Archives par mot-clé : mémoire

« Cela commence par… » (2003), Première exposition virtuelle sur le web français dédiée à l’immigration maghrébine ?

Au printemps 2003, une nouvelle exposition est intégrée dans la rubrique « Expositions » du site de l’association Génériques. Le site en est alors à sa première version et c’est un bénévole de l’association qui en est le webmaster. Les archives du Dépôt légal du numérique de la BNF permettent de consulter cette première version statique du site qui sera utilisée jusqu’en 2008.

Dès la création de www.generiques.org en 2000, le site propose des bases de données concernant la presse de l’immigration, les affiches et des notices biographiques qui constituent les prémices du futur Odysséo. Plus de 1000 affiches provenant des fonds de l’association peuvent être ainsi être visualisées par les internautes, mettant ainsi en exergue une mémoire alors peu médiatisée de l’immigration : celle des luttes et des combats sociaux pour l’égalité des droits.

C’est dans ce contexte qu’est mis en ligne au printemps 2003, l’exposition virtuelle intitulée « Cela commence par… Vieillesses de travailleurs immigrés en France, 1994-1997 ». Elle est réalisée à partir de l’ouvrage éponyme[1] publié en 1997 chez Actes Sud par le photographe Philippe Brault et l’écrivain Christophe Gallaz. La scénographie se présente sous forme de diaporama animé (format Flash SWF) qui permet de faire défiler les 25 photographies prises par Philippe Brault concernant l’isolement des Chibanis dans les foyers et les hotels meublés de Marseille et de la Région Parisienne. Le photographe est allé à la rencontre de ces personnes âgées d’origine marocaine et algérienne entre 1995 et 1997. Il a par ailleurs travaillé sur le tournage du documentaire de Yamina Benguigui Mémoires d’immigrés, diffusé sur Canal+ et en salle en 1997. Notons que Philippe Brault a co-réalisé le fameux webdocumentaire Prison Valley en 2011!

Il semblerait, au regard de mes recherches dans l’ensemble de mon corpus (bientôt à venir dans le carnet de recherche), que cette exposition virtuelle soit la première de cet « hypergenre », concernant l’immigration maghrébine sur le web français ? Mais peut-être que d’autres contenus plus anciens ont échappé aux robots d’archivage de la BNF et de l’INA

Pour voir l’exposition virtuelle dans sa version actuelle sur le site de Génériques :

Exposition Philippe BRAULT

[1] Christophe GALLAZ et Philippe BRAULT, Cela commence par, Arles, Actes Sud, coll. « Voir et dire », 1997, 67 p p.

27/06/2014 – ESPE Aix-en-Provence / « Le renouvellement des pratiques de recherche et d’enseignement de l’histoire par le numérique »

Le 27 juin 2014 aura lieu sur le site de l’ESPE d’Aix-en-Provence, La prochaine journée de SFERE-Provence .

Les journées scientifiques de SFERE-Provence sont organisées deux à trois fois par an. Leur enjeu est d’assurer la visibilité des travaux scientifiques, issus de champs disciplinaires pluriels, qui permettent de comprendre les situations d’enseignement, d’éducation et de formation. Ainsi, les chercheurs sont invités à  présenter leurs travaux de recherche en cours ou en projet, dans l’un ou l’autre des thématiques portées par la fédération.

Ces journées sont également ouvertes à tous chercheurs ou professionnels qui souhaiteraient simplement s’informer de l’actualité des thématiques abordées dans le cadre de la structure.

Voir le programme de la journée.

« Mise en scène numérique des mobilités et des diversités » – 6 mai 2014 – Villa Méditerranée (Marseille)

Mise en scène numérique des mobilités et des diversités. Retours d’expériences et démarches collaboratives. 6 mai 2014 – Villa Méditerranée

L’UMR-Telemme est l’un des partenaires scientifiques du projet de « L’Atelier numérique de l’histoire et des mémoires des migrations en Méditerranée » soutenu par le GIS IPAPIC  dont le principe est de rassembler des acteurs scientifiques (UMR-Telemme, L’IIAC), associatifs (association Ancrages qui coordonne le projet) mais aussi des institutions culturelles (Villa Méditerranée à Marseille) autour d’une réflexion commune. L’ « Atelier numérique » offre l’occasion d’approfondir nos connaissances sur les usages et les pratiques numériques. Il s’agit, à travers le champ des études migratoires, de questionner les enjeux épistémologiques et sociaux liés à la généralisation du recours au numérique. Plus d’informations sur le carnet de recherche dédié  au projet : nummig.hypotheses.org

Cette seconde séance est organisée par l’association Ancrages (Samia Chabani) et la Villa Méditerranée (Nathalie Abou-Isaac).

Le programme est disponible ici : Programme

Assemblée Générale de l’IIPC – conférence inaugurale – 19 mai 2014, Paris (BNF)

Ljubljana, A.G. IIPC, 25-27  avril 2013

L’Assemblée Générale de l’IIPC (International Internet Preservation Consortium) est organisée chaque année et permet de faire le point sur les enjeux liés à l’archivage de l’internet.

En 2013, l’ A.G. s’est déroulée à Ljubljana en Slovénie (photographie ci-dessus) et cette année elle aura lieu à Paris à la BNF du 19 au 23 mai (le programme est en ligne sur le site de l’IIPC).

Si la majorité des sessions sont réservées aux membres de l’institution, la première journée est ouverte au public sur inscription.

Voici le programme du lundi 19 mai extrait de la page consacrée sur le site de l’IIPC : < http://netpreserve.org/general-assembly/2014/Overview > .

Cette journée prend particulièrement en compte la dimension historique du web, en rassemblant Valérie Schafer et Niels Brügger, historiens de l’internet mais aussi Louise Merzeau spécialiste de la question mémorielle en ligne. Le programme témoigne également de l’intérêt accordé par les institutions en charge de l’archivage du web à la construction des mémoires collectives sur le réseau (intervention d’Helen Hockx-Yu de la British Library sur les sites historiques du Royaume-Uni.

Continuer la lecture de Assemblée Générale de l’IIPC – conférence inaugurale – 19 mai 2014, Paris (BNF)

Pourquoi archiver le web ? Les missions de l’IIPC

Page d'accueil du site de l'IIPC www.netpreserve.org
Page d’accueil du site de l’IIPC www.netpreserve.org

En France, l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) et la Bibliothèque Nationale de France (BNF) sont en charge de l’archivage du « web français », au titre du dépôt légal élargi aux documents numériques depuis la loi 1er  août 2006 relative au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information (DADVSI).  Le dépôt légal du Web se fonde sur la logique de la collecte automatique qui s’est imposée comme la solution la plus efficace compte-tenu de l’immensité des données concernées. Si la loi française n’intervient qu’en 2006, l’INA comme la BNF n’avaient pas attendu cette date pour mener des collectes expérimentales, notamment en collaboration avec l‘International Internet Preservation Consortium (IIPC)  fondé en 2003.

Qu’est-ce que  l’IIPC (International Internet Preservation Consortium) ?

En juillet 2003, dix bibliothèques nationales d’Europe (dont la BNF), d’Amérique du Nord, d’Australie ainsi que l’association Internet Archive se sont rassemblées pour  développer « une collaboration internationale et assurer la préservation des contenus de l’internet pour les générations futures[1] ».

Chaque institution est alors confrontée aux nouvelles problématiques imposées par l’archivage du Web : document mondial, déterritorialisé et dématérialisé, le document issu du réseau bouleverse la tradition patrimoniale fondée sur le support et le territoire. L’archivage du web dans sa globalité par une seule institution apparaît alors impossible compte-tenu de la masse des données à stocker et de la grande diversité des législations nationales en terme de droits de la propriété intellectuelle. L’IIPC a donc dans un premier temps favorisé les transferts de compétences informatiques tout en permettant à chaque institution de mieux définir les domaines d’archivages nationaux. Gildas Illien a montré comment cette organisation en marge, initialement animée par des ingénieurs en informatique s’attelant à développer des logiciels, s’est peu à peu développé politiquement.

L’évolution de l’IIPC et de ses missions

De 2003 à 2006, la priorité du consortium réside dans la création de robots de capture permettant de parcourir et de traiter un nombre très importants de données. N’ayant trouvé aucune entreprise capable de répondre à l’appel d’offre lancé par l’IIPC, la décision a été prise de développer des logiciels libres (open source[2]). De ce travail collaboratif est né le robot Heritrix[3] utilisé par la BNF comme par Internet Archive pour la Wayback Machine. Une autre urgence technique s’imposait également : la compatibilité des formats. Face à un web « découpé » en différentes parties capturées par des institutions autonomes, il est alors nécessaire de choisir des formats, des normes identiques afin de pouvoir un jour relier l’ensemble des archives nationales. C’est durant la seconde phase de développement du consortium (2007-2009) que les formats ont été normalisés en particulier en ce qui concerne le stockage, un des axes prioritaires de la période. Ainsi le format de stockage ARC est remplacé par le format WARC[4] dont la norme est reconnue par l’ISO[5] en 2009. Les données recueillies par les robots sont ainsi stockées dans le même format quelle que soit l’institution membre de l’IIPC. De plus, le format WARC facilite le maniement de volumes de données importants tout en sauvegardant les métadonnées[6] accompagnant les pages web archivées. Les fichiers sont ensuite enregistrés sur des baies de stockage de gros volumes (les Petabox pouvant atteindre 120 téraoctets) qui seront utilisées pour la consultation des documents. En parallèle, les données sont entreposées dans le Système de préservation et d’archivage réparti (Spar) mis au point à la BNF en 2008. Depuis 2010, les membres du consortium ont adopté le modèle de stockage OAIS[7] dédié à l’archive.  Durant cette même période, l’IIPC s’élargit et intègre de nouveaux membres comme l’INA. Grâce aux cotisations de ses 39 institutions, le consortium devient une organisation internationale reconnue et disposant d’un budget conséquent.

Depuis 2010, une réflexion est engagée sur le traitement des données sauvegardées et leur intégration dans les collections des bibliothèques. Il s’agit de vérifier dans quelle mesure les méthodes traditionnelles d’archivage, fondées sur le catalogage, l’indexation et la conservation peuvent-elles s’appliquer à Internet ; l’objectif étant de déterminer une politique documentaire commune adaptée à l’archivage du Web. Le travail mené porte également sur les attentes liées à la consultation des archives, notamment en ce qui concerne les besoins des chercheurs en terme d’informations collectées mais aussi au sujet de la création d’outils d’analyse adaptés.

Chaque année, l’IIPC organise son Assemblée Générale rassemblant les partenaires et dont une partie des interventions sont ouvertes au public. La prochaine aura lieu du 19 au 23 mai 2014 à Paris à la BNF.

Pourquoi archiver le web ?

Sur son site, l’IIPC revient sur la nécessité d’archiver le web.

Pourquoi archiver le web ? IIPC
Pourquoi archiver le web ? IIPC

 

 


[1] Illien Gildas, « Une histoire politique de l’archivage du web », BBF, 2011, n° 2, p. 60-68, [en ligne] <http://bbf.enssib.fr/>, consulté le 24.10.11.

[2] Logiciel libre ou open source : se dit des logiciels dont le code source qui est à l’origine de leur fonctionnement est disponible contrairement aux logiciels propriétaires. Par modification du code source, les usagers peuvent faire évoluer le logiciel alors qu’un logiciel propriétaire est figé. Le navigateur Mozilla Firefox, le système d’exploitation Linux et la suite bureautique Open Office sont les logiciels libres les plus connus actuellement.

[4]Information and documentation, « The WARC File Format (ISO 28500) – Information, Maintenance, Drafts », Espace professionnel de publication sur le document numérique à la BNF, consulté le 4.12.11,  <http://bibnum.bnf.fr/warc/>.

[5] Site de l’Organisation Internationale de Normalisation (ISO), consulté le 4.12.11, <http://www.iso.org/iso/fr/home.htm>.

[6] Les métadonnées sont les informations sur le contenu (titre, auteur, date…) ou la nature (texte, hyperlien, son…) d’une page web. Invisibles, elles sont insérées dans les pages web ce qui permet l’identification de la page par les moteurs de recherche.

[7] OAIS: Open Archive Information System. Modèle conceptuel dédié à la gestion, l’archivage et la préservation de données numériques.