liés aux migrations et au numérique. Jacques Sapiega (dir. SATIS, AMU) a ainsi présenté le projet Je me souviens… de la Méditerranée, qui rassemble des films courts (3min) réalisés par les étudiants de Master II Images et Sons (SATIS) à partir de témoins sollicités par des chercheurs de l’UMR Telemme dans le cadre de leurs travaux de recherche. Sur une idée de Maryline Crivello, il s’agissait, en lien avec les réflexions de l’IMERA qui visent à réintroduire l’art dans le savoir universitaire, d’expérimenter la relation aux témoins, au-delà du simple recours au témoignage. Pour l’historien impliqué dans le projet, l’enjeu était de parvenir à valoriser le témoin tout en s’impliquant en tant que chercheur. Ces films courts ont été mis en ligne sur le site www.medmem.eu qui a été présenté par Marie-Christine Hélias en clôture du séminaire. Le projet MedMem s’inscrit dans la continuité du partenariat ancien entre le laboratoire Telemme et l’INA-Méditerranée. Néanmoins, il s’agit d’un projet réalisé à l’échelle euro-méditerranéenne grâce à un soutien de l’Union Européenne de 2009 à 2012. Sur le modèle des fresques interactives de l’INA, le site permet d’accéder, via une recherche cartographique, chronologique ou thématique, à près de 4000h d’archives audiovisuelles éditorialisées. Ici le numérique a été sollicité à plusieurs niveaux : la numérisation des contenus analogiques en a permis la préservation, la mise en ligne des archives fait vivre le patrimoine en le rendant accessible au plus grand nombre, enfin l’éditorialisation du site internet permet de donner du sens aux contenus visionnés en les contextualisant.


[1] NORA Pierre, Les lieux de mémoire, Paris, éditions Quarto Gallimard, trois volumes, 1997, [1ère éd. 1984-1992]

[2] ORY Pascal, « Pour une histoire culturelle de la France contemporaine (1870-…). État de la question », Bulletin du Centre d’histoire de la France contemporaine, 1981, no 2, p. 5-32

[3] MATTELART Tristan, « Les diasporas à l’heure des technologies de l’information et de la communication : petit état des savoirs », TIC & Société, 2009.

[4] DIMINESCU Dana, « Le migrant connecté : pour un manifeste épistémologique », Migrations Société, Vol 17, n°102, 2005, p. 275-29.

[5] SAYAD Abdelmalek, La double absence, Les illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999.

[6] GINOUVES Véronique, Les carnets de la Phonothèque, http://phonotheque.hypotheses.org/, consulté le 08.07.2014

[7] Isidore, http://www.rechercheisidore.fr/, consulté le 01.07.2014

27/06/2014 – ESPE Aix-en-Provence / “Le renouvellement des pratiques de recherche et d’enseignement de l’histoire par le numérique”

Le 27 juin 2014 aura lieu sur le site de l’ESPE d’Aix-en-Provence, La prochaine journée de SFERE-Provence .

Les journées scientifiques de SFERE-Provence sont organisées deux à trois fois par an. Leur enjeu est d’assurer la visibilité des travaux scientifiques, issus de champs disciplinaires pluriels, qui permettent de comprendre les situations d’enseignement, d’éducation et de formation. Ainsi, les chercheurs sont invités à  présenter leurs travaux de recherche en cours ou en projet, dans l’un ou l’autre des thématiques portées par la fédération.

Ces journées sont également ouvertes à tous chercheurs ou professionnels qui souhaiteraient simplement s’informer de l’actualité des thématiques abordées dans le cadre de la structure.

Voir le programme de la journée.

Rue89 – « Sur Internet, un humour plus engagé que le Jamel Comedy Club » / Des sketches racistes à «Mohammed Dubois» : les Arabes nous font marrer

Article de Imanol Corcostegui de Rue89 sur l’humour sur les “Arabes” dans les médias français.

Cet article est le fruit d’une sollicitation suite à la journée d’étude qui s’est déroulée le 26 mars 2014 à Paris sur « Arabes, humour et écran » dans le cadre de  l‘ANR ECRIN.

La partie n° 6 concernant l’humour sur la représentation des “Arabes” sur l’internet s’intitule  « Sur Internet, un humour plus engagé que le Jamel Comedy Club »

Il s’agit de comprendre comment l’internet permet le retournement des stigmates en proposant, à travers les vidéos satiriques, un discours critique à l’égard du traitement médiatique de “l’Arabe”. Le web apparaît également comme un espace d’expression pour un humour plus engagé, notamment sur la question de l’islam, qui trouve peu sa place dans les médias traditionnels.

En complément de l’article,  je propose ici la vidéo de John Rachid qui dénonce les stéréotypes véhiculés par les reportages télévisuels sur la banlieue :

JRachide

 

Ci-dessous un extrait de l’article avec ses différentes entrées :

” Des sketches racistes à « Mohammed Dubois » : les Arabes nous font marrer.

Dans les années 70, les films se moquaient sans scrupule des maghrébins. Cela continue, différemment. Des chercheurs se penchent sur cet objet jamais étudié : l’humour sur les Arabes.

  1. Cinéma (1970-1990) : « On se moque des Arabes sans aucun remords »
  2. Comiques (1970-1990) : « Certains sketches peuvent choquer »
  3. Comédies (à partir de 1990) : « L’enjeu est commercial »
  4. « L’impression que le système a piégé Jamel Debbouze »
  5. « Le Jamel Comedy Club, c’est un humour très politique »
  6. « Sur Internet, un humour plus engagé que le Jamel Comedy Club

L’article en intégralité : http://rue89.nouvelobs.com/rue89-culture/2014/05/03/sketches-racistes-a-mohammed-dubois-les-arabes-font-marrer-251300