Archives par mot-clé : Humanités numériques

Offre de stage : constituer un corpus concernant le 40ème anniversaire de la Marche pour l’égalité et contre le racisme sur le web

Cartographier la médiatisation du 40ème anniversaire de la Marche pour l’égalité et contre le racisme sur le web  : constitution et catégorisation d’un corpus au moyen du logiciel Hyphe (Media Lab Sciences Po)

Durée : 2 mois (environ 70 heures) pouvant se planifier entre le 26.11.23 et le 25.02.24

Laboratoire : TELEMMe

Gratification minimale suivant les indications du ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion https://entreprendre.service-public.fr/simulateur/calcul/gratification-stagiaire  

Condition requise : être inscrite ou inscrit en 3ème année de Licence ou en Master

Objectif : Cartographier la médiatisation du 40ème anniversaire de la Marche pour l’égalité et contre le racisme sur le web au moyen de l’outil Hyphe

Date limite de candidature : 10/11/2023 (00h00 CEST)

 

 

TELEMMe, avec le soutien de l’ANR, dans le cadre du projet de recherche européen sur la médiation des archives coloniales (PICCH – Polyvocal Interpretations of Contested Cultural Heritage[1]), propose un stage à un·e étudiant.e de niveau Licence 3ème année, Master 1 ou Master 2 consacré à la constitution d’un corpus web, au moyen de l’outil Hyphe[2] en partenariat avec le Media Lab Sciences Po, concernant la médiatisation du 40ème anniversaire de la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983.  Le projet PICCH, interdisciplinaire, associe l’histoire des médias, les études archivistiques et les sciences de l’information et de la communication, et dirigé par Daniella Petrelli (Université de Sheffield), interroge le concept de « décolonisation du patrimoine ». Le volet français associe le Media Lab Sciences Po et l’INA.

 

Le stage sera effectué sous la responsabilité de Sophie Gebeil au sein du laboratoire TELEMMe, l’étudiant·e stagiaire, pendant les 2 mois de stage prévus qui pourront se dérouler entre le 26/11/2023 et le 25/02/2024. Le télétravail sera autorisé.

 

Les missions du ou de la stagiaire seront les suivantes :

  • S’initier aux archives du web, aux humanités numériques et à l’étude des usages du passé en ligne
  • Prendre en main de manière autonome l’outil de constitution de corpus Hyphe, grâce au partenariat avec le Media Lab Sciences-Po au sein de PICCH en catégorisant un corpus préexistant
  • Constituer une veille concernant le 40ème anniversaire de la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983 et ainsi concevoir un corpus dédié, et en proposer une catégorisation dans Hyphe https://hyphe.medialab.sciences-po.fr
  • Restituer son travail lors d’une séance de séminaire ou autre événement scientifique dans le cadre du projet PICCH
  • Rédiger un compte rendu synthétique de ce travail (5 pages environ)

 

Pour répondre à l’annonce, envoyez une lettre de motivation et un CV à Sophie Gebeil (sophie.gebeil@univ-amu.fr) PDF en deux ou un seul fichier.

 

 

Calendrier :

  • Date limite de dépôt du dossier : 10 novembre 2023 à minuit (CEST)
  • Résultats communiqués le 13 novembre 2023

 

Contact : sophie.gebeil@univ-amu.fr

 

 

 

[1] Consulter une brève presentation du projet ici : https://madi.hypotheses.org/883  ; Programme « JPI Patrimoine Culturel – Patrimoine, Identités et Perspectives : s’adapter à des sociétés en évolution » , ANR,  https://anr.fr/fr/detail/call/jpi-patrimoine-culturel-patrimoine-identites-et-perspectives-sadapter-a-des-societes-en-evolu/

[2] Hyphe, https://hyphe.medialab.sciences-po.fr

Questionner les archives audiovisuelles et numériques en contexte postcolonial : enjeux méthodologiques, historiques et éducatifs – Jeudi 6 juillet – MMSH 10h/15h30, Aix-en-Provence

Affiche – MNHI

Questionner les archives audiovisuelles et numériques en contexte postcolonial : enjeux méthodologiques, historiques et éducatifs

Cette journée d’étude propose un temps d’échange et de discussion à partir des travaux réalisés dans le cadre du projet Polyvocal Interpretation of a Contested Colonial Heritage PICCH, en l’ouvrant à d’autres projets connexes rattachés à plusieurs disciplines, notamment l’Observatoire des publics et des pratiques de la culture, et le programme  AMPIRIC/Pôle pilote de formation des enseignant·e·s et de recherche pour l’éducation. Organisée par les étudiant.e.s et doctorant.e.s, la journée s’inscrit dans la dynamique du séminaire “Saisir la polyvocalité des archives audiovisuelles et numériques en contexte postcolonial” (S. Gebeil, V. Ginouvès, C. Mussard) mis en place dans le cadre du projet PICCH  avec le soutien soutenu par l’atelier Visual studies et humanités numériques en Méditerranée du laboratoire TELEMME. La journée aura vocation à  partager des premiers résultats issues de recherche en train de se faire, notamment afin d’envisager l’émergence d’axes communs concernant les médiations et les usages du passé colonial contemporains, au regard des spécificités disciplinaires de chacun.e.  

 

Organisation

  • Pauline Savéant (doctorante en histoire contemporaine, TELEMMe)
  • Sami Dendani (ingénieur d’étude à l’Observatoire des publics et des pratiques de la culture, Mesopolhis)
  • Baptiste Laventure-Darival (IGE AMPIRIC, étudiant M2 MEEF recherche)
  • Alexis Grussi (étudiant en Master, EHESS)
  • Sophie Gebeil (maîtresse de conférence en histoire contemporaine, TELEMMe)

 

Salle : Salle 1 

 

Sur inscription : https://evento.renater.fr/survey/06-07-2023-journee-d-etude-questionner-les-archives-audiovisuelles-et-numeriques-en-contexte-postcolonial-enjeux-methodologiques-historiques-et-educatifs-fed9a7wo

Programme

10h Accueil café

10h15 Introduction : les enjeux du projet PICCH

Sophie Gebeil, Christine Mussard (sous réserve)

 

10h30 Des terrains médiatiques et numériques pour questionner les usages publics de l’histoire. Communication en dialogue entre approche historique et archivistique

Pauline Savéant et Sami Dendani 

 

11h10 Discussion : Quelles sources mobilisées et quelle méthode de travail en fonction des questions posées et des disciplines ?

Modératrice : Sophie Gebeil

Mickaël Adija (étudiant en Master d’histoire, AMU), Mehdina Chouchou (étudiante en Master, Sciences Po Lille), Sami Dendani, Alexis Grussi,Baptiste Laventure-Darival, Pauline Savéant

 

12h Pause repas

 

13h30 Étudier des questions coloniales et postcoloniales : quels usages médiatiques, activistes, artistiques et éducatifs ? 

  • L’exposition coloniale de 1931 à la télévision

Mickaël Adija  

  • La médiatisation du film La Marche de Nabil Ben Nadir sur le Web. 

Mehdina Chouchou 

  • Sur quelques usages activistes et artistiques contemporains de la référence à la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983 : comment perpétuer la mémoire de l’irruption postcoloniale et minoritaire dans l’espace public ?

Alexis Grussi 

  • Le projet pilote AMPIRIC “Citoyenneté numérique et diversité : recompositions et perspectives éducatives” et l’enquête sur la laïcité, le dialogue interreligieux et la mixité sociale dans 4 collèges marseillais.

Baptiste Laventure-Darival 

 

15h15 Discussion conclusive sur les différentes recherches, et leur archivage, menées sur la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983

Sophie Gebeil, Pauline Savéant, Mehdina Chouchou, Alexis Grussi

 

15h30 Fin de journée





































Utilisation du logiciel Hyphe pour l’exploration de corpus web, MMSH Aix-en-Provence, 2 décembre 2022

Dans le cadre de l’atelier Visual Studies et Humanités numériques en Méditerranée du laboratoire TELEMMe (UMR 7303 AMU-CNRS), et en partenariat avec le programme Polyvocal Interpretation of a Contested Colonial Heritage, Benjamin Ooghe-Tabanou, directeur technique du Médialab Sciences Po, participera à une journée de travail au moyen du logiciel Hyphe le 2 décembre 2022.

Hyphe est un logiciel libre d’exploration web permettant aux chercheurs de créer des corpus constitués de pages web et de liens entre elles sur un sujet spécifique.

Nous proposons également une présentation publique d’Hyphe de 9h30 à 10h30 à la MMSH ce jour-là. Afin d’organiser cet événement au mieux, je vous prie de bien vouloir vous inscrire si vous êtes intéressé.e.s, via ce lien : https://enquete.inspe.univ-amu.fr/v4/s/2zozmv

La date limite d’inscription est le jeudi 24 novembre. L’événement aura lieu exclusivement en présentiel.

Organisée en partenariat avec le programme Polyvocal Interpretation of a Contested Colonial Heritage, cette séance du séminaire de l’atelier Visual Studies et Humanités numériques en Méditerranée sera consacrée à l’utilisation de l’outil Hyphe pour la recherche en sciences humaines et sociales fondée sur l’analyse de sources en ligne. Hyphe est un logiciel libre d’exploration web permettant aux chercheurs de créer des corpus constitués de pages web et de liens entre elles sur un sujet spécifique.

Date : 02/12/2022

Horaire : 9h30-10h30

Lieu : MMSH, Aix-en-Provence

Intervenant invité : Benjamin Ooghe-Tabanou, Directeur technique du Médialab Sciences Po, Ingénieur de recherche

Ingénieur généraliste diplomé de l’École Centrale de Lyon en 2005, Benjamin Ooghe-Tabanou se spécialise en informatique appliquée à la recherche.  Outre plusieurs expériences notamment dans le domaine de l’astrophysique à l’Université Johns Hopkins de Baltimore aux États-Unis puis à l’École Normale Supérieure à Paris, il participe en parallèle en 2009 à la fondation de l’association Regards Citoyens. Il rejoint ensuite l’équipe du Médialab en juin 2012 au sein du projet Données Infrastructures et Méthodes d’Enquête en Sciences Humaines et Sociales (DIME) Web et se consacre au développement d’outils de collecte de données sur le web pour les sciences humaines et sociales, et notamment le webcrawler Hyphe et l’outil Gazouilloire de collecte de données Twitter.

Laboratoire de recherche interdisciplinaire réunissant sociologues, ingénieurs et designers, le Médialab Sciences Po mène des recherches thématiques et méthodologiques exploitant et interrogeant la place prise par le numérique dans nos sociétés. 

Contact : sophie.gebeil@univ-amu.fr 

Transmettre des compétences autour des archives du web : Quels enjeux ? Quelles spécificités ? (retours d’expérience). Table ronde. 6 octobre 2022. BnF


Ce texte regroupe des éléments de préparation de la table ronde à laquelle j’ai été invitée à participer et intitulée  Transmettre des compétences autour des archives du web : Quels enjeux ? Quelles spécificités ? (retours d’expérience). Elle s’insère dans le cadre du cycle d’ateliers «Formation et compétences pour les différents types d’acteurs : pratiques pédagogiques et didactique» du projet RESPADON et aura lieu le 6 octobre après-midi à la BnF.

Afin de répondre aux questions proposées pour la préparation de la table ronde, je reprends ici des éléments que j’avais également présenté lors de la table ronde “Web archives and Teaching” aux côtés de Frédéric Clavert en avril 2021 dans le cadre du projet Warcnet (colloque Diving deeper into web archive in difficult times), en les développant davantage.

1) Présentez la ou les formations que vous organisez 

J’interviens principalement auprès des étudiants de master MEEF 1e et 2e année de l’INSPé d’Aix-Marseille, au sein du parcours histoire-géographie et professeur documentaliste, ainsi qu’en formation transversale sur l’éducation aux médias. Par ailleurs, j’enseigne l’histoire des médias et du web en Licence, et dispense un cours dédié au web archivé comme matériau pour l’historien en master Histoire au département ALLSH d’AMU. Enfin je dirige des mémoires de master MEEF qui articulent une réflexion professionnelle basée sur des savoirs scientifiques et des mémoires de master recherche en Histoire. J’interviens également dans la formation des doctorants de la MMSH et je co-dirige une thèse en histoire des médias. 

Les enseignements qui portent sur le web archivé n’excèdent pas 10 % de mon volume de cours annuel. Il concerne principalement : 

  • Les Licence 3 dans le cours d’histoire du web depuis 2012. Sur 4 séances, 2 sont dédiées aux archives du web comme source pour l’historien. Durant 2 CM, j’explique l’histoire de l’archivage du web (en veillant à bien distinguer le web vivant du web archivé) puis je précise les enjeux historiographiques et épistémologiques en reprenant ce que j’ai proposé dans mon livre Website Story – Histoire, mémoires et archives du web. Ensuite, nous travaillons sur des textes de chercheurs pour réfléchir aux spécificités des archives du web et aux défis qu’elles imposent aux historiens. 
  • Master Archives, médiation de l’histoire et humanités numériques (Département d’Histoire ALLSH AMU). Durant 8h, nous travaillons sur les transformations de l’archive à l’ère numérique, en partant de la numérisation, jusqu’à la question du patrimoine nativement numérique, moment durant lequel je traite des archives du web. L’effectif étant composé d’une quinzaine d’étudiants, après un temps magistral, ils sont mis en activité pour explorer un site web archivé sur Internet Archive, en lien avec leur thématique de mémoire. Il s’agit souvent de sites de GLAM et nous travaillons sur les formes de médiation de l’histoire dans le temps en parcourant l’archive, tout en mettant en évidence les couacs dans la collecte, et ainsi les limites du web archivé. Nous travaillons aussi sur des textes au profit d’une réflexion méthodologique (HN et web archivé) et épistémologique. Dans le cadre de ce master, plusieurs journées d’étude abordent le web archivé, comme ce fût le cas en 2017 pour la journée « Visual studies et Méditerranée, entre pratiques et méthodes» Enfin, les étudiants choisissent un module du cours et rédigent un billet sur le carnet de recherche Hypotheses, plusieurs d’entre eux portent sur les archives du web. 
  • Culture numérique auprès des étudiants de master MEEF. Dans le cadre de l’initiation à la recherche et du suivi du mémoire des professeurs documentalistes, j’insère mes travaux sur les archives du web dans l’histoire de l’info-documentation, en mettant l’accent sur l’histoire de l’archivage en général. Nous travaillons ici à partir de texte en SIC et en histoire. Les étudiants sont amenés à manipuler la wayback machine pour consulter une une de presse ancienne et ensuite réfléchir aux applications pédagogiques en EMI. Ces pistes sont remobilisées dans le projet pédagogique de capsules Scola Media
  • Encadrement de master et thèse. Pour accompagner les étudiants en terre numérique et pour réfléchir à l’usage du web passé ou présent comme source pour une histoire culturelle du temps présent, je reprends les contenus théoriques de Website Story – Histoire, mémoires et archives du web, qui s’adresse spécifiquement aux chercheurs néophytes et aux étudiants désireux d’utiliser le web archivé comme source en histoire. Ensuite, je les accompagne sur la constitution du corpus, la recherche au sein du web archivé. Il faut déconstruire le mythe d’un miroir diachronique du web pour repenser leur démarche d’enquête. Par ailleurs je leur demande un travail bibliographique. Dernièrement, un étudiant s’est penché sur la collecte du web local à Marseille par l’Alcazar. Cela sera sans doute valorisé à travers un billet sur Hypothèses. Au niveau doctorat et recherche, nous travaillons avec le responsable de la médiathèque de la MMSH au développement d’un module articulant web archivé et exploration de corpus en ligne.  
  • Encadrement de stagiaires dans des projets de recherche. Dans le cadre du programme européen Polyvocal Interpretation of a Contested Colonial Heritage, nous prenons aussi du temps pour amener les étudiants à découvrir la fabrique du web archivé, les différents partenaires sur le périmètre d’Aix-Marseille (Ina car nous disposons d’une borne de consultation à la MMSH et en raison de la proximité de la délégation régionale Ina Méditerranée, des premiers liens viennent d’être noués avec l’Alcazar qui participe à la collecte BnF). Pour le projet, nous avons réalisé un corpus en ligne collectif et pour chaque référence, ils devaient vérifier s’il avait fait l’objet d’une collecte sur le site Internet Archive. Enfin, deux étudiants sous contrat participeront à l’organisation de la conférence RESAW prévue à Marseille en juin 2023. 

S’agissant d’une approche théorique et épistémologique, les spécificités du web archivé sont plutôt bien comprises par les étudiants. En revanche, les principales difficultés rencontrées concernent l’exploration de corpus. L’absence d’accès distant du DL web français joue au profit d’Internet Archive. 


2) Quelles sont selon vous les spécificités des formations aux archives du web et leur place par rapport à la formation aux compétences numériques et/ou, aux humanités numériques ? 
Pensez-vous possible de dégager un socle commun tous publics et toutes disciplines confondues ? 

Je tiens à préciser que derrière l’idée de compétences numériques, je regroupe des connaissances info-communicationnelles et des savoirs sur les cultures numériques, auxquels s’ajoutent des capacités à manipuler les outils au service des objectifs de recherche ou d’enseignement, mais aussi des attitudes (e.g. communiquer de manière éthique). 

Dans le cas des étudiants de master recherche, la dimension computationnelle des archives du web rend clairement la tâche plus difficile : ils doivent développer des connaissances techniques précises pour en comprendre les spécificités, et à cela s’ajoute le fait qu’il s’agit bien sûr de sujets en histoire du temps présent, avec peu de distance temporelle ce qui augmente la difficulté. Par ailleurs, étant peu formés aux démarches et aux outils de l’histoire numérique, ils développent des méthodes qui relèvent du bricolage, dans le bon sens du terme : nous croisons souvent des analyses sémiotiques, qualitatives, avec la réalisation d’une base de données, sans utiliser d’outils propres aux HN, ne serait-ce qu’Hyphe par exemple. 

Au sujet du développement des compétences numériques, plusieurs collègues ont proposé depuis une vingtaine d’années un socle commun, à l’image de Franziska Heimburger et Émilien Ruiz [1]. Ce dernier proposait déjà en 2011 un référentiel.  


3) Matériaux pédagogiques et sources utilisées : sur quoi vous appuyez-vous pour faire vos formations ?  

J’utilise principalement Internet Archive et ponctuellement le poste de consultation de l’INA qui est installé à la MMSH. Je demande aux étudiants de naviguer sur le site de l’Inathèque et de la BnF afin de prendre connaissance du cadre légal et du périmètre de chaque institution. J’utilise aussi des exemples issus du site de l’IIPC et bien sûr, très majoritairement, des articles de chercheurs.  




[1] Franziska Heimburger, Émilien Ruiz, « Faire de l’histoire à l’ère numérique : retours d’expériences », Revue d’histoire moderne et contemporaine 2011/5 (n° 58-4bis), p. 70-89.

10 avril à Marseille, Les SHS étudient le numérique avec Frédéric Clavert et Valérie Schafer

Vous êtes sur Marseille le 10 avril 2018 et vous souhaitez savoir comment des historiens tels que Valérie Schafer et Frédéric Clavert prennent le Web et/ou ses archives comme objet d’étude historique, cette séance est pour vous !

Organisée par Pierre Livet à l’IMéRA en partenariat avec l’UMR TELEMMe (Atelier visual studies et Humanités numériques) cette séance s’inscrit dans le cadre du Cycle – Recherches numériques

La journée mettra l’accent sur le Web comme objet d’étude pour les historiens. Valérie Schafer interrogera la place du “numérique” dans l’histoire du numérique à partir de ses travaux sur le Web des années 1990 et sur les archives du Web. Frédéric Clavert proposera une intervention sur les traces de la mémoire collective de la Grande Guerre sur Twitter. Pour ma part, je reviendrai en fin de séance sur les mémoires de l’immigration maghrébine dans les archives du Web.

Seront également abordés les modes de recherches numériques grâce à l’intervention de Dana Martin qui présentera l’ouvrage qu’elle a co-dirigé avec Frédéric Clavert, Étienne Cavalié et Olivier Legendre intitulé “Expérimenter les humanités numériques. Des outils individuels aux projets collectifs“. Enfin, Sébastien Oliveau et Isabelle Blöss-Widmer reviendront sur le projet DemoMed.

Ce carnet se concentrant sur la dimension historique et mémorielle à l’ère numérique, j’ajoute ici quelques références récentes concernant les travaux, incontournables en la matière, de Frédéric Clavert et de Valérie Schafer :

Deux ouvrages récents publiés par Valérie Schafer :

  • Temps et temporalités du Web, Presses Universitaires de Nanterre, coll. Intelligence numérique, Nanterre, 2018
  • avec Alexandre SERRES, Histories of the Internet and the Web, Infoclio, Living Books about History, 2017
  • plus de publications sur la page personnelle de Valérie Schafer

Deux articles récents publiés par Frédéric Clavert et un ouvrage de référence pour les contemporanéistes :

  • “Temporalités du Centenaire de la Grande Guerre sur Twitter” in Valérie SCHAFER, Temps et temporalités du Web, Presses Universitaires de Nanterre, coll. Intelligence numérique, Nanterre, 2018
  • “Échos du centenaire de la Première Guerre mondiale sur Twitter”. Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2017, no 1, p. 18-25.
  • CLAVERT, Frédéric et NOIRET, Serge. L’histoire contemporaine à l’ère numérique/Contemporary History in the Digital Age. PIE-Peter Lang SA, 2013.
  • Plus de références sur la page personnelle de Frédéric Clavert

Lieu : salle de la Maison Neuve, IMéRA, 2 place Leverrier, 13004 Marseille https://imera.univ-amu.fr/fr/contact

Entrée libre

Date : 10 avril

Horaires : 11h-18h

Programme :

  • La place du « numérique » dans l’histoire du numérique
    Valérie SCHAFER, historienne, C²DH, Université du Luxembourg
  • Les traces de mémoire collective de la Grande Guerre sur Twitter Frédéric CLAVERT, historien, C²DH, Université du Luxembourg
  • Expérimenter les humanités numériques
    Dana MARTIN, germaniste, laboratoire Communication et sociétés, Université Clermont Auvergne
  • Du dialogue disciplinaire à la transdisciplinarité : DemoMed et le numérique
    Isabelle BLÖSS-WIDMER, démographe, LAMES, AMU et Sébastien OLIVEAU, géographe, LAMES, AMU
  • Les archives du Web comme source pour une histoire des pratiques mémorielles dans les années 2000
    Sophie GEBEIL, historienne, TELEMMe, AMU

Voir l’affiche de la séance

Plus d’informations sur les Rencontres Sciences et Humanités de l’IMéRA coordonées par Pierre Livet : https://imera.hypotheses.org/le-programme-rencontres-sciences-et-humanites